x

LEXIQUE

Extraits de gosho des citations

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE

sur leSutra du Lotus : chapitres XV à XXVIII

chapitre XV - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

"Je suis le seul à pouvoir les sauver", si nous nous méfions de la corde tendue par le Sutra du Lotus qui affirme qu'il est possible de "trouver l'accès par la foi", si nous refusons de réciter le Dharma merveilleux qui garantit que "cela [l'atteinte de la bodhéité] ne fait aucun doute"
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ?

"Ceux qui laissent naître le doute et ne parviennent pas à croire tomberont inévitablement dans les Voies mauvaises."
Le Daimoku du Sutra du Lotus (
1266 à une femme d'Amatsu)

"Parmi ces bodhisattvas, il y en avait quatre qui conduisaient leur multitude. Le premier s'appelait Jogyo…"
L'aspiration à la Terre de Bouddha (Sado, le 23 novembre 1271 à Toki Jonin)

- Dans le chapitre Yujutsu* (XV), une multitude de bodhisattvas, encore jamais vus durant les quarante et quelques années* d'enseignement du Bouddha, apparaît soudain, et le Bouddha déclare : "...j'ai enseigné ces bodhisattvas pour les convertir, je les ai guidés, j'ai soumis leur pensée pour faire naître en eux le désir de la Voie." Surpris par cette déclaration, le bodhisattva Maitreya demande : "Vénéré du monde*, lorsque l'Ainsi-Venu était prince héritier, il quitta le palais des Shakya et, partant non loin de la ville de Gaya, il s'assit au lieu de la Voie et put réaliser l'Eveil complet et parfait sans supérieur*, cela fait à peine quarante et quelques années*. Vénéré du monde, comment en si peu de temps aurait-il fait si grandement oeuvre de bouddha ?"
- "Une multitude innombrable, des milliers de myriades de millions de bodhisattva tels qu'on n'en a jamais vus par le passé... Une si grande multitude de bodhisattva s'avançant majestueusement, vigoureusement... Qui leur a enseigné le Dharma, qui les a instruits pour les mener à leur état présent  ? De quel maître ont-ils été les disciples lorsqu'ils se sont tournés vers la Voie  ? Des enseignements de quel Bouddha font-ils l'éloge  ? ... Honoré du monde, jamais par le passé je n'ai vu personne qui leur ressemble  ! Je vous supplie de nous expliquer d'où ils viennent, de nous dire quel est le nom de leur terre. Bien que je visite sans cesse d'autres mondes, jamais je n'ai rien vu de pareil  ! Dans toute cette multitude, je ne reconnais pas une seule personne. Brusquement, ils sont surgis de Terre - Je vous supplie d'en expliquer la raison  ! "(réf.)
- "Ajita... Ces personnes que ni vous ni les autres n'avez jamais vues auparavant sont des bodhisattvas que j'ai convertis et guidés après avoir atteint l'Eveil suprême en ce monde saha. J'ai convaincu leur cœur et éveillé chez eux une aspiration profonde pour la Voie."
- "Honoré du monde, quand vous étiez prince héritier, vous avez quitté le palais des Shakya pour vous asseoir sur le lieu de méditation, non loin de la cité de Gaya, où vous avez atteint l'Eveil suprême. Depuis, il ne s'est écoulé qu'une quarantaine d'années. Dans un laps de temps aussi court, comment avez-vous pu accomplir une œuvre de bouddha aussi considérable  ? "
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

"Parmi tous les sutras, ce Sutra [du lotus] doit être respecté comme le plus élevé."
Réponse à Sairen-bo (Sado, le 13 avril 1272, à Sairenbo Nichijo)

Dans le chapitre Yujutsu* (XV), le bodhisattva Maitreya demande au Bouddha Shakyamuni  : "Nous croyons qu'il n'est pas un seul des enseignements du Bouddha qui soit mensonger, quels que soient ceux à qui il s'adresse, et nous savons que sa sagesse pénètre tout. Mais si, après votre mort, des bodhisattvas encore peu avancés dans leur foi entendent dire que les bodhisattvas Surgis de Terre sont les disciples primordiaux du Bouddha, ils refuseront de le croire et commettront peut-être la grave faute de calomnier le Dharma du vénérable Bouddha  ! Nous vous supplions sincèrement d'expliquer cela et de nous libérer des doutes afin que les hommes de foi sincère qui apparaîtront après la mort du Bouddha ne s'égarent pas non plus dans le doute."
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

- "Je leur enseigne depuis le passé incommensurablement lointain"
- "Parmi les bodhisattvas, il s'en trouve quatre qui guident cette multitude : le premier s'appelle Jogyo [le second, Muhengyo, le troisième, Jyogyo, et le quatrième Anryugyo]. Ce sont les quatre guides suprêmes."

