ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
pratiquant du Sutra du Lotus - Hokke gyoja

 

Dans la période du Dharma formel, le Pratiquant du Sutra du Lotus apparaîtra de façon certaine. Plus grandes seront les difficultés qui s'abattront sur lui, plus il ressentira de joie grâce à la force de sa croyance. Un feu ne brûle-t-il pas de manière plus intense lorsqu'on l'alimente avec des bûches   ? Toutes les rivières coulent vers l'océan, mais a-t-on jamais vu l'océan, trop plein, repousser leurs eaux  ? Les rivières des difficultés se jettent dans l'océan du Sutra du Lotus, et assaillent son Pratiquant. L'océan ne rejette pas plus les rivières que le Pratiquant du Sutra du Lotus ne repousse les souffrances. Sans le flot des rivières, il n'y aurait pas d'océan. Sans épreuves, il n'y aurait pas non plus de Pratiquant du Sutra du Lotus.
[...] Moi, Nichiren, je ne suis pas digne d'être appelé Pratiquant du Sutra du Lotus, ni de faire partie des membres du Sangha. J'ai même, à un moment donné, fait comme les gens de mon époque et invoqué le nom du bouddha Amida.
Un vaisseau pour traverser l'océan des souffrances (
Kamakura, 28 avril 1261, à Shiiji Shiro)

Alors que je débarquai, souffrant encore du mal de mer, vous avez eu la bonté de me prendre sous votre protection. Quel destin nous a donc réunis  ? Peut-être avez-vous été un pratiquant du Sutra du Lotus dans des existences passées. Aujourd'hui, à l'époque des Derniers jours du Dharma, vous êtes né pour devenir un batelier (funamori) (note) du nom de Yasaburo et prendre pitié de moi.
[...] Nous, simples mortels, résidons tous dans l'océan des souffrances de la vie et de la mort depuis le temps sans commencement. Mais maintenant que nous sommes devenus pratiquants du Sutra du Lotus, nous ne manquerons pas de devenir des bouddhas éveillés à la réalité corps-esprit qui existe depuis le passé sans commencement.
L'Exil d'Izu (juin 1261 à Funamori Yasaburo)

Un pratiquant du Sutra du Lotus, lorsqu'il est en prison, est comparable au sel dans une cuve ou une jarre, tandis que le Bouddha Shakyamuni, qui s'est échappé de la maison en flammes, est comparable au sel du grand océan. Mettre en prison un Pratiquant du Sutra du Lotus équivaut à emprisonner le Bouddha Shakyamuni lui-même. [En observant cela] quelle stupéfaction doit être celle de Bonten, de Taishaku et des quatre Rois du Ciel ! Les dix Filles-démones ont fait serment de punir [quiconque persécute un pratiquant] en [lui] brisant la tête en sept morceaux. Si elles ne le font pas maintenant, quand le feront-elle donc  ? Immédiatement après qu'il eut emprisonné le roi Bimbisara le corps du roi Ajatashatru se couvrit de pustules. Comment celui qui emprisonne un pratiquant Sutra du Lotus pourrait-il éviter de voir son corps se couvrir immédiatement de boutons purulents  ?
La même saveur salée (1261   ? )

La deuxième des quatre dettes de reconnaissance est celle que l'on a envers son père et sa mère. [...] Pour ce qui est de mes parents dans cette vie-ci, non contents de m'avoir donné la vie, ils ont également fait de moi un Pratiquant du Sutra du Lotus.
Les quatre sortes de reconnaissance (Izu, le 16 janvier 1262 à Kudo Yoshitaka)

Lorsqu'un pratiquant du Sutra du Lotus réfute l'enseignement des sutras provisoires, il est comparable à un souverain menaçant ses sujets d'une punition, à un parent réprimandant ses enfants et à un maître admonestant ses disciples. Mais, lorsqu'un pratiquant des sutras provisoires prétend réfuter le Sutra du Lotus, il est comparable à un sujet dictant sa conduite à son souverain, à un enfant faisant la leçon à son parent ou à un disciple réprimandant son maître.
[...] Et moi, Nichiren, en m'interrogeant sur la véracité des paroles du Bouddha, je vois bien que ces trois sortes d'ennemis sont déjà présents. Si je ne les fais pas apparaître, je ne suis pas le Pratiquant du Sutra du Lotus. Si je les fais apparaître, j'attire inévitablement sur moi la mort et la destruction. Il est dit dans le quatrième volume du Sutra du Lotus : "Puisque haines et jalousies abondent déjà du vivant du Bouddha, ne seront-elles pas pires encore dans le monde après son trépas  ? "(réf.) Et dans le cinquième volume : "Il y aura beaucoup d'hostilité dans le monde et il sera difficile de croire."(réf.) Il est dit aussi : "Nous ne sommes pas avares de notre vie. Nous lui préférons la Voie suprême."(réf.) Et dans le sixième volume : "Ils ne donnent pas leur vie à contrecœur."(réf.)
[...] Lorsque je relis ces passages, je comprends que, si je ne fais pas apparaître les Trois grands Ennemis, je ne suis pas le Pratiquant du Sutra du Lotus. C'est seulement en les faisant apparaître que je peux être un véritable Pratiquant du Sutra du Lotus. Et pourtant, si je le fais, je suis presque assuré de perdre la vie.
L'enseignement, les capacités, le temps et le pays (
Izu, 10 février 1262  ? )

Tous serrent dans leurs mains un vulgaire caillou en pensant qu'il s'agit d'un joyau précieux. Autrement dit, ils abandonnent le Sutra du Lotus pour réciter le nom du bouddha Amida. Mais lorsque je leur dis cela, ils deviennent furieux et calomnient le Pratiquant du Sutra du Lotus et, ce faisant, aggravent le karma de tomber dans l'enfer avici.
[...] Moi seul, Nichiren, ai lu le Sutra avec ma propre vie. Je comprends le sens du passage : "Nous ne sommes attachés ni à notre corps ni à notre vie ; notre seul désir est d'accéder à la Voie suprême."(réf.) Je suis donc, moi, Nichiren, le premier Pratiquant du Sutra du Lotus au Japon. Si vous quittez cette vie avant moi, allez vous présenter devant Bonten, Taishaku, les quatre grands Rois du Ciel et le grand roi Yama. Dites-leur que vous êtes un disciple du moine Nichiren, le premier Pratiquant du Sutra du Lotus au Japon. Et il serait impossible alors qu'ils vous reçoivent mal.
Encouragements à une personne malade (décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)

Il serait impossible qu'une femme qui a foi dans le Sutra du Lotus sombre dans les voies mauvaises. Si une pratiquante du Sutra du Lotus, en rétribution de sa jalousie, de son mauvais caractère ou de son avidité, tombait un jour dans les voies mauvaises, le Bouddha Shakyamuni, le bouddha Taho et les bouddhas des dix directions seraient instantanément coupables d'avoir brisé le serment, qu'ils respectent depuis d'innombrables kalpas majeurs, de ne jamais proférer un seul mensonge. [...] si l'on ne parvient pas à avoir foi dans le Sutra du Lotus, ou si l'on a foi en ce Sutra tout en le plaçant sur le même plan que les autres sutras et les enseignements d'autres bouddhas ; ou si l'on reconnaît sa supériorité tout en s'engageant sans cesse dans d'autres disciplines religieuses, ne pratiquant le Sutra du Lotus que de temps en temps ; ou si l'on s'associe et se lie d'amitié avec des adeptes du Nembutsu qui ne croient pas au Sutra du Lotus et s'opposent au Dharma ; ou si l'on pense qu'il n'y a aucune faute à affirmer que le Sutra du Lotus n'est pas adapté aux capacités des personnes vivant à l'époque des Derniers jours du Dharma, tous les mérites acquis par les innombrables bonnes actions d'une vie entière s'évanouiront en un instant.
Sur la récitation des chapitres Hoben et Juryo (Kamakura - 1264, à la femme de Hiki Daigaku Saburo Yoshimoto)

Dans le huitième volume du Sutra du Lotus, au chapitre Darani* (XXVI), le Bouddha déclare : "Le seul fait de protéger les personnes qui reçoivent et récitent le nom du Sutra du Lotus vous procurera une bonne fortune incommensurable." Dans ce passage, le Bouddha félicite Kishimojin et ses dix filles d'avoir fait voeu de protéger les pratiquants du Sutra du Lotus. Il leur dit : "Vous avez fait le voeu de protéger ceux qui pratiquent le Titre du Sutra du Lotus.
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )

Mais les femmes, de nos jours, passent leur vie à réciter sans cesse le nom d'Amida et à se préoccuper du Nembutsu. Elles ne récitent jamais le Sutra du Lotus, ou ne lui font pas d'offrandes. Il est vrai que quelques-unes d'entre elles écoutent le Sutra du Lotus lorsqu'il est lu par des moines qui suivent ses enseignements. Mais elles respectent les moines du Nembutsu comme s'ils étaient leurs parents ou leurs frères, et traitent les pratiquants du Sutra du Lotus avec moins de respect qu'elles n'en accordent à leurs employés ou leurs domestiques. Pourtant, elles disent croire dans le Sutra du Lotus ! Le Daimoku du Sutra du Lotus (1266 à une femme d'Amatsu)

Vous et votre mari, tout particulièrement, êtes des pratiquants du Sutra du Lotus. Vous aurez certainement un enfant précieux qui continuera après vous à planter la graine de la propagation du Sutra du Lotus.
L'accouchement facile d'un enfant de bonne fortune (Matsubagayatsu, le 7 mai 1271, à Nichigen-nyo, femme de Shijo Kingo)

Maudgalyayana ne parvint pas à faire accéder sa mère à la bodhéité. Car lui-même n'était pas encore pratiquant du Sutra du Lotus et ne pouvait donc pas aider sa mère à devenir bouddha.
[...] Les disciples et les adeptes laïques de Nichiren sont les véritables pratiquants du Sutra du Lotus. Parmi eux, c'est tout particulièrement vrai de Myoho (note), votre mère, décédée un 12 du même mois.
[...] Vous avez fait don de votre petit-fils pour en faire un pratiquant du Sutra du Lotus, et cela vous vaudra d'obtenir la bodhéité.
Urabon - L'origine de la cérémonie pour les défunts (
juillet 1271 à Shijo Kingo)

Les persécutions que les autorités me font subir prouvent clairement que je suis le Pratiquant du Sutra du Lotus. Il est indubitable que la lune décroît et croît, et que la marée connaît flux et reflux. Dans mon cas également, puisque la rétribution négative s'est déjà manifestée, le bienfait doit nécessairement venir. A quoi bon, alors, me plaindre  ?
La lettre d'Echi (Echi, le 14 septembre 1271 à Toki Jonin)

Vous m'avez accompagné, faisant voeu de donner votre vie en tant que pratiquant du Sutra du Lotus. Votre attitude surpasse de très loin le geste de Hong Yen qui s'ouvrit le ventre et y mit le foie de son seigneur mort, le duc Yi, pour lui épargner la honte et le déshonneur.
[...] Le chapitre chapitre Hosshi* (X) dit : "[Le Bouddha] enverra des divinités sous des formes diverses pour protéger le pratiquant du Sutra du Lotus."
La Persécution de Tatsunokuchi (
Echi, 21 septembre 1271 à Shijo Kingo)

Les chapitres Kanji* (XIII) et chapitre Fukyo* (XX) établissent clairement [que le pratiquant du Sutra du Lotus rencontrera des persécutions]. Notre vie est limitée, et nous ne devons pas la ménager. Le but auquel nous aspirons, en définitive, est la Terre de bouddha.
L'aspiration à la Terre de Bouddha (
Sado, le 23 novembre 1271 à Toki Jonin)

