ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
bouddhéité - bodhéité - état de Bouddha - Eveil
 

Si vous souhaitez vous libérer des souffrances de la naissance et de la mort endurées de toute éternité et parvenir absolument à l'Eveil en cette vie, vous devez vous éveiller au principe mystique inhérent à toute vie. Ce principe est Namu Myoho Renge Kyo.
[...] Ne recherchez jamais aucun des enseignements de Shakyamuni, ni les bouddhas et bodhisattvas de l'univers, en dehors de vous-même. Votre maîtrise du bouddhisme n'atténuera pas si peu que ce soit, vos souffrances de simple mortel tant que vous n'aurez pas perçu la nature fondamentale de votre propre vie. Si vous cherchez la bodhéité en dehors de vous-même, toutes vos pratiques et bonnes actions n'auront aucun sens. Ainsi, un pauvre ne gagnera pas un sou s'il se contente de compter jour et nuit la fortune de son voisin.
[...] C'est pourquoi il est dit dans le Sutra : "Après mon parinirvana, pratiquez avec foi en ce Sutra du Lotus. Ceux qui le feront emprunteront la voie directe vers la bodhéité."(réf.)
[...] Ainsi le Sutra Jomyo révèle que l'Eveil du Bouddha se trouve dans la vie humaine, montrant que de simples mortels peuvent devenir bouddha et que les souffrances de la naissance et de la mort peuvent se changer en nirvana.
Sur l'atteinte de la bodhéité (
Kamakura 1255, à Toki Jonin)

Il n’existe pas de Dharma du bouddha en dehors de ces douze liens causaux qui sont le Sutra du Lotus. Le savoir est se connaître. Ne pas le savoir revient à offenser le Dharma. C’est ce que signifie “si certains sans y prêter foi, calomnient ce Sutra, ils briseront alors l’ensemble des graines de bodhéité de ce monde”(réf.). Il n’existe pas de bouddha, il n’y a pas de Sutra du Lotus ailleurs et séparément de nous.
Les douze liens causaux (1256 )

Ne recherchez jamais aucun des enseignements de Shakyamuni, ni les bouddhas et bodhisattvas de l'univers, en dehors de vous-même. Votre maîtrise du bouddhisme n'atténuera pas, si peu que ce soit, vos souffrances de simple mortel tant que vous n'aurez pas perçu la nature fondamentale de votre propre vie. Si vous cherchez la bodhéité en dehors de vous-même, toutes vos pratiques et bonnes actions n'auront aucun sens. Ainsi, un pauvre ne gagnera pas un sou s'il se contente de compter jour et nuit la fortune de son voisin. C'est pourquoi Zhanlan* dit : "Si l'on n'observe pas la nature de son propre cœur, on ne peut effacer son mauvais karma." Cela signifie que la pratique de ceux qui n'observent pas leur cœur devient une austérité pénible et sans fin.
Sur l'atteinte de la bodhéité (1255, à Toki Jonin)

Le Ninno kyo dit : "Toute personne qui détruit les graines de la bodhéité aura à souffrir du manque de piété filiale de ses enfants et ne connaîtra pas la paix parmi ses proches ; tandis qu’aucun dieu ne viendra l’aider ; les maladies et les démons le hanteront jour après jour, et une succession de désastres s’abattra sur lui sans répit."
[...] Dans le Maka Shikan le Grand-maître Zhiyi* dit : "Le karma positif d’une personne peu avancée dans la pratique du bouddhisme est peu important ; par conséquent, même si son aspiration à la bodhéité est mûre, elle ne peut échapper aux nombreux malheurs engendrés par le karma négatif qu’elle a créé par le passé."
[...] Tous les êtres sensitifs, même les criquets, les fourmis, les moustiques et les taons, ont indubitablement en eux la bodhéité, mais ceux qui calomnient le vrai Dharma ne l’ont pas.
Sainan Koki Yurai - La cause des désastres (
Kamakura, février 1260)

Un simple mortel est un bouddha, et un bouddha est un simple mortel. C'est exactement le sens d'ichinen sanzen et celui de la phrase "le temps est sans limite ni borne depuis que j'ai en fait atteint la bodhéité."
L'exil d'Izu (juin 1261 à Funamori Yasaburo)

En vertu de toutes ces caractéristiques, on compare le Sutra du Lotus à l'océan. De même que l'océan "devient de plus en plus profond", le Sutra du Lotus permet à tous, aux simples mortels ignorants aussi bien qu'aux sages ayant acquis une grande compréhension, d'accéder graduellement à la bodhéité.
[...] On compare le Sutra du Lotus à "l'eau de l'océan" qui "conserve partout la même saveur salée" pour illustrer le fait qu'il permet à tous les êtres humains d'atteindre la bodhéité ; et on compare les autres sutras, qui ne permettent pas d'atteindre la bodhéité, à l'eau des rivières, qui n'est pas salée. De même que l'eau des rivières peut acquérir la saveur salée lorsqu'elle se déverse dans le grand océan, des personnes de diverses capacités, ayant pratiqué des enseignements provisoires, peuvent trouver le chemin qui mène à la bodhéité lorsqu'elles rencontrent le Sutra du Lotus. L'image de l'océan "régulièrement soumis au flux et au reflux des marées" illustre le fait que ceux qui pratiquent le Dharma merveilleux parviendront [naturellement] à l'étapes de non-régression, même s'ils devaient [accidentellement] perdre la vie. La métaphore du grand océan qui "recèle divers trésors" indique que toutes les pratiques et actions vertueuses de tous les bouddhas et bodhisattva, ainsi que tous les bienfaits obtenus par la pratique des six paramitas sont inclus dans la pratique du Dharma merveilleux.
La même saveur salée (
1261   ? )

Les simples mortels, à l'époque des Derniers jours du Dharma, tout en recevant les bienfaits des Trois trésors, négligent complètement la reconnaissance. Comment, dans ces conditions, pourraient-ils atteindre la bodhéité  ? Les sutras Shinjikan, Bommo et d'autres encore affirment que ceux qui étudient le bouddhisme et reçoivent les préceptes menant à l'Eveil parfait et immédiat doivent nécessairement s'acquitter de leur dette de reconnaissance.
Les quatre sortes de reconnaissance (
Izu, le 16 janvier 1262 à Kudo Yoshitaka)

"Avec le Sutra du Lotus, pour la première fois, il révéla la vérité. (réf.) Autrement dit, pendant quarante ans et plus après la venue de l'Ainsi-Venu en ce monde il ne révéla pas le véritable enseignement. Dans le Sutra du Lotus, il révéla pour la première fois la Véritable voie qui conduit à l'atteinte de la bodhéité.
[...] De même, dans les sutras enseignés avant le Sutra du Lotus, il est dit que les personnes possédant la graine de la bodhéité peuvent atteindre l'Eveil, mais nulle part il n'est dit que ceux chez qui ces graines ont été irrémédiablement brûlées pourront jamais y parvenir. Seul le bon remède du Sutra du Lotus peut facilement guérir cette grave affliction. Désormais, si vous voulez atteindre la bodhéité, il vous suffira d'abaisser la bannière de votre arrogance, de jeter le bâton de votre colère, et de vous consacrer totalement au Véhicule unique du Sutra du Lotus.
[...] Si une personne adhère ainsi au Sutra du Lotus, elle contraindra les divinités, les dragons, toutes les autres sortes d'êtres non humains, aussi bien que les grands bodhisattvas, à lui obéir. Et cela n'est pas tout : son corps physique, avant d'être parvenu à la bodhéité, obtiendra l'oeil du bouddha comme une personne arrivée au terme de cette recherche ; et sa chair commune, existant dans le domaine du conditionné, se revêtira de la parure sacrée libre de tout conditionnement.
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (
Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )

