ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
 
dix Filles démones - Jurasetsunyo - Kishimojin
 
 

Quand le seigneur de cette région m'a demandé de prier pour sa guérison, je me suis interrogé sur l'opportunité de le faire mais puisqu'il semblait avoir une certaine foi en moi, j'ai décidé d'invoquer le Sutra du Lotus. Si je le faisais, il me semblerait impossible que les dix Filles-démones ne viennent joindre leurs forces aux miennes. C'est pourquoi j'ai fait appel au Sutra du Lotus, à Shakyamuni, à Taho et à tous les bouddhas de l'univers, ainsi qu'à la déesse Tensho Daijin*, à Hachiman et aux autres divinités majeures ou mineures.
L'exil d'Izu (juin 1261 à Funamori Yasaburo)

Mettre en prison un Pratiquant du Sutra du Lotus équivaut à emprisonner le Bouddha Shakyamuni lui-même. [En observant cela] quelle stupéfaction doit être celle de Bonten, de Taishaku et des quatre Rois du Ciel ! Les dix Filles-démones ont fait serment de punir [quiconque persécute un pratiquant] en [lui] brisant la tête en sept morceaux. Si elles ne le font pas maintenant, quand le feront-elles donc  ? La même saveur salée (1261   ? )

Bouddha déclare : "Le seul fait de protéger les personnes qui reçoivent et récitent le nom du Sutra du Lotus vous procurera une bonne fortune incommensurable." Dans ce passage, le Bouddha félicite Kishimojin et ses dix filles d'avoir fait voeu de protéger les pratiquants du Sutra du Lotus. Il leur dit : "Vous avez fait le voeu de protéger ceux qui pratiquent le Titre du Sutra du Lotus.
Conversation entre un sage et un ignorant (
1265   ? à un samouraï   ? )

Votre fillette est née le huitième jour du mois, bien qu'en un mois différent. Elle pourrait bien être la réincarnation de Shakyamuni ou d'Hachiman. Simple mortel que je suis, moi, Nichiren, ne puis l'affirmer avec certitude, mais je suis certain que tout cela est lié au gohifu (note) que je vous ai donné. Quelle joie cela doit être pour vous, les parents ! Pour célébrer cet événement, vous m'avez envoyé des gâteaux de riz, du saké et mille pièces de monnaie. J'ai présenté vos dons au Gohonzon et aux dix Filles-démones.
[...] Mais moi, Nichiren, je suis bien certain que les dix Filles-démones doivent être à ses cotés, aidant la petite fille qui vient de naître à prendre son premier bain et protégeant sa croissance. Je me réjouis de tout coeur et imagine quelle joie doit être la votre ! J'ai respectueusement fait part de tout cela aux dix Filles-démones et à Tensho Daijin*.
La naissance de Tsukimaro (8 mai 1271 à Shijo Kingo)

Les bouddhas, bodhisattva et les dix Filles démones décrites dans le Sutra du Lotus accordent leur protection à Nichiren.
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Si, ne serait-ce qu'une fois sur mille, les bodhisattvas, les êtres humains et célestes, les huit sortes d'êtres non humains, les deux sages, les deux divinités célestes, et les dix Filles-démones ne se manifestaient pas et refusaient de protéger le pratiquant du Sutra du Lotus, ils feraient alors preuve d'arrogance envers Shakyamuni et les autres bouddhas au-dessus d'eux, et ils seraient coupables de mépris envers les êtres des neuf états (note) au-dessous d'eux.
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)

Le Sutra dit aussi : "Il y a dix Filles-démones, dont la première s'appelle Lamba... [Le Bouddha leur dit : ] "Vous obtiendrez une bonne fortune inestimable rien qu'en protégeant ceux qui gardent le Titre du Sutra du Lotus."(réf.)
Le véritable objet de vénération (
Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Ainsi, soutenu par les bouddhas Shakyamuni et Taho, tous les autres bouddhas et bodhisattva, les sept catégories de divinités bénéfiques célestes et les cinq catégories de divinités terrestres, Kishimojin et ses dix Filles, les quatre rois du Ciel, Bonten, Taishaku, le roi Yama, les divinités de l'eau et du vent, celles des mers et des montagnes, le bouddha Vairocana* les bodhisattvas Fugen et Manjushri, et les divinités Nitten et Gatten, Nichiren a pu endurer d'innombrables et cruelles épreuves.
La véritable réalité de la vie (Sado, mai 1273 à Sairen-bo)