Ma capacité à comprendre le Sutra du Lotus est infime, comparée à celle de Zhiyi et de Saicho. Mais par ma persévérance face aux persécutions et par la profondeur de mon désir d'aider les autres, je crois que je pourrais les stupéfier. [Parce que je suis Pratiquant du Sutra du Lotus], j'ai la ferme conviction que le ciel me protégera, même si je n'en vois pour l'instant aucun indice. Au contraire, on ne cesse de m'accuser de crimes que je n'ai pas commis. Cela ne serait-il pas, après tout, la preuve que je ne suis pas un pratiquant du Sutra du Lotus  ? Ou bien, est-ce parce que les innombrables divinités bienveillantes du ciel [qui ont fait serment de protéger le Pratiquant du Sutra du Lotus] sont parties en abandonnant ce pays [le Japon].
[...] Ainsi, le Bouddha a décrit l'époque où le Pratiquant du Sutra du Lotus comme "une époque effrayante et mauvaise", "époque du Dharma dégénéré", "époque où le Dharma correct disparaîtra", et "la dernière des cinq périodes de cinq cents ans", comme l'attestent les deux traductions chinoises du Sutra du Lotus, les Sho-Hokekyo et Myoho-Renge-Kyo. Si, à une telle époque, les Trois grands ennemis annoncés dans le Sutra du Lotus n'apparaissaient pas, qui pourrait avoir foi dans les paroles du Bouddha  ? Sans Nichiren, qui pourrait aider les prophéties du Bouddha concernant le Pratiquant du Sutra du Lotus à se réaliser  ? [...] Même si le pratiquant du Sutra du Lotus se présentait sous la forme d'un singe plutôt que sous forme humaine, s'il faisait savoir qu'il était pratiquant du Sutra du Lotus, je suis certain que les divinités se précipiteraient à son aide pour honorer la promesse faite au Bouddha. Leur indifférence signifie-t-elle qu'en réalité je ne suis pas le Pratiquant du Sutra du Lotus  ? C'est la question centrale de ce traité [que je suis en train d'écrire] et c'est la plus grande préoccupation de toute ma vie.
[...] Sans ce Sutra, ces gens dans le monde-état d'auditeurs-shravakas seraient comme poissons sans eau, singes sans arbre, nourrisson privé du sein, ou un peuple sans dirigeant. Pourquoi, alors abandonnent-ils le Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] Dans les sutras antérieurs au Sutra du Lotus, ces personnes dans l'état d'auditeurs-shravakas sont décrites comme dotées de l'oeil divin et de l'oeil de la sagesse, en plus de leurs yeux physiques. Dans le Sutra du Lotus, il est dit qu'elles sont aussi dotées de l'oeil du Dharma et de l'oeil du Bouddha. Leur vue peut pénétrer tous les dix mondes-états dans les dix directions. Comment, alors, pourraient-elles ne pas voir le Pratiquant du Sutra du Lotus, présent ici dans le monde saha   ? Même si j'étais un homme mauvais, ayant prononcé un ou deux propos médisants à leur égard, ou même si j'avais maudit et injurié les personnes dans l'état d'auditeurs-shravakas pendant un an ou deux, un kalpa ou deux, ou un nombre incalculable de kalpa, et même si j'avais été jusqu'à les menacer de coups d'épées et de bâtons, aussi longtemps que je conserve ma foi dans le Sutra du Lotus et me comporte comme son Pratiquant, elles ne devraient jamais m'abandonner.
[...] Si même des animaux se comportent ainsi, comment de grands sages pourraient-ils abandonner le Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] S'il existe un Pratiquant du Sutra du Lotus, les sages [les disciples shomon] devraient sans faute aller à sa rencontre, même s'il leur fallait pour cela traverser un grand feu ou une grande muraille rocheuse. Même s'il est dans une méditation profonde, Mahakashyapa (note) ne fera-t-il rien  ? J'ai du mal à comprendre. Ne sommes-nous pas dans "la cinquième période de cinq cents ans  ? " La prédiction concernant "kosen-rufu" serait-elle un mensonge  ? Nichiren n'est-il pas le Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] Les Nitten, Gatten, les quatre Rois du Ciel et les autres divinités étaient présentes dans les Deux Lieux et les trois assemblées lorsque le Sutra du Lotus fut enseigné. Si un pratiquant du Sutra du Lotus apparaît, aussi immanquablement que le fer est attiré par l'aimant ou que le reflet de la lune apparaît dans l'eau, elles viendront instantanément [endurer les souffrances] à sa place, accomplissant ainsi le voeu fait en présence du Bouddha. Mais elles ne sont toujours pas venues à mes côtés. Est-ce à dire que je ne suis pas le véritable Pratiquant du Sutra du Lotus  ? S'il en est ainsi, je dois alors comparer une nouvelle fois le texte du Sutra avec ma conduite pour voir quelle faute j'ai pu commettre.
[...] Le moine Zhi-du* écrit dans le Toshun : "Tout d'abord, dans la partie traitant des "ignorants", on trouve un vers disant que les pratiquants du Sutra du Lotus doivent endurer les maux infligés par le corps, la bouche et l'esprit de leurs opposants.
[...] Cela fait maintenant environ deux mille deux cent ans que le Bouddha a disparu. Même s'il était possible de viser [avec une flèche] la terre et de la manquer, ou même si les fleurs arrêtaient de fleurir au printemps, je suis certain que ces Trois grands ennemis apparaîtraient nécessairement sur la terre du Japon. Dans ce cas, qui faut-il donc compter parmi ces trois ennemis  ? Et qui faut-il considérer comme pratiquant du Sutra du Lotus  ? C'est une question difficile. Devons-nous [moi et mes disciples] être rangés au nombre des Trois grands ennemis  ? Ou faisons-nous partie des pratiquants du Sutra du Lotus  ?
[...] Au Japon aujourd'hui le Sutra du Lotus n'existe plus que de nom - il n'y a pas une seule personne qui le pratique vraiment et atteigne l'Eveil. Qui peut-on considérer comme un pratiquant du Sutra du Lotus  ? On ne peut plus compter les moines qui incendient temples et pagodes et sont envoyés en exil. Et l'on voit quantité de moines éminents flatter les nobles et les guerriers, ce qui leur vaut d'être détestés par le peuple. Peut-on considérer de tels hommes comme des pratiquants du Sutra du Lotus  ? Parce que les prédictions du Bouddha ne peuvent être mensongères, le pays est déjà empli des trois sortes d'ennemis du Sutra du Lotus. Et pourtant, comme pour démentir les paroles d'or du Bouddha, il ne semble pas y avoir de Pratiquant du Sutra du Lotus [comme il l'avait prédit].
[...] Mais moi, Nichiren, ne puis être un pratiquant du Sutra du Lotus parce que, [contrairement à la prédiction, ] le ciel m'a abandonné. Qui, alors, à l'époque actuelle, est le Pratiquant du Sutra du Lotus et accomplit la prédiction du Bouddha  ?
[...] S'il existe un Pratiquant du Sutra du Lotus, les Trois grands ennemis existent aussi, immanquablement. Les Trois grands ennemis sont déjà apparus. Qui, alors, est le Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] Question : Certains diront que les Trois grands ennemis sont bien présents aujourd'hui mais qu'il n'y a pas de Pratiquant du Sutra du Lotus. Si je vous reconnaissais cette qualité de Pratiquant du Sutra du Lotus, alors, de sérieuses contradictions demeureraient.
Réponse : Vos doutes sont des plus justifiés. [...] Le Bouddha subit Neuf grandes épreuves, telles qu'être blessé à un orteil par Devadatta, et n'était-il pas pourtant un Pratiquant du Sutra du Lotus  ? Quant au bodhisattva Fukyo, n'était-il pas un Pratiquant du Véhicule suprême  ? [...] A une époque où l'on s'oppose au Dharma les divinités protectrices partiront et les diverses divinités célestes cesseront d'accorder leur protection. C'est pourquoi les pratiquants du Dharma correct ne reçoivent aucun signe de faveur céleste, et se trouvent au contraire confrontés à de sévères difficultés. [...] Depuis le passé sans commencement, je suis né d'innombrables fois sous la forme d'un mauvais roi qui priva les pratiquants du Sutra du Lotus de vêtements et de nourriture, confisquant leurs rizières et leurs champs et s'opposant [au Dharma] presque autant que les Japonais d'aujourd'hui qui détruisent partout les temples consacrés au Sutra du Lotus. De plus, j'ai fait décapiter d'innombrables pratiquants du Sutra du Lotus. J'ai déjà payé le prix de certaines de ces graves offenses mais quelques-unes ne sont peut-être pas encore expiées
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Celui qui calomnie une famille qui pratique le Dharma correct naîtra dans une famille qui pratiquera des enseignements erronés. Celui qui ridiculise ceux qui observent les préceptes naîtra parmi les gens du commun et sera persécuté par son souverain. Tel est le Dharma général de cause à effet. Mais les souffrances de Nichiren ne peuvent être attribuées à cette forme de causalité. Par le passé, il a méprisé les pratiquants du Sutra du Lotus et ridiculisé le Sutra lui-même, parfois en le vantant exagérément, parfois en le rabaissant.
[...] Il est écrit dans le Sutra du Lotus : "Nombreux seront les ignorants qui nous dénigreront, nous, pratiquants du Sutra du Lotus, et nous attaqueront à coups de bâton, d'épée et de pierres... Ils nous dénonceront au souverain, aux ministres, aux brahmanes et autres personnages influents... Nous serons exilés maintes fois."(réf.)
La Lettre de Sado (
Sado, 20 mars 1272, à Toki Jonin)

C'est en tant que Pratiquant du Sutra du Lotus que j'ai rencontré ces grandes persécutions et je n'en éprouve pas la moindre rancoeur. Il ne pourrait y avoir de vie plus heureuse que la mienne, même au terme d'innombrables répétitions du cycle de la naissance et de la mort.
[...] En tant que pratiquant du Sutra du Lotus, vous avez subi de graves persécutions, mais vous m'êtes quand même venu en aide. Dans le chapitre Hosshi* (X), [le Bouddha déclare] : "J'enverrai des moines, des nonnes, des laïcs hommes et femmes [pour faire des offrandes à celui qui enseigne le Sutra du Lotus et entendre l'enseignement du Dharma]." Si vous n'êtes pas l'un de ces laïcs, à qui d'autre ce passage pourrait-il s'appliquer  ? Vous avez non seulement entendu le Dharma mais vous avez eu foi en lui et vous l'avez suivi depuis sans vous en écarter.
[...] J'ai propagé les cinq caractères du Sutra qui furent confiés au bodhisattva Jogyo alors que les deux bouddhas étaient assis côte à côte dans la Tour aux Trésors. Cela n'indique-t-il pas que je suis l'envoyé du bodhisattva Jogyo  ? De plus, tout en suivant mon enseignement comme celui du pratiquant du Sutra du Lotus, vous faites également connaître ce Dharma aux autres.
Les désirs mènent à l'Eveil (Sado, le 2 mai 1272 ; à Shijo Kingo)

Ceux qui, dans des vies précédentes, ont suivi les enseignements des quatre saveurs ou les Trois doctrines, le brahmanisme, ou les doctrines du monde des hommes et du ciel (note) apparaissent dans cette vie sous forme de démons, d'esprits ou d'êtres humains qui persécutent le Pratiquant de l'enseignement véritable et parfait quand ils le voient ou l'entendent.
[...] Ceux qui tombent dans les voies mauvaises en raison de leur pratique erronée du bouddhisme sont plus nombreux que les particules de poussière qui composent la terre, alors que ceux qui atteignent la bodhéité en pratiquant les enseignements corrects sont plus rares que les grains de poussière pouvant tenir sur un ongle. Les divinités ont maintenant abandonné le pays et seuls les démons demeurent, s'emparant de l'esprit et du corps du souverain, de ses sujets, des moines et des nonnes, pour les pousser à dénigrer et à humilier le Pratiquant du Sutra du Lotus. Par contre, si, dans cette période postérieure à la mort du Bouddha, un homme renonce à son attachement aux quatre saveurs et aux trois doctrines et prend foi dans le Sutra du Lotus, véritable Mahayana, toutes les divinités ainsi que les innombrables bodhisattvas Surgis de Terre le protégeront comme le Pratiquant du Sutra du Lotus. Sous leur protection, il établira l'objet fondamental de vénération, représenté par les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, et le donnera au monde entier.
[...] Question - Comment pouvez-vous être certain d'être le Pratiquant du Sutra du Lotus dont l'apparition est prédite au début de l'époque des Derniers jours du Dharma  ? Réponse - Un passage du Sutra du Lotus dit  : "cela ne sera-t-il pas pire encore après son trépas  ? "(réf.) Dans un autre passage, on lit  : "De nombreux ignorants nous humilieront et attaqueront les pratiquants du Sutra du Lotus à coups de sabre et de bâton."(réf.) Un troisième passage mentionne : "Nous serons sans cesse bannis."(réf.) Un quatrième  : "Les gens seront pleins d'hostilité et il sera extrêmement difficile de croire."(réf.) Un cinquième : "Ils lui jetteront des pierres et le roueront de coups de bâton."(réf.) Un sixième  : "Les démons, des personnes sous leur influence, des esprits du ciel et de la mer, des démons maléfiques nommés yaksha, des démons qui sapent la vitalité humaine (kumbhanda) et d'autres prendront l'avantage." Pour que les gens puissent croire dans les mots du Bouddha, j'ai cherché dans le Japon tout entier, parmi le souverain et ses sujets, parmi les moines et les nonnes, les laïcs hommes et femmes, quelqu'un qui réalise absolument ces prédictions, mais je n'ai pu trouver personne d'autre que moi. Maintenant, nous sommes certainement au commencement des Derniers jours du Dharma, mais si Nichiren n'était pas apparu, les prédictions du Bouddha seraient fausses.
[...] Dans le Japon entier, qui d'autre que Nichiren peut être qualifié de Pratiquant du Sutra du Lotus  ? Si vous dénigrez Nichiren, cela revient à considérer les prédictions du Bouddha comme mensongères.
Sur les prédictions du Bouddha (
Sado, 11 mai 1273 aux croyants)

Sachez bien que le Bouddha Shakyamuni, le bouddha Taho, tous les bouddhas des dix directions, les grands bodhisattvas comme Jogyo et Muhengyo, Bonten et Taishaku, les quatre Rois du Ciel, protègent une femme comme vous aussi étroitement que l'ombre suit le corps. Sans aucun doute, parmi toutes les femmes du Japon, vous êtes la plus digne du titre de pratiquante du Sutra du Lotus. C'est pourquoi, suivant l'exemple du bodhisattva Fukyo, je vous confère le nom bouddhique de Nichimyo Shonin.
Lettre à Nichimyo Shonin (
Ichinosawa, Sado, le 25 mai 1272 à Nichimyo, mère de Oto Gozen)