L'éminent moine Annen déclara  : "Dans mon pays, le Japon, tous croient dans le Mahayana."(réf.) Dans le Ichijo Yoketsu, Genshin* affirme  : "Les habitants du Japon tout entier ont en commun la capacité de parvenir à la bodhéité grâce à l'enseignement parfait* du Sutra du Lotus."
Ainsi, selon l'opinion exprimée avec autorité avant moi par le Bouddha Shakyamuni, le bodhisattva Maitreya, les maîtres du Tripitaka Shuryasoma et Kumarajiva, le maître du Dharma Seng-zhao, le moine éminent Annen et le supérieur des moines Genshin*, les habitants de ce pays nommé Japon, de par leurs capacités, ont un lien tout particulier avec le Sutra du Lotus. Ceux qui pratiquent ne serait-ce qu'un verset ou un vers de ce Sutra sont certains d'atteindre la bodhéité car c'est l'enseignement qui leur correspond.
[...] Ceux qui avaient créé un lien avec les fils du bouddha Daitsu ont dû passer dans les voies mauvaises une durée égale à sanzen-jintengo, et ceux qui avaient reçu la graine de la bodhéité dans le lointain passé, ont été contraints d'y demeurer pendant une durée équivalente à gohyaku-jintengo. Et ce parce que, en suivant de très mauvais amis, ils ont abandonné le Sutra du Lotus pour retomber dans des enseignements provisoires tels que le Nembutsu.
Encouragements à une personne malade (13e décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)

Ce fut alors qu'il était âgé de soixante-douze ans que le Bouddha enseigna, en introduction au Sutra du Lotus, le Sutra Muryogi dans lequel il déclara : "Par le passé je suis resté assis en méditation sous l'arbre bodhi pendant six ans, et je suis parvenu à la bodhéité suprême. En observant tous les phénomènes avec l'œil du Bouddha, j'ai compris que je ne pouvais pas enseigner tel quel l'Eveil auquel j'étais parvenu. Pourquoi cela  ? Parce que je savais que les gens diffèrent par leur nature et leurs désirs. Et, parce qu'ils diffèrent par leur nature et leurs désirs, j'ai exposé le Dharma de diverses manières. En exposant le Dharma de diverses manières, j'ai eu recours à plusieurs moyens efficaces. Mais, en quarante ans et plus, je n'ai pas encore révélé la vérité."(réf.)
[...] Ce sutra Myoho Renge Kyo* dont je parle représente la vraie raison de la venue de tous les bouddhas en ce monde, et enseigne la voie directe conduisant tous les êtres à la bodhéité.
Et pourtant, dans le Sutra du Lotus lui-même, on lit : "Parmi ceux qui entendent ce Dharma, il n'en est pas un seul qui n'atteindra pas la bodhéité."(réf.) Cela indique que, s'ils entendent ce Sutra, tous les êtres dans les dix états, en même temps que leur environnement, entreront dans la Voie du Bouddha.
[...] Si vous désirez vous libérer rapidement des croyances erronées pour adhérer à ce qui est correct, quitter le statut de simple mortel et atteindre la bodhéité, vous devriez abandonner les enseignements Nembutsu, Shingon, Zen et Ritsu, et adopter ce texte merveilleux du Véhicule unique.
[...] Si [...] on pratique shoju ou shakubuku au moment qui ne convient pas, non seulement on sera incapable d'atteindre la bodhéité, mais on tombera dans les mauvaises voies.
[...] Le sage répondit : - Je vois bien que votre aspiration à la Voie est très grande et sincère. L'élément essentiel qui permit à tous les bouddhas d'atteindre l'Eveil n'est autre que les cinq caractères de Myoho Renge Kyo. C'est seulement grâce à ces cinq caractères que le roi Dan abandonna son trône précieux et atteignit la bodhéité, et que la fille du Roi-Dragon quitta sa nature de reptile pour celle d'un bouddha.
[...] Si vous craignez véritablement le cycle de la vie et de la mort et aspirez au nirvana, si vous persévérez dans votre foi et désirez ardemment entrer dans la Voie, les souffrances du changement et de l'impermanence ne deviendront rien de plus que le rêve d'hier, et la bodhéité deviendra la réalité d'aujourd'hui. Si seulement vous récitez Namu Myoho Renge Kyo, quelle offense pourrait manquer d'être effacée  ? Quel bienfait pourrait manquer d'apparaître  ?
[...] Mais puisque vous avez beaucoup de mal à comprendre, laissez-moi vous donner un exemple. Myoho Renge Kyo est l'état de bouddha de tous les êtres vivants. L'état de bouddha est la nature du Dharma, et la nature du Dharma est la bodhéité.
[...] L'état de Bouddha que possèdent tous les êtres vivants du domaine où il n'y a plus ni pensée ni absence de pensée, au-delà des nuages, et jusqu'aux régions les plus profondes de l'enfer -, l'état de Bouddha que tous ces êtres possèdent a pour nom Myoho Renge Kyo. Par conséquent, si vous prononcez ces mots du Titre une seule fois, appelant ainsi par son nom l'état de Bouddha de tous les êtres vivants, leur état de bouddha répondra à votre appel et viendra à vos côtés. A ce moment-là, les trois propriétés du Dharma en vous - les propriétés du Dharma, de la sagesse et de l'action - jailliront et deviendront manifestes. C'est ce que l'on appelle atteindre la bodhéité.
Conversation entre un sage et un ignorant (
1265   ? à un samouraï   ? )

Le Sutra du Lotus, dans lequel le Bouddha "rejeta honnêtement tous les enseignements provisoires", dit qu'il est possible de "gagner l'accès à la bodhéité par la foi. (réf.) Et il est écrit dans le Sutra du Nirvana que le Bouddha enseigna au terme de sa vie dans le bosquet de shala  : "Bien que les causes pour obtenir l'Eveil soient innombrables, si l'on enseigne la foi bouddhique [shinjin], cela les inclut toutes." Ainsi la foi [shin] est l'élément fondamental pour entrer dans la voie du Bouddha.
[...] Pour employer une autre comparaison : plantes et arbres sèchent et se dénudent en automne et en hiver. Mais en recevant la lumière du soleil, au printemps et en été, feuilles et branches poussent pour donner ensuite fleurs et fruits. Avant l'enseignement du Sutra du Lotus, les personnes ordinaires dans les neuf mondes-états étaient comme des plantes et des arbres en automne et en hiver. Mais lorsque le seul caractère Myo du Sutra du Lotus brilla sur elles comme le soleil du printemps et de l'été, alors la fleur du désir d'atteindre l'Eveil s'épanouit et le fruit de la bodhéité apparut.
[...] Tandis que, grâce au Sutra du Lotus, même ceux que l'on croyait incapables d'y parvenir peuvent atteindre la bodhéité ; à plus forte raison ceux pour qui c'est relativement facile. Puisqu'il en est ainsi, une fois l'enseignement du Sutra du Lotus exposé, absolument personne ne devrait avoir foi en d'autres sutras.
Le Daimoku du Sutra du Lotus (
1266 à une femme à Amatsu)

En bouddhisme, il faut considérer comme suprême le sutra qui permet à tous les êtres humains, qu'ils soient bons ou mauvais, d'atteindre la bodhéité. Un critère aussi raisonnable peut certainement être compris par tous. En le prenant pour base, nous pouvons comparer les divers sutras et établir lequel d'entre eux est le plus élevé.
Réponse à Hoshina Goro Taro (
5 décembre 1267 à Hoshina )

Mais Maudgalyayana ne parvint pas à faire accéder sa mère à la bodhéité. Car lui-même n'était pas encore pratiquant du Sutra du Lotus et ne pouvait donc pas aider sa mère à devenir bouddha. Par la suite, pendant huit ans, dans l'assemblée au Pic du Vautour, en croyant au Sutra du Lotus et en récitant Namu Myoho Renge Kyo, il devint un bouddha appelé Tamalapatra (Parfum de Santal). (réf.) Et à ce moment-là, sa mère aussi devint bouddha.
Urabon - L'origine de la cérémonie pour les défunts (
juillet 1271 à Shijo Kingo)