Il est écrit que ceux qui gardent le Titre du Sutra du Lotus seront protégés par Kishimojin et ses dix Filles. Ils bénéficieront du bonheur d'Aizen et de la bonne fortune de Bishamon.
[...] Votre fille peut donc jouer ou s'ébattre n'importe où sans qu'il ne lui arrive aucun mal. Comme le roi-lion, elle sera libre de toute crainte. Des dix Filles de Kishimojin, c'est Kodainyo qui accorde la protection la plus profonde. Mais tout dépendra uniquement de votre foi.
Réponse à Kyoo (
août 1273, à Kyo'o, fille de Shijo Kingo)

En arrivant ici en exil, je pensais que personne ne viendrait jamais me rendre visite. Mais il n'y a pas moins de sept ou huit personnes qui m'accompagnent, et, sans votre aide et votre soutien, comment aurions-nous pu nous nourrir  ? Je suis convaincu que s'il en est ainsi, c'est parce que les paroles du Sutra du Lotus ont pénétré dans votre corps pour vous pousser à nous venir en aide. Si troublée que puisse être l'époque à venir, je prie pour que le Sutra du Lotus et les dix Filles-démones vous protègent tous ; je prie avec autant de force que s'il s'agissait de faire du feu avec du bois humide, ou de tirer de l'eau d'une terre aride.
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (
Sado, 1273 à Shijo Kingo)

Si je lui [O-ama Gozen] donne ce Gohonzon parce que j'ai une dette à son égard, les dix Filles-démones penseront que je suis un moine bien partial. Si je ne lui donne pas ce Gohonzon parce qu'elle manque de foi, je n'aurai rien à me reprocher mais O-ama Gozen m'en gardera peut-être rancune, parce qu'elle ignore sa faute. J'ai expliqué longuement les raisons de mon refus dans une lettre à Suke no Ajari.
Réponse à Nii-ama (
Minobu, 16 février 1275 à Nii-ama)

Ici encore, au Mont Minobu, vous m'avez rendu visite, et je ne trouve pas les mots qu'il faudrait pour vous remercier. Sans aucun doute, les divinités bouddhiques vous protégeront et les dix Filles-démones vous accompagneront de leur bienveillance.
[...] Votre foi, je le sais, a toujours été admirable mais vous devez maintenant la renforcer plus que jamais. C'est ainsi seulement que vous bénéficierez d'une protection accrue des dix Filles-démones.
La suprématie du Dharma (
Minobu, 4 août 1275, à Oto, fille de Nichimyo)

[Le Sutra du Lotus affirme] que le Pratiquant de ce Sutra sera protégé par les innombrables bodhisattvas Surgis de Terre, les bodhisattvas Manjushri et Kannon, Bonten, Taishaku, les divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel et les dix Filles-démones. Il n'y a donc pas d'autre moyen d'atteindre la bodhéité que de pratiquer le Sutra du Lotus, car c'est le seul écrit qui dévoile la vérité du passé comme de l'avenir.
Lettre aux moines du Seicho-ji (
Minobu, le 11 janvier 1276 aux moines du temple Seicho-ji)

Nichiren, pratiquant du Sutra du Lotus, a été maltraité sans avoir commis la moindre faute, lui qui est le parent de tous les habitants du Japon. Sans raison, il a été insulté, battu, et publiquement traîné dans les rues. Les dix Filles-démones ont voulu punir un comportement aussi insensé, et c'est ce qui a conduit à la situation actuelle. Ce qui se passera à l'avenir sera cent, mille, dix mille fois plus épouvantable.
L'arc et la flèche (Minobu, 27 mars 1276 à Toki-ama-Gozen)

Il est dit dans le Sutra : "Le Bouddha s'adressa aux Filles-démones en leur disant : "Excellent ! Excellent ! Si vous protégez ceux qui reçoivent et gardent le nom du Sutra du Lotus vos mérites seront incommensurables."(réf.) Ce passage signifie que, lorsque les dix Filles-démones firent serment de protéger ceux qui garderaient le Titre du Sutra du Lotus, l'Honoré du monde fit leur éloge en ces termes : "Magnifique ! Magnifique ! En protégeant ceux qui reçoivent et gardent Namu Myoho Renge Kyo vous goûterez des bienfaits inestimables ! Splendides ! Véritablement extraordinaires ! " Cela indique que nous, simples mortels, en marchant aussi bien que debout, assis ou allongés, nous devrions réciter Namu Myoho Renge Kyo.
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277   ? )

