ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
atteinte de la boddhéité au cours de cette vie - issho jobutsu
 

Si vous souhaitez vous libérer des souffrances de la naissance et de la mort endurées de toute éternité et parvenir absolument à l'Eveil en cette vie, vous devez vous éveiller au principe mystique inhérent à toute vie. Ce principe est Myoho Renge Kyo.
[...] Même si vous pratiquez et croyez en Myoho Renge Kyo, si vous considérez ce Dharma comme extérieur à vous, ce n'est pas dans le Dharma Merveilleux que vous croyez, mais en un enseignement inférieur. "Enseignement inférieur" s'applique aux enseignements autres que ce Sutra, c'est-à-dire provisoires et transitoires. Aucun enseignement provisoire ne conduit directement à la bodhéité. Sans chemin direct vers la bodhéité, on ne peut atteindre l'Eveil, même si l'on pratique vie après vie pendant d'innombrables kalpas. Et il est donc alors impossible d'atteindre la bodhéité en cette vie-ci*. Par conséquent, en récitant le Dharma Merveilleux et en lisant le Sutra du Lotus, il faut absolument faire surgir du plus profond de vous la conviction que Myoho Renge Kyo n'est rien d'autre que votre propre vie.
[...] On appelle Myo la nature mystérieuse de la vie/mort et Ho ses manifestations. Renge, la fleur de lotus, symbolise la nature mystique de ce Dharma. Lorsque vous réalisez que votre propre vie est le Dharma Merveilleux, vous réalisez que celle des autres l'est également. Cet Eveil s'exprime par Kyo, le Sutra merveilleux. C'est le roi des sutras, la voie directe vers l'Eveil, car il explique que l'ainsité de notre esprit, d'où naissent le bien comme le mal, n'est autre que la réalité du Dharma Merveilleux. Si vous avez une foi profonde en cette vérité et récitez Myoho Renge Kyo, vous atteindrez la bodhéité en cette vie-ci*. C'est pourquoi il est dit dans le Sutra : "Après mon parinirvana, pratiquez avec foi en ce Sutra du Lotus. Ceux qui le feront emprunteront la voie directe vers la bodhéité."(réf.)
Sur l'atteinte de la bodhéité (
Kamakura 1255, à Toki Jonin)

De plus, comme la vie ne dure qu'un moment, le Bouddha a enseigné les bienfaits qui découlent du fait de se réjouir ne serait-ce qu'un instant [d'entendre le Sutra du Lotus]. Si deux ou trois instants étaient nécessaires, on ne pourrait plus parler du voeu originel du Bouddha, de la grande sagesse impartiale, du Véhicule unique du principe de l'atteinte immédiate de l'Eveil qui permet à tous les êtres humains de parvenir à la bodhéité.
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (
Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )

[...] Si vous craignez véritablement le cycle de la vie et de la mort et aspirez au nirvana, si vous persévérez dans votre foi et désirez ardemment entrer dans la Voie, les souffrances du changement et de l'impermanence ne deviendront rien de plus que le rêve d'hier, et la bodhéité deviendra la réalité d'aujourd'hui. Si seulement vous récitez Namu Myoho Renge Kyo, quelle offense pourrait manquer d'être effacée  ? Quel bienfait pourrait manquer d'apparaître  ?
[...] L'état de Bouddha que possèdent tous les êtres vivants du domaine où il n'y a plus ni pensée ni absence de pensée, au-delà des nuages, et jusqu'aux régions les plus profondes de l'enfer -, l'état de Bouddha que tous ces êtres possèdent a pour nom Myoho Renge Kyo. Par conséquent, si vous prononcez ces mots du Titre une seule fois, appelant ainsi par son nom l'état de Bouddha de tous les êtres vivants, leur état de bouddha répondra à votre appel et viendra à vos côtés. A ce moment-là, les trois propriétés du Bouddha en vous - les propriétés du Dharma, de la sagesse et de l'action - jailliront et deviendront manifestes. C'est ce que l'on appelle atteindre la bodhéité.
Conversation entre un sage et un ignorant (
1265   ? à un samouraï   ? )