Dans ce passage du Sutra, après avoir entendu le chapitre Hiyu* (III) et compris quel enseignement permet d'atteindre la bodhéité, les Quatre grands auditeurs expriment la très grande difficulté de s'acquitter de la dette de reconnaissance envers le Bouddha et le Sutra du Lotus. C'est pourquoi, pour les personnes des deux véhicules, les pratiquants de ce Sutra ont plus d'importance que leur père ou leur mère, que leur enfant chéri, que leurs propres yeux, que leur corps et leur vie même. [...] C'est pourquoi ils exprimèrent leur gratitude en disant : "Cet amoncellement de joyaux sans pareil nous a été donné sans même que nous l'ayons cherché."(réf.)
Ainsi, il ne fait aucun doute que les personnes des deux véhicules accorderont leur protection aux pratiquants du Sutra du Lotus.
[...] En un laps de temps aussi court, comment tous ces êtres célestes auraient-ils pu oublier les engagements pris devant le Bouddha, ou leur dette de reconnaissance à l'égard du Sutra qui leur a permis d'atteindre la bodhéité, en abandonnant les pratiquants du Sutra du Lotus  ?
[...] Les prières d'un pratiquant du Sutra du Lotus se réaliseront immanquablement, comme un son est toujours suivi d'un écho, comme une forme est toujours accompagnée par son ombre, comme la lune se reflète dans une eau limpide, comme un miroir recueille les gouttes de rosée, comme un aimant attire le fer ou l'ambre la poussière, et comme un clair miroir reflète la couleur d'un objet.
Devadatta et les innombrables personnes qui l'accompagnaient peuvent maintenant résider dans la demeure des pratiquants du Sutra du Lotus [afin de les protéger].
[...] Alors les grands bodhisattvas, emplissant quatre cents myriades de millions de nayuta de mondes dans chacune des Huit Directions, s'inclinèrent en courbant la tête et, joignant les mains, déclarèrent à l'unisson : "Nous accomplirons respectueusement tout cela, conformément à l'ordre que l'Honoré du monde nous a donné."(réf.) Ils proclamèrent cela par trois fois, sans épargner leurs voix. Comment pourraient-ils ne pas partager les souffrances du pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] On pourrait manquer le sol en le prenant pour cible et réussir à attacher le ciel, le mouvement de flux et reflux des marées pourrait bien s'interrompre et le soleil se lever à l'Ouest, mais il est impossible que les prières des pratiquants du Sutra du Lotus restent sans réponse.
[...] Si, ne serait-ce qu'une fois sur mille, les bodhisattvas, les êtres humains et célestes, les huit sortes d'êtres non humains, les deux sages, les deux divinités célestes, et les dix Filles-démones ne se manifestaient pas et refusaient de protéger le pratiquant du Sutra du Lotus, ils feraient alors preuve d'arrogance envers Shakyamuni et les autres bouddhas au-dessus d'eux, et ils seraient coupables de mépris envers les êtres des neuf états (note) au-dessous d'eux.
[...] Même si le pratiquant du Sutra du Lotus a peu de mérites, même s'il manque de sagesse, s'il est impur et dépourvu des vertus liées à l'observance des préceptes, tant qu'il récitera Namu Myoho Renge Kyo, il sera immanquablement protégé. On ne jette pas de l'or parce que le sac qui le contient est sale.
[...] Mais, depuis plus de vingt ans, les éminents maîtres du Tendai et du Shingon ont à plusieurs reprises prié pour des affaires importantes de l'Etat, sans avoir guère obtenu de résultats. Les prières de ces moines semblent avoir été encore moins efficaces que les efforts de personnes s'appuyant sur des enseignements non bouddhiques. Cela veut-il dire que les affirmations du Sutra du Lotus sont mensongères  ? Est-ce le comportement des pratiquants du Sutra qui est à blâmer  ? Ou bien est-ce parce que de telles prières ne conviennent ni à l'époque ni à la capacité des gens  ?
Sur la prière (
Sado, 1272 à Sairen-bo)

Le pratiquant né à l'époque des Derniers jours du Dharma qui propage le Sutra du Lotus rencontrera les Trois grands ennemis, qui provoqueront son exil et même sa condamnation à mort. Pourtant, le Bouddha Shakyamuni couvrira du manteau de sa bienveillance ceux qui persévéreront dans la propagation.
[...] En toutes circonstances, conservez la foi d'un pratiquant du Sutra du Lotus et efforcez-vous d'être un disciple de Nichiren tout au long de votre vie. Si vous avez le même esprit que Nichiren, vous devez être un bodhisattva Surgi de Terre, et, puisque vous êtes un bodhisattva Surgi de Terre, il ne fait aucun doute que vous êtes un disciple du Bouddha depuis le passé illimité.
[...] Pour le moment, faites-vous respecter en tant que pratiquant du Sutra du Lotus et consacrez-lui votre vie. Les bouddhas Shakyamuni et Taho, assis dans la Tour aux Trésors, lors de la Cérémonie dans les Airs, entourés de tous le autres bouddhas et bodhisattva, hochèrent la tête pour exprimer leur accord.
[...] Comme je ne suis qu'un simple mortel, il n'est pas en mon pouvoir de connaître le passé. Cependant, je suis sans aucun doute le Pratiquant du Sutra du Lotus dans cette vie-ci ; je pourrai donc de façon certaine atteindre le siège de l'Eveil à l'avenir.
La véritable réalité de la vie (Sado - Ichinosawa, mai 1273 à Sairen-bo)

De plus, ceux qui deviennent les disciples du véritable Pratiquant du Sutra du Lotus tel que le Bouddha l'enseigne seront immanquablement confrontés aux Trois grands ennemis. Par conséquent, du jour même où vous croyez en ce Sutra vous devez être prêt à rencontrer ces trois sortes de persécutions qui seront à coup sur plus terribles encore après la mort du Bouddha.
[...] Shakyamuni lui-même, Zhiyi et Saicho furent les trois seuls à pratiquer en parfait accord avec l'enseignement du Bouddha, en plus de deux mille ans. Maintenant, à l'époque des Derniers jours du Dharma, les seuls pratiquants de cette sorte sont Nichiren et ses disciples. Si nous ne pouvons être considérés comme des pratiquants fidèles aux enseignements du Bouddha, alors Shakyamuni, Zhiyi et Saicho ne peuvent pas l'être non plus.
La Pratique telle que le Bouddha l'Enseigne (mai 1273 à plusieurs de ses disciples)

Car le Sutra du Lotus promet à ceux qui pratiquent le Dharma du Bouddha "paix et sécurité en cette vie-ci et de bonnes conditions dans la vie prochaine."(réf.) Pourquoi, dans ce cas, le moine Nichiren rencontre-t-il tant de difficultés, alors qu'il se désigne lui-même comme le Pratiquant du Sutra du Lotus  ? Beaucoup disent que cela doit être parce que ses enseignements ne correspondent pas à la volonté du Bouddha. A ces critiques sans fondement, je répondrai que les difficultés rencontrées sont dues au karma créé dans des existences passées (note). Il n'y a rien d'étonnant à ce que le gouvernement me poursuive de sa colère. L'étude attentive du Sutra du Lotus en donne l'explication. Elle apprend que, à l'époque des Derniers jours du Dharma, la personne qui se consacre à la pratique du Sutra du Lotus telle que le Bouddha l'enseigne est vouée à rencontrer de nombreuses difficultés. Le texte l'établit sans la moindre ambiguïté, et il suffit d'avoir des yeux pour le lire.
[...] Selon le Sutra, [à l'époque des Derniers jours du Dharma] le pratiquant du Sutra du Lotus, s'il s'en trouve un, sera calomnié et insulté, attaqué à coups de sabre et de bâton, et sera banni. J'essaie d'appliquer ce passage du Sutra au monde d'aujourd'hui, mais je ne vois personne qui lui corresponde. Alors, qui est donc le Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (
Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)

Le démon asura qui voulut décocher une flèche au dieu Taishaku vit sa flèche rebondir et c'est l'œil de celui qui l'avait lancée qu'elle revint crever. Quand les oiseaux garuda s'efforcèrent de cracher des flammes sur le Roi-dragon Anavatapta, ils furent consumés par les flammes qui émanaient de leurs propres corps. Le pratiquant du Sutra du Lotus est-il inférieur à Taishaku ou au Roi-dragon Anavatapta  ? Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (Sado, 1273 à Shijo Kingo)

Du vivant du Bouddha, ainsi que pendant les deux mille ans des époques du Dharma correct et du Dharma formel [qui suivirent sa disparition], il n'y eut que trois Pratiquants du Sutra du Lotus. Le Bouddha Shakyamuni lui-même, Zhiyi et Saicho.
[...] Si la prédiction du Bouddha est exacte, un Pratiquant du Sutra du Lotus doit apparaître à l'époque des Derniers jours du Dharma, et les persécutions qu'il subira dépasseront celles que connut le Bouddha de son vivant.
[...] Toutes ces épreuves ont été pour moi plus graves que celles du Bouddha de son vivant. Ce sont des difficultés telles que Zhiyi et Saicho n'en ont jamais rencontrées. Il faut que vous le sachiez : en ajoutant Nichiren aux trois autres, il y a maintenant un quatrième Pratiquant du Sutra du Lotus, apparu à l'époque des Derniers jours du Dharma.
Le pratiquant du Sutra du Lotus rencontrera des persécutions (Sado, 14 janvier 1274 à Toki Jonin, Shijo Kingo, Kawanobe et Yamato Ajari)

Mais il est vrai aussi que l'on brise les pierres pour le joyau qu'elles contiennent. Les daims sont tués pour leur chair et leur peau, les poissons pour leur saveur, le martin-pêcheur pour ses plumes splendides. Et une femme de grande beauté suscite invariablement l'envie. Nichiren se trouve dans une situation analogue. Etant le Pratiquant du Sutra du Lotus, il a subi toutes sortes de persécutions de la part des Trois grands ennemis.
Les Sabres du Bien et du Mal (Sado, 21 février 1274, à Hojo Yagenta)

Votre défunt mari a échappé à ces souffrances car il fut un bienfaiteur de Nichiren, le Pratiquant du Sutra du Lotus. Il est dit dans le Sutra  : "Même s'ils tombent dans un grand feu, ils ne seront pas brûlés... Si une inondation les emporte, en récitant le Titre, ils parviendront immédiatement dans des eaux peu profondes."(réf.) On y lit encore  : "La bonne fortune du pratiquant ne peut être ni consumée par le feu, ni emportée par l'eau."(réf.)
[...] Puisque votre défunt mari était un pratiquant de ce Sutra, il est certain qu'il a atteint la bodhéité.
Enfer et bodhéité (Minobu, le 11 juillet 1274 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Le Roi-Démon du sixième Ciel et son armée de dix régiments ont mené une bataille contre le Pratiquant du Sutra du Lotus sur la mer de la vie et de la mort, en ce monde souillé de saha, où résident à la fois les sages et les simples mortels. Comme je me battais pour les vaincre, ils essayèrent de me forcer à abandonner ma vie en tant que Pratiquant du Sutra du Lotus. Nichiren a été aux prises avec ces forces pendant plus de vingt ans, mais il n’a jamais battu en retraite une seule fois. Cependant, la lâcheté et le désir de renoncer à la foi dans le Sutra du Lotus sont largement répandus parmi nombre de mes disciples et partisans.
Ben Dono et Ama Gozen (Sado, le 19 septembre 1274)

Le moine Kakutoku renaquit sous la forme du bouddha Kasho. C'était un pratiquant du Sutra du Lotus qui, en son temps, incita le roi Utoku à lutter contre les ennemis du Sutra comme contre des gens qui, vie après vie, auraient attaqués ses propres parents.
Faire connaître cet enseignement à votre seigneur (
Minobu, 9e mois de 1274 à Shijo Kingo)

De nos jours, ceux qui vivent à l'époque des Derniers jours du Dharma et se consacrent à la pratique de Myoho Renge Kyo telle qu'elle est enseignée dans le Sutra, qu'ils soient sages ou ignorants, moines ou laïcs, de la plus haute ou de la plus basse condition, ne peuvent manquer d'atteindre la bodhéité. C'est précisément pour cela qu'il est dit, à propos des pratiquants du Sutra du Lotus à l'époque mauvaise et impure des Derniers jours du Dharma qui suivra la disparition du Bouddha : "II ne fait aucun doute qu'ils atteindront la bodhéité."(réf.)
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274   ? à Sammi-bo)

Les dix métaphores semblent enseigner la préexcellence du Sutra de la Fleur du Dharma sur tous les autres sutras. Toutefois, là n’était pas la véritable intention de l’Eveillé. Il convient de comprendre qu’il compara les pratiquants de tous les sutras au Pratiquant du Sutra de la Fleur du Dharma pour signifier que ce dernier est comme le soleil et la lune, alors que les autres sont semblables aux étoiles et aux flambeaux. Comment le sais-je  ? A la suite de la huitième métaphore (note), il y a une phrase de la plus haute importance. Cette phrase expose en effet : "Celui qui est capable de recevoir et de garder ce sutra, lui aussi, est primordial parmi tous les êtres". Les vingt-deux idéogrammes constituant cette phrase représentent le cœur de tous les sutras, les yeux de tous les êtres. Le cœur de cette phrase est que le Pratiquant du Sutra de la Fleur du Dharma est comparable au soleil et à la lune, au roi Bonten, à l’Eveillé. Le pratiquant du Sutra Vairocana*, lui, est comparable aux étoiles, aux rivières et aux hommes ordinaires. [...] Par ailleurs, réfléchissant à ce sutra jour et nuit, le lisant matin et soir, je réalise que le pratiquant auquel il fait allusion n’est pas le Pratiquant du Sutra du Lotus habituel. En effet, si on lit le mot "celui" dans l’expression “Celui qui est capable de recevoir et de garder ce sutra” désigne "une personne", on peut alors penser qu’il s’agit des moines, des nonnes, des hommes et des femmes laïques ayant foi dans le Sutra de la Fleur du Dharma en ce monde. Or, il n’en est rien.
Réponse à l’épouse de Messire Shijo Kingo ( Minobu, le 27 janvier 1275, à Nichigen-nyo)

La première sorte d'ennemi comprend le souverain du pays, les gouverneurs des provinces et les intendants d'un domaine aussi bien que les gens du peuple. Croyant les accusations portées par les deuxième et troisième sortes d'ennemis, qui sont des moines, ils dénigrent ou calomnient le Pratiquant du Sutra du Lotus ou l'attaquent à coups de sabre et de bâton.
Réponse à Nii-ama (
Minobu, 16 février 1275 à Nii-ama)

Mais s'il se trouve que je sois le pratiquant du Sutra du Lotus, le peuple japonais dans sa prochaine existence va tomber dans l'enfer avici pour m'avoir persécuté.
[...] En ce qui concerne les autres personnes, il n'y a aucune doute que pour leur dénigrement du Vrai Dharma elles vont souffrir de graves maladies, comme la lèpre blanche ou la lèpre noire. Si cette preuve concrète n'apparaît pas, alors je ne suis pas le pratiquant du Sutra du Lotus et c'est moi qui vais, dès cette vie, contracter ces maladies et tomber dans l'enfer avici, comme le firent Devadatta et Kokalika.