Mon but premier, en étudiant, était de maîtriser les enseignements bouddhiques, afin de pouvoir atteindre la bodhéité et ainsi de sauver les personnes à qui je suis redevable. J'ai toujours su que, sur la voie qui mène à la bodhéité, il est inévitable de rencontrer de grandes épreuves, exigeant d'être prêt à sacrifier sa vie ; c'est seulement alors que l'on peut devenir bouddha.
L'exil de Sado (
Echi, octobre 1271, à Enjo-bo du temple Seicho-ji)

Dans le chapitre Yujutsu* (XV), une multitude de bodhisattvas, encore jamais vus durant les quarante et quelques années d'enseignement du Bouddha, apparaît soudain, et le Bouddha déclare : "Je les ai instruits et j'ai éveillé en eux pour la première fois l'aspiration à la bodhéité."
[...] Ainsi, l'enchaînement des causes et des effets dans les dix modalités d'expression de la vie, tels que le décrivent les premiers sutras et l'enseignement théorique* du Sutra du Lotus, est annulé, et les liens de cause et d'effet dans les dix mondes-états, tel que les définit l'enseignement essentiel*, sont révélés. C'est le principe de la cause fondamentale (honnin-myo) et de l'effet fondamental (honga-myo). Il implique que les neuf autres états sont tous présents dans la bodhéité depuis le temps sans commencement, et que la bodhéité est inhérente aux neuf autres états depuis le temps sans commencement. Voilà la révélation concrète de l'inclusion mutuelle des dix états, des cent mondes et des mille modalités ; voilà en quoi consiste concrètement
ichinen sanzen.
[...] On lit encore [dans le Sutra du Nirvana] : "Le bodhisattva Kasho dit au Bouddha : "Honoré du monde, comment ceux qui n'ont pas encore le désir d'atteindre l'Eveil peuvent-ils créer les causes qui mènent à l'Eveil  ? " Le Sutra offre la réponse : "Le Bouddha dit à Kasho : "Il peut y avoir des personnes qui, après avoir entendu le Sutra du Nirvana, prétendent toujours n'avoir aucun désir d'atteindre l'Eveil, et s'opposent, au contraire, au Dharma correct. Immédiatement, de telles personnes, la nuit, rêveront de démons et leur coeur s'emplira de terreur. Les démons leur diront : Quelle stupidité de la part d'un croyant sincère ! Si vous n'éveillez pas maintenant votre désir d'atteindre l'Eveil, je vous ôterai la vie ! " Ces personnes trembleront de peur et, à peine sorties de leur rêve, brûleront du désir d'atteindre la bodhéité. Sachez que ces personnes deviendront de grands bodhisattvas."
[...] Parmi ceux qui ont reçu les graines de la bodhéité dans la période de gohyaku jintengo* ou à l'époque du bouddha Daitsu [sanzen-jitengo], beaucoup par la suite ont négligé ces graines, parce qu'ils avaient suivi de mauvais amis bouddhiques.
[...] Seul le principe du Tendai, ichinen sanzen, est le chemin qui mène à la bodhéité. Et, même ce principe
d'ichinen sanzen, ni notre sagesse ni notre intelligence ne nous permettent de le saisir pleinement. Pourtant, parmi tous les sutras enseignés par le Bouddha de son vivant, seul le Sutra du Lotus contient ce joyau, le principe d'ichinen sanzen.
[...] Même un sage ne peut devenir bouddha en s'appuyant sur les autres sutras, mais avec le Sutra du Lotus, même un simple d'esprit peut planter les graines de la bodhéité. [Comme il est dit dans le passage du sutra cité plus haut.] "Sans qu'on l'ait recherchée, l'Eveil vient de lui-même".
[...] Moi et mes disciples, nous sommes en proie à toutes sortes de difficultés mais si nos coeurs ne connaissent pas le doute, nous atteindrons naturellement la bodhéité.
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Si mes disciples ont pu recevoir et garder le Sutra du Lotus, c'est en vertu des liens solides qu'ils ont créés avec cet enseignement dans leurs existences passées. Il est alors certain qu'à l'avenir, ils atteindront la bodhéité.
L'héritage du Dharma ultime de la vie (
Sado, février 1272, à Sairen-bo Nichiji)

Un mot, une phrase de l'enseignement correct mettent infailliblement sur la voie de l'Eveil, s'ils correspondent au temps et à la capacité des gens. Alors que, même en étudiant mille sutra et dix mille doctrines, il est impossible d'atteindre la bodhéité si ces enseignements ne conviennent ni au temps ni aux capacités des gens.
La Lettre de Sado (
Sado, 20 mars 1272, à Toki Jonin)

Si la prédiction que nous atteindrons la bodhéité était également un mensonge, la langue de tous les bouddhas tomberait de leur bouche, la Tour du bouddha Taho s'effondrerait en miettes, le siège sur lequel les deux bouddhas [Shakyamuni et Taho] sont assis côte à côte se changerait en un lit de métal brûlant au coeur de l'enfer avici, et les trois terres - de Transition, de la Rétribution concrète et de la Lumière éternellement paisible - deviendraient les trois mauvais états d'enfer, d'avidité et d'animalité. Comment cela serait-il possible  ? "Ah, cela ne fait aucun doute, nous parviendrons au but ! Oui, nous sommes absolument certains de l'atteindre ! " Avec cette pensée constamment en tête, même en exil, nous avons d'innombrables raisons de ressentir une joie sans limite dans notre corps comme dans notre esprit !
Réponse à Sairen-bo (
Sado, le 13 avril 1272, à Sairenbo Nichijo)

Pratiquer seulement les sept caractères de Namu Myoho Renge Kyo peut sembler limité ; mais, puisque ce Dharma est le maître de tous les bouddhas des trois phases de la vie [passé, présent, futur], puisqu'il instruit tous les bodhisattvas de l'univers, et puisqu'il est le guide qui permet à tous les êtres humains d'atteindre la bodhéité, sa pratique est d'une profondeur sans égale.
[...] Il est dit dans le Sutra : "Après ma disparition, il faudra croire en ce Sutra et le pratiquer. Les personnes qui le feront, assurément et sans le moindre doute, seront sur la voie qui mène à la bodhéité."(réf.)
Les désirs mènent à l'éveil (
Sado, le 2 mai 1272 ; à Shijo Kingo)

La pratique qu'il faut accomplir pour maîtriser le Dharma correct et pour atteindre la bodhéité est fonction du temps. S'il n'y avait pas de papier au Japon, il faudrait s'arracher la peau. Si le Sutra du Lotus n'avait pas encore été introduit dans ce pays, et si la seule personne à le connaître était un démon, il faudrait lui sacrifier son corps. Si nulle part il n'y avait d'huile, il faudrait brûler ses propres coudes. Mais à quoi servirait de s'arracher la peau lorsque l'on trouve en abondance dans le pays du très bon papier  ?
Lettre à Nichimyo Shonin (
Ichinosawa, Sado, le 25 mai 1272 à Nichimyo, mère de Oto Gozen )

C'est grâce au Sutra du Lotus que les bouddhas sont parvenus à la bodhéité. Et ne pas enseigner ce sutra aux autres, c'est commettre la faute de détruire la graine qui leur permettrait de devenir bouddha.
[...] Pendant les plus de quarante ans au cours desquels le Bouddha avait [jusqu'alors] enseigné, depuis le Sutra Kegon*, tous les bodhisattvas avaient pratiqué les sutras en espérant atteindre la bodhéité sans jamais y parvenir. Mais il enseigna ensuite le chapitre Hoben* (II) du Sutra du Lotus, et le principe précis du remplacement des trois véhicules par le Véhicule unique (kaisan ken ichi)
[...] Il est extrêmement rare de naître sous forme humaine. Et si, ayant eu la chance d'être né en tant qu'être humain, vous ne faites pas tous vos efforts pour faire la distinction entre les principes corrects et les principes erronés pour atteindre, à l'avenir, la bodhéité, vous n'utilisez pas pleinement votre qualité d'être humain.
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)

