Sur les persécutions subies par le Sage

Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol. I. p. 269 ; SG* p. 1006.
Gosho Zenshu p. 1189 - Shonin Gonanji (Yo Monjin Tosho)

Minobu, le 1er jour du 2ème mois 1279 ou 1er octobre 1279 Shijo Kingo

Maintenant, en cette seconde année de Koan (1279), vingt-sept ans ont passé depuis que j'ai pour la première fois révélé cet enseignement au temple Seicho-ji. C'était à midi, le vingt-huitième jour du quatrième mois de la cinquième année de Kencho (1253), du côté sud de la salle Jibutsu-do (note) à l'intérieur du Shobutsu-bo (note) de ce temple situé dans le village de Tojo. Tojo est maintenant un comté, mais c'était alors un village appartenant au comté de Nagasa, dans la province d'Awa. C'est là que se trouve le sanctuaire, autrefois le second, mais de nos jours le plus important, consacré à la déesse du Soleil, construit par le shogun Minamoto no Yoritomo, fondateur du shogunat de Kamakura. Il fallut au Bouddha un peu plus de quarante ans pour réaliser la tâche qu'il avait à accomplir en ce monde ; il fallut à Zhiyi* environ trente ans et à Saicho* quelque vingt ans. J'ai souvent mentionné les indescriptibles persécutions qu'ils subirent pendant ces années. Pour moi, il a fallu vingt-sept ans, et les persécutions dont j'ai été l'objet pendant cette période sont bien connues de vous.

Il est écrit dans le Sutra du Lotus : "Puisque haine et jalousie abondent déjà du vivant du Bouddha, cela ne sera-t-il pas pire encore après son trépas  ? "(réf.) Le Bouddha Shakyamuni endura d'innombrables persécutions  : pendant quatre-vingt-dix jours, il fut réduit à manger l'avoine des chevaux  ; on jeta sur lui un énorme rocher qui le blessa au petit orteil et fit couler son sang  ; huit moines, conduits par Sunakshatra, se faisant passer pour des disciples du Bouddha mais intérieurement gagnés aux idées des brahmanes, le guettèrent jour et nuit, attendant un moment propice pour le tuer  ; le roi Virudhaka tua de nombreuses personnes appartenant au clan des Shakya et fit piétiner de nombreux disciples du Bouddha par des éléphants sauvages ; le roi Ajatashatru fit endurer au Bouddha quantité d'épreuves sévères. Telles furent les persécutions qui eurent lieu "du vivant du Bouddha".

Dans les deux mille ans et plus qui s'écoulèrent "après sa mort", personne, pas même Nagarjuna, Vasubandhu, Zhiyi* ou Saicho*, ne subit aucune des persécutions, encore plus grandes, qui étaient prédites. Ils furent indéniablement des pratiquants du Sutra du Lotus, mais puisque tel est le cas, d'où vient qu'aucun d'eux ne versa la moindre goutte de sang, à l'instar du Bouddha, ou n'endura des épreuves encore plus grandes  ? Les prédictions du Sutra pourraient-elles être fausses et les paroles du Bouddha, de grands mensonges ?

Toutefois, au cours des vingt-sept dernières années, Nichiren fut exilé dans la province d'Izu, le douzième jour du cinquième mois de la première année de Kosho (1261)  ; il fut blessé au front, et eut la main gauche cassée, le onzième jour du onzième mois de la première année de Bun'ei (note). Il devait être exécuté le douzième jour du neuvième mois dans la huitième année de Bun'ei (1271) au lieu de quoi il fut exilé dans la province de Sado. De plus, beaucoup de ses disciples furent assassinés ou blessés, bannis ou écrasés d'impôts. Je ne sais pas si ces épreuves égalent ou surpassent celles du Bouddha. Ce que Nagarjuna, Vasubandhu, Zhiyi* et Saicho eurent à subir n'est rien comparé à cela. Sans la venue de Nichiren dans les Derniers jours du Dharma, le Bouddha aurait été un grand menteur et les témoignages apportés par Taho et tous les autres bouddhas auraient été faux. Dans les 2230 et quelques années écoulées depuis la mort du Bouddha Shakyamuni, Nichiren est la seule personne, dans le monde entier, à accomplir sa prophétie.