Encouragés par le Bouddha et poussés comme des bateliers sous le vent, les participants aux trois assemblées en deux lieux jurèrent tous d'une même voix : "Nous protégerons les pratiquants du Sutra du Lotus respectant les paroles du Bouddha". Ne l'ont-ils pas faits  ? Qu'est-il advenu de ce voeu  ?
[...] Alors se peut-il qu'aujourd'hui, dans les Derniers jours du Dharma, dans un coin perdu du Japon, existe un Pratiquant du Sutra du Lotus et que les divinités telles que le Roi du ciel de Bonten, Taishaku, Nitten, Gaten, aient oublié leur serment fait au Bouddha et ne le protègent pas  ? Pour moi, Pratiquant du Sutra du Lotus dans les Derniers jours du Dharma, c'est une douleur juste temporaire. Mais ce qui me fait mal c'est que des êtres célestes comme le roi du ciel de Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, les quatre Rois du Ciel gâchent leur bonne fortune céleste et tombent dans l'enfer avici pour n'avoir pas protégé un pratiquant du Sutra du Lotus qui récite Namu Myoho Renge Kyo et doit faire face à des persécutions.
Souverains de notre pays
(Minobu, février 1275)

Lorsqu'on y ajoute des bûches, le feu augmente. Lorsque le vent violent souffle, le gura grandit. C'est pour se préserver de sa faiblesse que le pin séculaire courbe ses branches. Le Pratiquant du Sutra du Lotus est comme le feu et le gura. Les bûches et le vent représentent les grandes difficultés. Le Pratiquant du Sutra du Lotus est l'Ainsi­Venu à la longévité lointaine. Il n'est pas étonnant que les branches de sa pratique soient coupées et tordues.
La difficulté de garder la foi (Minobu, mars 1275, à Shijo Kingo)

Sans parler de la vie prochaine [dans laquelle ceux qui s'opposent au Dharma connaîtront des souffrances épouvantables] je prie pour que Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel punissent dans cette vie ceux qui s'opposent au Sutra du Lotus afin que cela serve d'avertissement à tous. Que l'on décide ensuite [d'après la justesse de mes prédictions] (note) si Nichiren est le Pratiquant du Sutra du Lotus ou non. Quand je parle de cette manière, le souverain du pays et d'autres pensent peut-être que je profère des menaces. Mais je ne dis pas cela [le moins du monde] par haine. C'est plutôt motivé par une bienveillance profonde, afin qu'ils puissent effacer en cette vie-ci la cause des tortures dans l'enfer avici [dans lequel ils seront autrement condamnés à tomber].
Le Palais royal (
Minobu, 12 avril 1275 à Shijo Kingo)

Il est dit aussi que, même si l'on ne ressent pas, intérieurement, la moindre animosité envers le Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Derniers jours du Dharma, même si l'on ne manifeste pas la moindre jalousie à son égard, seulement en se moquant de lui ou en le traitant à la légère, on encourra des rétributions encore plus graves que celles que dut subir Devadatta pour avoir commis les trois actions mauvaises ou que l'on subirait pour avoir maudit et insulté le Bouddha pendant toute la durée d'un kalpa moyen. Combien plus grave encore est la rétribution à laquelle s'exposeraient des gens de notre époque en agissant en pensée, en paroles et en action comme Devadatta, en conservant un coeur haineux pendant de nombreuses années - en maudissant et dénigrant le Pratiquant du Sutra du Lotus, en le diffamant et l'insultant, en l'enviant et en le jalousant, le rudoyant et le frappant, en le faisant condamner à mort sur la base d'accusations mensongères, et en l'assassinant !
[...] Le passage que je viens de citer précise que les personnes qui maudissent, insultent ou calomnient le Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Derniers Jours, même s'ils le font sous forme de plaisanterie, tomberont dans cet enfer.
Il est dit encore, au chapitre Hosshi* (X) dans le quatrième volume du Sutra du Lotus : "
Si une personne recherche la voie du Bouddha / et pendant toute la durée d'un kalpa / [joint les mains en (sa) présence et récite d'innombrables vers élogieux / ces éloges du Bouddha lui vaudront d'incommensurables bienfaits.] Et ceux qui font l'éloge et défendent les pratiquants de ce Sutra obtiendront une bonne fortune encore plus grande."
[...] Pourtant, les bienfaits obtenus en lui [Shakyamuni] rendant hommage non pas une heure ou deux, non pas un jour ou deux, mais pendant toute la durée d'un kalpa, - en joignant les mains, en levant les yeux vers le visage du Bouddha, en inclinant la tête, en abandonnant toute autre préoccupation, avec autant de sérieux que si l'on voulait éteindre un feu allumé sur sa propre tête, trouver de l'eau quand on a soif, ou de la nourriture quand on a faim - les bienfaits obtenus en faisant des dons au Bouddha et en lui rendant de cette façon constamment hommage, sont encore bien moindres que ceux que procurent les dons au Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Derniers Jours et le fait d'avoir prononcé son éloge, même sous forme de plaisanterie, ou avec aussi peu de conviction qu'une belle-mère parlant de son gendre ou de sa belle-fille.
[...] Les Dix titres honorables sont dix épithètes honorifiques attribués au Bouddha. Zhanlan dit que les bienfaits obtenus en faisant des offrandes au Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Derniers Jours sont plus grands que ceux qui découlent des offrandes à un bouddha doté des Dix titres honorables.
[...] Imaginez, par exemple, qu'une femme ait pour enfants trois mille guerriers aussi redoutables que Tamura ou Toshihito. Qui donc voudrait l'avoir pour ennemie  ? Ne serait-ce pas comme être confronté à trois mille généraux ennemis  ? De même, celui qui s'attaque aux pratiquants du Jigage du Sutra du Lotus aura pour ennemis tous les bouddhas des trois phases de la vie.
[...] Nous parlons de la pratique du Sutra du Lotus. C'est un sutra unique, mais la façon de le pratiquer peut varier en fonction du temps. Il y a des époques où l'on devient bouddha en s'arrachant la peau pour en faire don à son maître. D'autres où l'on fait de son corps un tapis pour l'offrir à son maître, ou bien une bûche pour alimenter les flammes. D'autres encore, où les pratiquants de ce Sutra reçoivent des coups de canne et de bâton, pratiquent l'ascèse ou observent divers préceptes. Mais il peut y avoir des moments où, malgré ces pratiques, il reste impossible de devenir bouddha.
[...] Je ne suis qu'une personne de condition modeste, mais je travaille à propager les enseignements du Sutra du Lotus. Quand le souverain, les ministres, et le peuple d'un pays sont hostiles envers le Pratiquant du Sutra du Lotus, les divinités de la terre et les divinités du ciel, présentes lorsque le Sutra du Lotus fut enseigné, et qui ont fait voeu de le protéger, se mettront les unes à trembler de colère et les autres à émettre de la lumière pour menacer ce pays. Et si, malgré les remontrances du Pratiquant du Sutra du Lotus, le souverain et ses ministres négligent ses avertissements, en définitive, les divinités posséderont les êtres humains et pousseront les uns à se révolter à l'intérieur, et les autres à l'attaquer de l'étranger.
[...] Et si, malgré les remontrances du Pratiquant du Sutra du Lotus, le souverain et ses ministres négligent ses avertissements, en définitive, les divinités posséderont les êtres humains et pousseront les uns à se révolter à l'intérieur, et les autres à l'attaquer de l'étranger.
[...] Question. Vous dites que ces phénomènes étranges, dans le ciel et sur la terre, se produisent parce que vos remontrances sont ignorées et que vous êtes un pratiquant du Sutra du Lotus. Mais il est dit, dans le huitième volume du Sutra  : "Ils auront la ête brisée en sept morceaux."(réf.) Et dans le cinquième volume, on lit : "Ceux qui médiront [du Pratiquant du Sutra du Lotus] ou l'insulteront auront la bouche close et les lèvres scellées."(réf.) Pourquoi rien de pareil n'arrive-t-il à ceux qui vous calomnient et vous haïssent depuis tant d'années  ? Réponse. Laissez-moi vous poser une question à mon tour. Ceux qui calomnièrent, insultèrent et battirent le bodhisattva Fukyo eurent-ils les lèvres scellées ou la tête brisée  ?
Lettre à Horen (
Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)

Nichiren est peut-être un insensé, mais celui qui se déclare l'envoyé du Bouddha Shakyamuni, le Pratiquant du Sutra du Lotus, il est stupéfiant que ses propos n'aient éveillé aucun écho. C'est en raison de cette erreur que le pays est maintenant menacé de disparition.
Lettre au nyudo d'Ichinosawa (
Minobu, le 8 mai 1275, à l'épouse du nyudo d'Ichinosawa)

Il y a deux sortes de pratiquants du Sutra du Lotus [les saints et les simples mortels]. Le saint s'arrache la peau et s'en sert [comme d'un parchemin] pour recopier les caractêres d'un sutra. Si un simple mortel offre le seul kimono qu'il possède au Pratiquant du Sutra du Lotus, le Bouddha l'accepte et lui accorde autant de prix qu'au don de sa propre peau [fait par un saint].
[...]
Hyoe no Saemon est un pratiquant du Sutra du Lotus. Parce que vous êtes sa femme, quoi qu'il arrive, le Bouddha doit savoir que vous êtes une pratiquante du Sutra du Lotus. De plus, vous avez pris la peine de m'envoyer un kimono d'été en offrande au Sutra du Lotus.
L'Offrande d'un Kimono d'Eté (Minobu, 25 mai 1275, à Sakiji Nyobo) 

