ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Taho


Le Bouddha Shakyamuni est le timonier, le bouddha Taho manoeuvre les voiles, et les Quatre bodhisattva, dirigés par Jogyo, conjuguent leurs efforts pour actionner les avirons grinçants. Tel est le vaisseau évoqué par les termes : "un bateau pour effectuer la traversée", le vaisseau de Myoho Rengue Kyo. A son bord, se trouvent les disciples et adeptes de Nichiren.
Un vaisseau pour traverser l'océan des souffrances (
Kamakura, 28 avril 1261, à Shiiji Shiro )

Après être ainsi très clairement revenu sur ses enseignements antérieurs, il exprima sa véritable intention en disant : "L'Honoré du monde expose depuis longtemps ses doctrines, il est temps maintenant qu'il révèle la vérité"(réf) et "Pendant longtemps le Tathagata a gardé le silence, il n'a pas enseigné immédiatement la vérité essentielle."(réf.) Puis, le bouddha Taho sortit des profondeurs de la terre et apporta son témoignage en confirmant la véracité de tout ce qui avait été dit par Shakyamuni ; après quoi les bouddhas des dix directions s'assemblèrent dans les huit directions (note), et leurs longues et larges langues s'étirèrent jusqu'à toucher le Séjoir de Brahma.
Encouragements à une personne malade (13e j. du 12e m. 1264, au père de Nanjo Tokimitsu. Après la pérsecution de Komatsubara).

Le bouddha Taho surgit des profondeurs de la terre et apporta sa confirmation en déclarant : "Le Sutra du Lotus... tout ce que vous [Bouddha Shakyamuni] avez exposé est la vérité."(réf.) Et les bouddhas des dix directions vinrent tous rejoindre l'Assemblée devant laquelle le Sutra du Lotus était enseigné, et tirèrent la langue pour appuyer l'affirmation que pas un seul mot du Sutra du Lotus n'est, si peu que ce soit, mensonger. Ce fut comme si, d'une seule voix, un grand roi, son épouse et les plus respectables de ses sujets avaient donné tous ensemble leur parole.
Il n'est pas concevable qu'un homme ou une femme ayant récité ne serait-ce qu'un seul mot du Sutra du Lotus puissent tomber dans les voies mauvaises pour avoir commis les dix mauvaises actions, les cinq forfaits, les Quatre transgressions majeures ou d'innombrables autres graves méfaits. [...] Si une pratiquante du Sutra du Lotus, en rétribution de sa jalousie, de son mauvais caractère ou de son avidité, tombait un jour dans les voies mauvaises, le Bouddha Shakyamuni, le bouddha Taho et les bouddhas des dix directions seraient instantanément coupables d'avoir brisé le serment, qu'ils respectent depuis d'innombrables kalpas majeurs, de ne jamais proférer un seul mensonge.
Sur la récitation des chapitres Hoben et Juryo (Kamakura - 1264, à la femme Saburo Yoshimoto)

Ce sutra Myoho Renge Kyo* dont je parle représente la vraie raison de la venue de tous les bouddhas en ce monde, et enseigne la voie directe conduisant tous les êtres à la bodhéité. Le Bouddha Shakyamuni la confia à ses disciples, le bouddha Taho témoigna de sa véracité, et les divers autres bouddhas tendirent la langue jusqu'au Ciel de Brahma en proclamant : "Tout ce que vous [Bouddha Shakyamuni] avez exposé est la vérité"(réf.)
[...] Myoho Renge Kyo est l'état de bouddha de tous les êtres vivants. L'état de bouddha est la nature du Dharma, et la nature du Dharma est la bodhéité. L'état de bouddha de Shakyamuni, de Taho et de tous les bouddhas des dix directions ; de Jogyo, de Muhengyo et des autres bodhisattvas Surgis de Terre ; de Fugen, de Manjushri, de Shariputra, de Maudgalyayana et des autres
Conversation entre un sage et un ignorant (
1265 (  ? ) à un samouraï (  ? )

