L'accouchement facile
d'un enfant de bonne fortune
(fukushi)

Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol. 4, p. 99; SG* p.187.
Gosho Zenshu p. 1109 - Shijo Kingo Nyobo Gosho

Matsubagayatsu (Kamakura), 7 mai 1271, à Nichigen-nyo, femme de Shijo Kingo

 

J'ai appris que vous alliez bientôt donner naissance à un enfant. Puisque vous m'avez demandé un gohifu pour faciliter votre accouchement j'en ai préparé un, choisi parmi ceux qui m'ont été transmis. Toutefois, pour qu'il produise un effet bénéfique il faut que vous ayez une forte croyance. Même un médicament d'une efficacité très rare aura très peu d'effet si l'on y mélange du poison. De quelle utilité peut être un sabre, si l'on a peur de s'en servir  ? Vous et votre mari, tout particulièrement, êtes des pratiquants du Sutra du Lotus. Vous aurez certainement un enfant précieux qui continuera après vous à planter la graine de la propagation du Sutra du Lotus. Comme c'est magnifique  ! Cet enfant héritera à la fois des aspects physiques et spirituels de votre vie. Comment pourriez-vous tarder à accoucher  ? Très certainement, votre accouchement sera facile. Si vous prenez ce gohifu, cela ne fait aucun doute. Les ténèbres se dissipent lorsqu'on allume une lampe et même une eau boueuse s'éclaire lorsque la lune s'y reflète.

Que peut-il y avoir de plus brillant que le soleil et la lune  ? De plus pur que la fleur de lotus  ? Le Sutra du Lotus est comparable au soleil, à la lune et à la fleur de lotus. C'est pourquoi on l'appelle Myoho Renge Kyo [Sutra du Dharma merveilleux du lotus]. Nichiren également peut être comparé au soleil, à la lune et à la fleur de lotus.

Si l'eau de la foi d'une personne est claire, immanquablement, la lune des bienfaits s'y reflète et les divinités la protègent. Soyez certaine que votre accouchement sera facile. Il est dit dans le Sutra du Lotus : "Un Dharma aussi merveilleux..."(réf.) et ailleurs : "En accouchant de manière paisible, elles donneront naissance à un fukushi (enfant de bonne fortune)."(réf.) J'ai transmis oralement à Benko en détail les instructions concernant gohifu. Ainsi, il est l'envoyé du Bouddha (note). Renforcez votre foi.

La divinité du Soleil, Amaterasu Omikami fit don à Susanoo no Mikoto d'un joyau grâce auquel il obtint un garçon précieux. C'est pourquoi elle le considéra comme son propre enfant et lui donna le nom de Masaya Akatsu. Parce que moi, Nichiren, j'ai donné à votre enfant la graine pour une naissance facile, pourrais-je le considérer autrement que comme mon propre enfant  ? Il est dit dans le Sutra du Lotus qu'il existe un joyau aussi précieux que tout un système de mondes majeur. Et on y lit aussi  : "Nous avons obtenu le suprême monceau de joyaux sans l'avoir cherché."(réf.) Le Bouddha Shakyamuni déclara : "Tous les êtres humains qui vivent dans le monde des trois plans sont mes propres enfants."(réf.) Les intentions de Nichiren ne diffèrent en rien de celles que le Bouddha exprime dans tous ces passages. Quelle joie immense que la naissance imminente de votre enfant  ! Quel bonheur, quel bonheur  ! Je vous écrirai à nouveau dès que je le pourrai.

Avec mon profond respect,
Nichiren.

Le septième jour du cinquième mois de la huitième année de Bun'ei (1271)

ARRIERE-PLAN - Cette lettre, datée du 7 mai 1271, fut adressée à Nichigen-nyo, la femme de Shijo Kingo, à Kamakura. C'est le plus ancien des nombreux documents connus à ce jour envoyés à la famille Shijo. Au moment où elle a été écrite, Nichiren Daishonin vivait à Matsubagayatsu, Kamakura.
Comme c'est bien compréhensible, Nichigen-nyo devenait de plus en plus inquiète, au fur et à mesure que la naissance de son premier enfant approchait. Elle avait demandé à Nichiren Daishonin de lui envoyer une sorte de talisman mystique, appelé gohifu, afin qu'elle puisse accoucher dans les meilleures conditions possibles. Il le lui envoya immédiatement, accompagné d'une lettre d'encouragement, par l'intermédiaire de Ben Ajari Nissho, le premier moine à s'être converti à son enseignement. [...].
Le 8 mai, après avoir reçu cette lettre, Nichigen-nyo donna naissance à une petite fille. Le couple désirait un enfant depuis longtemps mais n'avait encore jamais pu en avoir. Shijo Kingo avait déjà quarante ans lorsque cette première fille naquit (la seconde, Kyo-o naquit l'année suivante), et pour cette raison l'enfant devait être particulièrement chère à ses parents. Shijo Kingo fit parvenir à Nichiren Daishonin la nouvelle que l'accouchement s'était bien passé, et ce dernier envoya immédiatement une lettre de félicitations, "La Naissance de Tsukimaro". En même temps qu'elle l'informait de cette naissance, Nichigen-nyo demandait à Nichiren Daishonin de donner à l'enfant un nom, et il lui donna volontiers le nom de Tsukimaro (Fille de la pleine lune). Il manifeste autant de joie que s'il s'était agi de sa propre fille, puisqu'il avait prié pour la bonne santé et le bonheur de Nichigen-nyo. (Commentaire ACEP)

En anglais : Easy Delivery of a Fortune Child

- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=186&m=1&q=Easy%20Delivery%20of%20a%20Fortune
- commentaire : http : //nichiren.info/gosho/bk_EasyDeliveryFortuneChild.htm
- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=189&m=1&q=Easy%20Delivery%20of%20a%20Fortune

retour
haut de la page