Aujourd'hui, les présentes attaques des Mongols se produisent pour les mêmes raisons. Même si l'on rassemblait autant de soldats qu'on en peut trouver dans les cinq régions de l'Inde, et si l'on construisait une forteresse  [Tetsusshi] dans la montagne de la Roue de fer  [qui marque les frontières du Jambudvipa], cela ne servirait à rien. Toute la population du Japon subira inévitablement le désastre de la guerre. Devant une telle situation, on devrait clairement comprendre que Nichiren est bien le Pratiquant du Sutra du Lotus. Le Bouddha Shakyamuni déclara qu'à l'époque mauvaise des Derniers jours du Dharma, si quelqu'un maltraitait ou insultait les personnes qui propagent le Sutra du Lotus, il commettrait un crime cent, mille, dix mille, cent millions de fois plus grave que celui qui hait le Bouddha pendant toute la durée d'un kalpa. Pourtant, de nos jours, au Japon, attachés à leurs préjugés, le souverain aussi bien que les personnes ordinaires me haïssent encore plus intensément qu'ils haïraient les ennemis de leur père et mère, ou leur ennemi juré depuis des existences passées, et m'attaquent plus farouchement que si j'étais un traître ou un meurtrier. Je me demande pourquoi la terre ne s'ouvre pas pour les engloutir vivants ou pourquoi le tonnerre et les éclairs ne tombent pas du ciel pour les foudroyer ! [...] Est-ce parce que après tout Nichiren n'est pas le Pratiquant du Sutra du Lotus  ? Dans ce cas, quel sort misérable est le mien ! Quelle épouvantable condition, dans cette vie, que d'être attaqué par tous sans connaître un instant de répit, et, dans la vie suivante, de tomber dans les voies mauvaises ! Mais, si en réalité Nichiren n'était pas le Pratiquant du Sutra du Lotus, qui serait donc le défenseur du Véhicule unique, l'enseignement du Sutra du Lotus  ?
[...] Le Sutra parle de "la personne qui a la force de pratiquer ce Sutra"(réf.) et de "la personne capable de l'enseigner."(réf.) Que signifie "capable de l'enseigner"  ? Cela ne désigne-t-il pas celui qui affirmera, comme il est dit dans un passage du Sutra lui-même : "De tous les sutras, c'est le plus élevé"(réf.) et qui proclamera, comme le Sutra l'enseigne, la supériorité du Sutra du Lotus sur les sutras Vairocana*, Kegon*, du Nirvana, Hannya* et autres  ? N'est-ce pas celui-là que le Sutra désigne comme "le Pratiquant du Sutra du Lotus"  ? S'il faut en croire ces passages du Sutra, en plus de sept cents ans, depuis l'introduction du bouddhisme au Japon, à l'exception du Grand-maître Saicho et de moi Nichiren, il n'y a pas eu un seul pratiquant du Sutra du Lotus.
[...] Mais Nichiren est le plus grand pratiquant du Sutra du Lotus dans le monde entier. Par conséquent ceux qui s'allient avec mes calomniateurs et mes ennemis ne manqueront pas de connaître les plus graves difficultés du monde, telles que le grand séisme qui secoua tout le Japon à l'ère Shoka [1257] ou l'apparition de la grande comète à l'ère Bun'ei qui constitua une punition pour le pays tout entier. Réfléchissez bien à cela ! Depuis la disparition du Bouddha, d'autres pratiquants du bouddhisme ont été traités avec hostilité, mais on n'a jamais entendu parler de désastres d'une telle gravité. C'est parce que personne n'avait encore exhorté tous les êtres humains à réciter Namu Myoho Renge Kyo ! Qui, dans le monde entier, pourrait, sur ce point prétendre qu'il est mon égal  ? Qui, dans les quatre mers, pourrait soutenir la comparaison avec moi  ? [...] Finalement [on peut dire que], au cours des mille huit cents ans écoulés depuis la disparition du Bouddha, ces deux hommes [Zhiyi et Saicho] furent les véritables pratiquants du Sutra du Lotus.
[...] Tel fut l'effet des prières Shingon pour la victoire. En fin de compte, elles eurent le même effet que les glapissements du renard yakan qui permettent de le découvrir, et les malédictions, exactement comme il est dit dans le Sutra du Lotus à propos de ceux qui attaquent les pratiquants de ce Sutra, "se sont retournées contre ceux qui les ont prononcées."(réf.)
[...] Par le passé, ceux qui s'opposaient au Dharma encouraient la désapprobation de Bonten, de Taishaku, des divinités Nitten, Gatten, les quatre Rois du Ciel et des divinités de la terre qui ont fait serment de protéger les pratiquants du Sutra du Lotus.
Il ne fait aucun doute que moi, Nichiren, je suis le plus grand pratiquant du Sutra du Lotus au Japon. Sur ce point, on peut pressentir que, même en Inde et en Chine, dans le monde entier, personne ne peut m'égaler.
[...] On m'a même arrêté, on a arraché le cinquième volume du Sutra du Lotus de la poche de mon vêtement et on l'a utilisé pour me frapper violemment (note). Finalement, j'ai été traîné dans les ruelles de Kamakura et je me suis écrié : "Divinités Nitten et Gatten, vous êtes bien là, dans le ciel mais vous laissez Nichiren subir de grandes persécutions. Serait-ce parce que je ne suis pas le Pratiquant du Sutra du Lotus  ? Si c'était le cas, j'abandonnerais immédiatement ma croyance erronée. Mais si je suis bien le Pratiquant du Sutra du Lotus, donnez-en immédiatement la preuve ! [...] Mais les pratiquants du Sutra du Lotus ne devraient jamais oublier les passages du Sutra du Lotus où il est dit : "De même que, parmi toutes les étendues d'eau, affluents, rivières et fleuves, la mer est la plus vaste, la personne qui pratique le Sutra du Lotus est d'une sagesse supérieure aux autres"(réf.)  ; et : "La lune est le plus lumineux de tous les corps célestes visibles dans le ciel nocturne. Ceux qui pratiquent ce Sutra du Lotus lui sont comparables."(réf.) Ces passages doivent rester gravés dans notre coeur. Tous les sages du Japon à notre époque sont comme autant d'étoiles, et moi, Nichiren, suis comparable à la pleine lune.
[...] Il est dit dans le huitième volume du Sutra du Lotus : "Aux époques futures qui suivront la disparition du Bouddha, les voeux de ceux qui croiront en ce Sutra et le pratiqueront, le liront et le réciteront ne resteront pas sans réponse, et ils recevront des bienfaits dans leur vie présente."(réf.) Il y est dit encore : "Ceux qui feront des offrandes au Pratiquant de ce Sutra et feront son éloge recevront des bienfaits dans leur vie présente."
(réf.)
[...] Avant qu'apparaissent dans le Sutra les mots "sans ménager sa vie", sont décrits Trois sortes d'ennemis qui dénigreront et attaqueront à coups de sabre et de bâton, et mettront la vie des pratiquants en danger.
On lit, dans le cinquième volume du Sutra du Lotus : "Ce Sutra du Lotus est la resserre secrète des bouddhas. Parmi tous les sutras, il occupe la place la plus élevée."(réf.) Dans ce passage, nous devons remarquer les quatre caractères signifiant "la place la plus élevée". Si nous devons en croire ces mots, le véritable Pratiquant du Sutra du Lotus est celui qui proclame que le Sutra du Lotus est le plus élevé de tous les sutras.
[...] Mais supposons qu'il y ait de nombreux moines hautement respectés dans le pays qui prétendent que d'autres sutras sont supérieurs au Sutra du Lotus et débattent avec le Pratiquant du Sutra du Lotus sur ce point. Ces moines bénéficient de la confiance et du soutien du souverain et de ses ministres, tandis que le Pratiquant du Sutra du Lotus n'a pas de soutiens influents et n'a que peu de disciples ; par conséquent le pays tout entier le méprise et se ligue contre lui.
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Il est dit, dans le quatrième volume du Sutra du Lotus, au chapitre Hosshi* (X) : "La personne qui cherche la Voie du Bouddha et qui, pendant un kalpa, joignant les mains devant moi, récitera d'innombrables stances à ma louange, parce qu'elle aura ainsi fait l'éloge du Bouddha, obtiendra des bienfaits incommensurables. Mais la bonne fortune qu'obtiendront ceux qui louent et honorent les pratiquants de ce Sutra sera plus grande encore." Cela signifie que le bienfait obtenu en faisant des offrandes à un Pratiquant du Sutra du Lotus, à l'époque des Derniers jours du Dharma, est encore supérieur à celui qui résulte de servir de tout son coeur un Bouddha aussi noble que Shakyamuni, par la parole, par la pensée et par l'action, pendant toute la durée d'un kalpa moyen.
[...] Autrement dit, faire un don au Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Derniers jours du Dharma procure de plus grands bienfaits que faire des offrandes au Bouddha doté des Dix Titres honorables. Et cela signifie aussi que ceux qui s'opposent au Pratiquant du Sutra du Lotus en cette époque impure auront la ête brisée en sept morceaux.
Lettre à Ko-no ama Gozen (Minobu le 16 juin 1275 à Ko-no ama Gozen)

Les divers maîtres du Shingon, qui croient au Sutra Vairocana*, lorsqu'ils sont confrontés en débat aux pratiquants du Sutra du Lotus sont comme un feu éteint par de l'eau, ou comme de la rosée dispersée par le vent. On dit que si un chien aboie après un lion, ses entrailles pourriront. L'asura qui décocha une flèche au soleil eut la ête brisée en sept morceaux. Les divers maîtres du Shingon, [qui croient dans le Sutra Vairocana*] sont comme le chien ou l'asura, et les pratiquants du Sutra du Lotus sont comme le soleil ou le lion.
[...] Si les Mongols attaquent à nouveau, personne n'aura le courage de les affronter. Les gens seront comme des singes effrayés par un chien, ou une grenouille terrorisée par un serpent. Cela est dû au fait que le pays a laissé les maîtres du Shingon, les moines du Nembutsu et du Ritsu libres de haïr [Nichiren qui est] le Pratiquant du Sutra du Lotus et l'envoyé du Bouddha Shakyamuni.
[...] En s'opposant aujourd'hui au Sutra du Lotus, les habitants du Japon attirent la destruction sur eux-mêmes et sur le pays. Parce que je proclame cela, ceux dont la compréhension est étroite m'accusent d'être un arrogant, mais ce n'est pas le cas. Si je ne le disais pas, je ne serais pas le Pratiquant du Sutra du Lotus.
La suprématie du Dharma (
Minobu, 4 août 1275, à Oto, fille de Nichimyo)

Le Roi-Démon du sixième Ciel entre dans la vie de l'épouse et des enfants d'un homme pour l'égarer. Il s'empare aussi de l'esprit du souverain afin de menacer le Pratiquant du Sutra du Lotus, ou incite des parents à s'opposer à la foi de leurs enfants dévoués.
[...] Le Sutra Hatsunaion dit : "Vous pouvez être mal habillé et mal nourri, chercher en vain la richesse, être né dans une famille pauvre ou aux conceptions erronées, ou même être persécuté par votre souverain. C'est grâce aux bienfaits obtenus en protégeant le Dharma que l'on peut alléger en cette vie nos souffrances et rétributions." Cela signifie que nous, qui croyons aujourd'hui dans le vrai Dharma, avons commis la faute de persécuter son Pratiquant dans le passé, et sommes pour cette raison voués à tomber dans un terrible enfer à l'avenir.
[...] Afin d'expier vos oppositions passées, vous subissez l'opposition de vos parents qui ont des croyances erronées, et devez vivre à l'époque d'un souverain qui persécute le Pratiquant du Sutra du Lotus. Le Sutra est absolument clair sur ce point.
[...] Les épreuves que rencontreront les disciples du Pratiquant du Sutra du Lotus seront encore bien plus grandes, car il est le premier, au Japon, à pratiquer et à propager Namu Myoho Renge Kyo, le principe ultime du Sutra du Lotus.
Lettre aux Frères (Minobu, 16e jour du 12e mois 1275 aux frères Ikegami)

On lit dans le cinquième volume du Sutra du Lotus : "Ils seront respectés et révérés comme des ahrats dotés des six pouvoirs mystiques."(réf.) Ce passage décrit les ennemis du Sutra du Lotus. Il indique que le dirigeant du pays respectera des hommes qui, tout en observant rigoureusement les Deux cent cinquante préceptes, et tout en paraissant comparables à Mahakashyapa et à Shariputra, s'efforceront d'éliminer le Pratiquant du Sutra du Lotus.
Emissaires mongols (Minobu, 1275, au nyudo Nishiyama)

Car nous lisons dans le Sutra que Bonten, Taishaku, les divinités du Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel devant l'Assemblée à qui était enseigné le Sutra du Lotus et en présence du Bouddha, ont fait serment de punir ceux qui seraient hostiles au Pratiquant du Sutra du Lotus avec plus de sévérité que s'ils étaient les ennemis jurés de leurs propres père et mère.
[...] Parce qu'ils m'ont traité avec hostilité, le ciel s'est mis en colère, de graves anomalies ont marqué le cours du soleil et de la lune, et d'énormes comètes sont apparues. La terre a tremblé à tel point qu'on aurait pu croire qu'elle se renversait, des luttes intestines ont éclaté au sein d'un même clan, et un pays étranger a attaqué celui-ci de l'extérieur. Les prédictions du Bouddha se sont révélées totalement exactes. Il n'y a donc plus aucun doute, moi, Nichiren, je suis le Pratiquant du Sutra du Lotus.
Réponse au nyudo Takahashi (
Minobu, 1275 au nyudo Takahashi Rokuru Hyoe)

Qui doit-on considérer comme étant le Pratiquant du Sutra du Lotus dans la dernière période de cinq cents ans  ? Jusqu'à présent, je ne me suis pas fié ma propre sagesse, mais puisque les rébellions et l'invasion [que j'avais prédite] se sont produites, maintenant j'ai confiance en elle. Tout ceci échappe aux autres.
Mes disciples, sachez que moi, Nichiren, je suis le Pratiquant du Sutra du Lotus. Puisque je suis le continuateur du bodhisattva Fukyo, ceux qui me méprisent et me calomnient auront la tête brisée en sept morceaux, alors que ceux qui croient en moi accumuleront une bonne fortune aussi haute que le Mont Sumeru.

Un Sage Perçoit les Trois Phases de la Vie (Minobu, 1275, à Toki Jonin)

[De plus le Sutra du Lotus affirme] que le pratiquant de ce Sutra sera protégé par les innombrables bodhisattvas Surgis de Terre, les bodhisattvas Manjushri et Kannon, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten, les quatre Rois du Ciel et les dix Filles-démones. Il n'y a donc pas d'autre moyen d'atteindre la bodhéité que de pratiquer le Sutra du Lotus, car c'est le seul écrit qui dévoile la vérité du passé comme de l'avenir.
Lettre aux moines du Seicho-ji (Minobu, le 11 janvier 1276 aux moines du temple Seicho-ji)

De plus, à l'époque des Derniers jours du Dharma du Bouddha Shakyamuni - lorsque le monde est dans le chaos, et quand le souverain, ses ministres et le peuple, vouent tous la même haine au Pratiquant du Sutra du Lotus, au point qu'il est contraint de vivre comme un poisson dans une mare en période de sécheresse, ou comme un daim poursuivi par des chasseurs - celui qui rend visite au Pratiquant obtiendra des bienfaits bien plus grands que tous ceux qu'il aurait pu acquérir en servant par l'esprit, la parole et l'action, durant tout un kalpa, le Bouddha Shakyamuni de son vivant.
La bonne fortune en cette vie (
Minobu, le 19 janvier 1276, à Nanjo Tokimitsu)

Les Dix métaphores semblent illustrer les mérites relatifs du Sutra du Lotus et des autres sutras, mais telle n'était pas la véritable intention du Bouddha lorsqu'il les énonça. Son but était de comparer les pratiquants des autres sutras avec le Pratiquant du Sutra du Lotus, et de montrer que, tandis que le Pratiquant du Sutra du Lotus est comparable au soleil ou à la lune, les pratiquants des autres sutras sont comme des étoiles ou des torches. Comment savons-nous cela  ? La huitième métaphore (note) est suivie d'un passage d'une importance primordiale. On y lit : "Celui qui parviendra à accepter ce Sutra, et à y croire, sera ainsi également - il sera au premier rang, dans la multitude des êtres vivants."(réf.) Ce passage de vingt-deux caractères est le coeur du Sutra tout entier, l'oeil de tous les êtres vivants. Il signifie que le pratiquant du Sutra du Lotus est comme le soleil, la lune, le roi Bonten ou le Bouddha, tandis que les pratiquants du Sutra Vairocana* sont comme les étoiles, les cours d'eau et les rivières, ou le commun des mortels.
[...] De plus, en réfléchissant à ce passage du Sutra jour et nuit, en le lisant matin et soir, je réalise que le Pratiquant dont il est question n'est pas n'importe quel pratiquant du Sutra du Lotus. Parce que, dans la phrase "celui qui parviendra à accepter ce Sutra et à le croire", "celui" est le seul élément de désignation, j'avais pensé qu'il pouvait s'agir de n'importe qui, en ce monde, parmi les moines, les nonnes, les croyants et les croyantes laïques qui croient au Sutra du Lotus. Mais cela n'est pas le cas.
L'unité de mari et femme (Minobu, 27 janvier 1276 à Nichigen Nyo)