C'est donc un fait extrêmement rare que d'entendre le nom du Sutra du Lotus. Les bouddhas Shusenda et Taho apparurent en ce monde, mais ils ne prononcèrent même pas le nom du Sutra du Lotus. [...]
Le bodhisattva Manjushri n'eut pas plutôt prononcé le seul caractère Myo qu'une femme devint instantanément bouddha. L'événement était si extraordinaire que le bodhisattva Chishaku, le meilleur disciple du bouddha Taho dans le monde du Trésor de Pureté, et Shariputra, considéré comme le plus sage des disciples du Bouddha Shakyamuni, protestèrent.[...] Le Bouddha Shakyamuni, en présence du bouddha Taho et des autres bouddhas des dix directions, enseigna le Sutra du Lotus pendant huit ans, en un lieu appelé le Pic du Vautour.
Le Daimoku du Sutra du Lotus
(1266 à une femme, convertie depuis peu vivant à Amatsu)

Le Dharma ultime de la vie et de la mort transmise par le Bouddha à tous les êtres vivants est Myoho Rengue Kyo. Les deux bouddhas dans la Tour aux Trésors, Shakyamuni et Taho, confièrent les cinq caractères de Myoho Rengue Kyo au bodhisattva Jogyo et cette transmission s'est poursuivie sans interruption depuis le passé infini. Myo représente la mort et Ho représente la vie.
[...] Zhiyi dit encore, dans le Maka Shikan : "L'apparition de toute chose est la manifestation de sa nature intrinsèque, et sa disparition, le retour de cette nature à l'état de latence."(réf.) Les Bouddhas Shakyamuni et Taho représentent également les deux phases de la vie et de la mort.
L'héritage du Dharma ultime de la vie [...] Le plus important est de poursuivre votre pratique, convaincu que Namu Myoho Rengue Kyo est le sang même de la transmission vitale que les Bouddhas Shakyamuni et Taho firent au bodhisattva Jogyo.
L'héritage du Dharma ultime de la vie (Sado, février 1272, à Sairen-bo Nichiji )

Mais, au moment même où les personnes dans les mondes-états des hommes et du ciel, présentes à la Grande assemblée, s'étonnaient d'une telle contradiction, le bouddha Taho, qui réside à l'est, dans le monde du Trésor de la pureté, apparut dans une tour décorée des sept sortes de joyaux mesurant cinq cents yojana de haut et deux cent cinquante de large. Les personnes dans les mondes-états des Hommes et du Ciel présentes à la Grande assemblée accusaient le Bouddha de se contredire lui-même, et le Bouddha avait beau leur répondre d'une manière ou d'une autre, il était très embarrassé, incapable de dissiper leurs doutes, quand, devant lui, la Tour aux Trésors surgit de la terre et s'éleva dans le ciel. Ce fut un apparition comparable à celle de la pleine lune se levant une nuit obscure, au-dessus des montagnes, à l'est. La Tour aux Trésors s'éleva dans le ciel, ne touchant ni la terre ni le faîte des cieux, mais resta suspendue au milieu des airs, et, venue de l'intérieur de la tour, une voix pure et sonore se fit entendre, portant témoignage. [Comme le décrit le Sutra du Lotus : ] "A ce moment-là, une voix sortit de la Tour aux Trésors, et prononça ces louanges : "Quel prodige ! Quel prodige ! Shakyamuni, Honoré du monde, pour le bien de la multitude vous prêchez avec talent le Sutra du Lotus, grande sagesse qui sauve tous les êtres avec impartialité, Dharma enseigné aux bodhisattvas, doctrine que les bouddhas gardent en leur cœur et protègent. Tout cela est véridique. Shakyamuni, Honoré du monde, tout ce que vous avez exposé est la vérité." (note)
[...] Dans un autre chapitre (réf.), on lit : "Tous les bouddhas qui s'étaient rassemblés, venus des dix directions de l'univers, retournèrent dans leur terre originelle, - et le Bouddha ordonna que la Tour aux Trésors du Bouddha Taho retourne à son lieu d'origine." [...]
Le bodhisattva Maitreya se dit alors : "Depuis l'époque où le Bouddha Shakyamuni était prince héritier et pendant les quarante-deux ans qui se sont écoulés depuis son Eveil à l'âge de trente ans, jusqu'à ce rassemblement au Pic du Vautour, j'ai connu tous les bodhisattvas de ce monde et tous les grands bodhisattvas (mahasattvas) venus des mondes des dix directions pour participer à cette Assemblée. De plus, j'ai visité toutes les terres pures et impures des dix directions, parfois comme envoyé du Bouddha, parfois de ma propre initiative, et j'ai fait connaissance avec tous les grands bodhisattvas de ces diverses terres. [Alors qui sont ces grands bodhisattvas Surgis de Terre et] quelle sorte de bouddha est leur maître  ? Il doit sûrement s'agir d'un bouddha qui surpasse même Shakyamuni, Taho et les émanations des dix directions ! A la violence de la pluie, on devine la grandeur du dragon qui l'a fait tomber, et à la taille de la fleur du lotus, on imagine la profondeur de l'étang dans lequel elle a poussé. Alors, de quelle terre sont venus ces grands bodhisattvas, quel bouddha les a instruits, et quel grand Dharma pratiquent-ils  ?
Traité pour ouvrir les yeux
(Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Vous posez, dans votre lettre, la question : "Que représente la Tour aux Trésors sortant de terre, dans laquelle est assis le bouddha Taho  ? " [...]. A l'époque des Derniers jours du Dharma, il n'existe pas d'autre Tour aux Trésors que ces hommes et femmes qui gardent le Sutra du Lotus. Il s'ensuit donc que ceux qui récitent Namu Myoho Rengue Kyo, quelle que soit leur position dans la société, sont en eux-mêmes la Tour aux Trésors, sont en eux-mêmes le bouddha Taho. [...] Vous pensez sans doute avoir fait des offrandes à la Tour aux Trésors du bouddha Taho, mais il n'en est rien. C'est à vous-même qu'elles sont destinées. Vous êtes vous-même un bouddha authentique, doté des trois propriétés du Bouddha.
La Tour aux Trésors (
Sado, mars 1272 à Abutsu-bo)