La véritable réalité de la vie (Sado - Ichinosawa, mai 1273 à Sairen-bo)

C'est ce que le Sutra entend par "avec la puissance d'un lion à l'attaque"
Réponse à Kyo'o (Sado, août 1273, à Kyo'o, fille de Shijo Kingo)

"Comme la fleur de lotus dans l'eau d'un étang boueux, ils ne sont pas souillés par les choses de ce monde."
L'ainsité du Dharma merveilleux (Sado, 1273 ? à Sairen-bo)

"J'ai de véritables disciples cachés dans les profondeurs de la terre depuis la lointaine époque de gohyaku jintengo* et c'est à eux que je confierai cette tâche."
Réponse à Nii-ama (
Minobu, 16 février 1275 à Nii-ama)

"[L'Ainsi-Venu ne connaît] que peu de maladies et peu de souffrances."
La Guérison des Maladies Karmiques (
Minobu, 3 novembre 1275, à Ota Jomyo)

"A l'égard de ce Sutra, ceux qui nourriraient des doutes et ne parviendraient pas à croire tomberont immédiatement dans les mauvaises voies."
Le troisième enseignement (Minobu, 1er octobre 1277, à Toki Jonin)

"Manjushri, ce Sutra du Lotus est le grenier secret des bouddhas. Parmi tous les sutras, il occupe la place la plus élevée."
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (Minobu, octobre 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

 
chapitre XVI - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

“réaliser rapidement le corps de bouddha.”(réf.)
Dialogue avec les écoles du Zen (1255)

- "Les hommes dans l'illusion ne me voient pas, même lorsque je suis tout proche."
- "Je suis toujours ici enseignant le Dharma."
L'Exil d'Izu (juin 1261 à Funamori Yasaburo)

"[Je n'ai qu'une pensée constante] comment puis-je permettre à tous les êtres vivants d'accéder à la Voie suprême  ? "
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (
Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ?

- "Tous les êtres dans les mondes-états du ciel et des hommes et tous les asuras pensent que Shakyamuni atteignit l'Eveil suprême après avoir quitté le palais des Shakya et s'être assis sur le lieu de méditation, non loin de la ville de Gaya."
- "Maintenant, hommes de foi sincère... le temps est sans limites ni bornes, cent, mille, dix mille, cent mille nayuta asogi kalpa depuis que j'ai en fait atteint la bodhéité."
Le coeur du chapitre Juryo (17 avril 1271 ou 1272)

- "Tous les dieux, hommes et asuras de ce monde croient que, après avoir quitté le palais des Shakya, Shakyamuni s'assit à l'endroit de la révélation non loin de la ville de Gaya et atteignit là l'Eveil suprême."
- "Quand je me suis assis pour la première fois sur le lieu de la révélation."
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

[Il exige de ceux qui le pratiquent] "un coeur honnête et droit, et un esprit plein de douceur", [qu'ils soient] "des personnes aimables, sereines et droites"
Lettre à Nichimyo Shonin (
Sado, le 25 mai 1272 à Nichimyo, mère de Oto Gozen)

"Depuis que j'ai atteint la bodhéité, une période d'une durée inimaginable s'est écoulée. Ma vie se poursuit depuis d'innombrables kalpas. Elle a toujours existé et n'aura jamais de fin. Hommes de foi sincère, j'ai aussi jadis pratiqué les austérités de bodhisattva et la vie que j'ai acquise alors n'est pas encore épuisée. Cette vie durera encore deux fois plus de kalpa."
- "Hommes de foi sincère, tous les sutras exposés par l'Ainsi-Venu n'ont d'autre but que de sauver les hommes de toutes leurs souffrances. Ou j'ai parlé de moi, ou j'ai parlé des autres."
- "C'est depuis un temps incommensurable, sans limites - cent, mille, dix mille, cent mille nayuta de kalpa - que j'ai atteint la bodhéité."
- "J'ai aussi jadis pratiqué les austérités de bodhisattva et la vie que j'ai acquise alors n'est pas encore épuisée. Ma vie durera encore deux fois plus de kalpa."
- "Certains ont perdu l'esprit et d'autres non... Les enfants qui n'ont pas perdu l'esprit peuvent voir que la couleur et le parfum du remède sont bons, aussi le prennent-ils et sont-ils complètement guéris de leur maladie."
- "Les autres, qui ont perdu l'esprit, sont tout aussi heureux de voir leur père de retour et lui demandent de les soigner, mais quand il leur donne le remède, ils refusent de le prendre. Ils agissent ainsi parce que le poison a profondément pénétré leur vie, provoquant la perte de leur esprit ; donc ils pensent que ce remède bénéfique est inefficace malgré sa couleur et son parfum agréables. Alors le père réfléchit : "Je dois utiliser quelque moyen pour les amener à le prendre." C'est pourquoi il leur dit ceci : "Je laisse maintenant ici ce bon remède pour vous. Vous devez le prendre et ne pas penser qu'il est inefficace." Les conseillant ainsi, il repart pour une autre région d'où il envoie un messager qui vient annoncer..."
- "Je laisse ce bon remède pour vous ici maintenant."

Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

"N'ayant à l'esprit qu'un seul désir, celui de voir le Bouddha, il ne donne pas sa vie à contrecoeur."
Lettre à Gijo-bo (Sado, mai 1273, à Gijo-bo)

- "J'agis comme le père de ce monde / Qui sauve la totalité des êtres souffrants."
- "Je laisse maintenant ici pour vous ce bon remède."
Traité sur l'essentiel du Lotus (Minobu, le 29 juin 1974, à Toki Jonin)

- "Le temps est sans limite ni borne... depuis que j'ai réellement atteint la bodhéité."
Enfer et bodhéité (Minobu, le 11 juillet 1274 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

- "Je laisse maintenant ici ce bon remède pour vous. Vous devez le prendre et ne pas penser qu'il est inefficace."
- "Cette terre, la mienne, est paisible... ma Terre pure est indestructible."

Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274   ? à Sammi-bo)

Vous m'avez affirmé que ses adeptes "connaîtraient paix et sécurité dans cette vie, et des circonstances favorables dans la prochaine" (réf.).
La difficulté de garder la foi (Minobu, mars 1275, à Shijo Kingo)

"mais quand il leur donne le médicament, ils refusent de le perdre."
Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)

- "Ils ne donnent pas leur vie à contrecœur."
Il nous promet "paix et sécurité dans cette vie et des circonstances favorables dans la prochaine."
Le bonheur en ce monde (Minobu, 27 juin 1276, à Shijo Kingo)

"Le poison a pénétré profondément, les amenant à perdre l'esprit."
Mise en Garde contre l'Offense au Dharma (Minobu, août 1276, au nyudo Horen)

- "Ils ne donnent pas leur vie à contrecoeur."
- "Le corps est de moins d'importance que le Dharma qui est suprême. Il faut propager le Dharma au risque de sa vie."
Les quatorze oppositions (Minobu, fin 1276, au nyudo Matsuno Rokuro Zaemon)

"Ceux qui ont perdu l'esprit" aussi bien que "ceux qui n'ont pas perdu l'esprit"
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin

"Hommes de foi sincère, l'Ainsi-venu voit de quelle façon, parmi les êtres vivants, certaines personnes, ayant peu de mérites et quantité de troubles, se complaisent dans des enseignements limités. (...) Parce que les êtres vivants ont des natures différentes (...) j'enseigne différentes doctrines. Cela, [l'oeuvre du Bouddha] je ne l'ai jamais négligé un seul instant (note)."
Le troisième enseignement (Minobu, 1er octobre 1277, à Toki Jonin)

 
chapitre XVII - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

"l'époque troublée des Derniers jours du Dharma."
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

"Au mauvais âge de la fin du Dharma" (note)
Traité sur l'essentiel du Lotus (Minobu, le 29 juin 1974, à Toki Jonin)

"Ceux qui seront capables de protéger ce Sutra à l'époque mauvaise des Derniers jours du Dharma."
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274 ? à Sammi-bo)

"A l'époque mauvaise des Derniers jours du Dharma"
Lettre à Horen (
Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)

 
chapitre XVIII - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)
"se réjouir en entendant pour la première fois le Sutra du Lotus"
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin)
 
chapitre XIX

"En accouchant de manière paisible, elles donneront naissance à un fukushi (enfant de bonne fortune)."
L'accouchement facile d'un enfant de bonne fortune (Matsubagayatsu, le 7 mai 1271, à Nichigen-nyo, femme de Shijo Kingo)

"Nous désirons, nous aussi, recevoir le Grand Dharma pur."
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

"II ne fait aucun doute qu'ils atteindront la bodhéité."
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274 ? à Sammi-bo)

