ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Bonten, Daibonten

Mettre en prison un Pratiquant du Sutra du Lotus équivaut à emprisonner le Bouddha Shakyamuni lui-même. [En observant cela] quelle stupéfaction doit être celle de Bonten, de Taishaku et des quatre Rois du Ciel  ! Les dix Filles-démones ont fait serment de punir [quiconque persécute un pratiquant] en [lui] brisant la tête en sept morceaux. Si elles ne le font pas maintenant, quand le feront-elle donc ?
La même saveur salée (1261   ? )

Pour ce qui est de mes parents dans cette vie-ci, non contents de m'avoir donné la vie, ils ont également fait de moi un Pratiquant du Sutra du Lotus. Par conséquent, j'ai envers mes parents actuels une dette bien plus grande que si j'étais né dans la famille de Bonten, de Taishaku, de l'un des quatre Rois du Ciel, ou d'un Roi faisant tourner la roue, héritant ainsi des trois mondes ou des quatre continents, et que si j'étais révéré par les quatre sortes de croyants dans les mondes-états des hommes ou du ciel.
[...] A propos de la rétribution karmique que recevront inévitablement des personnes de ce genre, il est écrit dans le Sutra Daijuku : "Le Bouddha demanda : "Si une personne versait le sang de mille, dix mille ou cent mille bouddha, que faudrait-il en penser  ? Aurait-il ou non commis un crime grave  ? " Le roi Bonten répondit : "Une personne qui verse le sang d'un seul bouddha commet un crime si grand qu'elle tombera dans l'enfer avici. Elle aura commis une faute d'une gravité incommensurable et devra rester prisonnière du grand enfer avici pendant d'innombrables kalpas. Ce serait un crime encore plus grand de verser le sang de dix mille ou cent mille bouddha. Personne ne peut concevoir l'énormité d'un tel crime ni la rétribution karmique qu'il entraîne. Personne, si ce n'est le Bouddha lui-même." Le Bouddha dit : "Roi Bonten, supposez qu'une personne, par respect pour moi, entre dans la vie religieuse. Même si elle n'a jamais reçu les préceptes et si, par conséquent, elle ne peut pas les observer, si on la harcèle, on la dénigre ou la frappe à coups de bâton, le crime de ses persécuteurs sera encore plus grave que s'ils avaient versé le sang de cent mille bouddha."
Les quatre sortes de reconnaissance (Izu, le 16 janvier 1262 à Kudo Yoshitaka)

Si l’on pose le Sutra des cinq préceptes [Sutra Gokai] (note) devant une sculpture ou une image aux trente et un traits, ce Bouddha devient dès lors égal Roi-qui-fait-tourner-la-Roue-du-Dharma. Si l’on pose le Discours sur les dix actes de bien (Juzen ron), il devient alors égal à Taishaku. Si l’on pose un Discours sur l’émancipation du monde des désirs (Shutsu-yoku ron), il devient l’égal à Daibonten. Cependant, il ne devient nullement Bouddha.
L’ouverture des yeux des images sculptées ou peintes (Kamakura 1264

Si vous quittez cette vie avant moi, allez vous présenter devant Bonten, Taishaku, les quatre grands Rois du Ciel et le grand roi Yama. Dites-leur que vous êtes un disciple du moine Nichiren, le premier Pratiquant du Sutra du Lotus au Japon. Et il serait impossible alors qu'ils vous reçoivent mal.
Encouragements à une personne malade (décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)

Lorsque ce sont les dix préceptes de bien que l'on place devant elle, elle devient l'équivalent de Taishaku. Lorsque l'on place devant elle le Shutsuyoku Ron (note), elle devient l'équivalent de Bonten. Mais elle ne devient en aucun cas l'équivalent d'un Bouddha.
La consécration des images sculptées ou peintes
(1264 ou 1272 ou 1274 ou 1282)

Les écrits bouddhiques mentionnent les cinq entraves. La première de ces Cinq entraves est l'impossibilité pour les femmes, au cours de leurs renaissances successives dans les six voies, de renaître, comme le peuvent les hommes, sous la forme du dieu Bonten. Le deuxième obstacle est qu'elles ne peuvent pas renaître sous la forme de Taishaku.
L'essentiel du chapitre Yakuo (1265-  ? peut-être à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Dans le Sutra Daibontenno Mombutsu Ketsugi, le Bouddha déclare : "Je possède un enseignement subtil concernant l'Oeil et le trésor du Véritable Dharma, le merveilleux esprit de Nirvana, le véritable aspect de l'ainsité. Il représente une transmission séparée, en dehors des sutras, indépendante des mots ou des écrits. Je confie cet enseignement à Mahakashyapa."
[...] Un peu plus tôt, vous avez cité un passage du sutra Daibontenno Mombutsu Ketsugi pour appuyer votre assertion que le Zen est "une transmission en dehors des sutras". Mais en citant un passage de sutra, vous contredisiez déjà votre propre affirmation. De plus, ce sutra fait partie des enseignements provisoires, et, d'ailleurs, il n'est mentionné ni dans l'inventaire de Kaiyuan ni dans celui de Zhenyuan. Nous voyons ainsi que c'est un ouvrage non cité dans les catalogues, en même temps qu'un enseignement provisoire. C'est pourquoi les érudits de notre époque ne le mentionnent pas ; il ne peut pas être utilisé pour prouver quoi que ce soit.
[...] L'état de bouddha de Shakyamuni, de Taho et de tous les bouddhas des dix directions ; de Jogyo, de Muhengyo et des autres bodhisattvas Surgis de Terre  ; de Fugen, de Manjushri, de Shariputra, de Maudgalyayana et des autres ; de Bonten et de Taishaku ; des divinités Nitten et Gatten  ; des sept étoiles de la Grande Ourse au Nord dans le ciel, des vingt-huit constellations, et des innombrables autres étoiles  ; des divinités du ciel et de celles de la terre, des dieux-dragons et des huit groupes d'êtres non humains, ainsi que des êtres dans les mondes d'Humanité et du Ciel, qui se réunirent dans la Grande assemblée pour entendre l'enseignement du Bouddha.
Conversation entre un sage et un ignorant (
1265  ? à un samouraï   ? )

Le grand océan contient les nombreux fleuves qui se déversent en lui, la terre immense contient tous les êtres sensitifs et non sensitifs, le "joyau qui exauce les voeux" a le pouvoir de faire pleuvoir d'innombrables trésors et Bonten règne sur le monde des trois plans. Il en va de même pour les cinq caractères de Myo Ho Ren Ge Kyo.
[...] Et ceux qui étaient dans les six ciels du monde du désir et dans les quatre ciels de la méditation, tous les êtres du monde de la forme comme ceux du monde du sans-forme, y compris Bonten, Taishaku, le Roi-Démon du sixième Ciel et le roi Yama, furent également témoins de leur destin.
Le Daimoku du Sutra du Lotus (
1266 à une femme d'Amatsu)

