ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
le chapitre XXIII du Sutra du Lotus
(
Yakuo - Conduite originelle du bodhisattva Yakuo)
 

Voici les points essentiels concernant le chapitre Yakuo* (XXIII). Cf. Tout le gosho
L'essentiel du chapitre Yakuo (1265-  ? peut-être à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Qui plus est, dans le volume sept, au chapitre Yakuo* (XXIII), on trouve dix comparaisons exprimant l'excellence du Sutra du Lotus. La première comparaison concerne l'eau.
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )

Dans la lettre confiée à votre messager, vous dites que vous aviez pour habitude de réciter chaque jour un chapitre du Sutra du Lotus, récitant ainsi le Sutra tout entier en vingt-huit jours, mais que, désormais, vous ne récitez plus que le chapitre Yakuo (XXIII) (note) une fois par jour. Vous demandez s'il ne serait pas préférable de revenir à votre ancienne récitation de tous les chapitres l'un après l'autre.
[...] Il est vrai que les chapitres Yakuo (XXIII) et Daibadatta* (XII) traitent tout particulièrement de l'atteinte de la bodhéité par les femmes ou de leur renaissance sur la Terre pure. Mais le chapitre Daibadatta* (XII) est une branche et une feuille du chapitre Hoben (II), et le chapitre Yakuo* (XXIII) est une branche et une feuille des chapitres Hoben (II) et Juryo* (XVI) (note).
Sur la récitation des chapitres Hoben et Juryo (Kamakura - 1264, à la femme de Hiki Daigaku Saburo Yoshimoto)

Dans les dix métaphores du chapitre Yakuo* (XXIII), le Sutra du Lotus est comparé à l'océan, au soleil, au Mont Sumeru. Dans ce cas, peut-il y avoir quelque chose de plus profond que le grand océan, de plus éclatant que le soleil ou de plus haut que le Mont Sumeru  ?
Réponse à Hoshina Goro Taro (5 décembre 1267 à Hoshina)

Il est prédit dans le chapitre Yakuo* (XXIII) du Sutra du Lotus que dans la deuxième moitié du millénaire qui suivra la mort du Bouddha, le Sutra du Lotus se répandra largement dans le monde.
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Étaient présents aussi les quatre-vingt-quatre mille bodhisattva mentionnés dans le chapitre Yakuo* (XXIII) ;
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)

C'est pourquoi le Grand-maître* Zhiyi* dit, à propos du passage [du chapitre Yakuo* (XXIII)] du Sutra, dans le Hokke Mongu* : "Ce ne sont pas seulement ceux qui vivent à l'époque du Bouddha qui obtiendront de grands bienfaits. Dans la cinquième période de cinq cents ans, la Voie mystique se propagera [et contribuera au bien-être de l'humanité] pour longtemps dans l'avenir."
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274 ? à Sammi-bo)

De plus, ceux qui sont parvenus à l'Éveil à l'écoute des six chapitres commençant par le chapitre Yakuo* (XXIII) sont simplement ceux qui, après avoir obtenu les bienfaits du Jigage, n'étaient pas encore parvenus à l'Eveil.
Lettre à Horen (Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)

A propos du chapitre Yakuo* (XXIII). Par le passé, un bodhisattva appelé Kiken étudia le Sutra du Lotus sous la direction du bouddha Suprême-et-pur-éclat-du-soleil-et-de-la-lune. Il fut si profondément touché par la bienveillance de son maître envers lui, et par l'élévation des pensées contenues dans le Sutra, qu'il offrit tous les trésors rares qu'il possédait, jusqu'au dernier. Mais, toujours insatisfait, il s'enduisit le corps d'huile, et brûla son corps en offrande au Bouddha pendant mille deux cents ans, de la même manière que, de nos jours, nous faisons brûler de l'huile en y trempant une mèche et en l'allumant. Puis, dans sa vie suivante, il fit des torches de ses bras, et les brûla pendant soixante-douze mille ans, en offrande au Sutra du Lotus. Si bien que, lorsqu'une femme fait des offrandes au Sutra du Lotus, de nos jours, dans la cinquième Période de cinq cents ans, tous les bienfaits de ce bodhisattva lui seront dispensés jusqu'au dernier, exactement comme la totalité de la fortune d'un homme riche est léguée à son enfant unique.
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (Minobu, juin 1278, à Dame Nichinyo)

Si vous ne voulez pas prendre réellement soin de vous, il sera très difficile de guérir votre maladie. Un seul jour de vie vaut plus que tous les trésors de l'univers, aussi devez-vous d'abord faire preuve d'une foi sincère. Tel est le sens du passage du septième volume du Sutra du Lotus selon lequel se brûler le petit doigt pour l'offrir au Bouddha et au Sutra du Lotus a plus de valeur que de faire don de tous les trésors de l'univers.
Sur la possibilité de prolonger sa vie
(Minobu, 1279 à Myojo, femme de Toki Jonin)

 
voir également : : les citations du chapitre XXIII dans les goshos

Retour au dictionnaire

haut de la page