ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
cinq caractères goji-shichiji - sept caractères
 

Dans votre lettre, vous dites aussi que, trois fois par jour, vous vous inclinez respectueusement devant les sept caractères du daimoku, et que chaque jour vous répétez dix mille fois les mots Namu ichijo myoden.
Sur la récitation des chapitres Hoben et Juryo (Kamakura - 1264, à la femme de Hiki Daigaku Saburo Yoshimoto)

Le sage répondit : - Je vois bien que votre aspiration à la Voie est très grande et sincère. L'élément essentiel qui permit à tous les bouddhas d'atteindre l'Eveil n'est autre que les cinq caractères de Myoho Renge Kyo. C'est seulement grâce à ces cinq caractères que le roi Dan abandonna son trône précieux et atteignit la bodhéité, et que la fille du Roi-dragon quitta sa nature de reptile pour celle d'un bouddha.
[...] Les 80000 enseignements, dans leur totalité immense, et les nombreux mots qui composent les phrases des huit volumes du Sutra du Lotus, furent tous énoncés dans le seul but de révéler ces cinq caractères. Quand le Bouddha Shakyamuni, dans les nuages, au-dessus de la Montagne sacrée, dans les brumes du Pic du Vautour, résuma l'essentiel de son enseignement pour le transmettre aux bodhisattvas Surgis de Terre, en quoi consistait-il à votre avis  ? En rien de plus que ces cinq caractères, le Dharma essentiel.
[...] Les bienfaits du Sutra du Lotus dans son ensemble sont tous entièrement inclus dans les cinq caractères Myoho Renge Kyo.
[...] Dans le Hokke Gengi, Zhiyi* définit les Cinq Principes majeurs du nom, de l'essence, de la qualité, de la fonction, et de l'enseignement, et, dans cette perspective, expliqua le pouvoir et l'efficacité des cinq caractères Myoho Renge Kyo.

Conversation entre un sage et un ignorant (1265   ? à un samouraï   ? )

Question : Sans comprendre le sens du Sutra du Lotus mais simplement en récitant cinq caractères de Namu Myoho Renge Kyo une fois par jour, une fois par mois, ou seulement une fois par an, une fois tous les dix ans, une fois dans une vie, est-il possible de ne pas être attiré par le mal, grave ou bénin, de ne pas s'engager dans les quatre mauvaises voies et d'atteindre l'étape de non régression  ?
[...] Question : Quelle est l'étendue des bienfaits contenus dans les cinq caractères de Myo Ho Ren Ge Kyo  ? Réponse : Le grand océan contient les nombreux fleuves qui se déversent en lui, la terre immense contient tous les êtres sensitifs et non sensitifs, le "joyau qui exauce les voeux" a le pouvoir de faire pleuvoir d'innombrables trésors et Bonten règne sur le monde des trois plans. Il en va de même pour les cinq caractères de Myo Ho Ren Ge Kyo.
[...] Examinons d'abord le fait que les cinq caractères, Myo Ho Ren Ge Kyo, contiennent en eux tous les enseignements.
[...] Et parce que ce seul caractère Kyo de Myoho Renge Kyo est l'enseignement suprême parmi tous ceux que le Bouddha exposa de son vivant, les qutre autres caractères, Myo Ho Ren Ge, surpassent la totalité des quatre-vingt mille autres doctrines.
Le Daimoku du Sutra du Lotus (1266 à une femme d'Amatsu)

Les deux bouddhas dans la Tour aux Trésors, Shakyamuni et Taho, confièrent les cinq caractères de Myoho Renge Kyo au bodhisattva Jogyo et cette transmission s'est poursuivie sans interruption depuis le passé infini. Myo représente la mort et Ho représente la vie. Vie et mort sont les deux phases par lesquelles passent les entités des dix états et l'entité de tous les êtres sensitifs qui manifestent la loi de cause et d'effet (Renge).
L'héritage du Dharma ultime de la vie (
Sado, février 1272, à Sairen-bo Nichiji)

Actuellement, le corps entier d'Abutsu Shonin est composé des cinq éléments universels, terre, eau, feu, air et ku. Ces cinq éléments sont aussi les cinq caractères de daimoku.
La Tour aux Trésors (Sado, mars 1272 à Abutsu-bo)

