Sutra du Lotus*
妙法蓮華經

Chapitre XXVI
Dharani - Formules détentrices,
(陀羅尼品, Darani hon, Tuoluoni pin)

 

A ce moment*, le bodhisattva Bhaishajyaraja* se leva de son siège, se découvrit l'épaule droite, joignit les paumes en direction du Bouddha et lui adressa ces paroles: "Vénéré du monde*, s'il se trouve des fils de foi sincère* et des filles de foi sincère capables d'accepter et garder le Sutra du Lotus du Dharma, de le lire et de le réciter avec pénétration et acuité, d'en recopier les volumes, combien de bénédictions en obtiendront-ils? "

Le Bouddha déclara à Bhaishajyaraja* : "Si des fils ou des filles de foi sincère faisaient offrande à autant de bouddhas que les sables de huit mille millions de myriades de milliards de Gange, qu'en est-il à ton avis? Les bénédictions qu'ils en obtiendront seront-elles plutôt nombreuses ou non?

- Elles seront fort nombreuses, Vénéré du monde."

L'Éveillé dit: "Si des fils de foi sincère* ou des filles de foi sincère sont capables d'accepter et retenir ce Sutra, ne serait-ce qu'une stance de quatre vers (gatha), de la lire et de la réciter, d'en comprendre le sens et de la mettre en pratique comme il l'est prêché, les mérites en seront fort nombreux."

Alors le bodhisattva Bhaishajyaraja* s'adressa à l'Éveillé: "Vénéré du monde*, je vais maintenant donner à ceux qui exposent le Dharma un dharani (note) qui les protégera." Et il prononça la formule suivante :


ani mani manei mamanei shirei sharitei shamya shabitai sentei mokutei mokutabi shabi aishabi sôbi shabi shaei akishaei agini sentei shabi darani arokyabasaihashabishani neibitei abentaraneibitei atandahareishutai ukurei mukurei ararei hararei shugyashi asanmasambi boddabikirijiritei darumaharishitei sôgyachirikushanei bashabashashutai mantara mantarashayata urotaurota kyôsharya akishara akishayataya abaro amanyanataya.

"Vénéré du monde*, ce divin dharani a été exposé par autant de bouddhas que les sables de soixante-deux myriades de Gange. S'il se trouve quelqu'un pour attaquer et blesser ces maîtres du Dharma, cela reviendra à avoir attaqué et blessé ces bouddhas."

Sur ce, l'Éveillé Shakyamuni loua le bodhisattva Bhaishajyaraja* en ces mots: "C'est bien, c'est fort bien, Bhaishajyaraja*, c'est par une attention miséricordieuse, pour protéger ces maîtres du Dharma que tu as exposé ce dharani; abondants seront les bienfaits qu'il dispensera aux êtres."

Alors le bodhisattva Ksemadatta* s'adressa à l'Éveillé: "Vénéré du monde*, afin de protéger ceux qui lisent et récitent, acceptent et gardent le Sutra du Lotus du Dharma, je vais moi aussi exposer un dharani. Si ces maîtres du Dharma font leur ce dharani, les yakshas*, rakshasa*, putanas, krityas, kumbhandakas, pretas et autres qui chercheront à le prendre en défaut ne pourront en trouver l'occasion." Ainsi, devant l'Éveillé, il prononça la formule


Zarei makazarei uki moki arei arabatei chiritei chiritahatei ichini ichini shichini nirichini nirichihachi.

"Vénéré du monde*, ce dharani a été exposée par autant de bouddhas que les sables du Gange et tous s'en sont réjouis en conséquence. S'il s'en trouve pour attaquer et blesser ces maîtres du Dharma, cela reviendra à avoir attaqué et blessé ces bouddhas"

Alors le roi céleste Vaishravana, gardien du monde, s'adressa à l'Éveillé: "Vénéré du monde, à mon tour également, par une attention miséricordieuse, pour protéger ces maîtres du Dharma, j'expose ce dharani. Et il prononça la formule suivante


Ari nari tonari anaro nabi kunabi.

"Vénéré du monde*, grâce à ce dharani, les maîtres du Dharma se trouveront protégés et je protégerai également moi-même ceux qui sauvegardent ce Sutra, les exemptant de décrépitude et de chagrin sur une étendue de cent yojana."