A l'époque des Derniers jours du Dharma, tout comme aux époques qui précédèrent, les rois, les officiels et les personnes ordinaires qui dénigrèrent les pratiquants du Sutra du Lotus ont paru tout d'abord n'encourir aucune punition, mais en définitive, ils furent tous condamnés à tomber en enfer. Il en va de même pour ceux qui ont attaqué Nichiren. Parmi eux, il n'y eut au début aucun signe de punition. Pendant ces vingt-sept ans, les divinités bouddhiques qui avaient fait voeu de protéger le Pratiquant du Sutra du Lotus - Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel - firent peu de chose pour aider Nichiren. Mais maintenant, elles réalisent avec terreur que si elles n'honorent pas le serment qu'elles prononcèrent en présence du Bouddha, elles tomberont dans l'enfer avici. Par conséquent, elles s'empressent à présent de tenir leur promesse en punissant ceux qui ont attaqué le Pratiquant du Sutra du Lotus. La mort d'Ota Chikamasa, de Nagasaki Tokitsuna et de Daishin-bo par exemple, dont les chutes de cheval furent mortelles, peut être attribuée à leur trahison du Sutra du Lotus. Il y a quatre sortes de punition : collective et individuelle, apparente et inapparente. Les grandes épidémies, les famines dans tout le pays et l'invasion étrangère subies par le Japon sont une punition collective. Les épidémies sont également une punition inapparente. La mort tragique d'Ota et des autres est une punition à la fois apparente et individuelle.

Chacun de vous doit faire preuve du courage d'un lion et ne jamais céder aux menaces de qui que ce soit. Le lion n'a peur d'aucune autre bête sauvage, pas plus que ses lionceaux. Les calomniateurs sont comme des chacals hurlants mais les disciples de Nichiren sont comparables au lion qui rugit. Hojo Tokiyori et Hojo Tokimune, l'ancien et l'actuel régents, m'ont pardonné lorsqu'ils ont découvert que j'étais innocent des accusations portées contre moi. Le Régent ne punira jamais plus sans avoir vérifié la validité d'une accusation, quelle qu'elle soit. Soyez certains que rien, pas même une personne possédée par un puissant démon, ne peut vaincre Nichiren parce que Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, Tensho Daijin* et Hachiman le protègent. Approfondissez votre croyance, jour après jour, mois après mois. Si vous faiblissez dans votre foi, ne serait-ce qu'un instant, les démons l'emporteront.

Nous, simples mortels, sommes si ignorants que nous ne craignons pas les mises en garde des sutras et des traités et ne croyons pas qu'elles nous concernent directement. Mais vous devriez être pleinement préparés aux persécutions que Hei no Saemon et Adachi Yasumori, furieux comme ils le sont, vont très probablement faire s'abattre sur nous. On envoie en ce moment des hommes à Tsukushi pour se battre contre les Mongols ; sachez que vous êtes dans la même situation que ceux qui partent pour le champ de bataille ou s'y trouvent déjà. Jusqu'à présent, nos croyants n'ont encore rien subi d'une horreur semblable. Mais les soldats à Tsukushi sont maintenant confrontés à un effroyable destin et s'ils sont tués à la bataille, ils seront condamnés à tomber en enfer. Même si nous devions, nous aussi, rencontrer des épreuves aussi sévères, nous atteindrons la bodhéité à l'avenir. Nos épreuves actuelles sont comme la cautérisation par le moxa, une douleur minime qui guérit d'un mal plus grave.