Pratiquer seulement les sept caractères de Namu Myoho Renge Kyo peut sembler limité ; mais, puisque ce Dharma est le maître de tous les bouddhas des trois phases de la vie [passé, présent, futur], puisqu'elle instruit tous les bodhisattvas de l'univers, et puisqu'elle est le guide qui permet à tous les êtres humains d'atteindre la bodhéité, sa pratique est d'une profondeur sans égale.
[...] J'ai propagé les cinq caractères du sutra qui furent confiés au bodhisattva Jogyo alors que les deux bouddhas étaient assis côte à côte dans la Tour aux Trésors. Cela n'indique-t-il pas que je suis l'envoyé du bodhisattva Jogyo  ?

Les désirs mènent à l'éveil (Sado, le 2 mai 1272 ; à Shijo Kingo)

Par le passé, le roi Suzudan fut au service de l'ascète Ashi (note) pendant mille ans afin de recevoir les cinq caractères de Myo Ho Ren Ge Kyo. Il alla même jusqu'à faire un lit de son propre corps [pour son maître], et pour cela renaquit par la suite sous la forme de Shakyamuni.
Lettre à Nichimyo Shonin (
Ichinosawa, Sado, le 25 mai 1272 à Nichimyo, mère de Oto Gozen )

Par contre, si, dans cette période postérieure à la mort du Bouddha, un homme renonce à son attachement aux Quatre saveurs et aux Trois doctrines et prend foi dans le Sutra du Lotus, véritable Mahayana, toutes les divinités ainsi que les innombrables bodhisattvas Surgis de Terre le protégeront comme le Pratiquant du Sutra du Lotus. Sous leur protection, il établira l'objet fondamental de vénération, représenté par les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, et le donnera au monde entier.
Les vingt-quatre caractères de Fukyo sont différents des cinq caractères de Nichiren, mais leur esprit est le même.
Sur les prédictions du Bouddha (
Sado, 11 mai 1273 aux croyants)

Mon interprétation de ce passage est que "Seul" correspond à Myo, "l'esprit", à Ho, "désir" à Ren, "Voir" à Ge et "Bouddha" à Kyo. Pour propager ces cinq caractères de Myoho Renge Kyo, il faut être prêt à donner sa vie.
Lettre à Gijo-bo (
mai 1273, à Gijo-bo)

Seuls Jogyo, Muhengyo, et les autres guides des bodhisattvas Surgis de Terre peuvent apparaître dans les cinq cents premières années des Derniers jours du Dharma pour propager les cinq caractères de Myoho Renge Kyo.
[...] Il ne faut pas faire de discrimination entre ceux qui propagent les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, qu'ils soient hommes ou femmes dans la période des Derniers jours du Dharma.
La véritable réalité de la vie (Sado, mai 1273 à Sairen-bo)

Au cours des plus de deux mille ans écoulés depuis la mort du Bouddha, des dizaines de milliers de temples ont été érigés dans les trois pays [Inde, Chine et Japon], mais pas un seul temple, pas une seule pagode n'a été consacrée au Maître de l'enseignement essentiel*, et personne non plus n'a propagé les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, spécifiquement confiés aux innombrables bodhisattvas Surgis de Terre. Les écrits indiquent bien que ces cinq caractères doivent être propagés [au début de l'époque des Derniers jours du Dharma], mais personne, dans le pays entier, ne l'a encore fait. Est-ce parce que le temps [de la propagation] n'est pas encore venu, et que les capacités des gens ne sont pas encore mûres  ? [...] Il faut savoir que le temps est maintenant venu pour que le Maître de l'enseignement essentiel* apparaisse et pour que le grand enseignement des cinq caractères de Myoho Renge Kyo, jamais encore propagé, se répande dans le monde entier. Peut-il y avoir le moindre doute à cet égard  ? Réponse au seigneur Hakiri Saburo (Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)

Les gens de notre époque considèrent les cinq caractères de Myo Ho Ren Ge Kyo comme un simple titre mais ce n'est pas cela. Myoho Renge Kyo est un corps et ce corps a un coeur.
L'ainsité du Dharma merveilleux (Sado, 1273   ? à Sairen-bo)