Ce qui me préoccupe désormais, c'est votre maladie. Je suis absolument certain que si vous suivez le traitement prescrit [cautérisation moxa] pendant trois ans - et jusqu'au bout avec autant de rigueur qu'au premier jour - vous recouvrerez la santé. Même ceux qui ne souffrent d'aucune maladie ne peuvent échapper au caractère transitoire de la vie, mais en ce qui vous concerne, vous n'êtes pas très âgée. De plus, vous êtes une pratiquante du Sutra du Lotus, vous ne connaîtrez pas une mort prématurée. Votre maladie n'est sûrement pas un effet karmique immuable. Et quand bien même elle le serait, le Sutra du Lotus a le pouvoir de la guérir.
[...] Et tandis qu'ils se désolent ainsi, si les forces mongoles les attaquent, ils seront faits prisonniers, en montagne ou sur mer, et subiront un sort affreux sur des bateaux ou en Corée. Cela n'est dû qu'à une seule raison : Nichiren, pratiquant du Sutra du Lotus, a été maltraité sans avoir commis la moindre faute, lui qui est le parent de tous les habitants du Japon. Sans raison, il a été insulté, battu, et publiquement traîné dans les rues. Les dix Filles-démones ont voulu punir un comportement aussi insensé, et c'est ce qui a conduit à la situation actuelle. Ce qui se passera à l'avenir sera cent, mille, dix mille fois plus épouvantable. Vous verrez ces événements mystérieux se produire sous vos yeux.
L'arc et la flèche (
Minobu, 27 mars 1276 à Toki-ama-Gozen)

Montant au sommet d'une colline, j'ai crié d'une voix sonore : "Qu'est-il advenu de vous, Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, et de vous les quatre Rois du Ciel  ? Tensho Daijin* et Hachiman, avez-vous quitté le pays  ? Voulez-vous donc trahir l'engagement que vous avez pris devant le Bouddha et abandonner le Pratiquant du Sutra du Lotus  ? Lettre à Konichi-bo (Minobu, mars 1276 à la veuve Konichi, mère de Yashiro)

Si quelque chose de fâcheux vous arrivait, soyez certain que ce serait la rétribution en cette vie-ci de la haine que vous auriez conçue, dans une vie antérieure, à l'égard d'un pratiquant du Sutra du Lotus. Les rétributions de ce genre ne peuvent pas être évitées, aussi loin que l'on aille se cacher, au coeur des montagnes ou par-delà les mers. C'est la raison pour laquelle le bodhisattva Fukyo fut attaqué à coups de sabre et de bâton, et le vénérable Maudgalyayana tué par un groupe de brahmanes de l'école du Bâton de bambou. Par conséquent, à quoi servirait de s'en plaindre   ? La consécration d'une statue du bouddha (Minobu, le 15 juillet 1276 à Shijo Kingo)

Quelles persécutions pourraient être plus terribles que l'énorme rocher de 3 jo de long (9 m) et de 1 jo et 6 shaku de large (4, 80 m) que Devadatta lança sur le Bouddha, ou que l'éléphant ivre que le roi Ajatashatru lâcha sur lui  ? Celui qui, sans avoir commis aucun crime, se trouve sans cesse en butte à des persécutions plus graves que celles subies par le Bouddha de son vivant, sans aucun doute, il est bien le Pratiquant du Sutra du Lotus, après la disparition du Bouddha.
[...] "Celui qui parvient à croire et à pratiquer ce Sutra est ainsi également. Parmi la multitude de tous les êtres vivants, il est le premier."(réf.) Selon ce passage du Sutra, le Pratiquant du Sutra du Lotus est donc semblable au grand océan, plus vaste que toutes les rivières et tous les fleuves, au Mont Sumeru, la plus élevée de toutes les montagnes, à la lumière dorée de la lune parmi les myriades d'étoiles, à Nitten parmi les autres astres lumineux, aux Rois faisant tourner la roue [parmi d'autres rois de moindre importance], au dieu Taishaku [parmi les trente-trois divinités] et au grand roi des dieux, Bonten, parmi les autres rois.
[...] A la lumière des enseignements du Sutra du Lotus et des commentaires de Zhiyi, Zhanlan et Saicho, dans le Japon d'aujourd'hui, il n'y a pas un seul pratiquant du Sutra du Lotus !
[...] Durant les mille huit cents ans et plus qui se sont écoulés depuis la disparition du Bouddha, il n'y a eu qu'un seul Pratiquant du Sutra du Lotus en Chine, et un seul au Japon. Si l'on y ajoute Shakyamuni lui-même, cela fait au total trois personnes.
[...] D'après ces divers sutras, si le dirigeant d'un pays persécute les pratiquants du Dharma correct et soutient ceux qui pratiquent les enseignements erronés, les rois du ciel Bonten et Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel entreront dans le corps des dirigeants sages de pays voisins et attaqueront ce pays.
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Quelle honte doivent ressentir Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel eux qui firent le serment, en présence du Bouddha, de ne jamais permettre à des hommes mauvais de frapper le Pratiquant du Sutra du Lotus ! Si ceux qui m'attaquent ne sont pas punis en cette vie même, les conséquences n'en seront pas légères.
Lettre à Myomitsu Shonin (
Minobu, le 5ème jour du 3ème mois intercalaire 1276 à Myomitsu)

Le Bouddha Shakyamuni a déclaré : "Après ma mort, au début de l'époque des Derniers jours du Dharma qui suivra les deux millénaires des Jours du Dharma correct et du Dharma formel, une personne apparaîtra qui propagera le Titre en cinq caractères, essence du Sutra du Lotus. A cette époque, un roi mauvais régnera et de mauvais moines, plus nombreux que des grains de poussière, opposeront les uns aux autres les divers sutras du Hinayana et du Mahayana. Quand le Pratiquant du Sutra du Lotus exposera les erreurs de ces moines, ils inciteront leurs adeptes à le dénoncer, à le maltraiter, à le battre ou à le faire emprisonner, à lui confisquer ses terres, à l'exiler ou à le faire décapiter. Mais, en dépit de ces persécutions, il poursuivra sans se décourager sa propagation.
[...] Moi, Nichiren, je suis le plus grand Pratiquant du Sutra du Lotus au Japon et je ne suis coupable d'aucun crime. J'ai exposé le Dharma pour éviter à tous les êtes de tomber dans l'enfer avici auquel les condamne leur opposition au Sutra du Lotus.
[...] En présence des innombrables bouddhas et dieux de l'Inde, de la Chine et du Japon, le vénérable Bouddha demanda à chacun d'eux de faire serment d'assurer au Pratiquant du Sutra du Lotus une protection constante. Et chacune d'entre vous, divinités bouddhiques, avez prêté ce serment.
[...] Puis, m'adressant directement à la lune, je lui dis : "Toi, divinité de la Lune, tu as participé à la cérémonie décrite dans le Sutra du Lotus, n'est-ce pas  ? Quand le Bouddha enseigna le chapitre Hoto* (XI), tu as obéi à ses ordres et comme il est dit dans le chapitre Zokurui (
XXII), quand le Bouddha a posé la main sur ta tête à trois reprises, tu as fait voeu de transmettre et de protéger sans faillir le Sutra du Lotus. N'es-tu plus la même divinité  ? Si Nichiren n'était pas là, quelle chance aurais-tu de tenir la promesse que tu as faite au Bouddha  ?
[...] Même si le bodhisattva Fukyo fut frappé à coups de bâton par des moines arrogants, il eut l'honneur d'être le Pratiquant du Véhicule suprême.
[...] Pour moi, mes meilleurs amis, ceux qui m'aident à devenir bouddha, sont Hei no Saemon et le régent Hojo Tokimune, aussi bien que Tojo Kagenobu et les moines Ryokan, Doryu et Doamidabutsu. Je leur suis reconnaissant quand je pense que, sans eux, je n'aurais pu prouver que je suis le Pratiquant du Sutra du Lotus.
[...] Je suis l'Envoyé du Bouddha Shakyamuni et devant moi Tensho Daijin* et Sho Hachiman doivent joindre les mains et s'incliner avec respect. Parce que je suis le Pratiquant du Sutra du Lotus, Bonten et Taishaku marchent respectivement à ma droite et à ma gauche, Nitten et Gatten éclairent ma route devant et derrière moi. Même si l'on tient compte de mes conseils, si l'on ne m'accorde pas le respect dû au Pratiquant du Sutra du Lotus, le pays périra.
[...] Et pourtant, un doute subsiste. Certains pourraient se dire : "Bien qu'il soit écrit dans le Sutra que ceux qui maltraitent le Pratiquant du Sutra du Lotus auront la ête brisée en sept morceaux, pas un seul de ceux qui se sont attaqués à Nichiren n'a subi une telle punition. Devons-nous en conclure que Nichiren n'est pas véritablement le Pratiquant du Sutra du Lotus  ? " Je répondrai en disant : "Si ce n'est pas Nichiren, qui d'autre désignerez-vous comme le Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] Beaucoup de gens, à une époque récente, ont eu la tête fracassée pendant le grand tremblement de terre de Shoka [1257] ou lorsque apparut l'énorme comète de l'ère de Bun'ei [1264]. Leurs blessures à la tête entraînèrent des troubles respiratoires, leurs cinq organes principaux furent atteints et ils souffrirent de dysenterie. Ne comprirent-ils pas que tout cela était un châtiment dû à leurs calomnies envers le Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] Le Roi-Démon du sixième ciel, seigneur du monde des trois plans, les jalouse. Selon le Sutra, ce Roi-démon poursuit les pratiquants de sa haine et s'attache à leur nuire d'une manière invisible. Il s'insinue comme une maladie dans le corps des dirigeants, de leurs parents, de leur femme ou de leurs enfants. Après quoi, graduellement, de la même manière qu'un vieil alcool enivre, ils sont peu à peu possédés par lui et s'emplissent de jalousie à l'égard du Pratiquant du Sutra du Lotus.
Sur le comportement du Bouddha (
Minobu, 1276, à Konichi-ama)

Selon le texte du Sutra, un pratiquant du Sutra du Lotus qui, à l'époque des Derniers jours du Dharma, fait tant d'efforts pour rester fidèle au Sutra qu'il suscite la haine des autres est un véritable moine du Mahayana. C'est lui le Maître du Dharma qui propagera le Sutra du Lotus pour faire bénéficier les autres de bienfaits.
[...] Dans le chapitre Kanji* (XIII) du Sutra du Lotus, sont définies trois catégories d'ennemis du Sutra du Lotus. Le premier groupe est composé de laïcs, hommes et femmes. Ils haïront et insulteront les pratiquants du Sutra du Lotus, les frapperont, leur infligeront des blessures mortelles, les expulseront de leur demeure ou les calomnieront auprès des autorités pour les faire exiler dans des contrées lointaines. Ils feront preuve à leur égard d'une haine sans pitié.
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)

Zhanlan écrivit : "Ceux qui humilient ou font souffrir [les pratiquants du Sutra du Lotus] auront la tête brisée en sept morceaux, tandis que ceux qui leur font des dons goûteront une bonne fortune supérieure aux dix titres honorables."(réf.)
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10e j. du 4e mois de 1277 (  ? ) à Toki Jonin)

Personne jusqu'à ce jour n'a vécu le Sutra du Lotus comme le Bouddha l'a vécu lui-même. C'est seulement lorsqu'une personne a affronté de grandes épreuves que l'on peut estimer qu'elle a maîtrisé le Sutra du Lotus. On pourrait croire que les Grands Maîtres Zhiyi et Saicho ont été des pratiquants du Sutra du Lotus, mais ils n'ont pas subi des persécutions aussi sévères que le Bouddha de son vivant. Ils n'ont rencontré que de petites oppositions.
[...] Si le bruit se répand que vous semblez être un pratiquant du Sutra du Lotus, vos proches aussi bien que des personnes éloignées [réagiront de manière négative et] vous prodigueront des mises en garde faussement amicales en disant : "Si vous croyez au moine Nichiren, vous serez à coup sur entraîné dans la mauvaise direction, et vous susciterez le mécontentement de votre seigneur." Alors, inévitablement, vous abandonnerez la pratique du Sutra du Lotus. Il n'y a rien de plus dangereux, même pour des personnes vertueuses, que les stratagèmes employés parfois par les gens. Il est donc préférable de ne pas faire imprudemment savoir que vous pratiquez le Sutra du Lotus.
La protection de Bonten et de Taishaku (Minobu, 15 mai 1277 à Nanjo Tokimitsu)

Le moine Honen a incité les gens à "rejeter, fermer, ignorer et abandonner" le Sutra du Lotus en faveur du Nembutsu, et il a également comparé les pratiquants du Sutra du Lotus à une "bande de voleurs ".
[...] Si ce que dit le Sutra est vrai, le sage Nichiren est l'envoyé du Bouddha qui atteignit la bodhéité dans le passé infini, la manifestation provisoire (note) du bodhisattva Jogyo, le Pratiquant de l'enseignement essentiel* du Sutra du Lotus, et le grand guide dans la cinquième période de cinq cents ans après la disparition du Bouddha.
Lettre de pétition de Yorimoto (Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)

Pourtant, même eux [Shariputra, Maudgalyayana, Mahakashyapa] se sentirent incapables d'endurer les grandes persécutions qui attendent celui qui propage le Sutra du Lotus dans ce monde saha à l'époque des Derniers jours du Dharma, et reculèrent devant cette tâche. A plus forte raison, comment un simple mortel n'ayant pas encore éliminé les trois catégories d'illusions, à l'époque des Derniers jours du Dharma, pourrait-il devenir pratiquant de ce Sutra  ?
Mise en garde contre l'attachement à son domaine (Minobu, juillet 1277, à Shijo Kingo)

Le Démon du Sixième Ciel fera immanquablement obstacle au Pratiquant du Sutra du Lotus. Parmi les Dix objets de méditation, cela correspond à la méditation sur les fonctions démoniaques. Par nature, le démon se réjouit de barrer la route au bien et de pousser à faire le mal. Impuissant contre certains qu'il ne peut forcer à mal agir, il est contraint de les laisser faire de bonnes actions.
Le troisième enseignement (
Minobu, 1er jour du 10e mois de 1277, à Toki Jonin)

Votre père semble maintenant être devenu l'ennemi du Sutra du Lotus, alors que votre frère va devenir un véritable pratiquant du Sutra du Lotus.
Les Trois Obstacles et les Quatre Démons (
Minobu, le 20 novembre 1277 à Hyoe no Sakan Munenaga)

Si un pratiquant sincère du Sutra du Lotus, qui récite son Titre même sans en connaître le sens, se laisse intimider par les savants maîtres des diverses écoles et en vient à abandonner sa foi, il est comparable au petit empereur fantoche Hu-Hai, qui prit la place du prince héritier mais se laissa intimider et finalement assassiner par Zhaogao.
[...] Ou encore, il est possible d'être cette sorte de pratiquant du Sutra du Lotus dont la bouche récite un instant Namu Myoho Renge Kyo, et l'instant d'après Namu Amida Butsu. C'est comme introduire des ordures dans du riz, ou y ajouter du sable et des cailloux. Contre cela, le Sutra du Lotus met en garde   : "en croyant et en pratiquant uniquement le Sutra du Mahayana, sans jamais accepter un seul vers des autres sutras."(réf.)

