ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Grand-maître - daishi
 

Nichiren appelle Grand-maître :

Anne* (Daigyo)
La question à approfondir jour et nuit (Minobu, 28 août 1275  ? , Toki Jonin)

Bodhidharma
Conversation entre un sage et un ignorant (
1265  ? à un samouraï  ? )

Ci-en
Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)
Lettre à Myomitsu Shonin (
Minobu, le 5ème jour du 3ème mois intercalaire 1276 à Myomitsu)
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Lettre de pétition de Yorimoto (Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)
Lettre à Akimoto (
Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)

Daoxuan
Questions - réponses concernant l’objet de vénération (Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)

Enchin*
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (
Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)
Souverains de notre pays
(Minobu, février 1275)
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)
La question à approfondir jour et nuit (
Minobu, 28 août 1275  ? , Toki Jonin)
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Le roi Rinda (Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso, fils de Soya Kyoshin)

Lettre à Akimoto (
Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août.1280, à la dame d'Utsubusa)
Le corps et l'esprit des simples mortels (Minobu, à un disciple)

Encho*

Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Ennin*
Réponse au seigneur Ota Kingo (1269 ou 1270 à Ota Kingo (Jomyo)
Sur la prière (
Sado, 1272 à Sairen-bo)

Souverains de notre pays
(Minobu, février 1275)
La question à approfondir jour et nuit (
Minobu, 28 août 1275  ? , Toki Jonin)
Le roi Rinda (
Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso, fils de Soya Kyoshin)
Lettre à Akimoto (
Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août.1280, à la dame d'Utsubusa)
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280   ? , à Myoichinyo)
Le corps et l'esprit des simples mortels (Minobu, à un disciple)

Fa-zang
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Guanding
L'enseignement, les capacités, le temps et le pays (Izu, 10 février 1262  ? )
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )
Le Daimoku du Sutra du Lotus (1266 à une femme d'Amatsu)
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)
Lettre à Nichimyo Shonin (Sado, le 25 mai 1272 à Nichimyo, mère de Oto Gozen)
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (
Sado, 1273 à Shijo Kingo)
Le Palais royal (
Minobu, 12 avril 1275 à Shijo Kingo)
Lettre à Horen (Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)
La consécration d'une statue du bouddha (Minobu, le 15 juillet 1276 à Shijo Kingo)
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Lettre de pétition de Yorimoto (
Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)
"Ainsi ai-je entendu" (Minobu, 28 novembre 1277, à Soya Kyoshin)

Huisi (Nan-yue)
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )
L'ainsité du Dharma merveilleux (Sado, 1273   ? à Sairen-bo)
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Mise en Garde contre l'Offense au Dharma (Minobu, août 1276, au nyudo Horen)

Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août 1280, à la dame d'Utsubusa)

Ryogen*
Les désirs mènent à l'Eveil (Sado, le 2 mai 1272 ; à Shijo Kingo)

Jizang
Souverains de notre pays
(Minobu, février 1275)
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)
La question à approfondir jour et nuit (
Minobu, 28 août 1275  ? , Toki Jonin)
La Guérison des Maladies Karmiques (
Minobu, 3 novembre 1275, à Ota Jomyo)
Lettre à Myomitsu Shonin (Minobu, le 5ème jour du 3ème mois intercalaire 1276 à Myomitsu)
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Lettre de pétition de Yorimoto (
Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)
Lettre à Akimoto (
Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)

Kojo*
Souverains de notre pays
(Minobu, février 1275)
La question à approfondir jour et nuit (
Minobu, 28 août 1275  ? , Toki Jonin).