Je vous fais don du Gohonzon de Myoho Renge Kyo. Le Titre de ce mandala ne s'écrit qu'en cinq ou sept caractères mais il est le maître de tous les bouddhas dans les trois phases de la vie et la garantie, pour toutes les femmes, d'atteindre la bodhéité.
[...] Le vénérable Shakyamuni, en présence du bouddha Taho et de tous les autres bouddhas qui étaient ses émanations venus des dix directions, a laissé un grand médicament, les cinq caractères de Myoho Renge Kyo pour les hommes qui vivraient à l'époque des Derniers jours du Dharma.
[...] Par contre, quatre grands bodhisattvas, au nombre desquels Jogyo, avaient été les disciples du Bouddha Shakyamuni depuis le passé de gohyaku jintengo*, sans avoir jamais oublié un seul instant le Bouddha. Shakyamuni les convoqua et leur transmit ces caractères de Myoho Renge Kyo.
Le don du mandala du Dharma merveilleux (
Sado, 1273 à Sennichi-ama)  ?

Pendant les quarante et quelques premières années de son enseignement, Shakyamuni garda secrets les cinq caractères de Myoho Renge Kyo. Et même dans les quatorze premiers chapitres du Sutra du Lotus qui constituent l'enseignement théorique*, il ne les révéla toujours pas. C'est seulement dans le chapitre Juryo* (XVI) qu'il utilisa clairement les deux caractères de Renge [représentant les cinq caractères Myo Ho Ren Ge Kyo] pour désigner le Véritable Effet et la Véritable Cause. Le Bouddha ne confia pas ces cinq caractères à Manjushri, à Fugen, à Maitreya, à Yakuo ou aux autres membres de ce groupe. Il préféra faire venir de la grande Terre de la lumière paisible les bodhisattvas Jogyo, Muhengyo, Jyogyo, Anryugyo et leur suite, afin de leur transmettre ces cinq caractères.
[...] Shakyamuni fit appel à ces quatre bodhisattvas pour leur confier les cinq caractères de Myoho Renge Kyo.
[...] Ces cinq caractères Myoho Renge Kyo ne furent même pas confiés à Mahakashyapa, à ou à d'autres disciples qui avaient pourtant toujours suivi le Bouddha aussi fidèlement que son ombre. Mais en laissant de côté cela, pourquoi le Bouddha refusa-t-il de les transmettre à des bodhisattvas comme Manjushri, et Maitreya  ? [...] C'est ainsi que les cinq caractères Myoho Renge Kyo ont été confiés aux quatre bodhisattvas Surgis de Terre.
[...] La situation est la même aujourd'hui. Maintenant, au début de l'époque des Derniers jours du Dharma, le moment est venu de propager les cinq caractères de Myoho Renge Kyo afin que chacun, partout au Japon puisse recevoir la graine des enseignements du Bouddha.
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (
Sado, 1273 à Shijo Kingo)

Le Bouddha Shakyamuni annonce qu'il va confier à ses disciples primordiaux, les bodhisattvas Surgis de Terre, les cinq caractères de Myo Ho Ren Ge Kyo, qui sont l'essence du Sutra du Lotus. Shakyamuni, parvenu à l'Eveil il y a d'innombrables kalpas par le passé, dit ailleurs : "Maintenant, mes voeux sont exaucés.
Question. Quelle preuve avons-nous que ces deux interprétations sont possibles et que le titre peut être compris à la fois comme essence réelle et comme métaphore  ? Quand le Grand-maître Huisi commenta les cinq caractères Myo Ho Ren Ge Kyo, il dit : "Myo [merveilleux ou mystique] désigne une propriété de tous les êtres vivants. Ho indique que tous les êtres vivants sont ho ou l'essence réelle du Dharma. Renge est une plante, le lotus, employée ici par le Bouddha au sens figuré."