"Ainsi ai-je entendu" (Minobu, 28 novembre 1277, à Soya Kyoshin)

Même si j'avais commis les crimes les plus graves, moi, Nichiren, je suis un Pratiquant du Sutra du Lotus. Même s'ils s'étaient rendu coupables des fautes les plus lourdes, ceux qui récitent Namu Amida Butsu resteraient indiscutablement des adeptes du Nembutsu. Parce que ma bouche récite Namu Myoho Renge Kyo, j'ai été insulté, frappé, exilé, et ma vie a été menacée. Malgré tout cela, j'ai continué à exhorter les autres à faire de même. Comment pourrais-je ne pas être un Pratiquant du Sutra du Lotus  ? Il est dit dans le Sutra du Lotus que ceux qui haïssent le Pratiquant de ce Sutra tomberont dans l'enfer avici. Dans le quatrième volume, on lit (réf.) que manifester de l'hostilité envers un Pratiquant du Sutra du Lotus aux époques ultérieures est une faute plus grave que d'insulter le Bouddha pendant la totalité d'un kalpa moyen. Il est écrit, dans le 7e volume, que ceux qui dénigrent le pratiquant subiront les souffrances de l'enfer avici pendant mille kalpas. Dans le 5e volume, nous lisons que, après la disparition du Bouddha, quand viendra l'époque des Derniers jours du Dharma, apparaîtra immanquablement un Pratiquant du Sutra du Lotus.
Pas de sécurité dans le Monde des trois plans (
Minobu, 13 février 1278 à Matsuno)

Je savais que, osant dire cela ouvertement, je me désignais nécessairement comme le Pratiquant du Sutra du Lotus dont le Bouddha a annoncé qu'il apparaîtrait pour vérifier la prédiction "pires encore après son trépas". Mais si, sachant ce que l'avenir réserve, je n'avais rien dit, je m'exposais à renaître muet ou bègue, vie après vie.
[...] Puisque le Japon n'a plus de souverain digne d'être protégé, Bonten et Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel ont [répondu à cette offense et] ordonné à un pays étranger d'envahir le Japon. Ils ont aussi envoyé un Pratiquant du Sutra du Lotus. Mais les autorités n'ont pas tenu compte de ses remontrances.
Lettre à Misawa (
Minobu, le 23 février 1278 à Misawa)

Est-il vrai que quelqu'un soit malade dans votre famille  ? En ce cas, il ne peut s'agir que de l'œuvre de démons maléfiques (akki). Les dix Filles-démones veulent sans doute tester la force de votre foi. Aucun des démons [mentionnés dans le Sutra du Lotus] ne risquerait d'avoir la tête brisée [en guise de châtiment] en faisant souffrir un pratiquant du Sutra du Lotus. Ayez la ferme conviction que le Bouddha Shakyamuni et le Sutra du Lotus ne peuvent mentir.
Les deux sortes de croyance (Minobu, 25 février 1278 à Nanjo Tokimitsu)

A la suite de l'exil de Nichiren, de si nombreux désastres se sont produits qu'il semble peu probable que l'on nous harcèle encore (note). Mais ce n'est pas impossible parce que, lorsque les gens sont au bord de la catastrophe, ils sont imprévisibles et capables de tout. Si une nouvelle persécution se préparait, j'en verrais certainement les signes et cela me rendrait dix milliards de fois plus heureux que l'acceptation de mon enseignement. Dans ce cas, je serais condamné à l'exil pour la troisième fois. Le Sutra du Lotus ne pourrait plus me considérer comme un Pratiquant au coeur tiède. Je bénéficierai alors, sans aucun doute, de la protection de Shakyamuni, de Taho et de tous les autres bouddhas des dix directions, ainsi que des innombrables bodhisattvas Surgis de Terre. Comme il serait merveilleux que tout cela se réalise ! Réponse à un croyant (Minobu, avril 1278 ; peut-être à Shijo Kingo)

C'est uniquement grâce à mon révéré maître Dozen-bo que moi, Nichiren, suis devenu le Pratiquant du Sutra du Lotus et que l'on parle tant de moi, en bien comme en mal.
Sur les Fleurs et les Graines (
Minobu, avril 1278, à Joken-bo et Gijo-bo)

Mais, par le passé, les gouvernants du Japon ont eu foi dans les sutras que ces adeptes révèrent, ils ont construit des temples et offert à leurs écoles des champs et des rizières. S'ils devaient admettre que j'ai raison d'affirmer que leurs enseignements sont inférieurs, ils n'auraient plus rien à dire pour se justifier et perdraient le soutien du souverain. Ainsi, ils enragent, dénigrent le Sutra de l'enseignement définitif (jikkyo) et harcèlent le Pratiquant du Sutra du Lotus. Le souverain, à son tour, persécute le Pratiquant du Sutra du Lotus, soit parce qu'il prête foi aux calomnies, soit parce qu'il se range à l'avis de la majorité ; parce qu'il a du mal à abandonner les enseignements respectés par les souverains du passé, ou parce qu'il est simplement stupide et ignorant, ou encore parce qu'il a en aversion le Pratiquant du Sutra du Lotus.
[...] C'est la première fois que se manifeste l'obscurité fondamentale dans la vie de simples mortels encore prisonniers des illusions de la pensée et du désir. Même s'ils prient les divinités, le Bouddha ou le Sutra du Lotus, ces calamités ne feront que s'aggraver. Cela ne sera différent que si le Pratiquant du Sutra du Lotus offre les prières de l'enseignement essentiel* du Sutra du Lotus. En définitive, tant que ne sera pas clairement établie la supériorité de cet enseignement sur les autres, les fléaux ne cesseront pas de frapper.
Le traitement de la maladie (
Minobu, 26 juin 1278 (ou 1282) à Toki Jonin)

Le chapitre Darani* (XXVI) décrit comment les deux saints, les deux divinités célestes et les dix Filles-démones protégeront le pratiquant du Sutra du Lotus. Les deux saints sont Yakuo et Yuze, et les deux divinités célestes, Bishamon et Jikoku.
[...] Il y a deux sortes de démons, les bons et les mauvais. Les bons démons se nourrissent des ennemis du Sutra du Lotus, tandis que les mauvais démons se nourrissent des pratiquants du Sutra du Lotus. Comment devrions-nous interpréter les grandes épidémies qui ont sévi au Japon l'année dernière et cette année  ? Dans certains cas, elle sont l'œuvre de bons démons qui dévorent les ennemis du Sutra du Lotus avec l'approbation de Bonten, de Taishaku, des divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel. Mais, dans d'autres cas, elles sont l'œuvre de démons maléfiques qui se nourrissent des pratiquants du Sutra du Lotus sur l'ordre du Roi-Démon du sixième Ciel. Les bons démons dévorant les ennemis du Sutra du Lotus sont comparables aux soldats du gouvernement punissant les ennemis du dirigeant. Mais les démons maléfiques qui dévorent les pratiquants du Sutra du Lotus sont comparables à des voleurs et des maraudeurs de nuit assassinant les soldats du gouvernement.
[...] Puisque les Jurasetsu ont fait serment de protéger les pratiquants du Sutra du Lotus en général, on pourrait penser qu'elles devraient protéger tous ceux qui pratiquent le Sutra [mais ce n'est pas toujours le cas]. Même parmi ceux qui adhèrent au Sutra du Lotus, certains sont des maîtres Shingon qui le lisent et le récitent en affirmant la supériorité du Sutra Vairocana*. Des personnes de ce genre s'opposent, en fait, au Sutra du Lotus. Et le même principe vaut aussi bien pour tous ceux qui le pratiquent en croyant à la supériorité de n'importe quelle autre école.
[...] Même parmi ceux qui adhèrent au Sutra du Lotus et le respectent à la lettre, certains éprouvent du ressentiment à l'égard du Pratiquant du Sutra du Lotus, soit par avidité, colère ou ignorance, soit pour des raisons profanes, ou en raison de l'un ou l'autre de ses actes.
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (
Minobu, le sixième mois de 1278, à Dame Nichinyo)

Le Sutra Namu Amida Butsu (note) et les autres sutras ne peuvent être comparés qu'à des faisans ou des lièvres, qui glapissent de douleur lorsqu'un aigle les saisit, ou dont le ventre se noue de terreur lorsqu'un lion les poursuit. Il en va de même pour les adeptes du Nembutsu, les moines du Ritsu et du Zen, et les maîtres du Shingon. Confrontés au Pratiquant du Sutra du Lotus, ils blêmissent et perdent l'esprit.
[...] C'est la question que je pose aux Bouddhas Shakyamuni et Taho, aux bouddhas des dix directions, aux bodhisattvas, aux personnes des deux véhicules, à Bonten, à Taishaku et aux Quatre Rois du ciel. Qu'en pensent-ils  ? Si j'étais dans l'erreur, ils le montreraient clairement. C'est le moins que nous puissions attendre de divinités comme le Nitten et Gatten qui brillent sous nos yeux. Toutes ces divinités ont non seulement entendu les mots prononcés par le Bouddha Shakyamuni, mais elles ont aussi fait le serment que ceux qui s'opposeraient au Pratiquant du Sutra du Lotus auraient "la tête brisée en sept morceaux". Comment pourraient-elles ne pas intervenir  ? Parce que moi, Nichiren, je leur ai demandé avec force de se manifester, le ciel a puni notre pays, et ces épidémies se sont déclarées.
Le sutra permettant véritablement d'honorer sa dette (Minobu, le 28e j. du 7e m. de 1278 à Sennichi-ama)

Personne, pas même Nagarjuna, Vasubandhu, Zhiyi ou Saicho, ne subit aucune des persécutions, encore plus grandes, qui étaient prédites. Ils furent indéniablement des pratiquants du Sutra du Lotus, mais puisque tel est le cas, d'où vient qu'aucun d'eux ne versa la moindre goutte de sang, à l'instar du Bouddha, ou n'endura des épreuves encore plus grandes  ?
[...] A l'époque des Derniers jours du Dharma, tout comme aux époques qui précédèrent, les rois, les officiels et les personnes ordinaires qui dénigrèrent les pratiquants du Sutra du Lotus ont paru tout d'abord n'encourir aucune punition, mais en définitive, ils furent tous condamnés à tomber en enfer. Il en va de même pour ceux qui ont attaqué Nichiren. Parmi eux, il n'y eut au début aucun signe de punition. Pendant ces vingt-sept ans, les divinités bouddhiques qui avaient fait voeu de protéger le Pratiquant du Sutra du Lotus - Bonten, Taishaku, les divinités du Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel - firent peu de chose pour aider Nichiren. Mais maintenant, elles réalisent avec terreur que si elles n'honorent pas le serment qu'elles prononcèrent en présence du Bouddha, elles tomberont dans l'enfer avici. Par conséquent, elles s'empressent à présent de tenir leur promesse en punissant ceux qui ont attaqué le Pratiquant du Sutra du Lotus.
Sur les persécutions subies par le Bouddha (
Minobu, le 1 février ou 1er octobre 1279 Shijo Kingo)

Comme il est donc extraordinaire que, sans m'avoir encore jamais rencontré, vous m'envoyiez si souvent des messagers ! Il est dit, dans le quatrième volume du Sutra du Lotus, que le Bouddha Shakyamuni prendra la forme d'un simple mortel pour faire des dons au Pratiquant du Sutra du Lotus. Le Bouddha Shakyamuni est-il entré dans votre corps, ou est-ce la manifestation de vos mérites accumulés par le passé  ? La tortue borgne et le bois de santal flottant (Minobu le 26 mars 1279 à la femme de Matsuno)

Si l'on peut obtenir des bienfaits d'une telle importance en faisant un don à un pratyekabuddha, les bienfaits obtenus en faisant un don au Pratiquant du Sutra du Lotus sont encore infiniment plus grands, supérieurs même à ceux que l'on pourrait obtenir en faisant des offrandes à d'innombrables bouddhas.
Enseignement correspondant à l'esprit du Bouddha
(Minobu, le 2e j. du 5e mois de 1279, à Niike Saemon-no-jo)