Zhiyi écrivit : "Le profond principe de jisso (aspect réel) est le Dharma originel (atemporel) de Myoho Renge Kyo". La véritable réalité manifestée dans tous les phénomènes est représentée par les deux bouddhas Shakyamuni et Taho. Tahoreprésente tous les phénomènes et Shakyamuni, l'aspect réel. Les deux bouddhas symbolisent également kyo [l'objet] et chi [le sujet]. Le bouddha Taho représente l'objet et Shakyamuni, le sujet. Bien qu'ils soient deux, ils ne font qu'un dans l'Eveil du Bouddha.
Les désirs mènent à l'Eveil (
Sado, le 2 mai 1272 ; à Shijo Kingo)

Le caractère Myo [Myoho Renge Kyo] fut prononcé par deux langues, celles de Shakyamuni et de Taho. Les langues de ces deux bouddhas sont comparables aux huit pétales d'un lotus, un pétale reposant sur l'autre, sur lequel est posé, comme un joyau, le caractère Myo.
Lettre à Nichimyo Shonin (Ichinosawa, Sado, le 25 mai 1272 à Nichimyo, mère de Oto Gozen)

De plus, le Bouddha Shakyamuni, avec la compassion d'un père, le bouddha Taho, avec la bienveillance d'une mère, et les bouddhas des dix directions, venus témoigner à leur tour de la véracité de l'enseignement avec l'affectueuse sollicitude des membres d'une même famille, se retrouvèrent tous dans l'assemblée ; ce fut comme si deux lunes s'étaient rejointes ou comme si deux soleils étaient apparus côte à côte.
Sur la prière (
Sado, 1272 à Sairen-bo)

Ceux qui naquirent à l'époque du Bouddha Shakyamuni et entendirent l'enseignement de sa bouche avaient reçu de lui la graine de la bodhéité dans un passé lointain. De plus, Shakyamuni aussi bien que le bouddha Taho, les bouddhas des dix directions de l'univers, les innombrables bodhisattvas Surgis de Terre et d'autres bodhisattvas tels que Manjushri et Maitreya leur apportèrent leur soutien et les incitèrent à comprendre. Mais même alors, certains demeuraient incapables de croire. [...]
Le véritable objet de vénération est décrit dans la cérémonie de transfert de la manière suivante : Suspendue dans les airs, au dessus du monde saha apparaît la Tour aux Trésors  ; Namu Myoho Renge Kyo se trouve au centre de cette Tour, avec les Bouddhas Shakyamuni et Taho assis à droite et à gauche, et à leur côté les quatre bodhisattvas Surgis de Terre, conduits par Jogyo. Autour d'eux se trouvent Manjushri, Maitreya et les autres disciples des quatre bodhisattva.
Le véritable objet de vénération (
Sado, avril 1273 à Toki Jonin )

