x
ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Originel - HON
- Bouddha Atemporel (honbutsu)
- cause fondamentale (honnin-myo)
- doctrine primordiale (honmon)
- effet fondamental (honga-myo)
-
enseignement essentiel (honmon)

- état originel (honnu)
Eveil Atemporel (hongaku)
- maître originel (honshi)
- Véritable terre (honkokudo-myo)

Sur les différentes traductions de HON voir les dix principes de myo; la différence entre hon et shaku; les
disciples fondamentaux ; bouddha fondamental Taho
 

Question : Etre fondé sur le champ originel de sérénité représente l’envergure du Zen. Je réponds : Qu’est ce que le champ originel de sérénité  ? Et dans quel sutra est-ce donc mentionné  ? Seul le Sutra du Lotus qui est le champ de félicité des hommes et des cieux peut l’enseigner aux hommes et aux êtres célestes. C’est pour cette raison que l’Eveillé est le maître des hommes et des dieux.
Dialogue avec les écoles du Zen (1255)

Le visage encore plus empourpré de colère, le visiteur dit alors : "Dans les époques qui suivirent l'enseignement des trois sutras de la Terre pure par notre maître originel, le Bouddha Shakyamuni, le moine Tanluan, après avoir d'abord étudié les quatre traités (note), les abandonna et accorda toute sa foi aux enseignements de la Terre pure.
Rissho Ankoku ron (
Kamakura-Matsubagayatsu, juillet 1260)

De plus, comme la vie ne dure qu'un moment, le Bouddha a enseigné les bienfaits qui découlent du fait de se réjouir ne serait-ce qu'un instant [d'entendre le Sutra du Lotus]. Si deux ou trois instants étaient nécessaires, on ne pourrait plus parler du voeu originel du Bouddha, de la grande sagesse impartiale, du Véhicule unique du principe de l'atteinte immédiate de l'Eveil qui permet à tous les êtres humains de parvenir à la bodhéité.
[...] Le principe de l'atteinte immédiate de l'Eveil dépasse de beaucoup les principes énoncés dans les autres écrits ; et les affirmations révélant l'Eveil origienl du Bouddha et la durée illimitée de sa vie en tant que Bouddha ne se trouvent dans aucun autre enseignement.
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus (Kamakura ? mars 1263 ? à Nichiji ?)

Ceux qui ont l'esprit de recherche devraient donc penser à leurs vies futures. Mais nos seules capacités ne nous permettent pas de nous préparer en esprit à la vie prochaine. (note) Nous ne pouvons y parvenir qu'en nous appuyant sur les enseignements du Bouddha Shakyamuni, maître originel de tous les simples mortels.
Encouragements à une personne malade (décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)

Ensuite, dans le Maka Shikan, il définit la méditation sur le domaine de l'insondable, plus précisément sur les trois mille mondes présents en un seul instant-pensée, en se fondant sur sa compréhension profonde du Sutra du Lotus. C'est une pratique qui découle de l'Eveil Atemporel du Bouddha, et représente un principe de vérité inhérent chez tout être. Je ne rentrerai pas dans les détails ici.
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )

La troisième raison est que ce Bouddha Shakyamuni est le maître originel de tous les êtres humains de ce monde saha. Il est né en Inde centrale, en tant que fils du roi Shuddhodana, au cours du neuvième kalpa de décroissance dans l'actuel kalpa de sagesse, à une époque où la longévité moyenne de l'homme était de cent ans.
Le savant maître Chan-wou-wei (Kamakura, 1270 à Joken-bo et Gijo-bo)

La transmission orale indique : “Le Bouddha devient même une herbe, même un arbre”. Le sens de cette phrase est que le vénéré Shakyamuni du chapitre “Durée de la vie” peut devenir un végétal. Dans le sutra, il est affirmé : “Les pouvoirs transcendantaux sublimes, mystérieux et secrets de l’Ainsi-Venu”. Il ne peut se faire que le monde des dharma ne soit pas le corps de l’Ainsi-Venu Shakyamuni. La révélation principielle de l’originel exprime la mort et se manifeste sous la forme du Dharma merveilleux. La révélation factuelle de l’originel exprime la vie et se manifeste sous la forme de la fleur du lotus. La révélation principielle de l’originel régit les êtres sensitifs tout en étant la mort. La révélation factuelle de l’originel régit les êtres non sensitifs tout en étant la vie.
Transmission orale sur l’éveil des végétaux (20 février 1272 à Sairenbo)

