DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


Les cinq périodes
de Zhiyi


1 – Période Kegon (Période de la Guirlande de fleurs, Huayan shi, Avatamsaka). Période de trois semaines. Zhiyi pense que le Sutra Kegon fut le premier que Shakyamuni enseigna après avoir atteint l'Eveil à Bodhgaya.
C’est un enseignement d’une haute spiritualité et seuls les sutras de la dernière période lui sont supérieurs. Le Bouddha tente de faire comprendre aux auditeurs-shravakas et pratyekabuddhas qui forment son auditoire, la précarité du salut tel qu’il apparaît dans les doctrines non bouddhiques. Actuellement, la Kegon shu au Japon et Huayan zhong en Chine se réclament de ce sutra.
La compréhension de ces enseignements étant très difficile le Bouddha eut recours à un enseignement plus graduel.

2 – Période Agon (période des Traditions, Ahan shi, Agama). Cette période de douze ans a débuté à Varanasi (actuelle Bénarès) avec les premiers sermons du Parc aux des Daims. C’est pourquoi Zhiyi l’appelle également "période du Parc aux daims". On y trouve les sutras du Theravada que recense le canon pali. La thématique est celle de tous les ouvrages d’initiation au bouddhisme : les quatre vérités, l’enchaînement des douze liens causaux, l'impermanence et l'absence d'ego. C’est la première longue période de formation des disciples, de développement de la communauté et de confrontation avec la pensée traditionnelle de l’Inde. Les écoles dont les enseignements fondamentaux remontent à cette période sont les écoles Theravada de l’Inde et de Sri Lanka et, en Extrême-Orient, (Chine, Japon), Jojitsu shu, Chengshi zhong, Kusha shu, Jushe zhong (scholastique de l’Abhidharma), Ritsu shu, Liu zhong (école des préceptes) et Shingon-Ritsu shu (école Paroles véritables et préceptes).

3 – Période Hodo (Période de Déploiement, Fangdeng shi, Vailpulya. Période d'introduction du Mahayana. Cette période de huit ans doit son nom au qualifiquatif qui désigne souvent les sutras du Grand Véhicule : vailpulya, largeur, étendue. Zhiyi s’en sert pour désigner les premiers sutras dont les thèses s’écartent des doctrines du Theravada et amènent une liberté nouvelle, par exemple l’Enseignement de Vimalakirti, les sutras d’Amida, les sutras ésotériques consacrés à Vairochana. Les écoles qui se fondent sur cette période sont : Hosso shu, les différentes écoles amidistes telles que Yuzu nembutsu, Jodo shu, Jodo shin shu, les écoles ésotériques Shingon shu et les écoles du dhyana, chan, écoles relevant du Zen : Rinzai shu, Soto shu et Obaku shu.

4 – Période Hannya (Période de la perfection de la Sagesse-prajna, Bore shi, Prajna paramita). La prajna est la sagesse intuitive des bodhisattvas. Mais dans le contexte de cette classification chronologique des enseignements, ce terme permet de fournir un cadre à tous les sutras qui y font référence dans leur intitulé. Il s’agit essentiellement de ceux auxquels l’école du Madhyamika (Ecole de la voie du milieu) et son fondateur, le penseur indien Nagarjuna se rattachent. Il s’agit entre autres du Makahannya haramitsu kyo [Sutra de la perfection de la grande prajna] ou du Hannyaharamitta shin gyo [Sutra du cœur de la perfection de la prajna]. Cette période dure vingt deux ans et, par l’exposé de la nature de la vacuité (ku), elle se démarque des concepts précédemment établis. L’originalité des conceptions philosophiques de cette période fait qu’une seule école se rattache à cette période c’est la Sanron shu.

5 – Période Hokke-Nehan (Période Lotus-Nirvana, Fahua nieban shi, Saddharma pundarika mahapari nirvana. Les huit dernières années d'enseignements du Bouddha : le Sutra du Lotus avec les deux sutra qui lui servent d’introduction et d’épilogue, (Sutra Muryogi et Sutra Fugen) et le Sutra du Nirvana, ce dernier réaffirmant les principes contenus dans le Sutra du Lotus. Pour Zhiyi, le Sutra du Lotus contient les enseignements les plus profonds et les plus cachés. Il était possible de l’enseigner seulement après avoir formé les disciples durant un peu plus de quarante ans. Dans cette perspective, le Sutra du Lotus diffère des autres sutras en ce sens qu’il n’est pas enseigné selon les capacités des disciples mais décrit la relation par le Bouddha de son Eveil.

Les écoles qui se rattachent à cette période sont Tian-tai zhong en Chine et, au Japon, Tendai shu ainsi que les nombreuses écoles nichireniennes.

Dans le Hokke Gengi, Zhiyi définit la relation entre les quatre enseignements de la doctrine et les quatre premières des cinq périodes en utilisant l'expression "combiner, exclure, correspondre et inclure " (ken tan rai tai). La période Kegon combine l'enseignement spécifique avec l'enseignement parfait. La période Agon consiste exclusivement en l'enseignement du Tripitaka et exclut les enseignements intermédiaire, spécifique et parfait. Dans la période Hodo, les quatre enseignements étaient exposés en fonction des capacités des gens. La période Hannya constitue l'enseignement parfait et inclut des éléments des enseignements intermédiaire et spécifique. Le but, en clarifiant ces rapports entre divers sutras, était de montrer que le Sutra du Lotus est le seul véritable enseignement parfait.

Retour à la définition
haut de la page