[...] Réponse. Pour deux raisons. D'abord, le temps n'était pas encore venu. Ensuite, ce n'était pas à eux qu'avait été confiée la tâche de la transmission. Les cinq caractères de Myo Ho Ren Ge Kyo sont le Grand Dharma pur qui doit se répandre largement à l'époque des Derniers jours du Dharma. Il fut transmis aux grands bodhisattvas Surgis de Terre aussi nombreux que les particules de mille mondes réduits en poussière, afin qu'ils le répandent largement.
L'essence du Dharma merveilleux (Sado, 1273-  ? à Sairen-bo)

Zhiyi* et Saicho enseignèrent bien le Sutra du Lotus mais ils ne révélèrent pas l'objet de vénération [gohonzon] de l'enseignement essentiel*, les quatre bodhisattvas, le Grand sanctuaire et les sept caractères de Namu Myoho Renge Kyo.
Le pratiquant du Sutra du Lotus rencontrera des persécutions (Sado, 14 janvier 1274 à Toki Jonin, Shijo Kingo, Kawanobe et Yamato Ajari)

Il [Fukyo] plantait les graines de la bodhéité avec un enseignement en vingt-quatre caractères, alors que je plante la graine avec un enseignement de cinq caractères seulement. L'époque est différente mais le principe qui permet de parvenir à l'Eveil est exactement le même.
[...] Dites-leur que les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, coeur de l'enseignement essentiel* du Sutra du Lotus, incluent tous les bienfaits obtenus, grâce à leurs pratiques bénéfiques et leurs actions méritoires, par tous les bouddhas passés, présents et à venir.
[...] Comment se pourrait-il que ces cinq caractères ne contiennent pas les bienfaits que l'on peut obtenir en observant tous les préceptes du Bouddha  ? Enseignement, pratique et preuve (
Minobu, 1274   ? à Sammi-bo)

Le Bouddha déclara : "J'ai de véritables disciples cachés dans les profondeurs de la terre depuis la lointaine époque de gohyaku jintengo* et c'est à eux que je confierai cette tâche." Ce disant, il fit apparaître ces disciples décrits dans le chapitre Yujutsu* (XV) et leur transmit les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, le coeur de l'enseignement essentiel* du Sutra du Lotus.
Réponse à Nii-ama (
Minobu, 16 février 1275 à Nii-ama)

Il [Taho] déclara que dans la cinquième période de cinq cents ans [après sa disparition], au moment où les enseignements bouddhiques seraient sur le point de disparaître, le bodhisattva Jogyo apparaîtrait avec les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, et les administrerait, comme un remède bénéfique à des lépreux, aux icchantika et à ceux qui s'opposent au Dharma.
[...] Vers le milieu des mille ans de l'époque du Dharma formel, le Grand-maître Zhiyi* apparut. Dans les dix volumes ou mille feuilles du Hokke Gengi, il définit en détail le sens du Titre, les cinq caractères Myoho Renge Kyo.
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Le coeur des enseignements sacrés en quatre vingt-mille corbeilles, et l'oeil même du Sutra du Lotus, les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, il ne les confia pas à Mahakashyapa ou à Ananda, et ne les transmit pas non plus aux grands bodhisattvas Manjushri, Fugen, Kannon, Maitreya, Jizo ou Nagarjuna. Ces grands bodhisattvas l'auraient souhaité et lui en firent la requête, mais le Bouddha n'y consentit pas. Il préféra faire appel au bodhisattva Jogyo de vénérable apparence (note) qui sortit des profondeurs de la terre. En présence du bouddha Taho et des autres bouddhas des dix directions, le Bouddha Shakyamuni s'assit alors dans la Tour ornée des Sept sortes dejoyaux, et confia les cinq caractères de Myoho Renge Kyo au bodhisattva Jogyo.
[...] Ce sera l'époque où le bodhisattva Jogyo fera son apparition dans le monde pour révéler à tous les êtres vivants du Jambudvipa, les cinq caractères de Myoho Renge Kyo.
[...] A cette époque-là, s'il se trouve quelqu'un qui, avec la protection du bodhisattva Jogyo, transmet à tous les êtres humains le seul Titre du Sutra du Lotus, les cinq caractères de Namu Myoho Renge Kyo, ces Quatre sortes de croyants ainsi que les moines de haut rang lui manifesteront autant de haine que s'il était l'ennemi de leurs parents ou leur adversaire dans une vie antérieure
Réponse au nyudo Takahashi (
Minobu, 1275 au nyudu Takahashi Rokuru Hyoe)