Alors le roi céleste Virudhaka*, qui se trouvait dans cette assemblée, entouré avec respect d'une foule de mille millions de myriades de milliards de gandharvas*, s'avança auprès du Bouddha, joignit les paumes et s'adressa à lui: "Vénéré du monde*, je protégerai moi aussi ceux qui sauvegardent le Sutra du Lotus du Dharma à l'aide d'un dharani." Et il prononça la formule suivante


Akyanei kyanei kuri kendari sendari matôgi jôguri furoshani anchi.
Vénéré du monde*, ce divin dharani a été exposé par quarante-deux myriades de bouddhas. S'il s'en trouve pour attaquer et blesser ces maîtres du Dharma, cela reviendra à avoir attaqué et blessé ces bouddhas."

Alors il y eut des rakshasi, la première ayant nom Lamba*, la seconde Vilamba* , la troisième Malakutadanti*, la quatrième Pushpadanti*, la cinquième Matutacandi*, la sixième Keshini*, la septième Acala*, la huitième Maladhari* , la neuvième Kunti, la dixième Sarvasattvaujohari* ; ces dix rakshasi, avec Hariti*, en même temps que leurs enfants et leur suite, se rendirent de concert auprès du Bouddha et d'une même voix s'adressèrent à lui : "Vénéré du monde*, nous aussi désirons protéger ceux qui lisent et récitent, acceptent et gardent le Sutra du Lotus du Dharma, et les débarrasser de la décrépitude et du chagrin. S'il s'en trouve pour chercher à les prendre en défaut, nous les empêcherons d'en trouver l'occasion." Et, devant l'Éveillé, elles prononcèrent la formule suivante :


Ideibi ideibin ideibi adeibi ideibi deibi deibi deibi deibi deibi rokei rokei rokei rokei takei takei takei tokei tokei.


"Que l'on grimpe plutôt sur nos têtes, mais que l'on n'aille point tourmenter les maîtres du Dharma ; que ce soient yakshas*, rakshasa*, pretas*, putanas*, krityas*, vetadas*, kumbandhas*, umarakas,* apsamarakas,* yakshakrityas*, krityas humains*, fièvres - qu'elles soient d'un jour, de deux jours, tierces, quartes, et même jusqu'à sept jours ou fièvres chroniques (dvaitiya, tritia, chaturthakritya, nityajvara), que ce soient des figures masculines ou féminines, figures de jeunes garçons ou de jeunes filles, et même les rêves, aucun non plus ne les tourmentera."
Et, devant l'Éveillé, elles prononcèrent les stances :

Quiconque résiste à nos dharani
et tourmente ceux qui exposent le Dharma
Aura la tête brisée en sept morceaux
Comme les branches d'un arbre arjaka.

Comme le crime du parricide
et comme l'acte funeste de celui qui presse l'huile*,
qui trompe les gens par le boisseau ou la balance,
ou le crime de Devadatta qui brise la communauté,
celui qui fait tort aux maîtres du Dharma
obtiendra un sort pareillement funeste.

Ayant dit leurs stances, les rakshasi s'adressèrent à l'Éveillé: "Vénéré du monde*, nous aussi protégerons de notre propre corps ceux qui acceptent et gardent, lisent, récitent et mettent en pratique ce Sutra. Nous lui ferons obtenir la sérénité, le débarrasserons de la décrépitude et du chagrin, dissiperons tous les poisons."

L'Éveillé déclara aux rakshasi: "C'est bien, c'est fort bien; innombrables seraient déjà vos bénédictions si vous ne pouviez protéger que ceux qui acceptent et gardent le titre du Lotus du Dharma, qu'en sera-t-il alors si vous protégez ceux qui l'acceptent et le gardent en sa totalité et font aux volumes offrandes de fleurs, d'encens, de guirlandes, de poudres, d'onguents, de fumigations, de bannières, de dais, de musiques, font brûler toutes sortes de lampes - lampes à beurre clarifié, lampes à huile, lampes aux diverses essences : lampes à huile de sumana, lampes à huile de fleurs de champaka, lampes à huile de varshika - et ainsi de suite, des centaines et des milliers de sortes d'offrandes. Kunti, vous autres et ceux qui vous suivent, vous devez protéger de tels maîtres du Dharma."
Tandis que ce chapitre des dharani était exposé, soixante-huit mille personnes obtinrent l'adhésion à la non-production des entités.

SUITE (chapitre XXVII)

Commentaire de Nikkyo Niwano sur ce chapitre

Ce qu'en dit Nichiren ; Citations dans les goshos.

 

haut de la page