C'est pourquoi, dans le peu de temps que l'on a à vivre, il est inutile de se plaindre de son sort. Il vaut mieux, comme vous le faites vous-même en formulant par écrit votre serment, agir et parler sans la moindre trace de flatterie. Avec courbettes et flatteries, la situation ne fera qu'empirer. Même si votre domaine est confisqué et si vous en êtes expulsé, considérez cela comme une protection des dix Filles-démones. Renforcez votre croyance et faites entièrement confiance aux divinités bouddhiques.
Mise en garde contre l'attachement à son domaine (Minobu, juillet 1277, à Shijo Kingo)

Les cinq caractères du Titre du Sutra du Lotus sont inscrits au centre de la Tour aux Trésors, tandis que les quatre Rois du Ciel sont assis aux quatre coins. Les bouddhas Shakyamuni et Taho, ainsi que les quatre guides des bodhisattvas Surgis de Terre, sont en haut sur le même rang. Assis au-dessous d'eux, se trouvent les bodhisattvas Fugen et Manjushri, ainsi que des auditeurs-shravakas parmi lesquels Shariputra et Maudgalyayana. A côté d'eux, se tiennent les divinités Nitten et Gatten, le Démon du sixième Ciel, le Roi-dragon et Ashura  ; Fudo et Aizen sont respectivement postés au Sud et au Nord. Le traître et cruel Devadatta et la fille du Roi-Dragon sont également présents. La démone Kishimojin apparaît avec ses dix Filles qui sapent la vie des êtres dans tout l'univers.
Le Véritable Aspect du Gohonzon (
Minobu, 23 août 1277, à Dame Nichinyo)

Une action invisible aura pour résultat un bienfait visible. Le Démon du sixième ciel savait probablement cela. Et il a possédé les autres membres de votre clan, en les poussant à inventer un énorme mensonge (note) afin de vous empêcher de faire des offrandes au Sutra du Lotus. Pourtant, grâce à la profondeur de votre foi, les dix Filles-démones ont dû vous venir en aide et provoquer la maladie de votre seigneur. [...] L'épidémie qui sévit actuellement frappera, comme vous l'avez dit, les hautes couches de la société à la fin de l'année. Peut-être est-ce le dessein des dix Filles-démones.
Les trois sortes de trésor (
Minobu, le 11 septembre 1277, à Shijo Kingo)

Quant à Daishin-bo, comme je vous l'ai déjà dit, envoyez-lui une lettre réfutant point par point ses arguments. Il est possible que les dix Filles-démones l'aient ramené à notre foi. Peut-être l'envoyé du Roi-démon qui l'a possédé un moment l'a-t-il maintenant quitté. Le Sutra dans lequel il est écrit : "Des démons maléfiques posséderont les autres"(réf.) ne peut mentir.
Le troisième enseignement (
Minobu, 1er octobre 1277, à Toki Jonin)

Soucieux de ma survie dans ces montagnes, vous m'avez envoyé un messager qui a dû traverser de longues distances sous la neige pour arriver jusqu'à moi. Je suis convaincu que votre sincérité vous vaudra la reconnaissance du Sutra du Lotus et des dix Filles-démones.
Pas de sécurité dans le Monde des trois plans (
Minobu, 13 février 1278 à Matsuno Rokuro Zaemon)

Les dix Filles-démones, en particulier, ont fait vœu de protéger ceux qui récitent le daimoku du Sutra du Lotus ; ces divinités doivent donc veiller sur vous, Myomitsu Shonin, ainsi que sur votre femme, comme une mère protège son enfant unique. Elle vous chériront autant qu'un yak est attaché à sa propre queue, et veilleront sur vous jour et nuit.
Lettre à Misawa (
Minobu, le 23 février 1278 à Misawa)