Ainsi, toute vie dans l'univers est clairement Myoho Rengue Kyo. Même les deux bouddhas, Shakyamuni et Taho, sont les fonctions de Myoho Rengue Kyo qui apparurent pour dispenser à l'humanité les bienfaits de ce Dharma. Ils prirent la forme des deux bouddhas et, assis côte à côte dans la Tour aux Trésors, marquèrent leur accord en hochant la tête.
[...] Les deux bouddhas Shakyamuni et Taho ne sont que des fonctions du bouddha fondamental, tandis que Myoho Rengue Kyo est le bouddha fondamental. C'est ce que le Sutra appelle "le secret de l'Ainsi-Venu et son mystérieux pouvoir"(réf.). "Le secret" désigne la réalité des trois Corps du Bouddha et "son mystérieux pouvoir", leurs fonctions. La réalité est le bouddha fondamental et la fonction, un bouddha transitoire. Un simple mortel est la réalité des trois Corps, ou le bouddha fondamental. Le Bouddha est la fonction des trois Corps, c'est-à-dire un bouddha transitoire.
[...] Bien que peu digne d'un tel honneur, Nichiren fut néanmoins le premier à propager le Dharma merveilleux transmise au bodhisattva Jogyo pour qu'il la répande à l'époque des Derniers jours du Dharma. Nichiren fut aussi le premier à inscrire le Gohonzon, matérialisation du bouddha d'un passé illimité révélé par le chapitre Juryo* (XVI) de l'enseignement essentiel*, du bouddha Taho dont l'apparition est décrite dans le chapitre Hoto* (XI) de l'enseignement théorique*, et des bodhisattvas Surgis de Terre que l'on voit apparaître dans le chapitre Yujutsu* (XV).
Les Bouddhas Shakyamuni et Taho, assis dans la Tour aux Trésors, lors de la Cérémonie dans les Airs, entourés de tous le autres bouddhas et bodhisattvas, hochèrent la tête pour exprimer leur accord. Et ce qu'il décidèrent alors fut uniquement de faire prospérer le Dharma à l'époque des Derniers Jours.
Le bouddha Taho offrit à Shakyamuni de partager son siège et, déroulant la bannière de Namu Myoho Renge Kyo, c'est ensemble que les deux guides de cette multitude prirent leur décision. Pourraient-ils s'être trompés si peu que ce soit   ? [...] Je propage cet enseignement parce que, moi aussi, "j'ai entendu ainsi". Les Bouddhas Shakyamuni et Taho ont légué Myoho Rengue Kyo au peuple japonais et à toute l'humanité dans l'avenir.
La véritable réalité de la vie (
Sado - Ichinosawa, mai 1273 à Daizen-bo)

Le vénérable Shakyamuni, en présence du bouddha Taho et de tous les autres bouddhas qui étaient ses émanations venus des dix directions, a laissé un grand médicament, les cinq caractères de Myoho Renge Kyo pour les hommes qui vivraient à l'époque des Derniers jours du Dharma. [...] Si ces Quatre grands bodhisattvas abandonnaient une femme qui récite Namu Myoho Renge Kyo, ils provoqueraient la colère des Bouddhas Shakyamuni, Taho et de tous les autres bouddhas des dix directions.
Le don du mandala du Dharma merveilleux (
Sado, 1273 à Sennichi-ama  ? )

La cérémonie qui se déroula alors n'eut rien d'ordinaire. Le bouddha Taho, habitant le monde du Trésor de Pureté, fit son apparition, assis dans une tour émergeant de la terre, ornée de sept sortes de joyaux.
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (Sado, 1273 à Shijo Kingo)

Même si l'on pratique les enseignements provisoires depuis d'innombrables kalpas, si l'on s'écarte du Sutra du Lotus, on ne pourra que tomber en enfer. Ce n'est pas moi, Nichiren, qui le dis ; c'est ce qu'affirme le Bouddha Shakyamuni, et que confirmèrent le bouddha Taho et toutes les émanations de Shakyamuni dans l'univers entier.
Enfer et bodhéité (
Minobu, le 11e jour du 7ème mois 1274 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

