La personne et le Dharma

Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol. 1, p.295; SG* p. 1103.
Gosho Zenshu p. 1578 - Nanjo Dono Gohenji (Homyo Ninki no Koto)

Minobu, 11 septembre 1281 à Nanjo Tokimitsu

 

Votre messager vient de m'apprendre que vous êtes assez gravement malade. J'espère que vous guérirez vite et viendrez me rendre visite.

J'ai également reçu vos dons : deux sacs de sel, un sac de soja, un sac d'algues et un petit fût en bambou contenant du saké. Je ne vous ai pas revu depuis que vous avez quitté la province de Kozuke pour rentrer chez vous et je m'inquiète de savoir comment vous allez. Les mots me manquent pour vous dire à quel point j'apprécie la sincérité avec laquelle vous m'envoyez une lettre et de si nombreux cadeaux.

Comme vous le savez, un des sutras relate l'histoire de Tokusho Doji qui offrit un pâté de sable au Bouddha et renaquit ensuite sous la forme du roi Ashoka qui gouverna une grande partie de l'Inde. Parce que le Bouddha est digne de respect, l'enfant obtint cette grande récompense pour un simple pâté de sable. Pourtant, le Bouddha Shakyamuni enseigne que celui qui fait, ne serait-ce qu'un seul jour, des offrandes au Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Dernier Jours du Dharma, obtiendra une bonne fortune incomparablement plus grande que s'il avait offert d'innombrables trésors au Bouddha pendant cent mille kalpas. Comme vous faites preuve d'une merveilleuse sincérité, vous qui soutenez le Pratiquant du Sutra du Lotus depuis des années  ! Selon les mots mêmes du Bouddha, vous êtes assuré de renaître sur la Terre pure du Pic du Vautour. Quelle grande bonne fortune est la votre  !

Je me trouve ici en pleine montagne, loin de toute habitation. Il n'y a pas le moindre village à l'horizon. Mais, bien que je vive dans une masure abandonnée, au plus profond de ma chair de simple mortel, je conserve le Dharma secret et ultime, hérité du Bouddha Shakyamuni au Pic du Vautour. Mon coeur est là où tous les bouddhas entrent dans le nirvana ; ma langue, là où ils font tourner la roue du Dharma, là où ils naissent en ce monde ; et ma bouche, là où ils atteignent l'Eveil. Puisque cette montagne abrite le merveilleux Pratiquant du Sutra du Lotus, comment pourrait-elle être moins sacrée que la Terre pure du Pic du Vautour ? Parce que le Dharma est suprême, la personne est digne de respect ; parce que la personne est digne de respect, la terre est sacrée. On lit dans le chapitre Jinriki* (XXI) : "Que ce soit dans un bosquet, sous un arbre ou dans un monastère [...] les bouddhas entrent dans le nirvana." Ceux qui visitent cet endroit peuvent instantanément expier les fautes commises depuis le passé infiniment lointain. Les troubles (bonno, klesa) se transforment en sagesse (prajna), le karma en Corps du Dharma*, et les souffrances (dukkha) en délivrance (gedatsu, vimukti).

En Inde centrale, un voyageur souffrant se rendit un jour au lac Munetchi pour éteindre le feu de l'angoisse qui brûlait dans son coeur. Il proclama que les eaux du lac comblèrent tous ses désirs, tout comme l'eau fraîche et claire d'un étang comble la soif. Bien que le lac Munetchi et cet endroit [où je réside] soient différents, le principe est exactement le même. Ainsi, le Pic du Vautour en Inde se trouve maintenant ici, au Mont Minobu. Cela fait longtemps que je ne vous y ai pas vu. Venez donc me rendre visite dès que possible. Je vous attends avec une grande impatience.

Comment décrire votre sincérité   ? Elle est vraiment magnifique  !

Nichiren.

Le onzième jour du neuvième mois de la quatrième année de Koan (1281).

ARRIÈRE-PLAN - Après la persécution d'Atsuhara dans laquelle Nanjo Tokimitsu joua un rôle extrêmement important en protégeant les pratiquants persécutés, le gouvernement accabla sa famille d'impôts exagérément lourds sur son fief. Pour finir, il n'eut même plus de quoi nourrir un cheval - véritable épreuve pour un jeune samouraï - ni de quoi acheter des vêtements pour sa femme et ses enfants. Malgré ses propres difficultés financières, il continua d'envoyer des provisions à Nichiren Daishonin au Mont Minobu. La Personne et la Loi, datée du 11 septembre 1281, fut adressée en guise de remerciement. Nanjo Tokimitsu avait seulement vingt-deux ans à l'époque où cette lettre fut écrite et souffrait apparemment d'une maladie grave. Néanmoins, il soutenait Nichiren Daishonin avec un dévouement total sans songer à ses propres difficultés. (Commentaire ACEP)

En anglais : The Person and the Law

- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=1097&m=1&q=The%20Person%20and%20the%20Law
- commentaires : http : //nichiren.info/gosho/bk_PersonLaw.htm

Retour
haut de la page