. La porte du dragon
Optimisé pour Firefox - écran 1152 x 720 ; pour changer la taille des polices appuyez sur la touche 'contrôle' et actionnez la roulette-souris
ACCUEIL
Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol.1, p.279 ; SG* p.1012.
Gosho Zenshu p. 1560 - Ueno Dono Gohenji (Ryu Mon Gosho)

Minobu, 6 novembre 1279 à Nanjo Tokimitsu

DICTIONNAIRE

La porte du Dragon


On trouve en Chine une chute d'eau nommée la Porte du Dragon. L'eau y plonge d'une hauteur de cent mètres, plus vite qu'une flèche décochée par un puissant archer. On dit que des milliers de carpes se rassemblent en bas de cette chute, dans l'espoir de la remonter, et que toutes celles qui y parviennent se changent en dragons. Pourtant, pas une seule carpe sur cent, sur mille, ni même sur dix mille n'y réussit, même au bout de dix ou vingt ans. Certaines sont emportées par des courants violents, d'autres sont la proie des aigles, des faucons, des milans ou des chouettes. D'autres encore sont prises au filet, attrapées ou même transpercées par les flèches de pêcheurs postés sur les deux rives de cette immense chute. C'est dire comme il est difficile pour une carpe de devenir dragon.

Il y avait autrefois au Japon deux grands clans de guerriers, les Minamoto et les Taira. Ils montaient la garde comme deux chiens fidèles aux portes du palais impérial. Ils gardaient l'empereur avec autant de ferveur qu'un bûcheron admire la lune d'été s'élevant au-dessus des montagnes. Ils s'émerveillaient des soirées élégantes données par les nobles de la cour et leurs dames, comme les singes dans leurs arbres s'extasient devant la lune et les étoiles brillant dans le ciel. Bien que de condition modeste, ils brûlaient du désir de se mêler, d'une manière ou d'une autre, aux cercles de la cour. Pourtant, bien que Sadamori du clan Taira eut écrasé la rébellion de Masakado il ne fut pas admis à la cour, pas plus que ses descendants, parmi lesquels figurait pourtant l'illustre Masamori. C'est Tadamori, le fils de ce dernier, qui fut le premier de son clan à y être admis. Son successeur, Kiyomori, et son fils Shigemori, non seulement partagèrent la vie de la noblesse de la cour, mais encore entrèrent dans la famille impériale, lorsque la fille de Kiyomori épousa l'empereur et lui donna un enfant. Il n'est pas plus facile d'atteindre la bodhéité que d'entrer à la cour pour une personne de basse condition, ou, pour une carpe, de remonter la Porte du Dragon.

Ainsi, pour atteindre la bodhéité, Shariputra pratiqua les austérités de bodhisattva pendant soixante kalpa, mais il finit par céder devant les obstacles et retomba dans les voies des deux véhicules. Même ceux qui reçurent l'enseignement de Shakyamuni, alors qu'il était le seizième fils du bouddha Daitsu, sombrèrent dans le monde des souffrances pendant la durée de sanzen-jintenngo. D'autres, qui avaient reçu son enseignement dans le passé encore plus lointain où il atteignit pour la première fois l'Eveil, souffrirent pendant la durée de gohyaku-jintengo. Toutes ces personnes pratiquaient le Sutra du Lotus, mais lorsque le Démon du sixième Ciel prit la forme de leur souverain ou d'autorités diverses pour les persécuter, elles abandonnèrent leur foi et se mirent donc à errer à travers les six voies, pendant d'innombrables kalpas.

Jusqu'à présent, ces événements semblaient ne pas nous concerner, mais les persécutions que nous affrontons aujourd'hui sont de même nature. Quoi qu'il en soit, tous mes disciples doivent cultiver un fort désir d'atteindre l'Eveil. Nous avons la grande chance d'être en vie après les graves épidémies de ces deux dernières années, mais devant l'imminence de l'invasion mongole, il semble aujourd'hui que bien peu survivront. En définitive, nul ne peut échapper à la mort. Les souffrances qu'entraînera l'invasion ne sauraient être pires que celles que nous rencontrons à présent. Puisque la mort est certaine dans les deux cas, vous devriez choisir de donner votre vie pour le Sutra du Lotus. Considérez une telle offrande comme une goutte de rosée qui rejoindrait l'océan ou comme un grain de poussière qui retournerait à la terre. On lit dans un passage du septième chapitre du Sutra du Lotus : "Notre voeu est que, par ces mérites / universellement à tous propagés, / nous-mêmes et les êtres / réalisions tous ensemble la voie de bouddha"

Avec mon profond respect,
Nichiren.

ARRIÈRE-PLAN - La lettre intitulée « La Porte du Dragon » a été écrite le 6 novembre 1279 au jeune Nanjo Tokimitsu, seigneur du district d'Ueno. Le temple principal Taseiki-ji est situé sur une partie de ce qui était son domaine. Nichiren Daishonin répond au récit que lui a fait Tokimitsu de la persécution. Comme l'indique la dernière ligne du gosho, Nanjo
Tokimitsu joua un rôle crucial dans la protection des disciples de Nichiren Daishonin à cette occasion. Sa propre maison fut leur principal refuge. Courageusement, il protégea des autorités d'autres croyants en les cachant, fit campagne pour la libération de ceux qui avaient été emprisonnés et n'épargna aucun effort pour aider leur famille. (Commentaire ACEP)

En anglais : The Dragon Gate

- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=1002&m=1&q=The%20Dragon%20Gate
- commentaires : http : //nichiren.info/gosho/bk_DragonGate.htm
- http : //www.sgilibrary.org/view.php ?page=1003&m=0&q=

haut de la page