Ainsi, peut-être parce que, au cours des deux mille ans des époques du Dharma correct et du Dharma formel, après la disparition du Bouddha, la maladie de l'illusion n'était pas encore devenue critique, personne n'a prescrit d'utiliser les cinq caractères de Myoho Renge Kyo, le meilleur remède qui se puisse trouver dans tous les enseignements exposés par le Bouddha de son vivant.
[...] Le bodhisattva Jogyo, à qui fut confié le daimoku, coeur de l'enseignement essentiel*, n'était pas encore apparu en ce monde. Mais, maintenant, à l'époque des Derniers jours du Dharma, il va apparaître et propager les cinq caractères de Myoho Renge Kyo dans tous les pays et auprès de tous les peuples du monde.
[...] Pourquoi ai-je commencé à psalmodier comme je le fais. C'est le destin du bodhisattva Jogyo d'apparaître en ce monde pour propager les cinq caractères de Myoho Renge Kyo. Mais, avant même son apparition, comme on parlerait dans un rêve, presque sans savoir ce que je faisais, j'ai commencé à réciter les mots Namu Myoho Renge Kyo, et je les récite désormais.
Lettre à Myomitsu Shonin (
Minobu, le 5ème jour du 3ème mois intercalaire 1276 à Myomitsu Shonin)

Les cinq caractères Myo Ho Ren Ge Kyo qui apparaissent avant [les mots d'introduction] "Ainsi ai-je entendu" constituent le véritable coeur des huit volumes de l'ouvrage. Ils sont aussi le coeur de tous les sutras. Ils représentent le Dharma correct qui régit tous les bouddhas et bodhisattva, les personnes des deux véhicules et toutes les divinités du ciel, les êtres humains, les asuras et les dieux-dragons.
[...] Pourtant, après la mort du Bouddha, au moment de la compilation de ses enseignements, lorsque les 999 arhats prirent leur pinceau et le trempèrent dans l'encre, ils écrivirent tout d'abord les mots Myoho-Renge-Kyo, après quoi, ils ont récité les mots "Ainsi ai-je entendu". N'est-ce pas la preuve que ces cinq caractères, Myoho-ren-ge-kyo, sont le coeur des huit volumes et des vingt-huit chapitres qui composent l'ouvrage  ? Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Le Bouddha Shakyamuni a déclaré : "Après ma mort, au début de l'époque des Derniers jours du Dharma qui suivra les deux millénaires des jours du Dharma correct et du Dharma formel, une personne apparaîtra qui propagera le Titre en cinq caractères, essence du Sutra du Lotus.
[...] Maintenant, au commencement de l'époque des Derniers jours du Dharma, moi, Nichiren, suis le premier à entreprendre la propagation des cinq caractères de Myoho Renge Kyo dans le monde entier. Ces cinq caractères sont le coeur du Sutra du Lotus et la source de l'Eveil de tous les bouddhas.
[...] Maintenant, rien ne me rend plus heureux que d'être né à l'époque des Derniers jours du Dharma, et d'être en butte à des persécutions pour avoir propagé le Dharma des cinq caractères de Myoho Renge Kyo.
Sur le comportement du Bouddha (Minobu, 1276, à Konichi-ama)

A notre époque, celle des Derniers jours du Dharma, les sept caractères de Namu Myoho Renge Kyo - cœur du Sutra du Lotus en vingt-huit chapitres exposé par le Bouddha Shakyamuni Eveillé depuis le passé illimité, et destiné à être propagé par les bodhisattvas Jogyo, Muhengyo et les autres - seront le seul enseignement qui se répandra dans le pays entier, en dispensant avantages et bienfaits.
[...] Le sage qui s'emploie à propager les cinq caractères du Dharma merveilleux, même s'il est de basse condition, doit être considéré comme une manifestation du bodhisattva Jogyo, voire comme un envoyé du Bouddha Shakyamuni.
[...] A l'époque des Derniers jours du Dharma, à des personnes ignorantes du bouddhisme, il faut, par principe, sans se demander si c'est ou non en accord avec leurs capacités, enseigner les cinq caractères du Titre du Sutra du Lotus.
[...] Même si les gens n'en tiennent aucun compte ou prétendent que cela ne correspond pas à leurs capacités, il faut néanmoins leur faire entendre les cinq caractères du Titre du Sutra du Lotus, parce qu'aucune autre voie ne mène à la bodhéité en dehors de celle-là.
[...] Tous les bouddhas des trois phases de la vie atteignent aussi la bodhéité grâce aux cinq caractères de Myoho Renge Kyo. Ces cinq caractères sont la raison pour laquelle les bouddhas des trois phases de la vie sont venus en ce monde ; ils sont le Dharma merveilleux qui permet à tous les êtres vivants de parvenir à l'Eveil.
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277   ? )