"Parce que, après la disparition du Bouddha, de simples mortels suivront fidèlement ce Sutra, les bouddhas se réjouissent et manifestent des pouvoirs supranaturels sans limites."
Sur les présages (Minobu, 1275, à Shijo Kingo  ? )

"[Et tout ce que le Bouddha enseigne pour l'avoir compris] ne s'écarte en rien de l'aspect réel."
Le kalpa de déclin (Minobu, peu après 1276, à un membre du clan du défunt nyudo Takahashi Rokuro Hyoe)

- "Semblable à la lumière du soleil et de la lune qui vient percer les ténèbres, cette personne pratiquera au sein du peuple, dissipant l'obscurité où l'humanité tout entière se trouve plongée."
- "Après ma mort, vous devez croire en ce Sutra. Ceux qui agiront de la sorte s'engageront avec certitude sur le véritable chemin de la bodhéité
Lettre à Jakunichi-bo (Minobu, 16 septembre 1279, à Jakunichi-bo Nikke)

"le savoir, la politique, le langage et la vie quotidienne seront en accord avec le Dharma correct."
La stratégie du Sutra du Lotus (Minobu, 23 octobre 1279, à Shijo Kingo)

 
chapitre XX - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

"Pendant mille kalpas, dans l’enfer des souffrances incessantes, ils endurèrent des tourments effroyables."
Rissho Ankoku ron (Kamakura-Matsubagayatsu, juillet 1260)

- "il arrivait que plus d'un lui jetât des bâtons, des tessons ou des pierres."
- "[Le bodhisattva Fukyo] fut dénigré et insulté."
- "Il fut attaqué à coups de bâtons et de cannes, de pierres et de tuiles."
- "Après avoir expié ses fautes."
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

"Autrefois [à la fin de l'époque du Dharma formel du bouddha Ionno] vivait un bodhisattva du nom de Fukyo. Il fut humilié et insulté, battu à coups de canne et de bâton, attaqué à coups de pierres et de tuiles."
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (
Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)

"Il disait : "Je vous respecte profondément". Et plus loin : "Mais parmi les Quatre sortes de croyants certains, dont le coeur était empli de mauvaises pensées, ressentaient à son égard de la colère et de la haine, et l'insultaient en le traitant de "moine stupide  ! " On lit encore : "Beaucoup lui donnèrent des coups de canne et de bâton, et lui jetèrent des tuiles et des pierres."
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

 
chapitre XXI - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

"Dans un bois aussi bien que dans un jardin, en montagne comme dans une vallée ou dans un grand champ [...], les bouddhas entrent dans le nirvana."
La Persécution de Tatsunokuchi (Echi, 21 septembre 1271 à Shijo Kingo)

"C'est afin qu'après la disparition du Bouddha, on puisse garder ce Sutra, que tous les bouddhas avec joie manifestent d'innombrables pouvoirs supranaturels."
L'aspiration à la Terre de Bouddha (Sado, le 23 novembre 1271 à Toki Jonin)

- "Devant toute l'assemblée, le Bouddha Shakyamuni fit montre de ses grands pouvoirs supranaturels, tirant sa longue et large langue si haut qu'elle atteignit le Séjour de Brahma. Tous les autres bouddhas de l'univers, assis sur des trônes de Roi-Lions, sous des arbres de joyaux, firent de même, et tirèrent leur longue et large langue."
- "J'ai brièvement décrit dans ce Sutra tous les dharmas du Bouddha..."
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

- "Parce que, après la disparition du Bouddha, de simples mortels suivront fidèlement ce Sutra, les bouddhas se réjouissent et manifestent des pouvoirs supranaturels sans limites."
-
"[Celui qui parviendra à protéger ce Sutra] à l'époque mauvaise des Derniers jours du Dharma..."
Sur les présages (Minobu, 1275, à Shijo Kingo  ? )

"A ce moment-là, le Bouddha s'adressa à Jogyo et à la multitude des bodhisattvas rassemblés, et leur dit : "Même si [en employant les pouvoirs surnaturels des bouddhas pendant un nombre incalculable, illimité de centaines de milliards de kalpa] je devais énumérer tous les bienfaits que procure ce Sutra pour le transmettre, je ne pourrais jamais totalement y parvenir. En bref, tous les enseignements de l'Ainsi-Venu, tous les pouvoirs surnaturels librement employés par l'Ainsi-Venu, la resserre de tous les secrets essentiels de l'Ainsi-Venu, tous les principes les plus profonds de l'Ainsi-Venu - tout cela est proclamé, révélé et clairement exposé dans ce Sutra."(réf.)
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (Minobu, mars 1277 ? à Myoho-ama)

