Sur les Fleurs et les Graines

(Sur la floraison et la fructification)

Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol.1, p. 243 ; SG* p. 918.
Gosho Zenshu p. 900 - Keka Joju Gosho

Minobu, avril 1278
, à Joken-bo et Gijo-bo

 

Je suis sans nouvelles de vous deux depuis votre dernière lettre. Mais j'ai été très heureux d'apprendre que vous avez lu, à Kasagamori, les deux lettres (note) que j'ai écrites à l'ère Kenji, en mémoire du sage Dozen-bo.

Si les racines d'un arbre s'enfoncent profondément dans le sol, ses branches et ses feuilles ne se dessécheront jamais. Si la source est inépuisable, le flot ne tarira pas. Faute de bois, le feu s'éteint. Sans terre, les plantes ne peuvent pousser. Nichiren est semblable à la plante et son maître à la terre. C'est uniquement grâce à mon révéré maître Dozen-bo que moi, Nichiren, suis devenu le Pratiquant du Sutra du Lotus et que l'on parle tant de moi, en bien comme en mal.

Les guides des bodhisattvas Surgis de Terre sont au nombre de quatre : le premier s'appelle Jogyo... et le quatrième, Anryugyo. Si le bodhisattva Jogyo apparaît à l'époque des Derniers jours du Dharma, le bodhisattva Anryugyo doit nécessairement faire de même.

Le plant de riz fleurit et donne des grains, mais l'essentiel demeure dans le sol. Grâce à quoi, la tige pourra refleurir et redonner des grains. Les bienfaits que moi, Nichiren, obtiens en propageant le Sutra du Lotus rejailliront sur Dozen-bo. Que c'est magnifique  ! On dit que si un maître a un bon disciple, tous deux atteindront la bodhéité, mais que si un maître forme un mauvais disciple, tous deux tomberont en enfer.

Si le maître et le disciple n'ont pas le même esprit, ils ne pourront rien accomplir. Je reviendrai sur ce point. Il faut toujours se consulter l'un l'autre pour surmonter les souffrances de la vie et de la mort et atteindre la Terre pure du Pic du Vautour où l'on pourra, en parfait accord, parler d'un même coeur.

On lit dans le sutra : "Ils manifesteront les trois poisons et sembleront attachés à des philosophies erronées. C'est ainsi que mes disciples pourront sauver les hommes."(réf.)

Gardez bien à l'esprit ce que j'ai dit jusqu'à présent.

Avec tout mon respect,
Nichiren.

Le quatrième mois de la première années de Koan (1278)

ARRIERE-PLA. Nichiren Daishonin envoya ce message, du Mont Minobu en avril 1278, pour le deuxième service religieux à la mémoire de Dozen-bo. Dozen-bo avait été le principal du temple Seicho-ji où Nichiren Daishonin étudia à partir de l'âge de douze ans. "Sur les fleurs et les graines" a été adressé à Joken-bo et à Gijo-bo qui étaient également moines au temple Seicho-ji.
Le sujet essentiel de ce gosho est la relation de maître et disciple. Dozen-bo ne put jamais se résoudre à suivre les enseignements du Daishonin bien qu'il ait fort bien pu être convaincu de leur véracité. Il se sentait lié par sa position de moine principal. Néanmoins, Nichiren Daishonin exprime sa profonde reconnaissance envers son défunt maître qui l'initia à la vie religieuse.
(Commentaire ACEP)

En anglais : On Flowers and Seeds ou Flowering and Bearing Grain
- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=909&m=1&q=Flowering%20and%20Bearing%20Grain
- commentaires : http : //nichiren.info/gosho/bk_FlowersSeeds.htm
- http : //www.sgilibrary.org/view.php ?page=910&m=0&q=

Retour
haut de la page