En tenant compte du lien qui nous unit depuis le passé illimité, et du principe qui veut que l'on renaisse, vie après vie, avec le même maître, si moi, Nichiren, j'atteins la bodhéité en cette vie-ci*, comment pourriez-vous vous séparer de moi et tomber dans les mauvaises voies de l'existence  ? Réponse à Sairen-bo (Sado, le 13 avril 1272, à Sairenbo Nichijo)

C'est en tant que pratiquant du Sutra du Lotus que j'ai rencontré ces grandes persécutions et je n'en éprouve pas la moindre rancoeur. Il ne pourrait y avoir de vie plus heureuse que la mienne, même au terme d'innombrables répétitions du cycle de la naissance et de la mort. J'aurais pu rester dans les trois ou quatre mauvaises voies. Mais maintenant, à ma grande joie, je suis certain de rompre le cycle des souffrances de la vie et de la mort pour atteindre la bodhéité.
[...] Il est dit dans le chapitre Juryo* (XVI) : "Je réfléchis sans cesse à la manière de conduire tous les hommes au chemin suprême pour qu'ils puissent atteindre la bodhéité sans délai" ;
Les désirs mènent à l'éveil (
Sado, le 2 mai 1272 ; à Shijo Kingo)

Et je fais également remarquer que, selon le Sutra du Lotus, "celui qui refuse d'avoir foi en ce Sutra, et au contraire s'y oppose, détruit immédiatement les graines qui permettent d'atteindre la bodhéité en ce monde (...) Après sa mort, il tombera dans l'enfer avici."(réf.)
La voix pure et portant loin (
Sado, septembre 1272, à Shijo Kingo)

Le bouddha de l'enseignement théorique* déclara qu'il atteignit pour la première fois la bodhéité en cette vie-ci*. Il révéla les cent états et les mille facteurs inhérents à la vie, sans aller toutefois jusqu'à exposer leur nature éternelle. Puisque l'enseignement théorique* du Sutra du Lotus révèle ainsi une partie de la bodhéité du Bouddha lui-même, il surpasse les sutras précédents et il enseigne un Dharma difficile à croire et difficile à comprendre.
Le véritable objet de vénération (
Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Vous devez lire avec toute votre attention la doctrine dont je vous ai parlé l’autre jour. La doctrine appelée "devenir Bouddha dès cette existence-ci" (issho jobutsu), tous les savants reconnus de ce monde, la considèrent comme l’affaire la plus importante. En particulier, mes disciples doivent prêter attention uniquement à cette question, en laissant toute autre de côté. [...] Pendant vingt-sept ans, les doctrines dont j’ai parlé dans tous les lieux où je me suis trouvé sont nombreuses, cependant, leur finalité se résume à cela.
Réponse à Dame Myoichi (
Minobu, mai 1275 à Myoichi)

Saicho écrivit : "[...] Vous brandissez, du haut des sommets les plus élevés, la bannière de la doctrine qui veut que maîtres et disciples soient libérés des entraves du monde des trois plans, mais vous persistez à emprunter la voie selon laquelle il faut des kalpas pour atteindre la bodhéité. Vous confondez les trois sortes de chariots [les enseignements provisoires] avec le char tiré par un grand boeuf blanc qui se trouve devant la porte. Comment pourriez-vous atteindre la première étape de sécurité et parvenir à l'Eveil en ce monde semblable à une maison en feu  ? "
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Je sais par conséquent comme il est difficile, pour un simple mortel, à l'époque des Derniers jours du Dharma, d'atteindre la bodhéité dans cette vie-ci.
Lettre à Misawa
(Minobu, le 23 février 1278 à Misawa)