"Comme la lumière du soleil et de la lune dissipe l'obscurité, cette personne, en oeuvrant dans le monde, délivrera tous les êtres de l'obscurité."
Cette personne, en oeuvrant dans le monde (Minobu, le 3 décembre 1279 à Ikegami Munenaka)

"Que ce soit dans un bosquet, sous un arbre ou dans un monastère [...] les bouddhas entrent dans le nirvana."
La personne et le Dharma (Minobu, 11 septembre 1281 à Nanjo Tokimitsu)

 
chapitre XXII - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

"Alors le Bouddha Shakyamuni fit s'en retourner, chacun en sa terre d'origine, les bouddhas en corps d'émanation venus des dix directions, avec ces paroles: "Que chacun des bouddhas s'en aille en paix. Que la Tour du bouddha Taho retourne à son état précédent."
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

"A ce moment, le Bouddha Shakyamuni se leva du lieu où il prêchait et faisant usage de ses grands pouvoirs supranaturels, il plaça sa main droite sur la tête d'un nombre infini de bodhisattva en disant : "Je vous lègue maintenant le Dharma suprême de la bodhéité." Le Bouddha transmit le Dharma aux bodhisattvas Surgis de Terre, aux bodhisattvas de l'enseignement théorique, aux bodhisattvas venus des autres mondes, à Bonten, à Taishaku et aux quatre Rois du Ciel. Tous les bouddhas rassemblés, venus des dix directions de l'univers, regagnèrent leurs terres respectives... et le Bouddha ordonna que la Tour aux Trésors du bouddha Taho retourne à son lieu d'origine."
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

"Nous accomplirons respectueusement tout cela, conformément à l'ordre que l'Honoré du monde nous a donné."
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)

"Tous les ennemis seront écrasés."
La stratégie du Sutra du Lotus (
Minobu, 23 octobre 1279, à Shijo Kingo)

 
chapitre XXIII - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

"Ceux qui pratiqueront ce Sutra se distingueront parmi la multitude des êtres vivants."
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (
Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )

"Même la sagesse du Bouddha ne saurait trouver de limites à de tels bienfaits."
Sur la récitation des chapitres Hoben et Juryo (Kamakura - 1264, à la femme de Hiki Daigaku Saburo Yoshimoto)

"Le Sutra du Lotus est comparable à l'océan, plus grand que tous les cours d'eau, rivières et ruisseaux ; il est comparable au Mont Sumeru, la plus haute de toutes les montagnes, ou semblable à la déesse de la Lune, plus large et plus brillante que toutes les étoiles."
Le Daimoku du Sutra du Lotus (1266 à une femme d'Amatsu)

"Dans la cinquième période de cinq cents ans," [une époque terrifiante et mauvaise]
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

- "De même que le Mont Sumeru est la plus haute de toutes les montagnes, le Sutra du Lotus est le plus élevé de tous les sutras."
- "La bonne fortune de celui qui croit au Sutra du Lotus ne peut être ni brûlée par le feu, ni emportée par l'eau."
L'héritage du Dharma ultime de la vie (février 1272, à Sairen-bo Nichiji)

"Pendant la dernière moitié du millénaire qui suivra mon trépas, le Sutra du Lotus se répandra largement dans le monde entier."
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

"offrir son petit doigt au Sutra a plus de prix que de couvrir une galaxie entière des sept sortes de joyaux."
La Lettre de Sado (Sado, 20 mars 1272, à Toki Jonin)

- Dans la cinquième période de cinq cents ans après mon trépas, accomplissez kosen-rufu dans le monde entier et ne laissez jamais son flot tarir."
- "Les démons, les gens sous leur influence, les esprits du ciel et de la mer, des démons maléfiques appelés yaksha, des démons qui sapent la vitalité humaine et d'autres encore prendront l'avantage."
Sur les prédictions du Bouddha (Sado, 11 mai 1273 aux croyants)

"Même la sagesse du Bouddha est incapable d'en évaluer l'étendue." [étendue des bienfaits]
La véritable réalité de la vie (Sado - Ichinosawa, mai 1273 à Sairen-bo)

- "Au cours de la dernière des cinq périodes de cinq cents ans, après mon parinirvana, propagez largement ce Sutra [du lotus] et ne laissez jamais son flot tarir."
- "Ce n'est pas chose ordinaire que de naître à la fin de l'époque du Dharma formel et de pouvoir lire les paroles du Sutra véridique. C'est bien difficile si l'on n'a pas, dans une vie passée, créé un lien avec le Dharma merveilleux."
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)