Combien plus devraient être reconnaissants les grands sages comme Shariputra et Mahakashyapa, eux qui avaient observé scrupuleusement les deux cent cinquante préceptes et les trois mille règles de conduite (note); ils avaient éliminé les illusions de la pensée et du désir et s'étaient détachés du monde des trois plans. entrainant à laur suite Bonten et Taishaku, yeux du monde des dieux et des hommes.
[...] Ces mots furent prononcés dans les jardins d'Ambapali, dans la ville de Vaishali. Là, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten, les quatre Rois du Ciel et les diverses divinités du monde des trois plans, ainsi que les dieux de la terre, les dieux-dragons, et d'autres êtres aussi nombreux que les grains de sable du Gange, s'étaient réunis en une Grande assemblée.
[...]2 A dater de ce moment-là, [lorsque fut enseigné le Sutra du Lotus] les grands bodhisattvas, aussi bien que Bonten, Taishaku, les divinités Nitten et Gatten et les quatre Rois du Ciel, devinrent les disciples du Bouddha Shakyamuni.
[...]2Quand Shakyamuni atteignit l'Eveil à l'âge de trente ans, il s'appropria le monde saha qui avait appartenu jusqu'alors à Bonten et au Démon du sixième Ciel.
[...]2 Si le Bouddha Shakyamuni avait effectivement atteint l'Eveil pour la première fois à l'âge de trente ans, [au moment où il enseigna le Sutra du Lotus, ] Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel qui règnent sur ce monde depuis des temps immémoriaux n'auraient été ses disciples que depuis une quarantaine d'années. Pendant les huit années où il exposa le Sutra du Lotus, ses auditeurs-shravakas n'auraient pu accepter comme maître une personne parvenue depuis si peu de temps à la sagesse suprême et se seraient plutôt inclinés devant Bonten, Taishaku et d'autres divinités qui, depuis un passé lointain, gouvernaient ce monde.
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Mon esprit dans ce corps est comparable au reflet de la lune dans un étang boueux ou à de l'or enfoui dans une bourse sale. Puisque mon coeur croit au Sutra du Lotus, je ne crains ni Bonten ni Taishaku, mais mon corps reste celui d'un animal. Avec un tel écart entre mon corps et mon esprit, rien d'étonnant à ce que les insensés me dénigrent. Sans aucun doute, comparé à mon corps, mon esprit brille comme la lune ou comme de l'or.
La Lettre de Sado (Sado, 20 mars 1272, à Toki Jonin)

En cette époque agitée, alors que vous n'avez même pas de serviteurs sur qui compter, vous avez envoyé votre mari ici. Cela démontre que votre foi est plus ferme que la terre, et les divinités de la terre le savent certainement. Votre foi est plus haute que le ciel, et Bonten et Taishaku le savent certainement aussi.
La Loi de Causalité de la Vie (Sado, avril 1272 à Nichigennyo)

Sachez bien que le Bouddha Shakyamuni, le bouddha Taho, tous les bouddhas des dix directions, les grands bodhisattvas comme Jogyo et Muhengyo, Bonten et Taishaku, les quatre Rois du Ciel, protègent une femme comme vous aussi étroitement que l'ombre suit le corps.
Lettre à Nichimyo Shonin (Sado, le 25 mai 1272 à Nichimyo, mère de Oto Gozen)

Le corps du Bouddha Shakyamuni mesurait seize pieds de haut. Mais un brahmane appelé Canne de bambou fut incapable de le mesurer. Lorsqu'il voulut voir le haut du crâne de Shakyamuni, il n'y parvint pas. Le bodhisattva Oji, pareillement, ne réussit pas à voir le haut du crâne du Bouddha, et le dieu Daibonten n'y parvint pas non plus.
[...] Ce qui amène l'ordre dans le petit royaume du Japon, ce qui permet au dieu Daibonten de régner sur les habitants du monde des trois plans, et ce qui permet au Bouddha de commander à Daibonten, à Taishaku et aux autres divinités n'est autre que la voix pure et portant au loin. Les paroles du Bouddha sont devenues les ouvrages constituant l'ensemble des sutras et apportant des bienfaits à tous les êtres vivants.

La voix pure et portant loin (Sado, septembre 1272, à Shijo Kingo)

Le vénérable Mahakashyapa qui vit sur le Mont Keisoku [Kukkutapada] ; Manjushri qui vit sur le Mont Shoryo [Clarté et douceur] ; le bodhisattva Jizo qui réside dans le monde Kharadiya et Kannon qui vit sur le Mont Potalaka ; le bodhisattva Maitreya qui réside au ciel Tushita ; Nanda et les innombrables autres rois-dragons et rois asura qui vivent au fond des mers ; Taishaku qui réside au Ciel Trayastrimsha ; Bonten qui se trouve au Ciel Akanishta ; Makeishura qui vit dans le sixième Ciel, les quatre Rois du Ciel, qui se trouvent sur les pentes du Mont Sumeru ; Nitten, Gatten et les multitudes d'étoiles apparaissant devant nos yeux et brillant au-dessus de nos têtes ; les divinités des fleuves et des cours d'eau, et les divinités de la montagne  : tous faisaient partie de l'honorable Assemblée quand fut exposé le Sutra du Lotus.
[...] Ainsi, du point de vue des divinités Nitten et Gatten et du Roi céleste Bishamon, il ne s'est donc écoulé que quarante-quatre jours, soit moins de deux mois, depuis la mort du Bouddha. Et du point de vue de Taishaku et Bonten, cela ne fait pas même un mois, il s'est écoulé très peu de temps depuis la disparition du Bouddha. En un laps de temps aussi court, comment tous ces êtres célestes auraient-ils pu oublier les engagements pris devant le Bouddha, ou leur dette de reconnaissance à l'égard du Sutra qui leur a permis d'atteindre la bodhéité, en abandonnant les pratiquants du Sutra du Lotus  ?
[...] Naître en tant que souverain d'un pays est considéré comme un bienfait obtenu pour avoir pratiqué l'enseignement correct et servi le Bouddha dans une vie passée. C'est en fonction du jugement des rois célestes Bonten et Taishaku, des divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel et d'autres, que tous les souverains, grands et petits, reçoivent leurs territoires et leurs domaines.
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)

On lit aussi dans le Sutra  : "Tous ceux qui honorent le Bouddha... s'engagent dans la voie qui mène à la bodhéité."(réf.) Cela signifie que le monde des hommes contient les dix mondes-états. D'après le Sutra, les divinités célestes, conduites par Bonten, ont déclaré  : "Nous obtiendrons l'Eveil."(réf.) Ainsi, il est clair que le monde du ciel contient les dix mondes-états.
[...] Le vénérable Shakyamuni, fondateur de la doctrine, est le Bouddha qui a éliminé chacune des trois illusions. Il est le souverain de tous les êtres sensitifs dans l'univers entier - rois, bodhisattvas, personnes des deux véhicules, hommes et femmes ordinaires et divinités célestes. Dès qu'il fait un pas, Bonten l'accompagne à sa gauche et Taishaku se tient à sa droite. Les quatre congrégations ainsi que les êtres des huit groupes qui protègent le bouddhisme, suivent derrière, tandis que les divinités Kongo marchent à l'avant-garde.
[...] De plus, un bodhisattva de l'enseignement essentiel est de loin supérieur à tous les bodhisattvas de l'enseignement théorique, qu'il s'agisse de Manjushri, de Kannon ou de tout autre dans l'univers. La différence entre eux est encore plus grande qu'entre Taishaku et un singe. Voulez-vous dire que même si nous ne sommes pas l'un de ces bodhisattvas, tous les êtres et tous les éléments de l'univers sont contenus dans les dix mondes-états et les trois mille mondes inhérents à nos propres vies  ? Pensez-vous qu'existent aussi en nous les personnes des deux véhicules qui devinrent arhats en détruisant leurs illusions, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, les quatre Rois qui font tourner la roue, avici ?
[...] Le bodhisattva Yakuo, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel auraient de toute façon immédiatement répondu à l'ordre de Shakyamuni, même si aucun bouddha n'était venu soutenir ses exhortations, mais Taho et d'autres bouddhas vinrent en ce monde pour les exhorter à propager le Sutra après la mort de Shakyamuni.
[...] Le Bouddha transmit le Dharma aux bodhisattvas Surgis de Terre, aux bodhisattvas de l'enseignement théorique, aux bodhisattvas venus des autres mondes, à Bonten, à Taishaku et aux quatre Rois du Ciel.
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Le Bouddha Shakyamuni couvrira du manteau de sa bienveillance ceux qui persévéreront dans la propagation. Toutes les divinités leur feront des offrandes, les épauleront et les porteront sur leur dos. Ils possèdent la bonne fortune suprême et pourront servir de guides à tous les êtres humains. Ainsi, soutenu par les bouddhas Shakyamuni et Taho, tous les autres bouddhas et bodhisattvas, les sept catégories de divinités bénéfiques célestes et les cinq catégories de divinités terrestres, Kishimojin et ses dix Filles, les quatre Rois du Ciel, Bonten, Taishaku, le roi Yama, les divinités de l'eau et du vent, celles des mers et des montagnes, le bouddha Vairocana* les bodhisattvas Fugen et Manjushri et les divinités Nitten et Gatten, Nichiren a pu endurer d'innombrables et cruelles épreuves.
La véritable réalité de la vie (Sado - Ichinosawa, mai 1273 à Sairen-bo)