Il est dit dans le Sutra   : "Devadatta deviendra un Tathagata du nom de Devaraja." (réf.) Cela indique que le monde de l'enfer contient également le monde de la bodhéité. Le Sutra dit aussi : "Il y a dix filles-démones, dont la première s'appelle Lamba... [Le Bouddha leur dit : ] "Vous obtiendrez une bonne fortune inestimable rien qu'en protégeant ceux qui gardent le Titre du Sutra du Lotus."(réf.) Ainsi, le monde des esprits affamés contient la totalité des dix mondes-états. Quand le Sutra dit (réf.) : La fille du Roi-Dragon... atteignit la bodhéité, il indique que le monde de l'animalité comporte les dix mondes-états. Quand le Sutra dit (réf.)   : "Balin et les autres rois des asuras obtiendront l'Eveil en entendant juste une phrase ou un vers du Sutra"  ; il démontre que le monde de l'orgueil possède en puissance les dix mondes-états. On lit aussi dans le Sutra  : "Tous ceux qui honorent le Bouddha... s'engagent dans la voie qui mène à la bodhéité."(réf.) Cela signifie que le monde des Hommes contient les dix mondes-états. D'après le Sutra, les divinités célestes, conduites par Bonten, ont déclaré : "Nous obtiendrons l'Eveil."(réf.) Ainsi, il est clair que le monde du Ciel contient les dix mondes-états. On lit toujours dans le Sutra  : "Dans l'une de ses vies futures, Shariputra deviendra un bouddha du nom de Padmaprabha."(réf.) Ainsi, le monde des auditeurs-shravakas contient les dix mondes-états. Le Sutra dit  : "Les moines et les nonnes qui aspirent à devenir pratyekabuddha s'inclinent en joignant leurs mains, désireux d'entendre l'enseignement qui conduit à la vérité parfaite."(réf.) Ainsi, le monde de la bodhéité pour soi possède les dix mondes-états. Le Sutra décrit une multitude de bodhisattvas qui surgissent de Terre et déclarèrent : "Nous désirons, nous aussi, recevoir le Grand Dharma pur." Ainsi, le monde de bodhisattva contient les dix mondes-états. Enfin le Sutra dit : "Hommes de foi sincère, tous les sutras exposés par l'Ainsi-Venu n'ont d'autre but que de sauver les hommes de toutes leurs souffrances. Ou j'ai parlé de moi, ou j'ai parlé des autres." Ainsi, le monde de la bodhéité contient les dix mondes-états.
[...] Il y a deux manières d'atteindre la bodhéité : grâce au Sutra du Lotus après avoir rencontré le Bouddha ou par la croyance dans le Sutra sans avoir rencontré le Bouddha.
[...] Le onzième chapitre du Sutra du Lotus dit : "Ceux qui choisissent de protéger ce Sutra servent le bouddha Taho et moi-même... Ils servent également tous les autres bouddhas présents qui honorent et glorifient tous les mondes." Shakyamuni, Taho et tous les autres bouddhas des dix directions représentent le monde de la bodhéité en nous. En les recherchant en nous-mêmes, nous pouvons obtenir les mêmes bienfaits qu'eux. C'est ce que signifie le passage suivant du chapitre X : Celui qui écoute le Dharma, ne serait-ce qu'un instant, pourra atteindre la bodhéité parfaite."
[...] Dans ces textes, on peut trouver mention du premier lien entre le Bouddha Shakyamuni et ses disciples à l'époque où il était le seizième fils du bouddha Daitsu. C'est alors qu'il planta pour la première fois la graine de la bodhéité dans leurs vies. Du vivant de Shakyamuni, seuls quelques-uns d'entre eux parvinrent à découvrir cette graine en l'entendant exposer le Sutra Kegon* et les autres enseignements des quatre premières périodes.
[...] La première moitié du Sutra du Lotus et les sutras antérieurs enseignent qu'il est possible d'atteindre la bodhéité mais ne révèlent pas pour autant la véritable cause qui permet d'y parvenir.
[...] Toutefois, le bouddhisme de Shakyamuni est celui de la récolte, et le bouddhisme qui convient à notre époque est celui de l'ensemencement. Le cœur de l'enseignement de Shakyamuni est constitué par "le chapitre et les deux moitiés", alors qu'à notre époque Namu Myoho Renge Kyo suffit.
[...] Le Sutra explique que tous les bodhisattvas, les personnes des deux véhicules et des mondes des hommes et du monde du ciel ont reçu la graine de la bodhéité à l'époque de gohyaku jintengo*.
Le véritable objet de vénération (
Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Ceux qui tombent dans les voies mauvaises en raison de leur pratique erronée du bouddhisme sont plus nombreux que les particules de poussière qui composent la terre, alors que ceux qui atteignent la bodhéité en pratiquant les enseignements corrects sont plus rares que les grains de poussière pouvant tenir sur un ongle.
[...] Zhanlan*déclare : "Celui qui est tombé au sol a besoin du sol pour se relever."(réf.) Une personne se relève toujours précisément là où elle est tombée. Ceux qui s'opposent au Sutra du Lotus tomberont dans les trois mauvaises voies, sur le sol des mondes-états des Hommes ou du Ciel, mais grâce au Sutra du Lotus, ils parviendront à la bodhéité.
Sur les prédictions du Bouddha (
Sado, 11 mai 1273 aux croyants)

Le Jigage indique : "N'ayant à l'esprit qu'un seul désir, celui de voir le Bouddha, il ne donne pas sa vie à contrecoeur." Moi, Nichiren, j'ai fait surgir la bodhéité du plus profond de ma vie en vivant selon cette phrase. C'est ainsi que j'ai révélé les Trois grands Dharmas cachés, en concrétisant le principe d'ichinen sanzen contenu dans le chapitre Juryo* (XVI).
Lettre à Gijo-bo (
mai 1273, à Gijo-bo)

Quand les centaines de milliers d'êtres habitant sous les cieux et les différentes écoles bouddhiques se convertiront à la méthode universelle pour atteindre la bodhéité en adhérant au Véhicule Unique du Sutra du Lotus et réciteront ensemble Namu Myoho Renge Kyo, les vents furieux ne feront plus ployer les branches et le ruissellement de la pluie ne dénudera plus le sol.
La Pratique telle que le Bouddha l'Enseigne (
mai 1273 à plusieurs de ses disciples)

Jour après jour, les divinités du ciel regardent le Japon avec colère tandis que les divinités de là terre tremblent d'une rage continuelle. Pourtant, chacun, de nos jours, est persuadé de n'avoir pas commis la moindre faute et personne ne doute de renaître dans un autre monde [la Terre pure] et d'atteindre la bodhéité.
Le don du mandala du Dharma merveilleux (
Sado, 1273 à Sennichi-ama)

Ce passage de commentaires dans le Hokke Gengi du Grand-maître Zhiyi* signifie que le principe suprême [qu'est le Dharma merveilleux] n'avait pas de nom à l'origine. Quand le sage, observant les principes et assignant un nom à toute chose, s'éveilla à ce Dharma merveilleux unique possédant simultanément la cause et l'effet [renge], il l'appela Myoho Renge. Ce Dharma unique qu'est Myoho Renge régit tous les phénomènes dans les dix mondes-états et les trois mille conditions de vie, sans en omettre aucun. Quiconque pratique ce Dharma crée une cause dont il obtient simultanément l'effet, la bodhéité. Le sage, en prenant ce Dharma pour maître, est parvenu à l'Éveil. Il a créé la cause fondamentale (honnin-myo)] et obtenu simultanément l'effet fondamental [honga myo], la bodhéité, en devenant l'Ainsi-venu de l'Eveil parfait, aux vertus pleinement réalisées.
[...] Zhiyi* commente cela en disant : "Ce Sutra du Lotus fait pousser les graines de la bodhéité que possèdent tous les êtres dans les six voies. Mais en s'opposant au Sutra, on détruit les graines de la bodhéité."(réf.) Moi, Nichiren, je voudrais dire ceci : dans le Sutra du Lotus se trouvent les graines de la bodhéité pour les êtres dans chacun des dix mondes-états. Mais s'opposer à ce Sutra équivaut à brûler les graines de la bodhéité contenues dans chacun des dix mondes-états.
L'essence du Dharma merveilleux
(Sado, 1273-  ? à Sairen-bo)