- "Ce n'est pas chose ordinaire que de naître à la fin de l'époque du Dharma formel et de pouvoir lire les paroles du Sutra véridique. C'est bien rare si l'on n'a pas, dans une vie passée, créé un lien avec le Dharma merveilleux."
- "Dans la cinquième période de cinq cents ans après ma disparition, propagez largement [le Sutra du Lotus] à travers tout le Jambudvipa."
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (Sado, 1273 à Shijo Kingo)

"Dans les cinq cents dernières années après le parinirvana de l'Ainsi-Venu, tu le divulgueras largement dans le continent Jambudvipa sans permettre qu'il s'interrompe. [...] C'est que ce Sutra est un remède efficace pour les maladies des hommes du continent Jambudvipa."
Traité sur l'essentiel du Lotus (Minobu, le 29 juin 1974, à Toki Jonin)

"La bonne fortune du pratiquant ne peut être ni consumée par le feu, ni emportée par l'eau."
Enfer et bodhéité (Minobu, le 11 juillet 1274 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

"Ce Sutra est un bon remède pour les maladies de tous les habitants du Jambudvipa
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274 ? à Sammi-bo)

"Celui qui parviendra à accepter ce Sutra, et à y croire, sera ainsi également - il sera au premier rang, dans la multitude des êtres vivants."
L'unité de mari et femme (Minobu, le 27 janvier 1275, à Nichigen-nyo)

- "Dans la cinquième période de cinq cents ans après ma mort, accomplissez kosen-rufu dans le monde entier et ne laissez jamais son flot tarir."
- "Lorsque apparaîtront le démon, les serviteurs du démon, les dragons du ciel, les yaksha et les kumbhanda ne les laissez pas prendre l'avantage."
- "De même que le Mont Sumeru est la plus élevée de toutes les montagnes, ce Sutra est le plus élevé de tous les sutras."
- "Celui qui parvient à croire et à pratiquer ce Sutra est de même nature. Parmi la multitude de tous les êtres vivants, il est le premier."
- "De même que, parmi toutes les étendues d'eau, affluents, rivières et fleuves, la mer est la plus vaste, la personne qui pratique le Sutra du Lotus est d'une sagesse supérieure aux autres"

- "La lune est le plus lumineux de tous les corps célestes visibles dans le ciel nocturne. Ceux qui pratiquent ce Sutra du Lotus lui sont comparables."
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

"le remède bénéfique pour toutes les maladies de tous les habitants de Jambudvipa."
Réponse au nyudo Takahashi (Minobu, 1275 au nyudo Takahashi Rokuru Hyoe)

"Comme une personne nue obtenant un vêtement."
L'histoire d'Ohashi no Taro (Minobu, le 24e jour du 3e mois intercalaire de 1276 à Nanjo Tokimitsu)

- "Celui qui parvient à croire et à pratiquer ce Sutra est ainsi également. Parmi la multitude de tous les êtres vivants, il est le premier."
- "Dans la cinquième période de cinq cents ans après ma mort, accomplissez kosen-rufu dans le monde entier et ne laissez jamais son flot tarir. Et ne laissez jamais le démon, les hommes du démon, ou les divinités, dragons, yaksha, kumbhanda et autres, prendre l'avantage."
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

"sa maladie s'effacera et il ne connaîtra pas la souffrance ni de la vieillesse ni de la mort."
Lettre à Domyo zenmon
(Minobu, le 8e mois de 1276 au zenmon Domyo)

- "Dans la cinquième période de cinq cents ans après mon trépas, faites largement connaître ce Sutra et ne laissez jamais son flot tarir."
- "Elle se rendra immédiatement dans un monde de paix et de félicité."
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277 ? à Myoho-ama)

"Des démons maléfiques posséderont les autres"
Le troisième enseignement (Minobu, 1er octobre 1277, à Toki Jonin)

"Dans la cinquième période de cinq cents ans après mon trépas, accomplissez kosenrufu dans le monde entier et ne laissez jamais son flot tarir."
La phrase unique et essentielle (
Minobu, le 3 juillet 1278, à Myoho-ama)

"le remède capable de guérir les maladies de tous les êtres du Jambudvipa."
Un remède bénéfique pour tous les maux (Minobu, 1278 à Myoshin-ama)

"Dans la cinquième période de cinq cents ans après mon trépas, accomplissez kosen-rufu dans le monde entier et ne laissez jamais son flot tarir."
Sur l'établissement des Quatre Bodhisattvas (Minobu, 17 mai 1279 à Toki Jonin)