Et désormais, parce que le Pratiquant du Sutra du Lotus et ses disciples bienfaiteurs sont apparus, les gens sont aussi effrayés que cent animaux devant un lion, roi des animaux, ou que les plantes et arbres tremblant sous un vent glacé. Je n'en dirai pas plus pour l'instant.
[...] J'ai beau dire que ce pays regorge de personnes prêtes à détruire le Sutra du Lotus, personne ne le comprend, et tous s'enfoncent de plus belle dans l'ignorance. De plus, maintenant, un Pratiquant du Sutra du Lotus est apparu. De sorte que les habitants du Japon, au comble de l'ignorance, ajoutent maintenant l'arrogance.
Le roi Rinda (
Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso, fils de Soya Kyoshin)

Non seulement vous êtes né sous forme humaine, mais encore vous avez eu la rare bonne fortunede rencontrer le bouddhisme. De plus, de tous les enseignements du Bouddha, vous avez découvert le daimoku du Sutra du Lotus et en êtes devenu le pratiquant. C'est à coup sûr des dizaines de milliards de bouddha que vous avez dû servir au cours de vos existences passées ! Nichiren est, au Japon, le Pratiquant suprême du Sutra du Lotus. Il est le seul, dans ce pays, à avoir vraiment vécu les vingt vers (note) du chapitre Kanji* (XIII).
[...]
Ainsi donc, tous ceux qui deviennent disciples et bienfaiteurs de Nichiren devront prendre conscience du profond lien karmique qu'ils partagent avec lui et propager le Sutra du Lotus dans le même esprit. Etre un pratiquant du Sutra du Lotus est une destinée amère mais cependant inévitable.
Lettre à Jakunichi-bo (Minobu, 16 septembre 1279, à Jakunichi-bo Nikke)

Dans le chapitre Zokurui (XXII), les divinités célestes ont fait serment de protéger le pratiquant du Sutra du Lotus. Parmi toutes les forces protectrices du ciel, c'est Nitten et Gatten qui nous protègent de façon visible. Comment douter de leur protection  ? Marishi-ten, notamment, sert Nitten. Comment la vassale Marishi-ten pourrait-elle abandonner le pratiquant du Sutra du Lotus quand son seigneur, Nitten, le protège  ?
La stratégie du Sutra du Lotus (
Minobu, 23 octobre 1279, à Shijo Kingo)

Tous ces bouddhas et ces divinités puniront ceux qui persécutent le Pratiquant du Sutra du Lotus, avec plus de sévérité encore que l'on châtierait un ennemi de ses parents ou que le gouvernement punirait des rebelles. Tous deux, vous êtes le fils et la belle-fille du défunt nyudo Jiro. Peut-être parce que vous êtes le fils et la belle-fille d'un homme d'une aussi grande sagesse, marchant sur ses traces, non seulement vous croyez au Sutra du Lotus, que le souverain du pays lui-même rejette, mais vous soutenez le Pratiquant du Sutra du Lotus, m'apportant chaque année des dons et faisant un voyage de mille ri pour venir me rendre visite.
Lettre au nyudo Nakaoki (Minobu, le 30 novembre 1279 au nyudo Nakaoki et à son épouse)

A présent, vous aussi êtes tombée malade et, comme vous êtes une femme, le moment est d'autant plus propice pour vous d'essayer de croire au Sutra du Lotus et d'en constater l'effet sur vous. Vous pouvez en outre aller trouver Shijo Kingo qui n'est pas seulement un excellent médecin mais aussi un pratiquant du Sutra du Lotus.
Sur la possibilité de prolonger sa vie (Minobu, 1279 à Myojo, femme de Toki Jonin)

Si, par une volonté ineffable, vous faites une fois l’offrande au moine connaissant le Sutra de la fleur du Dharma, vous ne vous engagerez pas sur les mauvaises voies. A plus forte raison si vous faites dix fois, vingt fois, pendant cinq ans, dix ans, ou toute votre vie, l’offrande. Les bienfaits obtenus ainsi accumulés seront alors difficiles à connaître, même avec la sagesse de l’Eveillé. Celui-ci enseigna en effet que les bienfaits induits de l’offrande au Pratiquant de ce Sutra sont cent, mille, dix mille, cent millions de fois supérieures aux bienfaits d’avoir fait l’offrande d’incommensurables trésors directement au Bouddha Shakyamuni pendant quatre-vingt milliards de kalpa.
[...] Jusqu’à présent, Hachiman avait fait en sorte qu’ils ne deviennent pas l’ennemi du Sutra de la fleur du Dharma. Il agissait comme un père soucieux de ne pas abandonner le fils qui l’a déçu. Toutefois, par crainte de la promesse prononcée sur le Mont sacré, il brûla le temple qui lui était dédié et repartit pour les cieux. Malgré tout, s’il existe un Pratiquant du Sutra du Lotus ne ménageant ni son corps ni sa vie, alors, il veillera sur lui.
Niike Gosho (
Minobu, février 1280 à Niike Saemon no jo)

Si l'on compare un Pratiquant du Sutra du Lotus de condition modeste aux moines les plus éminents des écoles Kegon et Shingon, la supériorité du premier sur les seconds est comparable à celle de Taishaku sur un singe, ou d'un lion sur un lièvre. Si un simple sujet se proclame roi, cela lui coûtera immanquablement la vie. De même, quand les pratiquants des autres sutras se prétendent supérieurs au Pratiquant du Sutra du Lotus, le pays court inévitablement à la ruine ; et ces personnes ne peuvent manquer de tomber en enfer.
La bonne fortune inégalée (
Minobu, 1l mai 1280, au seigneur Nishiyama)

De même, Abutsu Shonin se lassa de vivre en cette époque impure et ainsi devint bouddha. Son fils, Tokuro Moritsuna, a suivi les traces de son père. Il est devenu un pratiquant sincère du Sutra du Lotus. L'année dernière, le 2e jour du 7e mois, je l'ai vu arriver ici, au Mont Minobu, à Hakiri, dans la province de Kai. Il avait parcouru mille ri (note) par-delà mers et montagnes. Il portait les cendres de son père attachées autour du cou et les a déposées dans la salle consacrée à la pratique du Sutra du Lotus.
Le trésor d'un enfant dévoué à ses parents (
Minobu, été 1280 à Sennichi-ama)

Sans préjuger de ma sagesse, parce que ma fidélité au Sutra du Lotus m'a valu de subir persécutions et blessures, je surpasse même le Grand-maître Zhiyi de Chine et le Grand-maître Saicho du Japon. C'est le temps [l'époque des Derniers jours du Dharma] qui l'a voulu ainsi. Si je suis bien le Pratiquant du Sutra du Lotus, alors Shakyamuni, qui enseigna la doctrine au Pic du Vautour, le bouddha Taho, du Monde du trésor de pureté, les bouddhas des dix directions, émanations de Shakyamuni, les grands bodhisattvas de l'enseignement essentiel et de l'enseignement théorique, Bonten, Taishaku, les rois dragons et les dix Filles-démones, tous sont très certainement présents en ce lieu.
Réponse au seigneur Shijo Kingo (
Minobu, le 8 octobre 1280 à Shijo Kingo)

Les bouddhas des dix directions se rassembleront en foule et empliront toutes les terres de l'Est, de l'Ouest, du Sud et du Nord, des Huit Directions, tout un système majeur de mondes, et quatre cent mille millions de nayuta de terres. Ces bouddhas seront assis côte à côte comme des étoiles dans le ciel, comme des pousses de riz dans une rizière, ou des tiges de chanvre dans un champ. Ils veilleront sur les pratiquants du Sutra du Lotus et les protégeront, comme les divers ministres et sujets d'un grand roi protègent le prince héritier. Être protégé par les quatre Rois du Ciel et leur suite est déjà un grand honneur. Mais avec la protection des quatre Rois du Ciel ensemble, de toutes les étoiles et constellations, des divinités Nitten, Gatten, Taishaku et Bonten, le pratiquant du Sutra du Lotus peut connaître une sécurité parfaite. De plus, toutes les personnes des deux véhicules, tous les bodhisattvas, le bodhisattva Maitreya dans la cour intérieure du ciel Tushita, le bodhisattva Jizo sur le Mont Kharadiya, le bodhisattva Kanzeon sur le Mont Potakala, et le bodhisattva Manjushri sur le Mont Shoryo [Clair et frais] - chacun d'eux, suivi de son cortège - tous gardent et protègent les pratiquants du Sutra du Lotus, ce qui est déjà assez rassurant. Mais ce n'est pas tout : les bouddhas Shakyamuni, Taho et les bouddhas des dix directions viendront de leur propre gré veiller sur les pratiquants du Sutra du Lotus, à toute heure du jour et de la nuit.
[...] Si nous réfléchissons aux raisons pour lesquelles les bouddhas des dix directions dans les trois phases de la vie accordent aux pratiquants du Sutra du Lotus une telle protection, nous voyons que c'est parfaitement compréhensible.
[...] De même, de nos jours, au Japon, en dépit des prières faites, parce que les gens détestent Nichiren et ses disciples, qui sont pourtant des pratiquants du Sutra du Lotus, aucune de leurs diverses prières n'est exaucée. Au contraire, le pays est en butte aux attaques du grand empire des Mongols.
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (
Minobu, le 10e mois 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Les pratiquants du Sutra du Lotus, parce qu'ils croient sincèrement en un enseignement honnête, seront protégés par le Bouddha Shakyamuni lui-même. Comment, alors, le grand bodhisattva Hachiman, l'une de ses manifestations provisoires, pourrait-il ne pas les protéger   ?
[...] Ainsi, le grand bodhisattva Hachiman s'en est allé au ciel parce qu'il fuyait les personnes malhonnêtes. Mais, en rencontrant des pratiquants du Sutra du Lotus, comment pourrait-il ne pas répandre sur eux sa clarté  ?
Sur le Bodhisattva Hachiman (
Minobu, décembre 1280, à Nichigen-nyo, l'épouse de Shijo Kingo)

Pourtant, malgré votre pauvreté, vous vous êtes préoccupé avec bienveillance du Pratiquant du Sutra du Lotus, pensant qu'il devait être assiégé par la neige au fin fond des montagnes, et qu'il devait manquer de nourriture.
Le riche Sudatta (
Minobu, hiver 1280 à Nanjo Tokimitsu)

Il est dit, dans le 5e volume du Sutra du Lotus, que quand viendra l'époque des Derniers jours du Dharma, un grand démon s'emparera du corps du gouvernant, des ministres et des gens du peuple, pour calomnier, frapper et blesser le Pratiquant du Sutra du Lotus. Et si cela n'est pas suffisant, il prendra la forme d'une multitude de moines qui, toutes sortes de citations de sutra à l'appui, essaieront de persuader ce Pratiquant. Si cela ne suffit toujours pas, ils emprunteront la forme d'un grand moine observant les deux cent cinquante préceptes et les trois mille règles de conduite (note), qui flattera le souverain et mentira à son épouse, afin de faire exiler ou mettre à mort le Pratiquant du Sutra du Lotus.
Réponse à Jibu-bo (
Minobu, le 22e jour du 8e mois 1281, à Jibu-bo Nichii)

Le Bouddha Shakyamuni enseigne que celui qui fait, ne serait-ce qu'un seul jour, des offrandes au Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Dernier Jours du Dharma, obtiendra une bonne fortune incomparablement plus grande que s'il avait offert d'innombrables trésors au Bouddha pendant cent mille kalpas. Comme vous faites preuve d'une merveilleuse sincérité, vous qui soutenez le Pratiquant du Sutra du Lotus depuis des années ! Selon les mots mêmes du Bouddha, vous êtes assuré de renaître sur la Terre pure du Pic du Vautour.
[...] Puisque cette montagne abrite le merveilleux Pratiquant du Sutra du Lotus, comment pourrait-elle être moins sacrée que la Terre pure du Pic du Vautour  ? Parce que le Dharma est suprême, la personne est digne de respect ; parce que la personne est digne de respect, la terre est sacrée.
La personne et le Dharma (
Minobu, 11 septembre 1281 à Nanjo Tokimitsu)

Tant que les gens ignoraient encore tout de cette déclaration concernant le passé, le présent et l'avenir, les interprétations erronées des maîtres que j'ai mentionnés pouvaient se répandre sans entraîner de rétribution négative particulière. Mais lorsqu'une personne décidée cite ce passage et le fait largement connaître avec courage et sans le déformer, les conséquences deviennent graves. Cette personne a été méprisée, calomniée, frappée, exilée, on a attenté à sa vie. Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel ont alors réagi avec colère pour défendre ce Pratiquant. Voilà pourquoi le ciel envoie des punitions inattendues, le peuple risque de disparaître et le pays d'être détruit. Le Pratiquant du Sutra du Lotus est peut être de condition modeste, mais les divinités célestes qui le protègent sont d'une force terrifiante.
[...] Ceux qui, par leurs dons, soutiennent le Pratiquant du Sutra du Lotus recevront les mêmes bienfaits qu'ils auraient obtenu en faisant des offrandes au Sutra lui-même. Le Grand-maître Saicho
écrivit dans un commentaire : "Ceux qui feront son éloge accumuleront une bonne fortune aussi haute que le Mont Sumeru, et ceux qui le calomnieront tomberont dans l'enfer avici." (note)
Le corps et l'esprit des simples mortels (
Minobu, à un disciple)

Le riz aussi est toujours identique à lui-même, mais, lorsqu'il sert de nourriture à ceux qui s'opposent au Dharma, il maintient en vie des personnes qui détruisent les graines de la bodhéité, et leur permet ainsi de devenir des ennemis plus redoutables encore. Pourtant, si le riz soutient leur vie, ces personnes ne finiront-elles pas un jour par s'incliner devant le Sutra du Lotus  ? Quant au riz qui alimente le Pratiquant du Sutra du Lotus, c'est le riz de la plus grande bienveillance, parce qu'il profite à tous les êtres vivants.
La caractéristique du riz (Minobu, à Takahashi nyudo)

Voir également : envoyé du Bouddha

Retour au dictionnaire

haut de la page