Ainsi, vous êtes sans doute l'envoyé des divinités célestes Bonten et Taishaku. Je vais vous confier mon sceau pour authentifier la promesse que vous renaîtrez sur la Terre pure du Pic du Vautour. Emportez-le dans votre vie prochaine au Pic du Vautour et [quand vous y serez parvenu], appelez "Nichiren, Nichiren  ! " Je viendrai aussitôt à votre rencontre.
Lettre à Endo Saemon-no-jo (Sado, 12 avril 1274 à Endo Saemon-no-jo)

Parmi tous les bodhisattvas tels que Manjushri, Maitreya, puis Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, divinités des Etoiles, les Quatre Rois du Ciel, etc., entre le moment de l'Eveil atemporel (hongaku) et la prédication du Hannyakyo* incluse, il n'est pas un seul être qui ait été disciple du Vénéré Shakyamuni.
[...] Cependant il [Shakyamuni] n'accorda encore que le Dharma provisoire (shakumon). Puis il expliqua sommairement que son enseignement actuel allait montrer l'origine lointaine du Bouddha. Alors les grands bodhisattvas de la période Kegon, les êtres des deux Véhicules, le grand Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, , les Quatre Rois du Ciel, les Rois-Dragons s'approchèrent du degré de l'Éveil merveilleux (myogaku), puis ils atteignirent ce degré. Et alors, si maintenant nous levons les yeux vers le ciel, nous voyons les bouddhas à l'Éveil merveilleux demeurer dans le degré originel, aidant par leur action bienfaisante les êtres à faire leur salut.
[...] Les grands bodhisattvas Manjushri, Maitreya, qui étaient dans le passé d'anciens bouddhas, apparurent alors pour une vie d'assistance (osho) (note). Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, , les Quatre Rois du Ciel étaient avant l'Eveil atemporel (hongaku) de grands saints. En outre, on avait compris les sutras des quatre saveurs et les quatre enseignements. Au temps où le Bouddha était dans le monde il n'y avait pas un seul ignorant.
Traité sur l'essentiel du Lotus (Minobu, le 29 juin 1974, à Toki Jonin)

En débattant, soyez bien convaincu que, parce que nous défendons le Sutra du Lotus, notre fonction est comparable à celle du roi du ciel Daibonten, et qu'il n'est pas faux de considérer les adeptes des enseignements provisoires comme des personnes de qualité inférieure ou même comme des ogres maléfiques.
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274 ? à Sammi-bo)

La huitième métaphore (note) est suivie d'un passage d'une importance primordiale. On y lit  : "Celui qui parviendra à accepter ce Sutra, et à y croire, sera ainsi également - il sera au premier rang, dans la multitude des êtres vivants."(réf.) Ce passage de vingt-deux caractères est le coeur du Sutra tout entier, l'oeil de tous les êtres vivants. Il signifie que le pratiquant du Sutra du Lotus est comme le soleil, la lune, le roi Bonten ou le Bouddha, tandis que les pratiquants du Sutra Vairocana* sont comme les étoiles, les cours d'eau et les rivières, ou le commun des mortels. Pour cette raison, quiconque, en ce monde, adhère au Sutra du Lotus, homme ou femme, moine ou nonne, est certainement considéré par le Bouddha comme le seigneur de tous les êtres vivants ; Bonten et Taishaku tiennent sans doute cette personne en grande estime. Quand je pense à cela, ma joie est si grande que je ne peux la décrire.
[...] Laissez les autres vous haïr à leur guise. De quoi pourriez-vous vous plaindre si vous êtes chérie par le Bouddha Shakyamuni, par le bouddha Taho et par tous les autres bouddhas des dix directions, aussi bien que par Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les autres  ? Aussi longtemps que vous méritez les éloges du Sutra du Lotus, quel motif de mécontentement pourriez-vous avoir  ? Vous dites que vous atteignez maintenant l'âge néfaste de trente-trois ans, et que, pour cette raison, vous envoyez des offrandes. J'en ai fait part au Bouddha Shakyamuni, au Sutra du Lotus et à Nitten. Une personne a deux épaules, la gauche et la droite, sur lesquelles se trouvent deux divinités appelées, l'une, Domyo, et l'autre, Dosho. Ce sont deux divinités que Bonten, Taishaku, Nitten et Gatten ont envoyées à chaque personne pour la protéger.
L'unité de mari et femme (Minobu, le 27 janvier 1275, à Nichigen-nyo)

J’ai présentement, moi, Nichiren, un grand doute. Le Bouddha est à la fois souverain, maître et parent de divers rois du monde des trois plans, tels que le roi du Ciel de Brahma, le Roi-démon du sixième Ciel, Taishaku, Nitten, Gatten, les quatre Grands rois du Ciel, du Roi faisant tourner la roue du Dharma et bien d’autres encore. Ces rois du monde des trois plans ont reçu des terres octroyées par le Bouddha Shakyamuni, afin de devenir les dirigeants de diverses provinces et territoires spécifiques. C’est la raison pour laquelle Bonten, Taishaku et les autres rois vénèrent les statues en bois et les portraits du Bouddha Shakyamuni. Ainsi s'ils vont, un tant soit peu, à l’encontre de l’enseignement du Bouddha, l’imposant palais du Roi-Brahma et le palais lumineux d’Indra viendront immédiatement à tomber en miettes, et la couronne du Roi faisant tourner la roue du Dharma choiera.
[...] Au demeurant, tout comme le bois ajouté au feu ou une pluie dense ajoutée à une large rivière, le grand pouvoir du roi aurait dû être renforcé par les rituels de prières réalisés avec le grand dharma secret du bouddhisme Shingon, obligeant les rois Bonten et Taishaku à ôter la vie et l’esprit de Yoritomo et Yoshitoki.
[...] Ces Grands-patriarches du Mont Hiei sont non seulement les ennemis abjects du Bouddha Shakyamuni, du bouddha Taho et des bouddhas des dix directions, mais sont également ceux qui aveuglent les êtres vivants, bloquent l’entrée des trois mondes-états vertueux (divinités, humains, asuras), et ouvrent la voie aux trois mondes-états démoniaques (enfer, esprit faméliques, animaux). Comment les diverses divinités, protectrices du Sutra du Lotus telles que Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, ainsi que les quatre Rois du Ciel, pourraient-elles faire autrement que de les punir  ? Comment ces divinités peuvent-elles protéger leurs disciples  ?
[...] Alors se peut-il qu'aujourd'hui, dans les Derniers jours du Dharma, dans un coin perdu du Japon, existe un Pratiquant du Sutra du Lotus et que les divinités telles que le Roi du ciel de Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, aient oublié leur serment fait au Bouddha et ne le protègent pas  ? Pour moi, Pratiquant du Sutra du Lotus dans les Derniers jours du Dharma, c'est une douleur juste temporaire.
[...] Mais ce qui me fait mal c'est que des êtres célestes comme le roi du Ciel de Bonten, Taishaku, Nitten, Gaten, les quatre Rois du Ciel gâchent leur bonne fortune céleste et tombent dans l'enfer avici pour n'avoir pas protégé un Pratiquant du Sutra du Lotus qui récite Namu Myoho Renge Kyo et doit faire face à des persécutions.
Souverains de notre pays (Minobu, février 1275)

Sans parler de la vie prochaine [dans laquelle ceux qui s'opposent au Dharma connaîtront des souffrances épouvantables] je prie pour que Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel punissent dans cette vie ceux qui s'opposent au Sutra du Lotus afin que cela serve d'avertissement à tous. Que l'on décide ensuite [d'après la justesse de mes prédictions] (note) si Nichiren est le Pratiquant du Sutra du Lotus ou non.
Le Palais royal (Minobu, 12 avril 1275 à Shijo Kingo)

