Les Sabres du Bien et du Mal

Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol. 1, p.135; SG* p. 454
Gosho Zenshu p. 1226 - Yagenta Dono Gohenji (Zennaku Nito Gosho)

Ichinosawa, Sado, 21 février 1274, à Hojo Yagenta

 

Nichiren est la personne la plus contrariante du Japon. Voici pourquoi : il proclame que, parce que les hommes vénèrent Amida, Vairocana, Yakushi et d'autres bouddhas, plus encore que leurs parents et seigneurs, les trois calamités et les sept désastres se déchaînent avec plus de violence qu'auparavant, et les désastres naturels n'ont jamais été plus terrifiants. Je ne cesse de leur rappeler que non seulement ils courront à leur propre perte et détruiront le pays en cette vie, mais aussi qu'ils tomberont dans les profondeurs de l'enfer au cours de leur vie prochaine. C'est ce qui m'a valu cette persécution.

On pourrait me comparer aux insectes volant vers la flamme, ou à une souris se précipitant dans les griffes d'un chat. Je suis comme un animal qui, tout en se sachant en danger, refuse d'en tenir compte  ! Pourtant, c'est en pleine connaissance de cause que je risque ma vie. Voilà pourquoi, moi, Nichiren, suis une personne contrariante.

Mais il est vrai aussi que l'on brise les pierres pour le joyau qu'elles contiennent. Les daims sont tués pour leur chair et leur peau, les poissons pour leur saveur, le martin-pêcheur pour ses plumes splendides. Et une femme de grande beauté suscite invariablement l'envie. Nichiren se trouve dans une situation analogue. Etant le Pratiquant du Sutra du Lotus, il a subi toutes sortes de persécutions de la part des trois grands ennemis. Comme il est merveilleux que vous soyez malgré tout devenu le disciple d'un tel homme  ! Un lien semblable au nôtre est sûrement motivé par une raison profonde. Faites tous les efforts possibles pour approfondir votre foi, et pour atteindre la Terre pure du Pic du Vautour.

J'ai reçu vos deux sabres - l'un long et l'autre court - que vous avez offerts pour la prière (note). Le sabre long est certainement l'oeuvre d'un armurier renommé  ; il vaut probablement les sabres d'Amakuni (note), d'Onikiri (note) et de Yatsurugi (note), ou ceux de Ganjiang et Moye (note) en Chine. Vous en avez fait don au Sutra du Lotus. Un tel sabre entre vos mains était une arme au service du mal. Mais, maintenant que vous l'avez offert au Bouddha, il est devenu une arme pour le bien, comme un démon qui adopterait la foi bouddhique. Comme c'est étranger et merveilleux  ! Dans la vie prochaine, ce sabre devrait vous servir de bâton de marche. Le Sutra du Lotus est le bâton sur lequel s'appuient tous les bouddhas des trois phases de la vie pour entrer sur la voie de l'Eveil.

Vous devriez vous appuyer sur Nichiren comme sur votre bâton. Avec un bon bâton, on ne peut pas tomber, même sur les périlleux sentiers de montagne ou sur les mauvaises routes. Et, tenu par la main, on ne trébuche jamais. Namu Myoho Renge Kyo sera le bâton indestructible qui vous permettra de gravir en toute sécurité la montagne de la mort. Le Bouddha Shakyamuni, le bouddha Taho et les Quatre bodhisattva conduits par Jogyo, vous prendront par la main au cours de ce voyage. Si Nichiren meurt avant vous, je viendrai à votre rencontre. Si vous deviez mourir avant moi, je ne manquerai pas de parler de vous au roi Yama. Tout ce que je vous dis est vrai. Selon le Sutra du Lotus, Nichiren est le guide sur la voie difficile de l'Eveil. Consacrez-vous de tout coeur à la foi, afin d'atteindre le Pic du Vautour.

L'argent sert à des fins différentes, selon les besoins. Il en est de même du Sutra du Lotus. Il se fait lanterne dans l'obscurité ou bateau pour une traversée. Il sera parfois eau, parfois feu. Ainsi, le Sutra du Lotus nous garantit "paix et sécurité dans cette vie, et des conditions favorables dans la vie prochaine."(réf.)

Parmi toutes les régions du Japon, c'est dans la province d'Awa que Nichiren est né. On dit que la Divinité qui illumine le ciel, découvrant le Japon, s'installa d'abord en ce lieu. Son sanctuaire se trouve à Awa. Elle est le parent bienveillant de tout le pays. Aussi cette terre doit-elle avoir une signification profonde. Quelle destinée valut à Nichiren de naître en cette province  ? Il ne pourrait y avoir de meilleure rétribution. Mais ce n'est pas le point essentiel de cette lettre ; aussi n'entrerai-je pas dans les détails. Vous devriez réfléchir à cela. Je prierai les divinités de tout mon coeur. Conservez une foi solide afin de réaliser vos désirs et partagez avec votre femme tout ce que je vous ai dit.

Avec mon profond respect,
Nichiren.

Le vingt et unième jour du deuxième mois.

Lettre écrite à Hojo Yagenta, février 1274.

ARRIÈRE-PLAN — Cette lettre fut écrite à Hojo Yagenta, à Kamakura, le 21 février 1274, depuis Ichinosawa, sur l'île de Sado. Une lettre d'amnistie était déjà partie de Kamakura, le 14 de ce même mois, mais Nichiren Daishonin ne devait la recevoir que le 8 mars.
Hojo Yagenta appartenait au clan Hojo, qui était celui des dirigeants de l'époque. En 1268, un représentant de l'empire mongol avait porté au Japon une missive de Kublai Khan exigeant la soumission du Japon. Yagenta reçut l'une des onze lettres dans lesquelles Nichiren Daishonin faisait des remontrances au gouvernement pour son soutien à des croyances erronées.
Dans le premier paragraphe, la détermination absolue de Nichiren Daishonin de sauver tous ses semblables apparaît clairement, puisque, à cette fin, il n'hésite pas à risquer sa vie
Cette attitude permet de mesurer l'étendue de sa bienveillance. En remerciant Yagenta pour les deux sabres, il souligne que, lorsqu'on offre au Bouddha un objet auquel on tient, ce don n'en a que plus de valeur. Pour un samouraï, le sabre est symbole de son statut et de sa force. Il est donc certain que le don de Yagenta était de prix. Mais, explique, Nichiren Daishonin, la signification même de ces sabres est différente lorsqu'ils sont offerts en signe de respect à la Loi bouddhique. Cessant de symboliser la force brutale et la mort, lorsqu'ils sont le gage d'une foi sincère, ils deviennent des outils pour le bien. Or, le don de Yagenta était un témoignage d'une foi et d'une dévotion authentiques. Quelques années plus tard, Yagenta devint moine (Commentaire ACEP)

En anglais : The Swords of Good and Evil

- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=451&m=1&q=The%20Swords%20of%20Good
- commentaires : http : //nichiren.info/gosho/SwordsGoodEvil.htm

Retour
haut de la page