Les vies et morts sont les manifestations constantes de la vie éternelle qui se poursuit à travers les trois phases de l'existence. Il n'y a aucune raison ni de s'en plaindre, ni de s'en étonner. So [l'aspect apparent] équivaut à hatchi so [les huit époques de l'existence d'un bouddha]. Et les huit époques de l'existence d'un bouddha elles-mêmes sont soumises à la loi de la naissance et de la mort. S'éveiller à cette vérité, c'est cela atteindre la bodhéité par la pratique du Sutra du Lotus.
Enfer et bodhéité (
Minobu, le 11juillet 1274 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Ceux qui avaient la capacité de parvenir à la bodhéité grâce aux enseignements du Mahayana provisoire* ou définitif (jitsudaijo) ont depuis longtemps disparu. A notre époque mauvaise et impure des Derniers jours du Dharma, tous s'opposent au Dharma et commettent les cinq forfaits. Chez des personnes de ce genre, il faut planter pour la première fois la graine de la bodhéité grâce à Namu Myoho Renge Kyo, principe caché dans les profondeurs du chapitre Juryo* (XVI) coeur de l'enseignement essentiel*.
[...] Ceux qui obtinrent le bienfait de la bodhéité aux époques du Dharma correct et du Dharma formel avaient tous créé un lien avec le Sutra du Lotus du vivant de Shakyamuni. Ainsi, lorsque cette graine fut parvenue à maturité, elle se transforma en bienfait apparent. Par contre, de nos jours, ceux qui sont nés à l'époque des Derniers jours du Dharma reçoivent la graine de la bodhéité pour la première fois, c'est pourquoi leur bienfait est inapparent.
[...] "Ceux qui ont atteint la bodhéité par la pratique des enseignements antérieurs au Sutra du Lotus n'y sont parvenus que parce qu'ils avaient déjà créé un lien avec ce Sutra dans le lointain passé."(réf.)
[...] Comment peuvent-ils, sans terreur, s'opposer aux paroles du Bouddha "Il faut suivre le Dharma et non la personne"(réf.) et "Celui qui calomnie ce Sutra détruit immédiatement toutes les graines qui conduisent à la bodhéité en ce monde"(réf.)  ?
[...] C'est précisément pour cela qu'il est dit, à propos des pratiquants du Sutra du Lotus à l'époque mauvaise et impure des Derniers jours du Dharma qui suivra la disparition du Bouddha : "II ne fait aucun doute qu'ils atteindront la bodhéité."(réf.)
Enseignement, pratique et preuve (
Minobu, 1274   ? à Sammi-bo)

Nombreux sont ceux qui entendent parler de ce Sutra et y adhèrent, mais peu conservent leur foi en face des grands obstacles. Recevoir est facile, mais garder est difficile. Pourtant, c'est en persévérant qu'on atteint la bodhéité. Ceux qui adoptent la foi dans ce Sutra devraient donc être prêts à affronter des difficultés.
[...] Recevoir est facile, mais garder est difficile. Pourtant, c'est en persévérant qu'on atteint la bodhéité. Ceux qui adoptent la foi dans ce Sutra devraient donc être prêts à affronter des difficultés. Il est malgré tout certain qu'ils "obtiendront rapidement Eveil suprême."(réf.) "Garder la foi" signifie chérir Namu Myoho Renge Kyo, l'enseignement qui permet à tous les bouddhas du passé, du présent et de l'avenir d'atteindre l'Eveil.
La difficulté de garder la foi (Minobu, mars 1275, à Shijo Kingo)

Le Sutra du Lotus offre à tous les êtres vivants le moyen secret d'atteindre la bodhéité. Il mène jusqu'à l'état de bouddha, une personne dans le monde-état d'enfer, dans le monde-état d'avidité, ou dans chacun des neufs mondes-états de vie, ouvrant ainsi à tous les êtres vivants la voie de la bodhéité. [...] Parmi les simples mortels dans les Six voies et ceux qui ont emprunté les quatre formes de naissance, on compte aussi bien des hommes que des femmes. Et ces hommes et ces femmes furent tous, dans des vies antérieures, nos parents plus ou moins proches. Tant qu'un seul d'entre eux ne peut pas atteindre la bodhéité, nous-mêmes ne pouvons pas devenir bouddha.
[...] Même sans avoir étudié les sutras Agama* comme le fit Shariputra, même sans comprendre le Sutra Kegon* comme l'avait compris le bodhisattva Gedatsugatsu, et même sans avoir appris par coeur, comme l'avait fait le bodhisattva Manjushri, tous les enseignements sacrés exposés par le Bouddha de son vivant, en entendant ne serait-ce qu'un seul caractère ou une seule phrase du Sutra du Lotus, on ne peut manquer d'atteindre la bodhéité.
[...] Les cinq mille personnes outrecuidantes étaient dépourvues de foi et, bien qu'ayant entendu le Sutra du Lotus, ne purent pas le comprendre. Mais, comme elles ne s'y opposèrent pas, trois mois plus tard, elles parvinrent à la bodhéité. Ce sont ces personnes que le Sutra du Nirvana désigne en ces termes : "qu'ils croient ou non, tous renaîtront sur la Terre de Bouddha éternelle."
Quant aux caractères du Sutra du Lotus, un aveugle ne les voit pas du tout. Les yeux d'un simple mortel les voient de couleur noire. Les personnes des deux véhicules y perçoivent la non-substantialité. Les bodhisattvas les voient de différentes couleurs, tandis que ceux dont les graines de la bodhéité sont arrivées à maturité les reconnaissent comme des bouddhas.
Lettre à Horen (
Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)

Je n'ai jamais vu ni entendu dire que l'hiver retourne à l'automne. Je n'ai jamais entendu dire non plus que des croyants du Sutra du Lotus soient restés de simples mortels. Une phrase du sutra dit : "De tous ceux qui entendent le Dharma, il n'en est pas un seul qui ne parviendra pas à la bodhéité."
A l'Hiver Succède Toujours le Printemps (
Minobu, mai 1275, à Myoichi-ama)

Si, depuis d'innombrables kalpas, les êtres humains ne cessent de transmigrer dans les six voies sans jamais atteindre la bodhéité, c'est parce qu'ils sont avares de leur propre vie et ne la consacrent pas au Sutra du Lotus.
[...] La voie qui mène à la bodhéité requiert des formes de pratique différentes en fonction du temps. De nos jours il est évident que le Sutra du Lotus reste, comme par le passé, l'enseignement suprême. Mais la pratique change selon les époques. Aujourd'hui, se retirer dans les forêts ou les montagnes pour lire ou réciter le Sutra, ou l'exposer en vivant dans un village et en observant quantité de préceptes, ou même se brûler les coudes en offrande ne permet plus d'atteindre la bodhéité.
Lettre au nyudo d'Ichinosawa (
Minobu, le 8 mai 1275, à l'épouse du nyudo d'Ichinosawa)

Le Grand-maître Zhanlan* fit remarquer : "Que les enseignements soient correctement compris ou non dépend des personnes qui les transmettent. Cela n'est pas déterminé par les propos originels du Sage."(réf.) Ce passage indique que, même si les gens d'aujourd'hui prient pour leur vie prochaine en respectant fidèlement un sutra, si ce sutra est un sutra erroné, ils ne pourront jamais atteindre la bodhéité, mais la faute n'en est pas imputable au Bouddha.
[...] Comme il est tragique et regrettable que les habitants du Japon doivent tous tomber dans la grande citadelle de l'enfer avici ! Mais quelle joie, quel bonheur, bien que n'étant doté que d'un corps ordinaire, d'avoir la graine de la bodhéité plantée dans le champ de son coeur ! [...] Quand moi, Nichiren, j'ai commencé à croire dans le Sutra du Lotus, je n'étais, dans tout le Japon, qu'une goutte d'eau ou un grain de poussière. Mais par la suite quand deux personnes, trois, dix, cent, mille, dix mille, et un jour dix milliards de personnes en viendront à réciter le Sutra du Lotus et à l'enseigner aux autres, elles formeront le Mont Sumeru de l'Eveil merveilleux (
myogaku) et le grand océan du nirvana. Ne cherchez nulle part ailleurs la voie qui mène à la bodhéité !
Le choix en fonction du temps (
Minobu, 10 juin 1275 à Yui)

Dans le deuxième volume du Myoho Renge Kyo (Sutra du Lotus) il est dit : "Celui qui refuse d'avoir foi en ce Sutra et au contraire s'y oppose détruit immédiatement les graines qui permettent de devenir bouddha en ce monde. (réf.)