Daibonten est le plus respecté des Rois-célestes du monde des trois plans. Il réside au sommet du monde de la forme. Le Démon du sixième Ciel et Taishaku sont à son service, et un système majeur de mondes tient dans la paume de sa main. Après avoir pratiqué des méditations encore entachées d'illusions, Daibonten a cultivé les quatre vertus infinies - l'amour-empathie [qui incite à faire du bien aux autres], la compassion [qui pousse à les soulager de leurs souffrances], la joie partagée [ressentie en les voyant devenir heureux] et le équanimité [l'indifférence à l'amour ou à la haine, qui permet d'agir en toute impartialité].
[...] Les auditeurs-shravakas sont ceux qui, comme Shariputra ou Mahakashyapa, non contents d'observer les deux cent cinquante préceptes et de pratiquer la méditation libre de toute illusion, ont profondément médité sur la souffrance, la non-substantialité, la non-permanence et le non-soi. Ils ont éliminé toutes les illusions de la pensée et du désir liées au monde des trois plans, et peuvent se déplacer tout à fait librement dans l'eau ou le feu. C'est pourquoi Bonten et Taishaku les assistent.
[...] Le corps du Bouddha Shakyamuni, nimbé d'une couleur dorée, était doté des trente-deux traits. Parmi ces trente-deux traits, se trouvait cette caractéristique du haut de la tête que personne ne peut voir : le Bouddha mesurant seize pieds, le brahmane de l'école du Bâton de bambou fut incapable de mesurer sa taille (note), et le dieu Bonten lui-même n'aurait pu apercevoir le sommet du crâne du Bouddha.
Lettre à Horen (Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)

Il faut se demander pourquoi des événements aussi terribles se produisent. La raison en est, comme je l'ai déjà dit, que les habitants de ce pays, sans aucune exception, ont tous commis les trois plus graves des cinq forfaits. Voilà pourquoi Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel ont pénétré le corps du grand roi des Mongols pour le pousser à envahir ce pays et à le punir.
Lettre au nyudo d'Ichinosawa (Minobu, le 8 mai 1275, à l'épouse du nyudo d'Ichinosawa)

Au moment où Shakyamuni s'apprêtait à enseigner le Sutra Kegon*, les divers bouddhas des dix directions apparurent et tous les grands bodhisattvas s'assemblèrent. Bonten, Taishaku, les quatre Rois du Ciel arrivèrent, leur robe flottant au vent.
[...] Lorsque, après avoir obtenu l'Eveil, Shakyamuni se prépara à prononcer sa première prédication, les grands bodhisattvas, tels Hoe, Kudokurin, Kongodo, Kongozo, Manjushri, Fugen, Maitreya
et Gedatsugatsu ainsi que Bonten, Taishaku, les quatre Rois du Ciel et d'innombrables simples mortels de capacité supérieure se rassemblèrent pour l'entendre (note).
[...] Alors, Shakyamuni, Taho et les bouddhas des dix directions le diront aux grands bodhisattvas Surgis de Terre et ces grands bodhisattvas à leur tour en informeront Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel. Cela entraînera l'apparition de phénomènes étranges et de présages dans le ciel et sur la terre.
[...] Et le Bouddha Shakyamuni lui-même tira une langue qui n'avait jamais dit le moindre mensonge jusqu'à ce qu'elle atteigne le ciel Akanishtha. Il déclara que dans la cinquième période de cinq cents ans [après sa disparition], au moment où les enseignements bouddhiques seraient sur le point de disparaître, le bodhisattva Jogyo apparaîtrait avec les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, et les administrerait, comme un remède bénéfique à des lépreux, aux icchantika et à ceux qui s'opposent au Dharma. Et il demanda à Bonten, à Taishaku, aux divinités Nitten, Gatten, aux quatre Rois du Ciel, aux dragons et à d'autres divinités d'accorder leur protection à ce bodhisattva.
[...] Pendant ce temps, les deux grandes divinités Bonten et Taishaku, les divinités du Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, les divinités des étoiles et celles de la terre ont manifesté leur colère de diverses manières et, à plusieurs reprises, ont envoyé des avertissements (note).
[...] Il y a de nombreux passages semblables dans divers sutras, mais j'ai choisi celui-ci, qui me paraît précieux parce qu'il me correspond parfaitement, et qu'il est adapté à notre époque. "Nous", dans ce passage, désigne toutes les divinités des monde des trois plans, Bonten, Taishaku, le Démon du sixième Ciel, les divinités Nitten, Gatten, les quatre Rois du Ciel et les dragons célestes. Ces divinités prirent un engagement solennel devant le Bouddha : si, après la disparition du Bouddha, dans les périodes du Dharma correct, du Dharma formel et des Derniers jours du Dharma, des moines aux croyances erronées calomnient auprès du souverain celui qui pratique le Dharma correct, et si les proches du roi, par respect pour ces moines, acceptent leurs dires sans vérifier le bien-fondé de leurs accusations, s'ils accablent cet homme sage de médisances et de mauvais traitements, ces divinités susciteront de graves rébellions à l'intérieur du pays, suivies peu après par l'attaque d'un pays étranger, de sorte que le souverain mourra et que le pays tombera en ruine.
[...] Par conséquent, si ce qu'il dit est vrai, celui qui pratique le Sutra du Lotus comme le Bouddha l'enseigne est supérieur à Bonten et plus respectable que Taishaku.
[...] Si le Bouddha Shakyamuni de la Terre pure du Pic du Vautour, le bouddha Taho du monde du Trésor de pureté, les bouddhas des dix directions, émanations du Bouddha Shakyamuni, les bodhisattvas Surgis de Terre, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel ne m'accordent pas, de manière visible ou invisible, leur aide et leur protection, ils ne connaîtront plus un seul jour, plus une seule heure de paix ou de sécurité.
Le choix en fonction du temps (
Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Les sutras Daijuku, Konkomyo, Ninno, Shugo Hatsunaion et Saishoo rapportent que, au début de l'époque des Derniers jours du Dharma, si une personne pratiquant l'enseignement véridique apparaît, les croyants des enseignements erronés s'en plaindront au souverain et à ses ministres, et ceux-ci, sur la foi de ces dénonciations, rabaisseront l'unique défenseur du véritable Dharma, l'attaqueront, le condamneront à l'exil, ou même à l'exécution. Alors le roi Bonten, Taishaku et les innombrables divinités, parmi lesquelles celles du ciel et de la terre, s'empareront du corps et de l'esprit des sages souverains de pays voisins et les inciteront à renverser le pays où cela s'est produit. La situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui ne ressemble-t-elle pas à celle que décrivent les sutras ?
La prière pour la pluie des trois maîtres du Tripitaka (Minobu, 22 juin 1275 au nyudo Nishiyama)

Tous, du plus puissant au plus humble, m'ont méprisé et calomnié, attaqué à coups de sabres et de bâtons (note), et même exilé (note). C'est pourquoi Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel ont incité un pays voisin à punir cette offense. Cela était clairement prédit dans les sutras Daijuku et Ninno, dans le Sutra du Nirvana et le Sutra du Lotus.
Un Sage Perçoit les Trois Phases de la Vie (Minobu, 1275, à Toki Jonin)

Tout cela se produira pour une seule raison : parce que la personne propageant le Titre du Sutra du Lotus sous la protection du bodhisattva Jogyo sera maltraitée, frappée, exilée et menacée d'exécution. Car nous lisons dans le Sutra que Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, devant l'Assemblée à qui était enseigné le Sutra du Lotus et en présence du Bouddha, ont fait serment de punir ceux qui seraient hostiles au Pratiquant du Sutra du Lotus avec plus de sévérité que s'ils étaient les ennemis jurés de leurs propres père et mère.
Réponse au nyudo Takahashi (Minobu, 1275 au nyudo Takahashi Rokuru Hyoe)

J'ai fait alors cette prédiction : "Notre pays subira deux effroyables désastres, la guerre civile et l'invasion étrangère. La première aura lieu à Kamakura, et prendra la forme de luttes intestines (note) parmi les descendants de Hojo Yoshitoki. La seconde peut venir de partout, mais la plus violente proviendra de l'ouest. Elle ne se produira que pour une seule raison : parce que toutes les écoles bouddhiques du Japon sont erronées, et, par conséquent, Bonten et Taishaku ordonneront à des pays étrangers de nous attaquer.
[...] [De plus le Sutra du Lotus affirme] que le Pratiquant de ce Sutra sera protégé par les innombrables bodhisattvas Surgis de Terre, les bodhisattvas Manjushri et Kannon, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel et les dix Filles-démones. Il n'y a donc pas d'autre moyen d'atteindre la bodhéité que de pratiquer le Sutra du Lotus, car c'est le seul écrit qui dévoile la vérité du passé comme de l'avenir.