Sous les dynasties Chen et Shui, cependant, le Grand-maître* Zhiyi* triompha de ces diverses écoles pour rendre au bouddhisme son but originel, celui de sauver tous les êtres vivants.
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Que dire alors de grands bodhisattvas originellement dotés d'une grande compassion et s'étant solennellement engagés à prendre sur eux-mêmes les souffrances des autres  ? Même sans les exhortations du Bouddha, ils ne pourraient en aucun cas abandonner le pratiquant du Sutra du Lotus.
La Lettre de Sado (Sado, 20 mars 1272, à Toki Jonin)

Comme il est merveilleux de lire dans votre lettre : "Désormais, j'abandonnerai les maîtres des enseignements erronés de notre époque et je suivrai exclusivement votre enseignement qui est celui du maître correct"  ! Quand le Bouddha Shakyamuni, notre maître originel, apparut en ce monde pour enseigner le Sutra du Lotus, tels des ombres et des échos, les bouddhas et les bodhisattvas sont venus des autres mondes pour l'aider à exposer son enseignement.
Réponse à Sairen-bo (
Sado, le 13 avril 1272, à Sairenbo Nichijo)

Mais qu'entend-on par "la sagesse" de tous les bouddhas  ? C'est le principe de shoho jisso [l'aspet réel est tous les phénomènes] que Shakyamuni expliqua par les dix modalités (dix nyoze) d'expression de la vie. En quoi consiste ce principe  ? C'est Namu Myoho Renge Kyo... Zhiyi* écrivit : "Le profond principe de jisso (aspect réel) est le Dharma atemporel de Myoho Renge Kyo".
Les désirs mènent à l'Eveil (Sado, le 2 mai 1272 ; à Shijo Kingo)

Ainsi, le bouddha Taho* surgit de la terre pour certifier  : "Tout ce que prêche le Vénéré du monde Shakyamuni est authentique et réel."(réf.) et les bouddhas qui sont les émanations du Bouddha Atemporel se rassemblèrent et tirèrent la langue jusqu'au séjour de Brahma pour marquer leur assentiment.
[...] Ainsi, l'enchaînement des causes et des effets dans les dix modalités d'expression de la vie, tels que le décrivent les premiers sutras et l'enseignement théorique* du Sutra du Lotus, est annulé, et les liens de cause et d'effet dans les dix mondes-états, tels que les définit l'enseignement essentiel*, sont révélés. C'est le principe de la Cause fondamentale* et de l'Effet fondamental* (note). Il implique que les neuf autres états sont tous présents dans la bodhéité depuis le temps sans commencement, et que la bodhéité est inhérente aux neuf autres états depuis le temps sans commencement
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Ces sages savaient mais ils ne dirent rien. Ils exposèrent une partie de l'enseignement théorique*, mais ils n'abordèrent ni l'enseignement essentiel* ni la doctrine de la bodhéité originelle du Bouddha qu'il contient.
[...] les sutras Vairocana* et Kongocho parlent de plus de mille deux cents bouddhas et bodhisattva. Tous ces bouddhas ne sont que des manifestations temporaires du Bouddha originel. Ces sutras révèlent tous les pratiques du Bouddha Shakyamuni et la bodhéité qu'il atteignit en cette vie, mais ils ne révèlent pas la cause fondamentale (honnin-myo)de son Eveil dans le lointain passé de gohyaku jintengo*.