Kukai*
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )
Réponse au seigneur Ota Kingo (1269 ou 1270 à Ota Kingo (Jomyo)
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274   ? à Sammi-bo)
Souverains de notre pays
(Minobu, février 1275)
La prière pour la pluie des trois maîtres du Tripitaka (Minobu, 22 juin 1275 au nyudo Nishiyama)
La question à approfondir jour et nuit (Minobu, 28 août 1275  ? , Toki Jonin)
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Lettre de pétition de Yorimoto (Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)
Lettre à Shomitsu-bo (Minobu, 1277 à Shomitsu-bo)
Questions - réponses concernant l’objet de vénération
(Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)
Le roi Rinda (Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso, fils de Soya Kyoshin)
Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août.1280, à la dame d'Utsubusa)
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280   ? , à Myoichinyo)
Le corps et l'esprit des simples mortels (Minobu, à un disciple)

Saicho
L'enseignement, les capacités, le temps et le pays (
Izu, 10 février 1262  ? )
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )
Sur la récitation des chapitres Hoben et Juryo (Kamakura - 1264, à la femme de Hiki Daigaku Saburo Yoshimoto)
Conversation entre un sage et un ignorant (
1265  ? à un samouraï  ? )
L'essentiel du chapitre Yakuo (
1265-  ? peut-être à la mère de Nanjo Tokimitsu)
Le Daimoku du Sutra du Lotus (
1266 à une femme d'Amatsu)
Réponse à Hoshina Goro Taro (
5 décembre 1267 à Hoshina)
L'aspiration à la Terre de Bouddha (
Sado, le 23 novembre 1271 à Toki Jonin)
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)
La voix pure et portant loin (Sado, septembre 1272, à Shijo Kingo)
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)
Sur les prédictions du Bouddha (
Sado, 11 mai 1273 aux croyants)
Lettre à Gijo-bo (Sado, mai 1273, à Gijo-bo)
La Pratique telle que le Bouddha l'Enseigne (mai 1273 à plusieurs de ses disciples)
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (Sado, 1273 à Shijo Kingo)
L'ainsité du Dharma merveilleux (Sado, 1273   ? à Sairen-bo)
Le pratiquant du Sutra du Lotus rencontrera des persécutions (Sado, 14 janvier 1274 à Toki Jonin, Shijo Kingo, etc)
Souverains de notre pays
(Minobu, février 1275)
Réponse à Dame Myoichi (Minobu, mai 1275 à Myoichi)
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)
Lettre à Ko-no ama Gozen (
Minobu le 16 juin 1275 à Ko-no ama Gozen)
La prière pour la pluie des trois maîtres du Tripitaka (
Minobu, 22 juin 1275 au nyudo Nishiyama)
La question à approfondir jour et nuit (
Minobu, 28 août 1275  ? , Toki Jonin)
La Guérison des Maladies Karmiques (
Minobu, 3 novembre 1275, à Ota Jomyo)
Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)
La bonne fortune en cette vie (
Minobu, le 19 janvier 1276, à Nanjo Tokimitsu)
Lettre à Myomitsu Shonin (Minobu, le 5ème jour du 3ème mois intercalaire 1276 à Myomitsu)
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin)
Lettre de pétition de Yorimoto (
Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)
Le Véritable Aspect du Gohonzon (Minobu, 23 août 1277, à Dame Nichinyo)
Le troisième enseignement (
Minobu, 1er octobre 1277, à Toki Jonin)
"Ainsi ai-je entendu" (
Minobu, 28 novembre 1277, à Soya Kyoshin)
Lettre à Shomitsu-bo (
Minobu, 1277 à Shomitsu-bo)
La phrase unique et essentielle (
Minobu, le 3 juillet 1278, à Myoho-ama)
Questions - réponses concernant l’objet de vénération (Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)
La persécution par le sabre et le bâton (
Minobu, 20 avril 1279 à Nanjo Tokimitsu)
Sur l'établissement des Quatre Bodhisattvas (Minobu, 17 mai 1279 à Toki Jonin)
Le roi Rinda (
Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso, fils de Soya Kyoshin)
Lettre à Niike (
Minobu, février 1280 à Niike Saemon no jo)
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août.1280, à la dame d'Utsubusa)
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280   ? , à Myoichinyo)
Réponse au seigneur Shijo Kingo (Minobu, le 8 octobre 1280 à Shijo Kingo)

Le corps et l'esprit des simples mortels (Minobu, à un disciple)

Simsang (Shinjo)
Questions - réponses concernant l’objet de vénération (Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)

Tokuichi
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)

Xingman (Gyoman)
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )

Zhanlan
Sainan Koki Yurai - La cause des désastres (Kamakura, février 1260)
Un vaisseau pour traverser l'océan des souffrances
(Kamakura, 28 avril 1261, à Shiiji Shiro)
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus
(Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )
Conversation entre un sage et un ignorant (
1265  ? à un samouraï  ? )
Le Daimoku du Sutra du Lotus
(1266 à une femme d'Amatsu)
Réponse à Hoshina Goro Taro (
5 décembre 1267 à Hoshina)
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)
Sur les prédictions du Bouddha (Sado, 11 mai 1273 aux croyants)
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (
Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)
L'ainsité du Dharma merveilleux (Sado, 1273   ? à Sairen-bo)
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274   ? à Sammi-bo)

Lettre à Horen (Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)
Le choix en fonction du temps
(Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Lettre à Ko-no ama Gozen (
Minobu le 16 juin 1275 à Ko-no ama Gozen)
La suprématie du Dharma (
Minobu, 4 août 1275, à Oto, fille de Nichimyo)
La Guérison des Maladies Karmiques (Minobu, 3 novembre 1275, à Ota Jomyo)
Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)
Sur les présages (Minobu, 1275, à Shijo Kingo  ? )

La consécration d'une statue du bouddha (Minobu, le 15 juillet 1276 à Shijo Kingo)

Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)
"Ainsi ai-je entendu" (
Minobu, 28 novembre 1277, à Soya Kyoshin)
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (Minobu, juin 1278, à Dame Nichinyo)
Questions - réponses concernant l’objet de vénération (Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)
Le roi Rinda (Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso, fils de Soya Kyoshin)
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août.1280, à la dame d'Utsubusa)
Le trésor d'un enfant dévoué à ses parents (
Minobu, été 1280 à Sennichi-ama)
Le corps et l'esprit des simples mortels (
Minobu, à un disciple)

Zhiyi
Sainan Koki Yurai - La cause des désastres (Kamakura, février 1260)
Rissho Ankoku ron (Kamakura-Matsubagayatsu, juillet 1260)
L'enseignement, les capacités, le temps et le pays (Izu, 10 février 1262  ? )
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (Kamakura  ? mars 1263   ? à Nichiji  ? )
Sur la récitation des chapitres Hoben et Juryo (Kamakura - 1264, à la femme de Hiki Daigaku Saburo Yoshimoto)
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )
L'essentiel du chapitre Yakuo (1265-  ? peut-être à la mère de Nanjo Tokimitsu)
Le Daimoku du Sutra du Lotus (1266 à une femme d'Amatsu)
Yadoya nyudo Sai-gojo (septembre 1268 au nyudo Yadoya)
Réponse au seigneur Ota Kingo (1269 ou 1270 à Ota Kingo (Jomyo)
Le coeur du chapitre Juryo (
17 avril 1271 ou 1272
La lettre de Teradomari (Teradomari, le 22 octobre 1271, à Toki Jonin)
L'aspiration à la Terre de Bouddha (Sado, le 23 novembre 1271 à Toki Jonin)
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)
Transmission orale sur l’éveil des végétaux (
20 février 1272 à Sairenbo)
La Tour aux Trésors (
Sado, mars 1272 à Abutsu-bo)
Sur la prière (
Sado, 1272 à Sairen-bo)
Sur les prédictions du Bouddha (
Sado, 11 mai 1273 aux croyants)
Lettre à Gijo-bo (Sado, mai 1273, à Gijo-bo)
La Pratique telle que le Bouddha l'Enseigne (mai 1273 à plusieurs de ses disciples)
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (Sado, 1273 à Shijo Kingo)
Le pratiquant du Sutra du Lotus rencontrera des persécutions (Sado, 14 janvier 1274 à Toki Jonin, Shijo Kingo, etc)
Ben Dono et Ama Gozen (Sado, le 19 septembre 1274)
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274   ? à Sammi-bo)

Souverains de notre pays (Minobu, février 1275)
La difficulté de garder la foi (Minobu, mars 1275, à Shijo Kingo)