En général, un fils a pour devoir d'obéir à ses parents ; mais, sur le chemin de la bodhéité, ne pas suivre ses parents peut, en définitive, être pour eux source de bonne fortune. [...] Ce qui veut dire que, pour entrer dans la voie bouddhique, on quitte sa maison, même contre le souhait de ses parents, afin d'atteindre la bodhéité. Alors, on peut réellement s'acquitter de sa dette de reconnaissance envers eux.
Lettre aux Frères (
Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)

Il n'y a donc pas d'autre moyen d'atteindre la bodhéité que de pratiquer le Sutra du Lotus, car c'est le seul écrit qui dévoile la vérité du passé comme de l'avenir.
Lettre aux moines du Seicho-ji (
Minobu, le 11 janvier 1276 aux moines du temple Seicho-ji)

Pourquoi nous lamenter, quand nous savons de façon certaine que nous atteindrons la bodhéité  ? A quoi sert, en définitive, de naître impératrice, ou de renaître dans un monde céleste  ? Vous emprunterez plutôt la même voie que la fille du Roi-Dragon et serez au même rang que la nonne Mahaprajapati.
L'arc et la flèche (
Minobu, 27 mars 1276 à Toki-ama-Gozen)

Il est dit dans le Sutra du Lotus  : "Tous ceux qui entendront parler de ce Dharma, sans une seule exception, parviendront à la bodhéité."(réf.)
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Tous les sutras exposés avant le Sutra du Lotus sont des enseignements provisoires, qui ne peuvent conduire à l'Eveil parce qu'ils séparent sagesse et réalité. A l'inverse, le Sutra du Lotus lie les deux. Il expose le but de la venue des bouddhas en ce monde : ouvrir la porte de la sagesse du Bouddha, la révéler, la faire connaître à tous les êtres et les y faire entrer. Tout le monde peut atteindre la bodhéité en s'éveillant à cette sagesse du Bouddha. [...] Par-dessus tout, ne suivez personne d'autre que votre maître initial et persévérez jusqu'à atteindre la bodhéité. Shakyamuni est le maître originel de tous les êtres humains, ainsi que leur souverain et leur parent.
Mise en Garde contre l'Offense au Dharma (
Minobu, août 1276, au nyudo Horen)

En atteignant la bodhéité, on apparaît sous la forme d'un bouddha du Corps manifesté, comme le Bouddha Shakyamuni.
Lettre à Myomitsu Shonin (
Minobu, le 5ème jour du 3ème mois intercalaire 1276 à Myomitsu Shonin)

Par le passé, le bodhisattva Fukyo affirma que tous les êtres avaient l'état de Bouddha et atteindraient immanquablement la bodhéité s'ils adhéraient au Sutra du Lotus. Il déclara que mépriser quiconque équivalait à mépriser le Bouddha.
[...] Comprenant que, dans l'illusion, on est dans un rêve dont on s'éveille par la bodhéité, Sessen Doji décida de s'éveiller de l'illusion d'un monde transitoire, et de rechercher la réalité de la bodhéité. [...] Tôt ou tard, je devrai mourir, répondit Sessen Doji. Si je meurs sans avoir rien fait, ma mort est inutile. Mais si je donne ma vie pour le Dharma, en abandonnant ce corps sans valeur, dans la vie prochaine, j'atteindrai la bodhéité et j'obtiendrai le corps pur et merveilleux d'un bouddha.
Les quatorze oppositions (
Minobu, fin 1276, au nyudo Matsuno Rokuro Zaemon)

Ceux qui pratiquent le Sutra du Lotus sont assurés de devenir bouddha. C'est pourquoi le Roi-Démon du sixième ciel, seigneur du monde des trois plans, les jalouse. Selon le Sutra, ce Roi-démon poursuit les pratiquants de sa haine et s'attache à leur nuire d'une manière invisible.
Sur le comportement du Bouddha (
Minobu, 1276, à Konichi-ama)

Tous les savants bouddhistes, de nos jours encore, s'accordent sur ce point : du vivant du Bouddha comme après sa disparition, la pratique du Sutra du Lotus requiert les trois sortes de discipline. Qu'une seule des trois soit négligée et il devient impossible d'atteindre la bodhéité.
[...] Les cinq caractères de Myoho Renge Kyo ne représentent ni un passage particulier du Sutra, ni son sens littéral. Ils expriment l'intention profonde du Sutra dans son ensemble. Ainsi, même s'ils n'en comprennent pas le sens, ceux qui débutent dans la recherche de la bodhéité, en pratiquant ces cinq caractères, s'accorderont naturellement avec l'intention profonde du Sutra.
Les Quatre Etapes de la foi (
Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin)

Le Bouddha a donc clairement défini que, dépassant ces trois sortes de sutra, le Sutra du Lotus est la seule école qui permette immanquablement d'atteindre la bodhéité. Toutes les autres écoles ont été fondées après la disparition du Bouddha, tantôt par des bodhisattvas, tantôt par des maîtres. Devons-nous maintenant désobéir aux injonctions du Bouddha pour suivre des écoles établies par des bodhisattvas et des maîtres  ? Devons-nous ignorer les textes des bodhisattvas et des maîtres pour suivre l'école établie par le Bouddha   ? [...] Le Japon est donc un pays où les personnes de haute comme de basse condition, qu'elles appartiennent à l'aristocratie ou au peuple, qu'elles observent les préceptes ou les brisent, les hommes aussi bien que les femmes, tous pourront atteindre la bodhéité grâce au Sutra du Lotus.
[...] Au contraire, pour ceux qui peuvent atteindre la bodhéité et accéder à la Voie grâce au Sutra du Lotus, tous les autres sutras sont inutiles et seul le Sutra du Lotus est d'une valeur inestimable.
[...] Dans les première, deuxième, troisième et quatrième périodes de cinq cents ans, "la vérité n'a pas encore été révélée" concernant la Véritable voie pour atteindre la bodhéité,
[...] Voilà pourquoi, même si les gens n'en tiennent aucun compte ou prétendent que cela ne correspond pas à leurs capacités, il faut néanmoins leur faire entendre les cinq caractères du Titre du Sutra du Lotus, parce qu'aucune autre voie ne mène à la bodhéité en dehors de celle-là.
[...] De même qu'une personne qui trébuche et tombe à terre prend ensuite appui sur la terre pour se relever, si [pour s'être opposées au Sutra du Lotus] des personnes tombent en enfer, elles se relèveront rapidement et atteindront la bodhéité.
[...] Ceux qui croient [au Sutra] deviennent immanquablement bouddha, et ceux qui s'y opposent établissent avec lui le "lien du tambour empoisonné". Ils atteindront pareillement la bodhéité.
Quoi qu'il en soit, la graine de la bodhéité ne se trouve nulle part ailleurs que dans le Sutra du Lotus.
[...] Quand notre bouche récite le nom du Dharma merveilleux, notre état de bouddha, ainsi appelé, se manifeste immanquablement. Cela éveille du même coup l'état de bouddha de Bonten et Taishaku qui, appelés par notre voix, nous protègent ; et la bodhéité des bouddhas et des bodhisattvas, appelée elle aussi, se réjouit
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)