"Ceux qui étaient nus ont obtenu des vêtements."
Lettre à Jakunichi-bo (Minobu, 16 septembre 1279, à Jakunichi-bo Nikke)

"Tous les ennemis seront écrasés."
La stratégie du Sutra du Lotus (Minobu, 23 octobre 1279, à Shijo Kingo)

"Ce sutra est un excellent médicament pour les maux de toute l'humanité."
Sur la possibilité de prolonger sa vie (Minobu, 1279 à Myojo, femme de Toki Jonin)

"Même si une personne remplissait un système majeur de mondes des Sept sortes de trésors pour en faire don au Bouddha, aux grands bodhisattvas, aux pratyekabuddhas ou aux arhats, les bienfaits que cette personne obtiendrait ne pourraient pas égaler ceux que procurent l'acceptation et la pratique de ce Sutra du Lotus, ne serait-ce que d'une strophe de quatre lignes  ! Cette dernière attitude est, de toutes, celle qui apporte le plus grand nombre de bienfaits."
La bonne fortune inégalée (Minobu, 1l mai 1280, au seigneur Nishiyama)

- "Il en va de même pour le Sutra du Lotus, il est le plus élevé des sutras."
- "C'est qui brille de l'éclat le plus brillant... voilà pourquoi il est le plus respecté."
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (Minobu, octobre 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

"Dans les cinquième cinq cent ans cette doctrine doit être enseignée et propagée parmi les hommes et ne laissez jamais son flot tarir.
Trois grands Dharmas cachés (Minobu, le 27  ? avril 1281 à Ota Kingo)

 
chapitre XXVI - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

les personnes qui auront foi en lui seront protégées "jusqu'à cent yojana à la ronde, afin qu'elles ne subissent ni déclin ni dommage."
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )

"Le seul fait de protéger les personnes qui reçoivent et récitent le nom du Sutra du Lotus vous procurera une bonne fortune incommensurable."
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )

ceux qui s'opposent au Pratiquant du Sutra du Lotus "auront la tête brisée en sept morceaux comme les branches de l'arbre arjaka."
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

"Vous obtiendrez une bonne fortune inestimable rien qu'en protégeant ceux qui gardent le Titre du Sutra du Lotus."
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

"Les yaksha, des démons subtils, des démons affamés, des démons de la saleté, des démons vengeurs, rouges, oranges, noirs et bleus, etc."
Sur les prédictions du Bouddha (Sado, 11 mai 1273 aux croyants)

- "Ce sutra exauce les désirs. Il est l'eau pure et fraîche de l'étang qui étanche la soif."(réf.)
- "Ils connaîtront paix et sécurité dans cette vie et des conditions favorables dans la prochaine."
Réponse à Kyo'o (Sado, août 1273, à Kyo'o, fille de Shijo Kingo)

"Ceux qui infligent des vexations ou des troubles [aux pratiquants du Sutra du Lotus] auront la tête brisée en sept morceaux."
Lettre à Horen (Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)

"la tête brisée en sept morceaux"
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

"Ceux qui s'opposeront à nous [aux personnes qui enseignent le Dharma] auront la tête brisée en sept morceaux, tandis que la bonne fortune de ceux qui [leur] feront des offrandes dépassera celle d'une personne dotée des dix titres honorables."(réf.)
Lettre à Ko-no ama Gozen (Minobu le 16 juin 1275 à Ko-no ama Gozen)

L'asura qui décocha une flèche au soleil eut "la tête brisée en sept morceaux".
La suprématie du Dharma (
Minobu, 4 août 1275, à Oto, fille de Nichimyo)

"la tête brisée en sept morceaux"
Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)

- Puisque je suis le continuateur du bodhisattva Fukyo, ceux qui me méprisent et me calomnient auront "la tête brisée en sept morceaux"
- Pourquoi ceux qui vous calomnient n'ont-ils toujours pas la "tête brisée en sept morceaux"?
Un Sage Perçoit les Trois Phases de la Vie (Minobu, 1275, à Toki Jonin)

"la tête brisée en sept morceaux"
Sur le comportement du Bouddha (Minobu, 1276, à Konichi-ama)

la tête brisée en sept morceaux
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin)

"Que sa tête se brise en sept morceaux."
Lettre de pétition de Yorimoto (
Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)