Lettre à Horen (Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)
La prière pour la pluie des trois maîtres du Tripitaka (
Minobu, 22 juin 1275 au nyudo Nishiyama)
La Guérison des Maladies Karmiques (
Minobu, 3 novembre 1275, à Ota Jomyo)
Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)
Sur les présages (Minobu, 1275, à Shijo Kingo  ? )

La bonne fortune en cette vie (Minobu, le 19 janvier 1276, à Nanjo Tokimitsu)
L'unité de mari et femme (Minobu, 27 janvier 1276 à Nichigen Nyo)
Lettre à Myomitsu Shonin (
Minobu, le 5ème jour du 3ème mois intercalaire 1276 à Myomitsu)
La consécration d'une statue du bouddha (Minobu, le 15 juillet 1276 à Shijo Kingo)
Traité sur la dette de reconnaissance
(Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)
Lettre de pétition de Yorimoto (
Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)
Lettre à Shomitsu-bo (Minobu, 1277 à Shomitsu-bo)
Le traitement de la maladie (Minobu, 26 juin 1278 (ou 1282) à Toki Jonin)
Plus la source est lointaine, plus le courant est long (Minobu, le 15 septembre 1278, à Shijo Kingo)
Questions - réponses concernant l’objet de vénération
(Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)
Sur l'établissement des Quatre Bodhisattvas (Minobu, 17 mai 1279 à Toki Jonin)
Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août.1280, à la dame d'Utsubusa)
Réponse au seigneur Shijo Kingo (Minobu, le 8 octobre 1280 à Shijo Kingo)
Le corps et l'esprit des simples mortels (Minobu, à un disciple)

***

Dans ses écrits, le Grand-maître Saicho appelle les Grands-maîtres des écoles Sanron, Hosso et Kegon au Japon "les six parasites."(réf.)
[...] Cela correspond tout à fait à la situation à laquelle je suis aujourd'hui confronté. N'être qu'une personne ordinaire et dire, comme le fait Nichiren, que les Grands-maîtres Kukai*, Ennin*, Shubhakarasimha*, Vajrabodhi*,
Amoghavajra* et leurs semblables sont les Grands ennemis du Sutra du Lotus, et affirmer que, si le Sutra est véridique, ils sont sans aucun doute tombés dans l'enfer avici, est un acte extrêmement difficile.
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Les sages et les Grands-maîtres d'autrefois ne rejetèrent jamais le Dharma en raison de l'apparence de ceux qui l'enseignaient.
La suprématie du Dharma (
Minobu, 4 août 1275, à Oto, fille de Nichimyo)

Au Japon, de nos jours, parmi les quatre sortes de croyants des huit écoles, comme parmi ceux des écoles de la Terre pure et Zen, depuis l'empereur et l'empereur retiré, jusqu'aux vassaux et gens du peuple, il n'y a que des disciples de l'un ou l'autre de ces trois Grands-maîtres : Kukai*, Ennin* et Enchin*.
[...] Le Grand-maître Ennin*, déclara : "Même si l'on appelle les sutras Kegon* et divers autres "ésotériques", ils n'exposent pas la totalité de l'enseignement secret (zuitai, himitsu) du Tathagata ; c'est pourquoi ils sont différents des enseignements du Shingon". (réf.) Le Grand-maître Enchin*, déclara : "Comparés au Sutra Vairocana*, le Sutra Kegon* et le Sutra du Lotus sont des théories puériles."(réf.) Et Kukai*, le Grand-maître Kukai*, fit remarquer : "Chaque véhicule proposé se proclame le véhicule véritable, mais lorsqu'on les considère d'un point de vue plus large, on voit bien qu'ils ne sont que théories puériles."(réf.) Ainsi, chacun de ces Grands-maîtres affirma que le Sutra du Lotus, bien que le plus élevé de tous les sutras que le Bouddha Shakyamuni ait enseignés, enseigne et enseignera à l'avenir (note) comparé au Sutra Vairocana* exposé par le bouddha Vairocana*, est une doctrine puérile.
[...] Question  : Oseriez-vous donc suggérer que les trois Grands-maîtres* mentionnés plus haut furent des opposants au Dharma   ? Encho*, le deuxième supérieur du Mont Hiei, Kojo* administrateur principal* du temple, Anne*, le moine Eryo, le supérieur des moines, Annen, l'administrateur Jokan  ;
le moine Kaku'un   ; le respectable moine Genshin* et plusieurs centaines d'autres de l'école Tendai, ainsi que plusieurs centaines de disciples de Kukai*, au nombre desquels Jitsue, Shinzei et Shinga, ainsi que les autres Grands-maîtres* et moines vertueux des huit et dix écoles, apparurent tous, les uns après les autres, comme autant de soleils, de lunes et d'étoiles. Au cours de quatre cents ans et plus, pas un seul de ces hommes n'a jamais mis en doute l'enseignement des trois Grands-maîtres* que vous avez mentionnés plus haut.
La question à approfondir jour et nuit (
Minobu, 28 août 1275  ? , Toki Jonin).