Lettre aux moines du Seicho-ji (Minobu, le 11 janvier 1276 aux moines du temple Seicho-ji)

Montant au sommet d'une colline, j'ai crié d'une voix sonore : "Qu'est-il advenu de vous, Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, et de vous, les quatre Rois du Ciel  ? Tensho Daijin* et Hachiman, avez-vous quitté le pays  ? Voulez-vous donc trahir l'engagement que vous avez pris devant le Bouddha et abandonner le Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] Vous aurez trompé tous les bouddhas des dix directions et des trois phases de la vie, commis un crime encore plus grave que les mensonges éhontés de Devadatta et plus condamnable que les fourberies de Kokalika. Certes, vous êtes le grand Bonten, qui vit au sommet du monde de la forme, ou Taishaku appelé "Dieu aux mille regards" résidant au sommet du Mont Sumeru. Mais si vous abandonnez Nichiren, vous deviendrez des bûches qui s'en iront nourrir les flammes de l'enfer avici, et vous resterez à jamais prisonniers de la grande citadelle des souffrances incessantes.
Lettre à Konichi-bo (Minobu, mars 1276 à la veuve Konichi, mère de Yashiro)

Car être attaqué de la manière décrite dans le chapitre Fukyo* (XX), subir l'assaut prédit dans le chapitre Kanji* (XIII) est, en réalité, un grand honneur. Mais, en voyant ces attaques, quelle honte doivent ressentir Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, eux qui firent le serment, en présence du Bouddha, de ne jamais permettre à des hommes mauvais de frapper le Pratiquant du Sutra du Lotus  !
Lettre à Myomitsu Shonin (Minobu, le 5ème jour du 3ème mois intercalaire 1276 à Myomitsu)

Même si de son vivant il s'est rendu coupable de quelque faute, et quel que soit le lieu où il se trouve maintenant, votre piété filiale est connue du roi Yama lui-même, aussi bien que de Bonten et de Taishaku. Et comment, désormais, le Bouddha Shakyamuni et le Sutra du Lotus pourraient-ils abandonner votre père  ?
[...] Je ne suis coupable d'aucun crime, j'ai simplement voulu sauver mon pays. Or non seulement mon avis a été totalement ignoré mais j'ai été frappé au visage avec le cinquième volume du Sutra du Lotus (note). Bonten et Taishaku furent témoins de l'événement, tout comme le grand Bodhisattva Hachiman de Kamakura.
L'histoire d'Ohashi no Taro (
Minobu, le 24e jour du 3e mois intercalaire de 1276 à Nanjo Tokimitsu)

Toutefois, ce bouddha qui est le vôtre est un bouddha vivant. Il ne le cède en rien à la statue du Bouddha du roi Udayana, ou à celle façonnée par le roi Bimbisara. Il est certain que Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel vous assisteront comme l'ombre accompagne le corps et vous protégeront toujours. C'est le premier point que je voulais établir.
[...] En ce qui vous concerne, n'étant qu'un simple mortel, vous n'avez d'autre vision que celle des simples mortels ; vous ne pouvez pas voir dans quel monde se trouvent vos parents mais vous vous demandez si la souffrance n'est pas leur sort également. C'est la preuve de votre piété filiale. Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel vous observent sans nul doute, et vous bénéficierez de leur bienveillance.
La consécration d'une statue du bouddha (Minobu, le 15 juillet 1276 à Shijo Kingo)

A ceux qui, sans l'avoir jamais vu de leurs propres yeux, se demanderaient s'il ne pourrait y avoir un sutra supérieur au Sutra du Lotus, quelque part en Inde ou dans les palais des Rois-Dragons, des quatre Rois du Ciel, de Nitten ou de Gatten, je répondrais ceci : Bonten et Taishaku, les divinités Nitten et Gatten, les quatre Rois du Ciel et les rois-dragons n'étaient-ils pas présents dans l'Assemblée devant laquelle Shakyamuni enseigna le Sutra du Lotus  ? Si Nitten, Gatten et les autres divinités disaient  : "En effet, il y a un sutra supérieur au Sutra du Lotus, mais vous ne le connaissez pas", Nitten et Gatten proféreraient d'énormes mensonges !
[...] Il est dit encore, dans le septième volume du Sutra du Lotus : "Celui qui parvient à croire et à pratiquer ce Sutra est ainsi également. Parmi la multitude de tous les êtres vivants, il est le premier."(réf.) Selon ce passage du Sutra, le Pratiquant du Sutra du Lotus est donc semblable au grand océan, plus vaste que toutes les rivières et tous les fleuves, au Mont Sumeru, la plus élevée de toutes les montagnes, à la lumière dorée de Gatten parmi les myriades d'étoiles, à la grande divinité Nitten parmi les autres astres lumineux, aux Rois faisant tourner la roue [parmi d'autres rois de moindre importance], au dieu Taishaku [parmi les trente-trois divinités] et au grand roi des dieux, Bonten, parmi les autres rois.
[...] Dans le Sutra Daijuku, on lit : "Il y aura peut-être divers rois de la caste des kshatrya qui s'opposeront au Dharma, créant des difficultés aux auditeurs-shravakas de l'Honoré du monde. Peut-être les insulteront-ils et les rabaisseront-ils, les attaqueront-ils et les blesseront-ils à coups de sabre ou de bâton, les dépouillant de leur robe et de leur bol à aumônes et les privant de ce dont ils ont besoin pour vivre. Ou peut-être ces souverains arrêteront-ils ou persécuteront-ils ceux qui font des offrandes aux disciples. Si cela se produisait, nous [Bonten, Taishaku et d'autres divinités] veillerons à ce que des ennemis dans des terres étrangères viennent les attaquer et que des rébellions éclatent à l'intérieur de leurs Etats. Nous provoquerons épidémies et famines, vents et pluies hors saison ; calomnies, querelles et discordes séviront. Le règne de tels souverains sera de courte durée et leur pays sera détruit."
[...] On trouve des affirmations semblables dans le Sutra Saishoo, et dans les sutras Daijuku et Ninno D'après ces divers sutras, si le dirigeant d'un pays persécute les pratiquants du Dharma correct et soutient ceux qui pratiquent les enseignements erronés, les rois du Ciel Bonten et Taishaku, Nitten et Gatten et les quatre Rois du Ciel entreront dans le corps des dirigeants sages de pays voisins et attaqueront ce pays.
[...] Je suis convaincu que le bienfait que me valent mes efforts est reconnu de tous, des Trois trésors du bouddhisme jusqu'à Bonten, Taishaku et aux divinités Nitten et Gatten. Par ce bienfait, je conduirai sans aucun doute à l'Eveil mes parents et mon maître défunt, Dozen-bo.
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Même si un sage pratiquait le bouddhisme, comment pourrait-il le propager sans croyants pour le soutenir  ? Shakyamuni bénéficiait du soutien céleste de Bonten et de Taishaku.
La Propagation par le Sage (Minobu, septembre 1276, à Shijo Kingo)