"Ceux qui font des offrandes [au Pratiquant du Sutra du Lotus] obtiendront une bonne fortune plus grande que celle des dix titres honorables, tandis que ceux qui [lui] créent des troubles auront la tête brisée en sept morceaux."
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (
Minobu, juin 1278, à Dame Nichinyo)

"la tête brisée en sept morceaux"
La preuve du Sutra du Lotus (Minobu, 28 février 1282 à Nanjo Tokimitsu)

 
chapitre XXVII - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

"Celui qui refuse d'avoir foi en ce sutra, et au contraire s'y oppose, détruit immédiatement les graines qui permettent de devenir bouddha en ce monde. Après sa mort, il tombera dans l'enfer avici."
Rissho Ankoku ron (Kamakura-Matsubagayatsu, juillet 1260)

"Après la disparition du Bouddha, je propagerai largement le Sutra à travers tout le continent de Jambudvipa, sans jamais laisser son flot tarir."
Encouragements à une personne malade (décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)

"Un bon ami est la grande cause et le lien qui nous oriente et nous conduit sur la voie de la bodhéité. Il éveille en nous le désir de voir le Bouddha et de parvenir à l'Eveil parfait sans supérieur."
Réponse à Sairen-bo (Sado, le 13 avril 1272, à Sairenbo Nichijo)

- "Ces deux fils qui sont les miens ont accompli l'œuvre du Bouddha."
- "Ces deux fils ont été mes bons amis bouddhiques." (note)
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août.1280, à la dame d'Utsubusa)

 
chapitre XXVIII - (ce que Nichiren dit sur ce chapitre)

"Celui qui, par ailleurs, en voyant quelqu'un recevoir et garder ce Sutra, met l'accent sur ses fautes et ses défauts, qu'ils soient réels ou non, contractera la lèpre blanche dès la présente existence"
Sainan Koki Yurai - La cause des désastres (Kamakura, février 1260)

- "[Celui qui honore le Sutra du Lotus] "recevra pour rétribution bonne fortune en cette vie."
- "Si quelqu'un voit une personne pratiquer ce Sutra et tente de critiquer ses défauts ou ses erreurs, il sera atteint de lèpre blanche dans cette vie, que cette critique soit justifiée ou non."
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

- "Après sa mort, mille bouddhas lui tendront la main pour le libérer de toute peur et pour l'empêcher de tomber dans les voies mauvaises."
- "Après sa mort, il tombera dans l'enfer avici.
L'héritage du Dharma ultime de la vie (février 1272, à Sairen-bo Nichiji)

"Après la mort du Bouddha, répandez largement le Sutra dans la terre du Sud et ne le laissez jamais périr."
Sur les prédictions du Bouddha (Sado, 11 mai 1273 aux croyants)

"Après sa mort, il tombera dans l'enfer avici. [Il ne renaîtra au bout d'un kalpa que pour retomber en enfer, et] il répétera ce cycle pendant d'innombrables kalpas."
Enfer et bodhéité (Minobu, le 11 juillet 1274 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

- "Aux époques futures qui suivront la disparition du Bouddha, les voeux de ceux qui croiront en ce Sutra et le pratiqueront, le liront et le réciteront ne resteront pas sans réponse, et ils recevront des bienfaits dans leur vie présente."
- "Ceux qui feront des offrandes au Pratiquant de ce Sutra et feront son éloge recevront des bienfaits dans leur vie présente."
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

- "Ses souhaits ne resteront pas sans réponse, et il obtiendra en rétribution la bonne fortune en cette vie même."
- "En vérité, il obtiendra des rétributions visibles dans sa vie présente."
- "Il obtiendra en rétribution la bonne fortune dès cette vie même"
- "En vérité, il obtiendra des rétributions visibles en sa vie présente"
La bonne fortune en cette vie (Minobu, le 19 janvier 1276, à Nanjo Tokimitsu)

"Il faut se lever et le saluer de loin, avec autant de respect que l'on en témoignerait au Bouddha."
Les quatorze oppositions (
Minobu, fin 1276, au nyudo Matsuno Rokuro Zaemon)

"Je répandrai largement ce Sutra à travers tout le Jambudvipa sans jamais le laisser périr."
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (Minobu, mars 1277 ? à Myoho-ama)

-"Si quelqu'un, voyant une personne qui croit en ce Sutra et le pratique, essaie d'exposer ses défauts ou ses mauvaises actions, qu'il dise vrai ou non, il souffrira dans sa vie présente de lèpre blanche... et de diverses maladies graves de nature maligne."
- "Vie après vie, il renaîtra sans yeux."
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin)

 

Retour au dictionnaire

haut de la page
Précédent