Lescinq caractères de Myoho Renge Kyo ne représentent ni un passage particulier du Sutra, ni son sens littéral. Ils expriment l'intention profonde du Sutra dans son ensemble. Ainsi, même s'ils n'en comprennent pas le sens, ceux qui débutent dans la recherche de la bodhéité, en pratiquant ces cinq caractères, s'accorderont naturellement avec l'intention profonde du Sutra.
Les Quatre Etapes de la foi (
Minobu ; 10 avril 1277  ? à Toki Jonin)

Les cinq caractères du Titre du Sutra du Lotus sont inscrits au centre de la Tour aux Trésors, tandis que les quatre Rois du Ciel sont assis aux quatre coins.
[...] Tous les bouddhas, bodhisattvas et grands sages, ainsi que les huit groupes d'êtres sensibles des deux mondes cités dans le premier chapitre du Sutra du Lotus, tous sans exception résident dans ce Gohonzon. Illuminés par les cinq caractères du Dharma merveilleux, ils révèlent la nature de bouddha qu'ils possèdent de manière inhérente. C'est là l'objet fondamental de vénération.
Le Véritable Aspect du Gohonzon (
Minobu, 23 août 1277, à Dame Nichinyo)

Si nous examinons les enseignements théorique* et essentiel* du Sutra du Lotus, nous voyons que l'enseignement théorique* maintient, comme les enseignements précédents, que le Bouddha atteignit pour la première fois l'illumination en cette vie ; il est donc encore entravé de lourds obstacles. L'enseignement essentiel* s'est libéré de ces obstacles. Toutefois, comparé aux cinq caractères du daimoku, c'est une doctrine qui ne correspond pas aux capacités des personnes de l'époque des Derniers jours du Dharma. Le moyen merveilleux qui permet à tous les êtres vivants d'éliminer véritablement les obstacles physiques et spirituels n'est autre que Namu Myoho Renge Kyo.
Le moyen merveilleux de surmonter les obstacles (
Minobu, 1277 à Shijo Kingo)

Le Bouddha révéla l'élixir d'immortalité  : les cinq caractères de Myoho Renge Kyo. De plus, il enseigna que ces cinq caractères sont "le remède capable de guérir les maladies de tous les êtres du Jambudvipa".
Un remède bénéfique pour tous les maux (
Minobu, 1278 à Myoshin-ama)

Et, même si la tortue rencontrait un morceau de bois de santal flottant, il lui serait encore plus difficile d'en trouver un percé d'un trou de la taille adéquate. Cela signifie que, même si l'on rencontre le Sutra du Lotus, il est rare d'être capable de réciter les sept caractères de Namu Myoho Renge Kyo qui en sont le cœur.
La tortue borgne et le bois de santal flottant (
Minobu le 26 mars 1279 à la femme de Matsuno)

J'ai également un lien particulier avec le chapitre Yujutsu* (XV) puisqu'il y est dit que le bodhisattva Jogyo, ainsi que d'autres, apparaîtront à l'époque des Derniers jours du Dharma pour propager les cinq caractères de Myoho Renge Kyo.
La persécution par le sabre et le bâton (
Minobu, 20 avril 1279 à Nanjo Tokimitsu)