[...] On peut lire dans le chapitre Juryo* (XVI) : "C'est depuis un temps incommensurable, sans limites - cent, mille, dix mille, cent mille nayuta de kalpa - que j'ai atteint la bodhéité." Au coeur de notre vie se trouve le vénérable Shakyamuni qui obtint les trois Corps du Bouddha avant gohyaku jintengo*, le Bouddha Atemporel depuis le temps sans commencement.
[...]
Daoxian commente cela ainsi dans son Fusho Ki : "Parce que le Dharma fut exposé par le Bouddha Atemporel (honbutsu), il fut confié à ses disciples atemporels."(réf.)
[...] C'étaient des bodhisattvas des enseignements provisoires et théoriques*. Le Dharma atemporel ne leur ayant pas été confiée, ils ne pouvaient apparaître et la protéger à l'époque des Derniers jours du Dharma.
[...] Cela n'est pourtant pas comparable à la preuve donnée dans le chapitre Jinriki* (XXI). Parce que ces deux sutras ne sont que des enseignements préparatoires, ils ne révélèrent pas la bodhéité atemporelle du Bouddha.
"Conflit" désigne bien les désordres intérieurs actuels et l'invasion imminente par la mer de l'ouest. A ce moment, les mille mondes jaillis de terre apparaîtront et établiront dans ce pays le honzon originel dans tout le Jambudvipa avec, comme assistant, le vénéré Shakya de la doctrine originelle.
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Zhiyi* définit ainsi l'Ainsi-Venu  : "Tatagatha est le titre que l'on donne aux bouddhas des dix directions et des trois phases de la vie, aux deux bouddhas (note), aux trois bouddhas (note) et à tous les bouddhas, fondamental et transitoires."(réf.) Ici, ce que l'on appelle "bouddha fondamental" est un simple mortel tandis que le terme de "bouddha transitoires" s'applique au Bouddha. Il y a pourtant une différence très nette entre un bouddha et un simple mortel car un simple mortel est dans l'illusion alors qu'un bouddha est éveillé. Un simple mortel ne parvient pas à saisir qu'il possède lui-même à la fois la réalité et la fonction des trois Corps du Bouddha.
Zhiyi* déclare : " Le principe profond de “l'aspect réel” est le Dharma originel Myoho Renge Kyo." Selon cette explication, "l'aspect réel" correspond aux enseignements théoriques* et "le Dharma originel Myoho Renge Kyo" correspond à l'enseignement essentiel*. Vous devriez méditer profondément ce passage.
La véritable réalité de la vie (Sado - Ichinosawa, mai 1273 à Sairen-bo)

La volonté du Bouddha est le Sutra du Lotus mais l'âme de Nichiren n'est autre que Namu Myoho Renge Kyo. Zhanlan* dit dans ses commentaires : "Au coeur du sutra se trouve révélée l'Eveil atemporel du Bouddha."(réf.)
Réponse à Kyo'o (Sado, août 1273, à Kyo'o, fille de Shijo Kingo)

Shakyamuni, parvenu à l'Eveil il y a d'innombrables kalpas par le passé, dit ailleurs : "Maintenant, mes voeux sont exaucés. J'ai converti tous les êtres vivants et leur ai permis d'accéder à la Voie du bouddha." Il a ainsi déjà réalisé son voeu originel. Ensuite, désireux de confier à ses disciples la tâche de répandre largement le Dharma dans la cinquième période de cinq cents ans après sa mort, il a convoqué les bodhisattvas Surgis de Terre et leur a transmis le coeur du Sutra, le lotus essence de l'enseignement définitif (jikkyo).
L'ainsité du Dharma merveilleux (Sado, 1273 ? à Sairen-bo)

