Lettre à Ko-no ama Gozen

(Lettre à la nonne séculière de Ko)

Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol.4, p.161; SG* p. 599.
Gosho Zenshu p. 1324 - Ko-no Ama Gozen Gosho

Minobu le 16 juin 1275 à Ko-no ama Gozen

J'ai reçu trois cents mon de la part de la femme d'Abutsu-bo. Puisque vous avez toutes deux le même coeur, faites-vous lire cette lettre et écoutez-la ensemble.

J'ai également reçu le kimono d'été que vous m'avez fait parvenir, depuis l'île de Sado jusqu'ici, en cette région de montagne éloignée, le domaine d'Hakiri dans la province de Kai. Il est dit, dans le quatrième volume du Sutra du Lotus, au chapitre Hosshi* (X) : "La personne qui cherche la Voie du Bouddha et qui, pendant un kalpa, joignant les mains devant moi, récitera d'innombrables stances à ma louange, parce qu'elle aura ainsi fait l'éloge du Bouddha, obtiendra des bienfaits incommensurables. Mais la bonne fortune qu'obtiendront ceux qui louent et honorent les pratiquants de ce Sutra sera plus grande encore."

Cela signifie que le bienfait obtenu en faisant des offrandes à un Pratiquant du Sutra du Lotus, à l'époque des Derniers jours du Dharma, est encore supérieur à celui qui résulte de servir de tout son coeur un Bouddha aussi noble que Shakyamuni, par la parole, par la pensée et par l'action, pendant toute la durée d'un kalpa moyen. Cela semble invraisemblable mais comme ce sont les paroles d'or du Bouddha, rien n'autorise à en douter.

Le Grand-maître* Zhanlan* clarifie un peu plus ce passage en disant  : "Ceux qui s'opposeront à nous [aux personnes qui enseignent le Dharma] auront la tête brisée en sept morceaux (réf.), tandis que la bonne fortune de ceux qui [leur] feront des offrandes dépassera celle d'une personne dotée des dix titres honorables."(réf.) Autrement dit, faire un don au Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Derniers jours du Dharma procure de plus grands bienfaits que faire des offrandes au Bouddha doté des dix titres honorables. Et cela signifie aussi que ceux qui s'opposent au Pratiquant du Sutra du Lotus en cette époque impure auront la tête brisée en sept morceaux (réf.).

Moi, Nichiren, je suis la personne la plus détestée du Japon. J'ignore ce qu'il en fut pendant les Sept règnes des divinités du Ciel et les cinq règnes des divinités de la terre, mais tout au long des quatre-vingt-dix règnes des rois humains, depuis l'époque de l'empereur Jimmu jusqu'à nos jours, ou pendant plus de sept cents ans, depuis l'empereur Kimmei, personne n'a été plus haï que Nichiren, pour des raisons profanes aussi bien que religieuses. Mononobe no Moriya fit incendier des temples et des pagodes, et le nyudo Kiyomori fit détruire les temples Todai-ji et Kofuku-ji, mais les gens de leur clan n'ont pas nourri de haine à leur égard. Masakado et Sadato se rebellèrent contre l'empereur et le Grand-maître* Saicho* fut détesté par les moines des sept temples de Nara, mais il ne fut pas en butte à la haine des moines, des nonnes, des croyants et croyantes laïques du Japon tout entier. Par contre, en ce qui me concerne, tous - mes propres parents, frères, maîtres et condisciples, des personnes les plus modestes jusqu'aux plus haut placées - me traitent comme si j'étais l'ennemi juré de leur famille, ou me manifestent plus d'hostilité que si j'étais un traître ou un malfaiteur.

Ainsi, à certains moments, j'ai été calomnié par plusieurs centaines de personnes ; à un autre moment, confronté à mille personnes à la fois, j'ai été persécuté par le sabre et par le bâton. J'ai été chassé de ma demeure et banni de ma province. Finalement, à deux reprises, j'ai encouru la disgrâce du régent du pays, étant une première fois exilé à Izu, et une seconde fois, sur l'île de Sado. Lorsque je fus banni sur cette île de la mer du Nord, je n'avais ni suffisamment de nourriture pour vivre, ni même des vêtements en lianes de glycines tressées pour me couvrir le corps. Les habitants, moines aussi bien que laïcs de cette province, ont été encore plus hostiles à mon égard que les hommes et les femmes de la province de Sagami. Abandonné dans un champ, sans protection contre la neige, j'ai survécu en mangeant des herbes.

