Un vaisseau pour traverser
l'océan des souffrances

(Un bateau pour traverser l'océan de souffrances)

Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol. 1, p. 9; SG*, p. 33.
Gosho Zenshu p. 1448 - Shiichi Shiro Dono Gosho (Nyoto Tokusen Gosho)


Kamakura, 28 avril 1261, à Shiiji Shiro

 


Lorsque je l'ai interrogé sur ce que vous m'aviez rapporté l'autre jour, j'ai eu la confirmation de ce que vous disiez. Vous devriez donc redoubler d'efforts dans la foi afin de recevoir les bienfaits du Sutra du Lotus. Écoutez avec les oreilles de Shiguang et observez avec les yeux de Li Lu.

Dans la période des Derniers jours du Dharma, le Pratiquant du Sutra du Lotus apparaîtra de façon certaine. Plus grandes seront les difficultés qui s'abattront sur lui, plus il ressentira de joie grâce à la force de sa croyance. Un feu ne brûle-t-il pas de manière plus intense lorsqu'on l'alimente avec des bûches   ? Toutes les rivières coulent vers l'océan, mais a-t-on jamais vu l'océan, trop plein, repousser leurs eaux  ? Les rivières des difficultés se jettent dans l'océan du Sutra du Lotus, et assaillent son Pratiquant. L'océan ne rejette pas plus les rivières que le Pratiquant du Sutra du Lotus ne repousse les souffrances. Sans le flot des rivières, il n'y aurait pas d'océan. Sans épreuves, il n'y aurait pas non plus de Pratiquant du Sutra du Lotus. "Toutes les rivières se jettent dans l'océan, et les bûches attisent le feu", nous dit Zhiyi*. (réf.)

Vous devez prendre conscience que c'est en fonction d'un profond lien karmique formé par le passé, que vous pouvez enseigner aux autres ne serait-ce qu'une phrase, une strophe de la doctrine du Sutra du Lotus. "Il est extrêmement difficile de sauver ceux qui sont sourds au Dharma correct"(réf.), peut-on lire dans le Sutra. "Dharma correct" désigne ici le Sutra du Lotus.

Un passage du chapitre Hosshi* (X) dit : "S'il existe une personne, homme ou femme, qui enseigne en secret à une autre ne serait-ce qu'une phrase du Sutra du Lotus, qu'elle soit reconnue comme l'envoyée du Bouddha." Autrement dit, toute personne, religieuse ou laïque, homme ou femme, qui enseigne à d'autres une seule phrase du Sutra du Lotus, est sans conteste l'envoyé du Bouddha. Vous êtes un croyant laïc et correspondez donc à la description du Sutra.

Celui qui écoute une seule phrase ou une seule strophe de ce Sutra et parvient à la graver dans son coeur est comparable à un vaisseau voguant sur le grand océan des souffrances de la vie et de la mort. Le Grand-maître* Zhanlan* ne dit-il pas : "Une phrase, même une seule, si elle est gravée dans le coeur d'un homme, l'aidera sans aucun doute à atteindre l'autre rive  ? Réfléchir sur une phrase et la mettre en pratique, c'est exercer la navigation."

Il est écrit dans le Sutra du Lotus  : "comme si l'on trouvait un bateau pour effectuer la traversée." On pourrait décrire ce bateau ainsi : le vénérable Bouddha, constructeur de navires d'une sagesse infiniment profonde, a rassemblé le bois des quatre saveurs et des huit enseignements, l'a raboté en rejetant sincèrement les enseignements provisoires, coupant et assemblant les planches en utilisant à la fois le bon et le mauvais ; puis il a achevé l'ouvrage en enfonçant solidement les clous du seul enseignement suprême. Ainsi, il a lancé le navire sur l'océan des souffrances. Hissant les voiles des "trois mille conditions de vie" (ichinen sanzen) sur le mât de la doctrine de la Voie du milieu, poussé par les bons vents de "tous les phénomènes révèlent la véritable aspect" (shoho jisso), le vaisseau s'élance, transportant tous ceux qui, par la pureté de leur croyance, peuvent parvenir à la bodhéité. Le Bouddha Shakyamuni est le timonier, le bouddha Taho manoeuvre les voiles, et les Quatre bodhisattva, dirigés par Jogyo, conjuguent leurs efforts pour actionner les avirons grinçants. Tel est le vaisseau évoqué par les termes : "un bateau pour effectuer la traversée", le vaisseau de Myoho Renge Kyo. A son bord, se trouvent les disciples et adeptes de Nichiren.

Croyez cela de tout votre coeur. Et lorsque vous rendrez visite à Shijo Kingo, ayez avec lui une conversation franche. Je vous donnerai de plus amples détails en une prochaine occasion.

Avec mon profond respect,
Nichiren.

Le vingt-huitième jour du quatrième mois.

ARRIÈRE-PLAN - Cette lettre fut écrite le 28 avril 1261, environ deux semaines avant l'exil de Nichiren Daishonin dans la péninsule d'Izu. Shiiji Shiro, son destinataire, vivait dans la province de Suruga. On sait peu de choses de lui mais, d'après cette lettre, il est clair qu'il connaissait Shijo Kingo, l'un des principaux disciples de Nichiren Daishonin. Nichiren Daishonin avait alors quarante ans et résidait à Kamakura. Un an auparavant, il avait remis une lettre de remontrances à l'ancien régent, Hojo Tokiyori, qui, bien qu'officiellement retiré, restait politiquement l'homme le plus puissant à Kamakura.
Ayant peut-être eu vent d'un complot visant à l'exiler, Nichiren Daishonin écrivit ce gosho pour exhorter ses disciples à être braves, même en cas de persécution (Commentaire ACEP)

En anglais A Ship to Cross the Sea of Suffering

- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=33&m=1&q=A%20Ship%20to%20Cross%20Suffering
- commentaires http : //nichiren.info/gosho/bk_shipseasuff.htm

Retour
haut de la page