L'Ainsi-Venu Vairocana, l'Ainsi-Venu Amida, l'Ainsi-Venu Yakuo*, tous les bouddhas des dix directions sans exception sont subordonnés au Vénéré Shakya, Fondateur de la Doctrine, notre Maître originel. Il est comme la lune qui se reflète sur toutes les eaux. Le Vairocana du Kegonkyo*, assis sur les feuilles de lotus dans les dix directions, l'Ainsi-Venu Vairocana des deux Plans [de Matrice et de Diamant] du Dainichikyo* et du Kongochokyo*, sont des acolytes qui encadrent l'Ainsi-Venu Taho* du chapitre de la Tour aux Trésors comme les deux ministres de la droite et de la gauche d'un roi séculier.
[...] Question. — Quelles sont les idées contenues dans la doctrine de l'état originel ? (note) Réponse. — Il y a deux idées dans cette doctrine : 1° en abordant le chapitre Surgis-de-Terre (XV, Yujutsu), Shakyamuni explique sommairement que son enseignement actuel va montrer l'origine lointaine du Bouddha; c'est par les sutra, antérieurs des quatre saveurs et la doctrine de l'état terrestre* [du Lotus] qu'il a libéré les êtres [jusqu'ici]; 2° la [deuxième] moitié du chapitre Surgis-de-Terre (XV, Yujutsu), [...] Le chapitre de la Durée de la Vie (XVI, Juryo), la [première] moitié du chapitre du Discernement des Bienfaits (XVII, Fumbetsu kudoku), c'est-à-dire un chapitre et deux moitiés des chapitres encadrants, expliquent à fond que son enseignement actuel va montrer l'origine lointaine du Bouddha, et cela est entièrement destiné aux temps postérieurs à sa mort. Question. — Quel est le sens de vos paroles : "Shakyamuni explique sommairement que son enseignement actuel va montrer l'origine lointaine du Bouddha" ? Réponse. — Parmi tous les bodhisattvas tels que Manjushri, Maitreya, puis Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, divinités des Etoiles, les Quatre Rois du Ciel, etc., entre le moment de l'Eveil Atemporel (hongaku) et la prédication du Hannyakyo* incluse, il n'est pas un seul être qui ait été disciple du Vénéré Shakyamuni. Au moment de l'Eveil Atemporel, alors que le Bouddha n'avait pas encore prêché le Dharma, tous ces bodhisattvas et ces devas demeuraient dans une libération extraordinaire et ne discouraient que sur les deux enseignements Spécifique (bekkyo) et Parfait (enkyo). [...] Quand arriva la prédication des huit chapitres de la doctrine des états terrestres* du Sutra du Lotus, ils entendirent le Dharma qu'ils n'avaient jamais entendu. Ces êtres devinrent alors des disciples. Dès le Parc aux Cerfs, Shariputra, Maudgalyayana et autres furent des disciples qui ressentirent pour la première fois la production d'Éveil. Question. — A qui s'adresse le chapitre de la Durée de la Vie (XVI, Juryo) dans lequel il [Shakyamuni] explique à fond que son enseignement actuel va montrer l'origine lointaine du Bouddha ? Réponse. — Du commencement à la fin, le chapitre de la Durée de la Vie et les moitiés adjacentes des deux chapitres encadrants s'adressent tout à fait aux êtres d'après la mort du Bouddha. Dans ces temps qui commencent à la mort du Bouddha, c'est particulièrement aux hommes de la période des Derniers Jours du Dharma, aux hommes tels que Nichiren vivant à l'heure actuelle, qu'ils s'adressent. Cependant il [Shakyamuni] n'accorda encore que le Dharma provisoire (shakumon). Puis il expliqua sommairement que son enseignement actuel allait montrer l'origine lointaine du Bouddha. Alors les grands bodhisattvas de la période Kegon, les êtres des deux Véhicules, le grand Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, , les Quatre Rois du Ciel, les Rois-Dragons s'approchèrent du degré de l'Éveil merveilleux (myogaku), puis ils atteignirent ce degré. Et alors, si maintenant nous levons les yeux vers le ciel, nous voyons les bouddhas à l'Éveil merveilleux demeurer dans le degré originel, aidant par leur action bienfaisante les êtres à faire leur salut.
[...] Les grands bodhisattvas Manjushri, Maitreya, qui étaient dans le passé d'anciens bouddhas, apparurent alors pour une vie d'assistance (osho) (note). Bonten, Taishaku, Nitten, Gatten, , les Quatre Rois du Ciel étaient avant l'Eveil Atemporel (hongaku) de grands saints.
[...] Question. — Quelles sont les lois ésotériques qu'au cours de plus de deux mille ans qui se sont écoulés depuis la mort de l'Ainsi-Venu, Nagarjuna, Vasubandhu, Zhiyi, Saicho, ont laissées de côté ? Réponse. — L'objet fondamental de la vénération (gohonzon), l'estrade d'ordination (kaidan) (note) et les cinq caractères du titre (daimoku), qui relèvent de la doctrine de l'état originel (honnu).
[...] Lorsque le pays sera en proie à ces troubles, les saints Jogyo* et autres apparaîtront ; ils établiront les trois dharmas de la doctrine de l'état originel (note) et, dans le Japon tout entier, ils propageront au large le Sutra du Lotus du Dharma merveilleux, cela ne fait aucun doute !
Traité sur l'essentiel du Lotus (Minobu, le 29 juin 1974, à Toki Jonin)