Il est non moins certain que vous atteindrez la bodhéité. Quelle que soit la gravité des fautes que vous ayez pu commettre, parce que vous ne vous êtes pas opposé au Sutra du Lotus mais avez, au contraire, fait preuve, en m'accompagnant, de la plus grande fidélité, il ne fait aucun doute que vous deviendrez bouddha. Vous êtes comparable au roi Utoku qui sacrifia sa propre vie pour sauver le moine Kakutoku et qui devint [dans une vie ultérieure] le Bouddha Shakyamuni.
Croire dans le Sutra du Lotus équivaut à prier [pour atteindre la bodhéité]. Renforcez toujours plus votre désir d'entrer sur la voie qui mène à la bodhéité en cette vie-ci*.
L'octroi d'un nouveau domaine (
Minobu, 10e mois de 1278, à Shijo Kingo)

Mais maintenant que le chemin est profondément enfoui sous la neige, plus personne ne vient jusqu'ici. J'ai l'impression d'expier en ce moment le karma qui me destinait à tomber dans les huit enfers froids. Et, loin d'offrir l'aspect d'une personne devant atteindre la bodhéité en cette vie-ci*, je ressemble plutôt à l'oiseau Kankucho torturé par le froid. Je ne me rase plus la tête, si bien qu'on pourrait prendre ma nuque pour celle d'une caille, et mes vêtements sont si raidis par la glace qu'ils ressemblent aux ailes gelées d'un canard mandarin.
Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto Taro Hyoe-no jo)

Quoi qu'il arrive, gardez toujours une foi inébranlable dans le Sutra du Lotus. Alors, aux derniers instants de votre vie, vous serez accueilli par mille bouddhas qui vous emmèneront sans tarder au paradis du Pic du Vautour, où vous vivrez dans le véritable bonheur du Dharma. Si votre foi faiblit, et si vous n'atteignez pas la bodhéité en cette vie-ci*, ne m'en faites pas reproche. Car si vous me le reprochiez, vous seriez comme le patient qui refuse de prendre le remède que son médecin lui prescrit, qui prend un mauvais médicament à la place et qui, sans jamais penser que l'erreur lui est imputable, lorsqu'il ne guérit pas, en rejette la responsabilité sur le médecin. La foi en ce Sutra signifie que vous atteindrez à coup sûr la bodhéité si vous êtes fidèle à l'intégralité du Sutra du Lotus, en adhérant exactement à ses enseignements sans y ajouter la moindre de vos idées personnelles ni suivre les interprétations arbitraires des autres. [...] Atteindre la bodhéité n'est en rien extraordinaire. Si vous récitez Namu Myoho Renge Kyo de tout votre coeur, vous obtiendrez naturellement les trente-deux traits et les quatre-vingts caractéristiques d'un bouddha. Shakyamuni a affirmé : "Dès le début, j'ai fait le voeu de rendre tous les êtres humains parfaitement semblables à moi, sans la moindre distinction entre moi et eux."(réf.) Il n'est donc pas difficile de devenir bouddha.
Lettre à Niike (
Minobu, février 1280 à Niike Saemon no jo)

Le Sutra du Lotus est entièrement différent. La main qui le touche devient immédiatement bouddha, et la bouche qui le récite parvient immédiatement à la bodhéité, tout comme la lune, dès qu'elle s'élève au-dessus des montagnes, à l'est, se reflète immédiatement dans l'eau, ou de la même manière qu'un son est aussitôt suivi d'un écho. C'est pourquoi il est dit dans le Sutra : "Parmi ceux qui entendront ce Dharma, il n'en est pas un seul qui ne parviendra à la bodhéité." Ce passage signifie que, si cent ou mille personnes pratiquent ce Sutra, cent ou mille personnes parviendront à la bodhéité, sans la moindre exception.
Wou-long et Yi-long (Minobu, 15 novembre 1281, à Ueno-ama Gozen, mère de Nanjo Tokimitsu)


Voir également : -bodhéité
-étapes de la bodhéité
-bodhéité dès cette vie
-bodhéité des deux véhicules
-bodhéité des êtres malafaisants
-bodhéité des femmes
-bodhéité des plantes
Retour
haut de la page