J'avais l'impression de connaître le sort de Su-Wu qui survécut pendant dix-neuf ans dans la terre des barbares du nord en mangeant de la neige, ou de Li-ling, emprisonné pendant six ans dans une grotte au bord de la mer du Nord. J'ai connu ces épreuves sans avoir commis le moindre crime, mais seulement pour avoir voulu sauver tous les habitants du Japon.

Toutefois, alors que je vivais ainsi en exil dans votre pays, vous et votre mari, en vous cachant du regard des autres, de nuit, vous m'avez apporté de quoi manger. En certaines occasions, sans craindre la menace des autorités provinciales, vous n'avez pas hésité à lier votre sort au mien. C'est pourquoi, malgré tant de difficultés endurées dans cette province de Sado, au moment de vous quitter, j'ai ressenti comme un regret de partir. C'était comme si j'avais été retenu par le col ou comme si j'avais été repoussé en arrière à chaque pas que je faisais pour m'éloigner.

Je me demande quel lien karmique nous avons formé par le passé. Et maintenant encore, au moment même où je m'interrogeais sur ce phénomène mystérieux, vous m'avez envoyé comme messager votre mari qui vous est cher. Est-ce un rêve ou une illusion  ? Je ne peux pas vous voir en personne, mais je suis certain que votre coeur est présent ici avec moi. Si vous éprouvez un jour le désir de voir Nichiren, le matin, regardez le soleil lorsqu'il se lève et le soir, la lune lorsqu'elle apparaît. Invariablement, vous verrez mon reflet sur le soleil et sur la lune. Dans la prochaine vie, sur la Terre pure du Pic du Vautour, nous nous retrouverons.

Namu Myoho Renge Kyo,
Namu Myoho Renge Kyo.

Le seizième jour du sixième mois,
Nichiren.

ARRIERE-PLAN - Nichiren écrivit cette lettre au Mont Minobu le 16 juin 1275, à une femme du nom de Ko-no-ama qui vivait au siège du gouvernement sur l'île de Sado. Le caractère Ko, dans son nom désigne le siège d'une administration provinciale. Lorsque Nichiren était en exil, sur l'île de Sado, Ko-no-ama se convertit à ses enseignements. Elle et son mari Ko-nyudo lui firent des offrandes et contribuèrent à sa protection. Lorsque Nichiren, ayant été pardonné, eut quitté Sado, Ko-nyudo, comme Abutsu-bo, fit le long voyage jusqu'à Minobu pour lui rendre visite. Nichiren Daishonin mentionne la visite de Ko-nyudo au Mont Minobu dans un gosho intitulé "Réponse à Ko-nyudo", daté d'avril 1275. Puisque la présente lettre est datée de juin, on a parfois pensé qu'elle pouvait avoir été écrite en 1274, plutôt qu'en 1275.
Le 1er novembre 1271, Nichiren fut conduit à Tsukahara, son premier lieu d'exil sur l'île de Sado. Son domicile était un sanctuaire en ruines appelé Sammai-do, au centre d'un cimetière. Il était exposé au vent et la neige tombait par les fissures béantes du toit. Nichiren Daishonin resta là presque la moitié d'un an, période pendant laquelle il écrivit le "Traité pour ouvrir les yeux" et d'autres ouvrages importants. Puis il fut transféré à la résidence du nyudo d'Ichinosawa, à Ichinosawa. Pendant son séjour à Sado, il convertit de nombreux adeptes, inscrivit le Gohonzon pour des croyants particuliers et écrivit plusieurs lettres et traités importants. Le 8 mars 1274, un envoyé du gouvernement arriva sur l'île de Sado avec une lettre de pardon, et Nichiren retourna à Kamakura le 26 mars. Après avoir présenté à trois reprises des remontrances au gouvernement, il se retira au Mont Minobu, d'où il s'efforça d'assurer la transmission correcte de son enseignement à la postérité.
Chargé par sa femme de faire don à Nichiren d'un kimono d'été, et, par Sennichi-ama, de trois cents mon de pièces de monnaie, Ko-nyudo dut parcourir une grande distance pour lui rendre visite au Mont Minobu. (Commentaurs ACEP)

En anglais : Letter to Ko-no-ama Gozen ou Letter to the Lay Nun of Ko

http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=595&m=1&q=Letter%20to%20the%20Lay%20Nun%20of%20Ko
- commentaires : http : //nichiren.info/gosho/bk_LetterKonoamaGozen.htm

Retour
haut de la page