C'est précisément parce que c'est un sutra éminemment respectable que le bouddha Taho est venu de très loin (note) pour témoigner de sa véracité et que tous les autres bouddhas se sont joints à lui. Puis, Shakyamuni, Taho et tous les autres bouddhas ont attesté que le Sutra était exempt de tout mensonge en tirant leur longue et large langue jusqu'au Séjour de Brahma.
Enseignement, pratique et preuve (Minobu, 1274   ? à Sammi-bo)

Dans la cinquième période de cinq cents ans, des moines éminents, possédés par les démons, seront partout dans le pays. A cette époque, un sage apparaîtra. Les moines éminents possédés par les démons (note) persuaderont les rois, leurs ministres et le peuple tout entier d'insulter et de calomnier cet homme, de l'attaquer à coups de canne et de bâton, de tuiles et de pierres, et de le condamner à l'exil ou à la mort. Alors, Shakyamuni, Taho et les bouddhas des dix directions le diront aux grands bodhisattvas Surgis de Terre et ces grands bodhisattvas à leur tour en informeront Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel. [...] Par conséquent, comment pourrait-il y avoir la moindre erreur dans le Sutra du Lotus, alors que Shakyamuni y affirme qu'il va "maintenant révéler la vérité"  ? (réf.) Le bouddha Taho confirma qu'il disait la vérité et les bouddhas des dix directions tirèrent leurs longues et larges langues jusqu'au Séjour de Brahma en guise de témoignage.
[...] Le bodhisattva Nagarjuna qualifie le Sutra du Lotus de "remède merveilleux". (réf.) Si tous ceux qui ont comparé le Sutra du Lotus au ghee sont des voleurs, faut-il également traiter de voleurs les Bouddhas Shakyamuni, Taho, les bouddhas des dix directions, Nagarjuna et Vasubandhu  ? Si la vision des disciples de Kukai, comme celle des moines Shingon du temple To-ji est à ce point mauvaise qu'ils sont incapables, de leurs propres yeux, de distinguer le blanc du noir, ils devraient faire confiance aux yeux des autres et reconnaître les malheurs qu'entraînent leurs propres erreurs !
[...] Dans ces deux passages, on retrouve deux fois les huit caractères qui signifient "ils recevront des bienfaits dans leur vie présente". Si ces seize caractères, au total, étaient faux et si, dans cette vie même, Nichiren ne recevait pas de grands bienfaits, les paroles d'or du Bouddha seraient comparables aux discours mensongers et creux de Devadatta et le témoignage du bouddha Taho, qui attesta de leur véracité, ne se distinguerait en rien des assertions frauduleuses de Kokalika. Dans ce cas, aucun de ceux qui s'opposent au Dharma correct ne tombera dans l'enfer avici et il n'y aura pas de bouddha dans les trois phases de la vie ! [...] Si le Bouddha Shakyamuni de la Terre pure du Pic du Vautour, le bouddha Taho du monde du Trésor de pureté, les bouddhas des dix directions, émanations du Bouddha Shakyamuni, les bodhisattvas Surgis de Terre, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel, ne m'accordent pas, de manière visible ou invisible, leur aide et leur protection, ils ne connaîtront plus un seul jour, plus une seule heure de paix ou de sécurité.
Le choix en fonction du temps (
Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Puisque le vénérable Shakyamuni s'est exprimé si clairement, quelle place reste-t-il pour le doute  ? Cependant, parce qu'il se préoccupait de ce qui pourrait se passer après sa mort, il résolut de faire venir le bouddha Taho de sa terre du Trésor de pureté, à l'est, afin qu'il témoigne de la véracité de ses dires. Le bouddha Taho sortit donc des profondeurs de la terre et confirma ainsi la véracité du Sutra du Lotus : Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Même un ignorant peut obtenir des bienfaits en servant une personne qui enseigne ce Sutra. Même un démon ou un animal, s'il enseignait ne serait-ce qu'un vers ou une phrase du Sutra du Lotus, devrait être respecté comme on respecterait le Bouddha. C'est le sens de ce passage du Sutra dans lequel il est dit : "Il faut se lever et le saluer de loin, avec autant de respect que l'on en témoignerait au Bouddha."(réf.) Vous devriez vous respecter les uns les autres de la même manière que les Bouddhas Shakyamuni et Taho au cours de la cérémonie décrite dans le chapitre Hoto* (XI).
Les quatorze oppositions
(Minobu, fin 1276, au nyudo Matsuno Rokuro Zaemon)