Le Bouddha Shakyamuni, le bouddha Taho et tous les bouddhas des dix directions, qui sont des émanations de Shakyamuni, affirment que parmi ceux qui pratiquent le Sutra du Lotus pas un seul ne manquera d'atteindre la bodhéité (réf.), et que tous avanceront jusqu'au bout sur la voie du Bouddha.
[...] Comment donc pourrais-je m'écarter de vous  ? Je suis prêt, pour vous obéir, à vous suivre jusque dans la vie prochaine. Si j'atteins un jour la bodhéité, je sauverai également mon seigneur, et si vous y parveniez, je pense que vous me sauveriez de même.
Lettre de pétition de Yorimoto (Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)

Ne cherchez jamais ce Gohonzon en dehors de vous-même. Il n'existe que dans notre chair, en nous, êtres ordinaires, qui gardons le Sutra du Lotus et récitons Namu Myoho Renge Kyo. Le corps est le palais de la neuvième conscience, réalité inchangeable qui régit toutes les fonctions de la vie. Etre "doté des dix mondes-états" signifie que tous les dix mondes-états, sans exception, sont contenus dans le seul état de bouddha. Voilà pourquoi on appelle le Gohonzon mandala. Mandala est un mot sanscrit qui signifie "possession parfaite" ou "monceau de bienfaits". Le Gohonzon n'existe que dans la seule foi. Comme il est dit dans le Sutra : "C'est seulement par la foi que l'on peut accéder à la bodhéité."(réf.)
[...] Faites tous les efforts possibles pour votre vie future. Le plus important, c'est de réciter uniquement Namu Myoho Renge Kyo et d'atteindre la bodhéité.
Le Véritable Aspect du Gohonzon (
Minobu, 23 août 1277, à Dame Nichinyo)

Mais sachez que les divinités ne protégeront jamais une personne irascible, quelle que soit l'estime qu'elles lui accordent. Si vous étiez tué, vous atteindriez la bodhéité après votre mort, mais vos ennemis seraient ravis, alors que, pour notre part, nous le déplorerions. Ce serait en vérité bien regrettable.
Les trois sortes de trésor (
Minobu, le 11 septembre 1277, à Shijo Kingo)

Il y a indéniablement quelque chose d'extraordinaire dans le flux et le reflux des marées, dans le lever et le coucher de la lune, et dans la façon dont se succèdent l'été, l'automne, l'hiver et le printemps. Il en va de même lorsqu'une personne ordinaire atteint la bodhéité. A ce moment là, inévitablement les trois obstacles et les quatre démons apparaissent, et le sage se réjouit tandis que l'insensé s'enfuit.
[...] L'atteinte de la bodhéité est plus difficile que l'exploit qui consiste à placer une aiguille au sommet du Mont Sumeru de ce monde et à lancer un fil du sommet du Mont Sumeru d'un autre monde directement dans le chas de cette aiguille. Exploit d'autant plus difficile qu'il doit être accompli face à un vent contraire.
[...] Aucun père, aucune mère n'exhorteront jamais [leur enfant] à renoncer au monde pour atteindre la bodhéité.
Les Trois Obstacles et les Quatre Démons (
Minobu, le 20 novembre 1277 à Hyoe no Sakan Munenaga)

Le Bouddha Shakyamuni déclare dans le Sutra du Nirvana que quand bien même ceux qui étudient le bouddhisme seraient plus nombreux que les grains de poussière de la terre entière, le nombre de ceux qui atteindraient la bodhéité n'excéderait pas la quantité de grains de poussière qui peuvent tenir sur un ongle. En lisant cela, je me suis demandé pourquoi c'était d'une telle difficulté. Mais, en y réfléchissant, j'ai trouvé la réponse la plus plausible. Même lorsque l'on étudie le bouddhisme, il reste difficile de le pratiquer correctement, soit en raison de sa propre ignorance, soit parce que, même si l'on est sage soi-même, on ne sait pas que les conceptions du maître que l'on suit sont erronées. De plus, même lorsque l'on rencontre le bon maître et le Sutra de l'enseignement définitif (jikkyo), étant ainsi conduit au Dharma correct, au moment où l'on décide d'atteindre la bodhéité et de se libérer des souffrances de la naissance et de la mort, les trois obstacles et les quatre démons apparaissent, aussi inévitablement que l'ombre suit le corps ou que les nuages accompagnent la pluie. Si vous parvenez à surmonter les six premiers obstacles mais vous laissez vaincre par le septième, vous ne pourrez pas devenir bouddha.
Lettre à Misawa (
Minobu, le 23 février 1278 à Misawa)

Les bienfaits que moi, Nichiren, obtiens en propageant le Sutra du Lotus rejailliront sur Dozen-bo. Que c'est magnifique ! On dit que si un maître a un bon disciple, tous deux atteindront la bodhéité, mais que si un maître forme un mauvais disciple, tous deux tomberont en enfer.
Sur les Fleurs et les Graines (
Minobu, avril 1278, à Joken-bo et Gijo-bo)

Si vous croyez au Sutra du Lotus, vous atteindrez certainement la bodhéité. Puisque le Sutra du Lotus définit notre vie comme la vie du Bouddha, notre esprit comme la sagesse du Bouddha, et nos actions comme le comportement du Bouddha, tous ceux qui reçoivent et gardent, ne serait-ce qu'une phrase ou un vers de ce sutra, seront dotés de ces trois propriétés. Namu Myoho Renge Kyo n'est qu'une simple phrase, mais qui contient l'essence du Sutra tout entier. Vous demandez si l'on peut atteindre la bodhéité rien qu'en récitant Namu Myoho Renge Kyo et c'est la question primordiale. Namu Myoho Renge Kyo est le cœur-même de l'ensemble du Sutra et la substance de ses huit volumes.
La phrase unique et essentielle (
Minobu, le 3 juillet 1278, à Myoho-ama)

Il est non moins certain que vous atteindrez la bodhéité. Quelle que soit la gravité des fautes que vous ayez pu commettre, parce que vous ne vous êtes pas opposé au Sutra du Lotus mais avez, au contraire, fait preuve, en m'accompagnant, de la plus grande fidélité, il ne fait aucun doute que vous deviendrez bouddha.
L'octroi d'un nouveau domaine (
Minobu, octobre 1278, à Shijo Kingo)

Mais les soldats à Tsukushi sont maintenant confrontés à un effroyable destin et s'ils sont tués à la bataille, ils seront condamnés à tomber en enfer. Même si nous devions, nous aussi, rencontrer des épreuves aussi sévères, nous atteindrons la bodhéité à l'avenir. Nos épreuves actuelles sont comme la cautérisation par le moxa, une douleur minime qui guérit d'un mal plus grave.
Sur les persécutions subies par le Bouddha (
Minobu, le 1er jour du 2ème mois 1279 ou 1er octobre 1279 Shijo Kingo).