Dans le même temps, le dirigeant qui le persécutera devra faire face à une rébellion, ses sujets s'entre-dévoreront comme des démons affamés. Finalement, le pays sera attaqué par une nation étrangère, car les divinités bouddhiques Bonten et Taishaku, Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel ont décrété qu'un pays étranger doit attaquer une terre hostile au Sutra du Lotus."
[...] Condamner Nichiren, c'est rejeter l'envoyé du Bouddha. Cela attirera sur vous la punition de Bonten et Taishaku, celle des divinités du Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel.
[...] A cela je répondis : "Quoi que vous fassiez, tant que le régent Hojo Tokimune ne croira pas dans le Dharma correct, les Japonais n'y croiront pas non plus, et le pays courra à sa perte. Je suis peut-être bien insignifiant, mais je propage le Sutra du Lotus et je suis donc l'Envoyé du Bouddha Shakyamuni. Tensho Daijin* et Sho Hachiman sont respectés comme les divinités tutélaires de ce pays, mais ne sont que des divinités mineures si on les compare à Bonten et à Taishaku, Nitten et Gatten ou aux quatre grands Rois du Ciel.
[...] Parce que je suis le Pratiquant du Sutra du Lotus, Bonten et Taishaku marchent respectivement à ma droite et à ma gauche, Nitten et Gatten éclairent ma route devant et derrière moi.
[...] Si un tel moine l'emportait sur moi, les rois-dragons, en exauçant sa prière, deviendraient les ennemis du Sutra du Lotus et seraient punis par Bonten, Taishaku et les quatre grands Rois du Ciel. Cela cache sûrement quelque chose. »
[...] C'est entièrement dû au fait que le pays regorge de moines du Shingon, qui suivent la doctrine héritée de Kukai*, Ennin* et Enchin*  ; de moines du Nembutsu, successeurs de Shandao et de Honen ; de successeurs de Bodhidharma et autres patriarches du Zen. C'est pourquoi les divinités bouddhiques Bonten, Taishaku, les quatre grands Rois du Ciel et les autres divinités les ont punis, fidèles à leur serment de protéger le Sutra du Lotus et de briser en sept morceaux la tête de ceux qui s'y opposent.
Sur le comportement du Bouddha (
Minobu, 1276, à Konichi-ama)

Tôt ou tard, je devrai mourir, répondit Sessen Doji. Si je meurs sans avoir rien fait, ma mort est inutile. Mais si je donne ma vie pour le Dharma, en abandonnant ce corps sans valeur, dans la vie prochaine, j'atteindrai la bodhéité et j'obtiendrai le corps pur et merveilleux d'un bouddha. Ce sera comme jeter un vase en terre cuite et recevoir en échange un vase en pierre précieuse. J'en prends à témoin Bonten, Taishaku, les quatre Rois du Ciel et tous les bouddhas et bodhisattva des dix directions. Ainsi, il m'est impossible de vous mentir.
Les quatorze oppositions (Minobu, fin 1276, au nyudo Matsuno Rokuro Zaemon)

A ce moment-là, tous ceux qui avaient entendu les enseignements exposés par le Bouddha pendant plus de quarante ans - Shariputra, Maudgalyayana et les douze mille auditeurs-shravakas - Manjushri, Maitreya et les autres quatre-vingt mille bodhisattva ; les milliards de rois-faisant-tourner-la-roue ; un nombre incalculable d'êtres célestes tels que Bonten et Taishaku - tous s'écrièrent à propos des enseignements qu'ils avaient reçus auparavant  : "Nous nous désolions de penser que nous n'obtiendrions jamais la sagesse incommensurable de l'Ainsi-Venu."(réf.)
[...] Certains ont dit que les femmes étaient limitées par les Cinq entraves et les trois obéissances parce qu'elles avaient commis des fautes graves. Les Cinq entraves sont l'impossibilité pour une femme de renaître sous la forme 1. de Bonten ; 2. de Taishaku ; 3. d'un Roi-dragon ; 4. d'un Roi-faisant-tourner-la-roue 5. d'un bouddha. Les trois obéissances contraignent une femme, lorsqu'elle est jeune, à ne pas agir à sa guise mais à obéir à ses parents ;

[...] Après avoir entendu et compris le sens de ces paroles du Bouddha, et l'ensemble des mille deux cents arhats, les douze mille auditeurs-shravakas, Maitreya et l'ensemble des quatre-vingt mille bodhisattvas, Bonten, Taishaku et tous les milliards d'êtres célestes, le roi Ajatashatru et d'autres rois en nombre incalculable déclarèrent : "Depuis bien des années, nous avons souvent écouté l'Honoré du monde enseigner, mais jamais encore nous ne l'avions entendu exposer un Dharma si profond et si merveilleux  ! "
[...] Ce qui est révélé dans Myoho Renge Kyo, c'est que notre état de bouddha à nous simples mortels et l'état de bouddha de Bonten, Taishaku et des autres divinités ; l'état de bouddha de Shariputra, Maudgalyayana et des autres auditeurs-shravakas, l'état de bouddha de Manjushri, de Maitreya et des autres bodhisattvas - ne font qu'un et sont identiques au Dharma merveilleux auquel se sont éveillés tous les bouddhas des trois phases de la vie.
C'est ce principe qui a pour nom Myoho Renge Kyo. Par conséquent, quand on a récité une fois Myoho Renge Kyo, par ce seul son, on fait jaillir et apparaître l'état de bouddha de tous les bouddhas, de tous les dharma, de tous les bodhisattvas, de tous les auditeurs-shravakas ; de toutes les divinités telles que Bonten, Taishaku, et le roi Yama, Nitten, Gatten, des myriades d'étoiles, des divinités célestes aussi bien que terrestres, et de tous les êtres humains dans les mondes-états d'enfer, d'avidité, d'animalité, d'asura, d'humanité et de bonheur divin aussi bien que l'état de bouddha de tous les autres êtres vivants. C'est un bienfait incommensurable, sans limites.
[...] Quand notre bouche récite le nom du Dharma merveilleux, notre état de bouddha, ainsi appelé, se manifeste immanquablement. Cela éveille du même coup l'état de bouddha de Bonten et Taishaku qui, appelés par notre voix, nous protègent ; et la bodhéité des bouddhas et des bodhisattvas, appelée elle aussi, se réjouit.

Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (Minobu, mars 1277 ? à Myoho-ama)

Dès lors, le bouddhisme a décliné peu à peu et les lois de la société sont devenues de plus en plus inefficaces. Tensho Daijin*, le bodhisattva Hachiman et les autres divinités protectrices qui résident au Japon depuis si longtemps ont perdu leur pouvoir, et Bonten, Taishaku et les quatre Rois du Ciel ont déserté notre pays qui est déjà au bord de la ruine. Quelle personne sensible pourrait ne pas s'en attrister et ne pas déplorer une telle situation ?
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin)

Grâce à la protection de Bonten et de Taishaku, le temps viendra où la population du Japon tout entière se mettra à croire [dans le Sutra du Lotus]. A ce moment-là, beaucoup prétendront qu'ils ont cru, eux aussi, depuis le début.
La protection de Bonten et de Taishaku ( Minobu, 15 mai 1277 à Nanjo Tokimitsu)

Ceux qui, parmi mes disciples, auraient une foi peu profonde et trahiraient l'enseignement de Nichiren connaîtraient le même destin que le clan Soga. Voici pourquoi. C'est grâce aux efforts du père et du fils, Soga no Sukune et Soga no Umako, que le bouddhisme fut introduit et adopté au Japon. Ils avaient peut-être protégé le bouddhisme en remplissant le rôle de Bonten et de Taishaku du temps où Shakyamuni vivait en ce monde.
Le guide suprême du monde (Minobu, le 25 juin 1277, à Shijo Kingo)

Ces trois enseignements nuisibles se répandirent à Kanto, trouvant, dans le clan au pouvoir, des appuis surprenants. Par conséquent, les deux divinités du ciel, Bonten et Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, devinrent furieux et réprimandèrent les dirigeants en provoquant des troubles, au ciel, et des calamités, sur terre, d'une ampleur sans précédent.
Lettre de pétition de Yorimoto (Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)