Dans le passage des commentaires de Zhanlan* cité plus haut, "si nous nous interrogeons sur les enseignements", les mots "les enseignements" désignent le daimoku ou Titre du Sutra du Lotus ; les mots "dépasser le provisoire" correspondent au caractère Ge dans le Titre en cinq caractères Myo Ho Ren Ge Kyo. Les mots «révéler le lointain» parmi les cinq caractères du daimoku, se rapportent au caractère Ren ; les mots "lui seul peut se prévaloir du terme Myo" s'accordent avec le caractère Myo. Et les mots "C'est pourquoi" indiquent que, quand nous parlons du Sutra du Lotus comme de la quintessence des enseignements dispensés par le Bouddha sa vie durant, c'est au Titre du Sutra du Lotus que nous pensons.
Le roi Rinda (
Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso)

Vous avez dû échapper à la mort grâce à la protection de cette divinité. C'est elle qui a guidé votre sabre, tandis que Nichiren vous a transmis les cinq caractères de Myoho Renge Kyo. Ne doutez jamais que toutes les divinités bouddhiques protègent ceux qui pratiquent le Sutra du Lotus.
La stratégie du Sutra du Lotus (
Minobu, 23 octobre 1279, à Shijo Kingo)

De plus, au treizième anniversaire de la mort de votre petite fille, vous avez érigé un sotoba de seize pieds sur lequel sont inscrits les sept caractères Namu Myoho Renge Kyo.
Lettre au nyudo Nakaoki (
Minobu, le 30 novembre 1279 au nyudo Nakaoki et à son épouse)

Le texte du Sutra établit clairement que c'est à ce moment-là que le bodhisattva Jogyo fera son apparition et confiera les cinq caractères de Myoho Renge Kyo à tous les simples mortels au Japon.
Cette personne, en oeuvrant dans le monde (Minobu, le 3 décembre 1279 à Ikegami Munenaka)

Tous les bouddhas des trois phases de la vie et des dix directions sont immanquablement parvenus à la bodhéité grâce aux graines que sont les cinq caractères Myo Ho Ren Ge Kyo.
Lettre à Akimoto (
Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimoto)

Quant au Sutra du Lotus, les mérites et les bienfaits de ses huit volumes et vingt-huit chapitres sont tous contenus dans les cinq caractères de son titre. C'est comparable au merveilleux joyau exauçant tous les vœux, capable de dispenser dix mille trésors. Ou bien l'équivalent du principe "un seul grain de poussière contient trois mille mondes".
[...] La totalité des bienfaits représentés par les huit volumes et les vingt-huit chapitres du Sutra du Lotus sont contenus dans ces cinq caractères. C'est précisément pour cela que le bodhisattva Manjushri, les récita.
[...] Le très sage Grand-maître Zhiyi* commenta les cinq caractères de Myoho Renge Kyo dans les mille pages de son Hokke Gengi en dix volumes.
[...] Proclamons ouvertement et clairement les mérites de Myoho Renge Kyo ! Comme le poison se change en élixir (hendoku iyaku), les sept caractères de Namu Myoho Renge Kyo transforment le mal en bien. La Source des Joyaux est appelée ainsi parce qu'en elle, les cailloux se transforment en pierres précieuses. De même, ces cinq caractères peuvent changer un simple mortel en bouddha. Ainsi, puisque votre défunt père a récité Namu Myoho Renge Kyo de son vivant, il a atteint la bodhéité sans changer d'apparence, comme une pierre ordinaire se change en joyau.
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu le 14 août 1280, à la dame d'Utsubusa)

Si quelque chose devait vous arriver, les cinq caractères de Myoho Renge Kyo seront pour vous comme la lune qui apparaît pour dissiper l'obscurité et illuminer la nuit.
Jozo et Jogen (
Minobu, 27 septembre 1280 à Matsuno   ? )

Il y [chapitre Longévité de la Vie de l'Ainsi-venu] est expliqué que le Bouddha a en réalité atteint la bodhéité depuis l'éternité (gohyaku jintengo*). Telle est la doctrine du Véritable objet de dévotion (gohonzon), du Lieu d'ordination (kaidan) et du Titre sacré (daimoku) exprimé par les cinq caractères Myo Ho Ren Ge Kyo.
Trois grands Dharmas cachés (Minobu, le 27  ? avril 1281 à Ota Kingo)

voir également : daimoku

Retour au dictionnaire

haut de la page