Pourtant, des hommes réputés pour leur sagesse, considérés comme de Grands-maîtres, et des lettrés éminents tels que Cheng-guan, de l'école Kegon, ou Shubhakarasimha*, Vajrabodhi*, Amoghavajra*, Kukai*, Ennin* et Enchin*, de l'école Shingon, proclament que les sutras Kegon* et Sutra Vairocana* sont supérieurs au Sutra du Lotus. Il ne m'appartient pas d'être juge en ce domaine mais, à la lumière des principes les plus élevés du bouddhisme, de tels hommes ne semblent-ils pas les ennemis jurés du Bouddha  ? Ils sont plus malfaisants encore que Devadatta et Kokalika. [...] Si, impressionné par ces Grands-maîtres du passé, je me contentais de dénoncer leurs disciples d'aujourd'hui comme ennemis du Bouddha.
[...] Il [Saicho] se jura immédiatement de réagir en se disant : "Si le peuple du Japon soutient ceux qui s'opposent au Dharma correct, le pays va sûrement sombrer dans le chaos ! " Il réfuta donc les six écoles, et, ce faisant, provoqua la colère des Grands-maîtres de ces écoles et des sept temples principaux [de Nara] qui s'agitèrent comme des frelons en colère et se précipitèrent, comme un vol de corbeaux, vers la capitale. Le pays tout entier en fut affecté.
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Dans la période qui suivit, les trois Grands-maîtres Kukai*, Ennin* et Enchin*, en prétendant s'appuyer sur des enseignements faisant autorité en Chine, soutinrent l'idée que le Sutra Vairocana* et les deux autres principaux sutras du Shingon étaient supérieurs au Sutra du Lotus. De plus, ils qualifièrent d'"école" les enseignements Shingon, terme que le Grand-maître Saicho n'avait délibérément jamais utilisé.
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin)

Quelle base choisiriez vous pour votre objet de culte  ? Est-ce que ce seraient les enseignements du Bouddha Shakyamuni et des autres bouddhas des dix directions, ou les enseignements des trois maîtres, Ennin*, Enchin* ou Kukai*  ? Voulez-vous céder aux opinions des trois Grands-maîtres et agir à l’encontre des enseignements du Bouddha Shakyamuni et des autres bouddhas des dix directions, en ignorant ce qu’affirme Nichiren   ? [...] Ces trois maîtres, nommément Kukai*, Ennin* et Enchin*, furent respectés et vénérés par les empereurs successifs et leurs sujets pour cette vie et pour la vie future, comme si ces maîtres étaient le soleil et la lune. Pour cette raison, les gens du peuple, qui n’avaient aucune connaissance du bouddhisme, se contentèrent simplement de vénérer ces trois Grands-maîtres et de croire en eux.
Questions - réponses concernant l’objet de vénération (Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)

Maintenant, moi, Nichiren, j'ai révélé que les trois Grands-maîtres Kukai*, Ennin* et Enchin* affirment effrontément dans leurs écrits que le Sutra du Lotus émane du monde de l'obscurité, qu'il est une doctrine erronée et fallacieuse.
Lettre à Akimoto (
Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)


voir également : maître

Retour au dictionnaire

haut de la page