Peut-être est-ce parce que, ayant établi des liens profonds avec le Sutra du Lotus par le passé, la graine qui peut conduire à la bodhéité est maintenant parvenue à maturité puisque, occupé comme vous l'êtes par les tâches d'un laïc dans la société, vous avez pu vous soustraire à vos obligations publiques et prendre le temps de penser à moi.
L'enseignement selon l'esprit du Bouddha
L'enseignement selon l'esprit du Bouddha (Minobu, le 2 mai 1279, à Niike Saemon-no-jo)

En réalité, le vénérable Maudgalyayana n'avait pas encore atteint la bodhéité. Et s'il n'était pas lui-même bouddha, comment aurait-il pu soulager les souffrances de ses parents  ? A plus forte raison, comment aurait-il pu sauver les autres  ? [...] Plus tard, cependant, en suivant l'enseignement du Sutra du Lotus qui préconise de "rejeter sincèrement les enseignements provisoires", (réf.) le vénérable Maudgalyayana s'écarta immédiatement des deux cent cinquante préceptes du Hinayana et récita Namu Myoho Renge Kyo. Par la suite, Maudgalyayana atteignit la bodhéité et reçut le nom de Tamaraba Sendanko (Bouddha répandant le parfum du bois de santal Tamalapattra). Et à ce moment-là, son père et sa mère atteignirent également la bodhéité. Car, comme il est dit, dans le Sutra du Lotus : "Alors nos vœux seront exaucés et les aspirations de la multitude des autres seront également satisfaites." (réf.) Maudgalyayana hérita son corps de ses parents. Par conséquent, quand son corps (et son esprit) parvinrent à la bodhéité, le corps de ses parents y parvint également.
[...] Le vénérable Maudgalyayana eut foi dans le Sutra du Lotus, expression du bien suprême, si bien que non seulement il put lui-même atteindre la bodhéité mais il permit à son père et sa mère d'y parvenir aussi. Plus encore, ses ancêtres et descendants des sept générations précédentes et des sept générations suivantes, et même d'innombrables vies antérieures et à venir, aussi étonnant que cela puisse paraître, parvinrent à la bodhéité.
[...] Quelle chance que d'avoir pour petit-fils un tel trésor ! La fille du Roi-Dragon, grâce au don qu'elle fit du joyau qu'elle possédait, obtint la bodhéité. Vous avez fait don de votre petit-fils pour en faire un pratiquant du Sutra du Lotus, et cela vous vaudra d'obtenir la bodhéité.
Sur les cérémonies d'urabon ( Minobu, le 13 juillet 1279 (1277 ou 1280), à la grand-mère de Jibu-bo Nichii

Il n'est pas plus facile d'atteindre la bodhéité que d'entrer à la cour pour une personne de basse condition, ou, pour une carpe, de remonter la Porte du Dragon. Ainsi, pour atteindre la bodhéité, Shariputra pratiqua les austérités de bodhisattva pendant soixante kalpa, mais il finit par céder devant les obstacles et retomba dans les voies des deux véhicules.
La porte du dragon (Minobu, 6 novembre 1279 à Nanjo Tokimitsu)

Le principe de l'ensemencement, de la maturation et de la récolte de la graine est le cœur même et l'âme du Sutra du Lotus. Tous les bouddhas des trois phases de la vie et des dix directions sont immanquablement parvenus à la bodhéité grâce aux graines que sont les cinq caractères Myo Ho Ren Ge Kyo.
[...] Pour avoir offert quatre bols au Bouddha, on dit que Bishamon est celui des quatre Rois du Ciel dont la bonne fortune est la plus grande au monde. Vimaladatta*, parce qu'elle fit don de 84000 bols au bouddha Unraionno, renaquit par la suite sous la forme du bodhisattva Myoon*. Vous qui, maintenant, faites don au Sutra du Lotus de ces trente récipients et soixante assiettes, comment pourriez-vous ne pas atteindre la bodhéité   ? [...] La raison pour laquelle une personne, pendant d'innombrables kalpas, depuis le plus lointain passé jusqu'à présent, n'est jamais parvenue à atteindre la bodhéité, est celle-ci : en pareille situation, par peur, elle n'a pas osé parler. Et ce principe ne sera pas moins vrai à l'avenir. Ma propre expérience, à moi Nichiren, me permet de comprendre cela. Mais certains de mes disciples, même lorsqu'ils le conçoivent, redoutent les persécutions de leur vivant et, pour protéger une vie pourtant aussi éphémère que la rosée, trahissent leur croyance, la dissimulent dans leur coeur, ou ne la manifestent d'aucune façon.
Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto Taro Hyoe-no jo)

Dans le second volume du Sutra du Lotus, le Bouddha dit à Shariputra : "C'est par la foi et non par votre propre intelligence que vous pouvez atteindre la bodhéité."(réf.) Cela explique pourquoi Shariputra, dont l'intelligence était sans égale, ne fut capable d'atteindre la bodhéité qu'en adhérant et en croyant fermement à ce Sutra. Son érudition à elle seule ne pouvait le conduire à l'Eveil.
Lettre à Niike (
Minobu, février 1280 à Niike Saemon no jo)

C'est pourquoi le bodhisattva Nagarjuna écrivit dans son Daichido Ron que ceux qui ne sont pas bouddhas ne peuvent accéder à la bodhéité que par la foi.
[...] Le défunt Shichiro Goro ne ressemblait en rien aux Japonais d'aujourd'hui. Bien que très jeune encore, il assumait la succession de son père très sage. Il n'avait pas encore vingt ans lorsqu'il commença à réciter Namu Myoho Renge Kyo, et ainsi, il est devenu bouddha. Voilà le sens du passage du Sutra  : "Pas une seule personne ne manquera d'atteindre la bodhéité."
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (
Minobu, le 10e mois 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Le vénérable Maudgalyayana sauva sa mère du monde de l'avidité, mais il ne put la conduire que jusqu'aux mondes des Hommes et du Ciel, sans pouvoir la mettre sur la voie qui mène à la bodhéité.
Fidélité ou manquement au devoir de piété filiale (
Minobu, le 8 mars 1280, à Nanjo Tokimitsu)

C'est pourquoi le bodhisattva Nagarjuna écrivit dans son Daichido Ron que ceux qui ne sont pas bouddhas ne peuvent accéder à la bodhéité que par la foi.
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (
Minobu, octobre 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

En prenant le Bouddha Shakyamuni pour guide, vous pouvez aller le rejoindre sur la Terre pure du Pic du Vautour. Il est dit dans le Sutra : "Parmi ceux qui entendent ce Sutra, pas un seul ne manquera d'atteindre la bodhéité."(réf.)
Le don de saké clair (
Minobu, le 13 janvier 1281à Ueno-ama Gozen)

Ceux qui offrent au bouddha des fleurs au printemps, des feuilles pourpres en automne, de l'eau pure en été et de la neige en hiver sont tous assurés d'atteindre la bodhéité.
Réponse à Jibu-bo (
Minobu, le 22 août 1281, à Jibu-bo Nichii)

[...] De nombreuses personnes, de haut rang et de basse condition, vous ont fait des remontrances ou vous ont menacé, mais vous avez refusé d'abandonner votre foi. Maintenant qu'il semble certain que vous atteindrez la bodhéité, le Roi-Démon du sixième Ciel et les tenants des enseignements non bouddhiques essaient d'utiliser cette maladie pour vous effrayer. Mais rappelez-vous que la vie en ce monde est limitée. Ne vous laissez jamais troubler !
La preuve du Sutra du Lotus (
Minobu, 28 février 1282 à Nanjo Tokimitsu)

Cette école [Hosso] enseigne aussi que les cinq natures sont totalement distinctes les unes des autres et que certains êtres sont naturellement prédestinés à certains états de vie ou sont dépourvus par nature de la graine de la bodhéité et ne pourront jamais atteindre l'Eveil. De tels principes étaient aussi différents de ceux de l'école de Zhiyi* que le feu de l'eau.
Le corps et l'esprit des simples mortels (
Minobu, à un disciple. Fraguement)

Pourtant, même les hommes ordinaires peuvent atteindre la bodhéité s'ils ont un seul désir : celui d'avoir une foi fervente. Au sens le plus profond, une foi fervente correspond à la volonté de comprendre et de vivre l'esprit, et non la lettre des sutras.
Le don de riz (Minobu, date   ? destinataire   ? )

Retour au dictionnaire

  Voir également :
-étapes de la bodhéité
-bodhéité dès cette vie
-bodhéité des deux véhicules
-bodhéité des êtres malafaisants
-bodhéité des femmes
-bodhéité des plantes
-bodhéité sans changer d'apparence
haut de la page