N'effrayez pas les pratiquants d'Atsuhara, mais encouragez ces fermiers de toutes les façons possibles. Dites-leur d'être à tout moment prêts au pire. Rappelez-leur que des conditions favorables sont exceptionnelles alors que les difficultés ne sont que naturelles. S'ils se plaignent d'avoir faim, parlez-leur de l'enfer de l'état d'avidité. S'ils protestent qu'ils ont froid, décrivez-leur les huit enfers glacés. S'ils vous disent qu'ils ont peur, expliquez-leur qu'un faisan poursuivi par un aigle ou une souris traquée par un chat ne sont pas dans une situation différente de la leur. J'ai répété cela presque tous les jours pendant ces vingt-sept dernières années. Et pourtant, des gens comme Nagoe-no Ama, Shofu-bo, Noto-bo, Sammi-bo (note) et quelques autres, sont si lâches, si fermés d'esprit, si avides et si pleins de doutes que ce fut comme si j'avais versé de l'eau sur de la laque ou découpé du vide.

Il y avait quelque chose de très étrange chez Sammi-bo. Mais craignant que la moindre remontrance fasse croire aux ignorants que j'étais jaloux de sa sagesse, je n'ai rien voulu dire. En définitive, son ambition le poussa à trahir et l'entraîna vers un destin tragique. Si je l'avais réprimandé plus sévèrement, il aurait eu la vie sauve. Je n'ai jamais mentionné cela auparavant car personne n'aurait pu le comprendre. Et même maintenant, les ignorants diront que je dénigre un mort. Si j'en parle, c'est pour l'édification d'autres croyants. Je suis certain que ceux qui persécutèrent les croyants d'Atsuhara ont été effrayés par le destin de Sammi-bo.

Même si d'autres revêtent des armures et conspirent, mes disciples ne doivent pas les imiter. Si certains d'entre eux se préparent pour la bataille, s'il vous plaît, faites-le moi savoir immédiatement.

Avec mon profond respect,
Nichiren.

Le premier jour du dixième mois.

Cette lettre doit être conservée par Shijo Kingo.

ARRIÈRE-PLAN - Onze jours seulement avant d'inscrire le Dai-Gohonzon, Nichiren Daishonin écrivit à ses disciples. Dans cette lettre, il passe en revue certains des événements marquants de sa vie. Mais, plus important encore, elle contient la seule référence à l'inscription du Dai-Gohonzon comme but de sa vie.
Le premier paragraphe indique qu'après vingt-sept ans de propagation de Namu Myoho Renge Kyo, Nichiren Daishonin a accompli son dessein ultime. Il déclare : " Pour moi, il a fallu vingt-sept ans... " Il désigne ici la raison de son apparition en ce monde, l'inscription de l'objet de vénération pour le bon-heur de l'humanité tout entière.
Puis sont évoquées les diverses persécutions encourues par le Bouddha Shakyamuni et par Nichiren Daishonin, ainsi que des prophéties importantes concernant la période de Mappo (celle des Derniers jours du Dharma) inclues dans le Sutra du Lotus. L'explication des divers types de rétributions négatives subies par ceux qui s'opposent à la Loi bouddhique souligne l'impact du Dharma rigoureuse de cause à effet sur les individus et sur la société.
Le sort misérable de plusieurs disciples qui ont trahi, tout comme la crise que connaît le Japon à l'époque, sont des rétributions pour l'hostilité manifestée à l'égard du Pratiquant du Sutra du Lotus. Ses ennemis, commençant à réaliser que toute souffrance infligée à Nichiren Daishonin rejaillirait sur eux, n'osèrent plus s'attaquer ouvertement à lui, et tentèrent plutôt de fomenter la discorde parmi ses disciples. Nichiren Daishonin exhorte donc ses disciples à faire preuve " du courage d'un lion ". De plus, il enjoint de manière pressante les croyants de la région d'Atsuhara à se tenir prêts au pire. (Commentaire ACEP)

En anglais : On Persecutions Befalling the Buddha ou On Persecutions Befalling the Sage

- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=996&m=1&q=On%20Persecutions%20Befalling
- commentaires : http : //nichiren.info/gosho/bk_PersecutionsBefallingBuddha.htm

Retour
haut de la page