La famine et les épidémies frappent quantité de personnes en cette vie même, leur faisant subir des souffrances horribles, telles qu'on n'en a jamais connues par le passé et, de surcroît, leur pays sera attaqué par un pays étranger. Ceci est uniquement dû à Bonten, à Taishaku, aux divinités Nitten et Gatten, et aux autres divinités.
Réponse à Yasaburo (
Minobu, le 4 août 1277 à Saito Yasaburo )

Je préférerais de beaucoup être persécuté par les gouvernants de ce pays en raison de ma foi dans le Sutra du Lotus et me libérer ainsi des souffrances de la naissance et de la mort. Alors, je pourrais vérifier si Tensho Daijin*, le grand bodhisattva Hachiman, les divinités Nitten et Gatten, Taishaku et Bonten honorent leur serment, prononcé devant le Bouddha. Et en tout premier lieu, je leur demanderais de protéger chacun d'entre vous.
Réponse à un croyant (
Minobu, avril 1278 ; peut-être à Shijo Kingo)

Le Bouddha [se levant de son siège dans la Tour aux Trésors] se tint debout dans l'espace ouvert, et, afin d'opérer la transmission du Sutra du Lotus, frappa, non moins de trois fois, la tête du bodhisattva Jogyo et de ceux de sa suite, de Manjushri et de sa suite, de Bonten, Taishaku, des divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, des Rois-dragons, des dix Filles-démones, et d'autres.
[...] Comment devrions-nous interpréter les grandes épidémies qui ont sévi au Japon l'année dernière et cette année  ? Dans certains cas, elle sont l'œuvre de bons démons qui dévorent les ennemis du Sutra du Lotus avec l'approbation de Bonten, de Taishaku, des divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel. Mais, dans d'autres cas, elles sont l'œuvre de démons maléfiques qui se nourrissent des pratiquants du Sutra du Lotus sur l'ordre du Démon du sixième Ciel.

[...] Tous les maîtres Shingon au Japon sont possédés par les esprits maléfiques, et, parce que les moines du Zen et du Nembutsu s'opposent tous à Nichiren, ces démons se déchaînent partout dans le pays. De plus, les serviteurs de Bonten, de Taishaku, des divinités du Nitten et Gatten, et des Jurasetsu ont, eux aussi, essaimé dans le Japon entier, et chacun des deux camps lutte farouchement pour obtenir la défaite de l'autre.
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (Minobu, juin 1278, à Dame Nichinyo)

Le souverain, à son tour, persécute le Pratiquant du Sutra du Lotus, soit parce qu'il prête foi aux calomnies, soit parce qu'il se range à l'avis de la majorité ; parce qu'il a du mal à abandonner les enseignements respectés par les souverains du passé, ou parce qu'il est simplement stupide et ignorant, ou encore parce qu'il a en aversion le Pratiquant du Sutra du Lotus. C'est pourquoi les divinités qui protègent le véritable enseignement - Bonten, Taishaku, les divinités du Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel - punissent le pays, et les trois calamités et des sept désastres frappent avec une force sans précédent. D'où les épidémies de cette année ou de l'année dernière, ou les événement de l'ère Shoka [1259].
[...] Le principe central de l'école Hokke est celui d'ichinen sanzen qui révèle que le bien et le mal restent inhérents à la vie de tous, y compris de ceux qui sont parvenus à l'étape la plus élevé, celui de l'Eveil parfait sans supérieur [myogaku]. La nature fondamentale de la bodhéité se manifeste sous la forme de divinités bouddhiques telles que Bonten et Taishaku, l'obscurité fondamentale se manifeste sous la forme du Démon du sixième Ciel.
Le traitement de la maladie (Minobu, 26 juin 1278 (ou 1282) à Toki Jonin)

Ce ne sont pas là des interprétations personnelles mais les paroles d'or de l'Ainsi-Venu, des paroles confirmées par tous les bouddhas des dix directions. Et tous les bodhisattvas, les personnes des deux véhicules, Bonten et Taishaku, Nitten et Gatten actuellement suspendus au ciel comme des miroirs étincelants, tous ont entendu ces déclarations. Les propos tenus par les divinités Nitten et Gatten sont également inscrits dans le Sutra du Lotus.
[...] Les femmes du Japon pourraient me refuser leur confiance et en rester là. Mais, de plus, elles m'attaquent et incitent les autres à me persécuter. Serait-ce moi Nichiren qui ai tort ?
C'est la question que je pose aux Bouddhas Shakyamuni et Taho, aux bouddhas des dix directions, aux bodhisattvas, aux personnes des deux véhicules, à Bonten, à Taishaku et aux quatre Rois du Ciel.
Le sutra permettant véritablement d'honorer sa dette (
Minobu, le 28 juillet 1278 à Sennichi-ama)

Le dirigeant d’un pays, qu'il s’agisse d’un grand ou d’un petit pays, est choisi à la discrétion de Bonten, de Taishaku, Nitten, Gatten et des quatre Rois du Ciel.
Questions - réponses concernant l’objet de vénération (Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)

Ainsi, chacun des rois des quatre-vingt-quatre mille pays du Jambudvipa est appelé grand roi dans son pays. Mais, lorsqu'on les compare à des rois-faisant-tourner-la roue, on les appelle des petits rois. De même, chaque roi des six ciels du monde des désirs, et des quatre Ciels de la méditation, peut être appelé indifféremment grand roi ou petit roi [selon la personne à qui il est comparé] ; mais le roi Daibonten, qui réside au sommet du monde de la forme, est l'un des grands rois qu'il est impossible d'appeler roitelet.
Le tambour à la porte du Tonnerre (Minobu, 19e jour du 10 mois (intercalaire) 1278, à Sennichi-ama)

Soyez certains que rien, pas même une personne possédée par un puissant démon, ne peut vaincre Nichiren parce que Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, Tensho Daijin* et Hachiman le protègent.
Sur les persécutions subies par le Bouddha (Minobu, le 1 février ou 1er octobre 1279 Shijo Kingo)

Alors que moi, Nichiren, j'avais encouru la disgrâce des autorités, vous m'avez accompagné, de Kamakura à Echi dans la province de Sagami, en tenant fermement mon cheval par la bride. Parce que, dans le monde entier, il n'y eut jamais plus valeureux défenseur du Sutra du Lotus que vous, Bonten et Taishaku n'ont probablement pas pu se résoudre à vous abandonner.
L'octroi d'un nouveau domaine (Minobu, octobre 1278, à Shijo Kingo)

Parmi eux, il n'y eut au début aucun signe de punition. Pendant ces vingt-sept ans, les divinités bouddhiques qui avaient fait voeu de protéger le Pratiquant du Sutra du Lotus - Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel - firent peu de chose pour aider Nichiren. Mais maintenant, elles réalisent avec terreur que si elles n'honorent pas le serment qu'elles prononcèrent en présence du Bouddha, elles tomberont dans l'enfer avici.
[...] Soyez certains que rien, pas même une personne possédée par un puissant démon, ne peut vaincre Nichiren parce que Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, Tensho Daijin* et Hachiman le protègent.
Sur les persécutions subies par le Bouddha (Minobu, le 1 février ou 1er octobre 1279 Shijo Kingo)

Quels liens créés dans les existences passées ont pu vous conduire à me rendre visite dans un lieu tel que celui-là  ? Le Bouddha Shakyamuni a dû vous mener par la main, Taishaku a dû être votre monture, Bonten votre compagnon, et Nitten et Gatten vous ont servi d'yeux sur le chemin. Merci, merci pour vos extraordinaires efforts !
Enseignement correspondant à l'esprit du Bouddha (Minobu, le 2 mai 1279, à Niike Saemon-no-jo)

Dans la situation de femme qui est la vôtre, et en cette époque impure des Derniers jours du Dharma, vous avez fait des dons au Sutra du Lotus. Le roi Bonten veillera sur vous avec sa vision divine, Taishaku joindra les mains en signe de respect à votre égard, les divinités de la terre se réjouiront de l'honneur de soutenir vos pieds, et le Bouddha Shakyamuni étendra la main, depuis le Pic du Vautour, pour caresser votre tête.
Réponse à l'épouse du seigneur Matsuno (
Minobu, le 20 juin 1279, à l'épouse du seigneur Matsuno)