Quand le Bouddha Shakyamuni enseigna le Sutra du Lotus, le bouddha Taho, et de nombreux autres bouddhas et bodhisattva apparurent, brillant comme autant de soleils, de lunes, d'étoiles et de miroirs.
Sur le comportement du Bouddha (
Minobu, 1276, à Konichi-ama)

Soyez convaincu que Shakyamuni, Taho et les bouddhas des dix directions se rassembleront tous et entreront dans votre corps pour vous aider. Si vous êtes convoqué par le gouverneur de la région, expliquez-lui en détail ce que je viens de dire dans cette lettre.
Réponse à Yasaburo (
Minobu, le 4e jour du 8e mois de 1277 à Saito Yasaburo)

Les cinq caractères du Titre du Sutra du Lotus sont inscrits au centre de la Tour aux Trésors, tandis que les quatre Rois du Ciel sont assis aux quatre coins. Les Bouddhsa Shakyamuni et Taho, ainsi que les quatre guides des bodhisattvas Surgis de Terre, sont en haut sur le même rang.
Le Véritable Aspect du Gohonzon (Minobu, 23 août 1277, à Dame Nichinyo)

Le Bouddha ne manquait pas de nourriture, mais nous sommes maintenant dans un pays en proie à la famine. Je suis donc certain que les Bouddhas Shakyamuni et Taho et les dix Filles-démones ne manqueront jamais de vous protéger.
Les deux sortes de croyance (
Minobu, 25 février 1278 à Nanjo Tokimitsu )

Dans le Sutra du Lotus, il récusa soudain tout ce qu'il avait enseigné précédemment, ce qu'il enseignait ou ce qu'il enseignerait à l'avenir en déclarant que seul le Sutra du Lotus était véridique. Naturellement, ses disciples eurent du mal à le croire. C'est alors que le bouddha Taho apparut pour témoigner de la véracité de ce que Shakyamuni avait enseigné, et tous les bouddhas venus des mondes des dix directions confirmèrent ce témoignage en tirant la langue jusqu'au Séjour de Brahma. Après quoi, le bouddha Taho referma la porte de la Tour aux trésors et les bouddhas des dix directions retournèrent dans leur terre d'origine. Ainsi, aucun sutra, même enseigné par le Bouddha Shakyamuni lui-même, ne pourrait plus contredire le Sutra du Lotus, puisque tous les autres bouddhas ensemble avaient témoigné de sa véracité.
L'enseignement pour l'époque des Derniers Jours du Dharma (Minobu, le 1er avril 1278, à Nanjo Tokimitu)

Si une nouvelle persécution se préparait, j'en verrais certainement les signes et cela me rendrait dix milliards de fois plus heureux que l'acceptation de mon enseignement. Dans ce cas, je serais condamné à l'exil pour la troisième fois. Le Sutra du Lotus ne pourrait plus me considérer comme un Pratiquant au coeur tiède. Je bénéficierai alors, sans aucun doute, de la protection de Shakyamuni, de Taho et de tous les autres bouddhas des dix directions, ainsi que des innombrables bodhisattvas Surgis de Terre.
Réponse à un croyant (
Minobu, avril 1278 ; peut-être à Shijo Kingo)

De la même manière, les simples mortels ne voient pas que le chapitre Hoto* (XI) se trouve dans le corps de Dame Nichinyo, mais Shakyamuni, Taho et les bouddhas des dix directions le perçoivent. Moi, Nichiren, je le ressens ainsi.
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (Minobu, le sixième mois de 1278, à Dame Nichinyo)

Serait-ce moi Nichiren qui ai tort  ? C'est la question que je pose aux Bouddhas Shakyamuni et Taho, aux bouddhas des dix directions, aux bodhisattvas, aux personnes des deux véhicules, à Bonten, à Taishaku et aux quatre Rois du Ciel. Qu'en pensent-ils  ? Si j'étais dans l'erreur, ils le montreraient clairement. [...] Il [Shakyamuni] déclara en présence de Taho et des bouddhas des dix directions qu'à l'époque des Derniers jours du Dharma, ceux qui comme vous croiraient dans le Sutra du Lotus, obtiendraient les mêmes bienfaits.
Le sutra permettant véritablement d'honorer sa dette (
Minobu, le 28e j. du 7e m. 1278 à Sennichi-ama)