Faire des offrandes au Bouddha procure des bienfaits aussi considérables [que de naître en tant que roi], mais on obtient des bienfaits encore plus grands en faisant des offrandes au Sutra du Lotus. Si une rétribution aussi merveilleuse a pu résulter de la simple offrande d'un pâté d'argile, combien plus merveilleuse encore sera celle que vous vaudra le don de tant de fruits ! Le Bouddha ne manquait pas de nourriture, mais nous sommes maintenant dans un pays en proie à la famine. Je suis donc certain que les bouddhas Shakyamuni et Taho et les dix Filles-démones ne manqueront jamais de vous protéger.
[...] Est-il vrai que quelqu'un soit malade dans votre famille  ? En ce cas, il ne peut s'agir que de l'œuvre de démons maléfiques. Les dix Filles-démones veulent sans doute tester la force de votre foi. Aucun des démons [mentionnés dans le Sutra du Lotus] ne risquerait d'avoir la tête brisée [en guise de châtiment] en faisant souffrir un pratiquant du Sutra du Lotus. Ayez la ferme conviction que le Bouddha Shakyamuni et le Sutra du Lotus ne peuvent mentir.
Les deux sortes de croyance (Minobu, 25 février 1278 à Nanjo Tokimitsu)


Le chapitre Darani* (XXVI) décrit comment les deux saints, les deux divinités célestes et les dix Filles-démones protégeront le pratiquant du Sutra du Lotus. Les deux saints sont Yakuo et Yuze, et les deux divinités célestes, Bishamon et Jikoku. Les Jurasetsu (dix Filles-démones) sont les dix principaux démons féminins, mères de tous les démons sur les quatre continents. De plus, ces Jurasetsu ont une mère du nom de Kishimojin.
[...] Il est dans la nature des démons de se nourrir d'êtres humains. Les êtres humains sont constitués de trente-six éléments : excréments, urine, salive, chair, sang, peau, os, les cinq principaux organes externes, les six organes internes, les cheveux sur la tête, les poils sur le corps, le souffle, la vie, etc. Les démons de capacités inférieures se nourrissent d'excréments et de choses de ce genre. Les démons de capacités intermédiaires mangent les os et ce qui s'en rapproche, tandis que les démons de capacité supérieure se nourrissent de la vitalité humaine. En tant que démons de capacités supérieures, les Jurasetsu (dix Filles-démones) tirent leur subsistance de la vitalité humaine. Ce sont des êtres démoniaques puissants qui sont à l'origine des épidémies.
[...] Tous les maîtres Shingon au Japon sont possédés par les esprits maléfiques, et, parce que les moines du Zen et du Nembutsu s'opposent tous à Nichiren, ces démons se déchaînent partout dans le pays. De plus, les serviteurs de Bonten, de Taishaku, des divinités Nitten, Gatten et des Jurasetsu ont, eux aussi, essaimé dans le Japon entier, et chacun des deux camps lutte farouchement pour obtenir la défaite de l'autre.
[...] Le Bouddha [se levant de son siège dans la Tour aux Trésors] se tint debout dans l'espace ouvert, et, afin d'opérer la transmission du Sutra du Lotus, frappa, non moins de trois fois, la tête du bodhisattva Jogyo et de ceux de sa suite, de Manjushri et de sa suite, de Daibonten, Taishaku, des divinités Nitten, Gatten et des quatre Rois du Ciel, des Rois-dragons, des dix Filles-démones, et d'autres. Ils s'étaient rassemblés devant le Bouddha, aussi serrés que des gouttes de rosée, emplissant de leur foule les quatre cent milliards de nayuta de mondes (note), comme les herbes de Musashino
ou les arbres couvrant le Mont Fuji.
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (
Minobu, juin 1278, à Dame Nichinyo)

Ceux qui se considèrent comme mes disciples doivent pratiquer le Sutra du Lotus comme le fait Nichiren. Si vous le faites, vous serez immanquablement protégés par les bouddhas Shakyamuni, Taho, tous les bouddhas des dix directions aussi bien que par les dix Filles-démones.
Sur l'établissement des Quatre Bodhisattva (Minobu, 17 mai 1279 à Toki Jonin)

Si je suis bien le Pratiquant du Sutra du Lotus, alors Shakyamuni, qui enseigna la doctrine au Pic du Vautour, le bouddha Taho, du Monde du trésor de pureté, les bouddhas des dix directions, émanations de Shakyamuni, les grands bodhisattvas de l'enseignement essentiel* et de l'enseignement théorique, Bonten, Taishaku, les rois dragons et les dix Filles-démones, tous sont très certainement présents en ce lieu.
Réponse au seigneur Shijo Kingo (Minobu, le 8 octobre 1280 à Shijo Kingo)

voir également : Kishimojin, démons

Retour au dictionnaire

haut de la page