Le Bouddha répondit : «Votre mère a commis de graves mauvaises actions. Seul, vous n'aurez pas le pouvoir de la sauver. Personne ne le peut : ni les divinités du ciel, ni celles de la terre, ni les brahmanes, ni les moines taoïstes, ni les quatre rois du Ciel, ni les divinités Taishaku et Bonten.
Sur les cérémonies d'urabon (Minobu, le 13 juillet 1279  ? (1277 ou 1280)

Les divinités de la terre et du ciel, les rois-dragons, Nitten, Gatten, les rois célestes Taishaku et Daibonten, les personnes des deux véhicules, les bodhisattvas et les bouddhas se sustentent du Dharma bouddhique, le savourent et en nourrissent leur corps et leur esprit.
[...] Dans ces circonstances, je me demande quel lien, dans les existences passées, a conduit Nichiren et ses disciples à se consacrer à la récitation du Titre du Sutra du Lotus. En y réfléchissant, il me semble qu'aujourd'hui Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, Tensho Daijin*, le grand bodhisattva Hachiman, et toutes les divinités majeures et mineures des 3 132 sanctuaires du Japon entier, sont semblables au roi Rinda du temps passé.
[...] Le cheval blanc est Nichiren et les cygnes blancs sont mes disciples. Le hennissement des chevaux blancs est le son de nos voix récitant Namu Myoho Renge Kyo. En entendant cette voix, comment Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel et les autres, pourraient-ils ne pas retrouver leur belles couleurs, un teint lumineux et éclatant  ? Il serait impossible qu'ils nous refusent leur protection, soyons-en fermement convaincus.
Le roi Rinda (Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso, fils de Soya Kyoshin)

Le Régent actuel est exactement comme ces deux empereurs. Il croit ce que disent les maîtres du Shingon, l'école Zen, les moines Ritsu, ceux qui observent les préceptes, et les moines du Nembutsu, tous ennemis du Sutra du Lotus, et me traite, moi, Nichiren, comme un ennemi. Je suis de modeste origine, mais je crois au Sutra du Lotus que protègent et chérissent Shakyamuni, Taho, tous les bouddhas des dix directions, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, les rois-dragons, Tensho Daijin* et le bodhisattva Hachiman. Ils protègent et chérissent ce Sutra comme les gens chérissent la prunelle de leurs yeux, comme les divinités célestes révèrent Taishaku, ou comme une mère aime son enfant. Par conséquent, tous ces bouddhas et ces divinités puniront ceux qui persécutent le Pratiquant du Sutra du Lotus, avec plus de sévérité encore que l'on châtierait un ennemi de ses parents ou que le gouvernement punirait des rebelles.
Lettre au nyudo Nakaoki (Minobu, le 30 novembre 1279 au nyudo Nakaoki et à son épouse)

Dans le Japon entier, il est impossible de trouver une personne plus respectueuse que vous de la piété filiale. Bonten et Taishaku descendront du ciel pour vous servir d'aile gauche et d'aile droite, et les divinités des terres des quatre directions soutiendront vos pieds en vous révérant comme leur parent.
Fidélité ou manquement au devoir de piété filiale (Minobu, le 8 mars 1280, à Nanjo Tokimitsu)

La bonne fortune de tous les bouddhas est aussi légère que la robe de Bonten, pas plus lourde que trois plumes (note), tandis que la bonne fortune d'un seul caractère du Sutra du Lotus a, elle, autant de poids que la terre entière.
La bonne fortune inégalée (
Minobu, 1l mai 1280, au seigneur Nishiyama)

Dans les sutras provisoires, Shakyamuni enseigna les cinq préceptes pour les êtres dans l'état d'hommes, les dx préceptes de bien pour les êtres célestes ; à la divinité Bonten, les quatre bienveillances sans limite ; au Roi-Démon, la pratique impartiale des offrandes ; deux cent cinquante préceptes pour les moines et cinq cents pour les nonnes ; les Quatre Nobles Vérités aux personnes de l'état d'auditeurs-shravakas ; les douze liens de causalité aux pratyekabuddhas ; les six paramitas aux bodhisattvas.
Comparaison du Sutra du Lotus avec les autres Sutra (
Minobu, le 26 mai 1280 à Toki Jonin)

Il y a toujours eu deux sortes de souverains, la première étant celle des petits souverains. Dans cette catégorie, on peut ranger les souverains de moindre importance des domaines terrestres et célestes. La seconde sorte est celle des grands souverains. Le roi céleste Daibonten en fait partie. Dans le cas du Japon, celui qui règne sur le pays tout entier pourrait être considéré comme un grand souverain, et les gouverneurs des diverses provinces, comme de petits souverains. [...] Le roi entendit cela et son teint devint aussi resplendissant que le soleil, sa peau aussi fraîche que la lune, sa force aussi grande que celle du roi Narayana et son gouvernement aussi sage que celui du dieu Bonten.
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu le 14 août 1280, à la dame d'Utsubusa)

Mais si, d'une façon ou d'une autre, nous parvenons à nous placer sous la protection du Sutra du Lotus, le Bouddha Shakyamuni et les bouddhas des dix directions nous traiteront comme leurs enfants, et même les divinités célestes Bonten et Taishaku auront peur de s'approcher de nous.
Jozo et Jogen (Minobu, 27 septembre 1280 à Matsuno ? )

Si je suis bien le Pratiquant du Sutra du Lotus, alors Shakyamuni, qui enseigna la doctrine au Pic du Vautour, le bouddha Taho, du Monde du trésor de pureté, les bouddhas des dix directions, émanations de Shakyamuni, les grands bodhisattvas de l'enseignement essentiel et de l'enseignement théorique, Bonten, Taishaku, les rois dragons et les dix Filles-démones, tous sont très certainement présents en ce lieu.
Réponse au seigneur Shijo Kingo (Minobu, le 8 octobre 1280 à Shijo Kingo)

Être protégé par les quatre Rois du Ciel et leur suite est déjà un grand honneur. Mais avec la protection des quatre Rois du Ciel ensemble, de toutes les étoiles et constellations, des divinités Nitten et Gatten, de Taishaku et Bonten, le Pratiquant du Sutra du Lotus peut connaître une sécurité parfaite.
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (Minobu, octobre 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Au lieu de faire appel aux autorités dans l'espoir de m'intimider, pourquoi ne présentez-vous pas quelque passage précis donnant la preuve écrite de la justesse de votre point de vue  ? Vous autres, les alliés que vous recherchez sont des hommes. Mais les alliés de Nichiren sont Nitten et Gatten, Taishaku et Bonten. Divinités Nitten et Gatten, ouvrez vos yeux célestes et observez ce qui se passe  !
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280? , à Myoichinyo)

Cela marquera l’avènement du Dharma véritable établie par le Bouddha parmi les hommes. A cette Estrade d’Ordination viendront, non seulement tous les habitants des trois pays – Inde, Chine et Japon – pour se repentir de leurs fautes et être sauvés, mais même Bonten et Taishaku et les autres dieux viendront et se rassembleront autour.
Trois grands Dharmas cachés (Minobu, le 27  ? avril 1281 à Ota Kingo)

Le Bouddha lui-même ne pourrait pas désavouer les paroles qu'il a prononcées "parmi tous les sutras que j'ai enseignés, que j'enseigne et que j'enseignerai... le Sutra du Lotus est le plus élevé". Comment des maîtres bouddhistes, des moines ou des gouvernants pourraient-ils le faire  ? Cette déclaration, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel l'ont entendue et l'ont enregistrée dans leurs palais respectifs.
[...] Mais lorsqu'une personne décidée cite ce passage et le fait largement connaître avec courage et sans le déformer, les conséquences deviennent graves. Cette personne a été méprisée, calomniée, frappée, exilée, on a attenté à sa vie. Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel ont alors réagi avec colère pour défendre ce Pratiquant.
Le corps et l'esprit des simples mortels (
Minobu, à un disciple)

 

voir également :

Retour au dictionnaire

haut de la page