Question : L'ouvrage de Zhiyi, intitulé Maka Shikan décrit le pratiquant marchant autour d’une statue du Bouddha Amida comme objet de vénération lorsqu’il pratique la deuxième des quatre méditations (shishu-sanmai, chaturdhyana). La traduction d'Amoghavajra* du Manuel Rituel au moyen de la Sagesse et du Discernement du Sutra du Lotus déclare  : "Le Bouddha Shakyamuni et le Bouddha Taho sont les objets de vénération." Pourquoi rejetez vous leurs opinions et maintenez vous que le Titre du Sutra du Lotus est l’objet de vénération  ? [...]
En outre, il y a deux sortes de méditations dans hangyo-hanza-sanmai, la dernière des quatre méditations. L’une est hodo-sanmai (méditation de la période de déploiement), qui considère les sept bouddhas et les huit bodhisattvas comme l’objet de culte. La seconde est hokke-sanmai, qui considère le Bouddha Shakyamuni et le Bouddha Taho du Sutra du Lotus comme les objets de culte. Cependant, si l’on juge d’après ce que le Hokke Sanmai Sengi énonce, la vérité est que le Sutra du Lotus devrait être l’objet de culte.[...] Comme il est mentionné ci-dessus, le Titre est l’Objet Sacré qui est vénéré par les bouddhas des dix directions, aussi bien que par le Bouddha Shakyamuni et le Bouddha Taho. Le véritable objet de culte pour les fidèles du Sutra du Lotus est ainsi le Titre du Sutra du Lotus
Honzonmondosho ( Minobu,  septembre 1278 à Joken-bo)

La destinée a voulu qu'ils soient mes parents et moi leur enfant. Puisque Nichiren propage le Sutra du Lotus comme l'envoyé du Bouddha Shakyamuni, alors ses parents doivent également partager ce lien. Ils sont semblables au roi Myoshogon et à la Dame Jotoku qui suivirent leurs fils Jozo et Jogen dans la pratique du bouddhisme. Se pourrait-il que les deux bouddhas Shakyamuni et Taho soient réapparus sous la forme des parents de Nichiren  ? Ou bien alors, ses parents seraient-ils au nombre des huit cent milliards de myriades de bodhisattva ou encore parmi les Quatre Bodhisattva conduits par Jogyo  ? Cela est au-delà de l'entendement.
Lettre à Jakunichi-bo (Minobu, 16 septembre 1279, à Jakunichi-bo Nikke)

Parce que le Bouddha Shakyamuni exposa le Sutra du Lotus pour s'acquitter de sa dette de reconnaissance envers son père et sa mère, le bouddha Taho, venu du monde du Trésor de la Pureté, fit son éloge comme d'un bouddha véritablement respectueux de la piété filiale. Et les bouddhas des dix directions s'assemblèrent et déclarèrent que, parmi tous les bouddhas il était celui qui manifestait la plus haute forme de piété filiale.
Fidélité ou manquement au devoir de piété filiale (
Minobu, le 8e jour du 3e mois de 1280, à Nanjo Tokimitsu)

Le bouddha Taho à une époque où n'apparaît pas le Sutra du Lotus, ne se manifeste jamais ; mais à une époque où l'on récite le Sutra, il se manifeste.
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (
Minobu, le 10e mois 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Moi, Nichiren, j'ai été exilé à deux reprises, et j'ai failli être décapité. En réalité, c'est comme si l'on avait essayé de couper la tête de Shakyamuni, de Taho et de tous les autres bouddhas des dix directions ! Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280   ? , adressée à Myoichinyo)

Le bouddha Taho vint tout exprès de l'est, de sa Terre de trésors et de pureté, en traversant de nombreux pays. Se tournant vers Shakyamuni, il confirma : "Le Sutra du Lotus est véridique dans son intégralité."
La preuve du Sutra du Lotus (
Minobu, 28 février 1282 à Nanjo Tokimitsu)

     

 

haut de la page
Retour au dictionnaire