Le temps présent, Fin du Dharma (mappo) après le parinirvana du Bouddha, est le temps où uniquement la doctrine primordiale doit être propagée (note). Cela fait désormais plus de deux cents ans que le temps de la propagation de la doctrine éphémère est révolu. Seuls Zhiyi* et Saicho* étaient capables de la propager. Or, tous deux sont entrés dans le parinirvana. Nichiren a compris le temps. Ne doit-il pas propager la doctrine primordiale dont il a reçu la transmission  ? La prédisposition, l’enseignement et le temps de l’éphémère et ceux de l’originel sont très différents.
[...] Il existe par ailleurs deux formes d’Eveil dès ce corps dans le Sutra du Lotus : la doctrine éphémère enseigne l’Eveil dès ce corps principiel et la doctrine origielle l’Eveil dès ce corps factuel. Concluant que l’Eveil dès ce corps de la doctrine primordiale (honmon) est l’identité du degré actuel (note) et de la merveille, sans modifier ce qui est à l’origine, on peut dès lors appeler Ainsi-venu aux trois Corps sans artifice (musa), présent à l’origine, le corps de chair tel qu’il est.
[...] L’ascèse également montre deux significations  : du vivant de l’Eveillé, c’était l’unique l'enseignement parfait*, alors que le temps présent, Fin du Dharma (mappo) après le parinirvana du Bouddha, est le temps où uniquement la doctrine primordiale doit être propagée (note).
[...] Nichiren a compris le temps. Ne doit-il pas propager la doctrine primordiale dont il a reçu la transmission  ? La prédisposition, l’enseignement et le temps de l’éphémère et ceux de l’originel sont très différents.
[...] Le chapitre Pratiques paisibles indique  : "Dans l’ère finale, lorsque le Dharma disparaîtra…"(réf.) Ces maîtres des traités, ces maîtres hommes savaient que la période de luttes et de controverses que sera la période de la Fin du Dharma, sera le temps où le bodhisattva sortira de terre pour propager Namu Myoho Renge Kyo, cœur essentiel de la doctrine primordiale.
[...] En ce qui concerne l’Eveil dès ce corps, la doctrine éphémère en est la porte d’entrée. La doctrine primordiale en exprime la signification véritable.
[...] Dans les deux cas, la signification véritable n’existe que dans le chapitre Durée de la vie de la doctrine primordiale. C’est pourquoi, constamment, vous devez faire l’observation de la pensée (shikan) en vous appuyant sur ce point.
Réponse à Dame Myoichi (Minobu, mai 1275 à Myoichi)

Ils n'ont pas dit un seul mot concernant la cohérence du processus d'instruction du début jusqu'à la fin, la relation originelle entre maître et disciple, ou la possibilité de parvenir à l'Eveil (voir les trois normes). Tout cela correspond à la deuxième période de cinq cents ans après la disparition du Bouddha, à la fin de l'époque du Dharma correct que le Sutra Daijuku appelle l'ère de la méditation.
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Alors, Kukai* exécuta avec les mains le mudra de la sagesse et se tourna vers le sud. Tout à coup, sa bouche s'ouvrit et il se changea en bouddha Mahavairochana doré - retrouvant ainsi sa forme originelle. Il démontrait ainsi la présence du bouddha dans le corps de chaque personne, et la présence du corps de chaque personne dans le corps du bouddha (note), ainsi que la possibilité d'atteindre immédiatement la bodhéité dans cette existence même.
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Pour prendre un autre exemple, si quelqu'un ramène chez lui de l'eau de l'océan, toute sa famille peut s'en servir. Il serait terriblement inopportun et même insensé de refuser absolument d'en faire usage pour aller chercher l'eau d'un autre océan. De même, celui qui oublierait le maître originel qui, le premier, lui a apporté l'eau de la sagesse puisée dans le grand océan du Sutra du Lotus, et en suivrait un autre à la place, sombrerait à coup sur dans le cycle sans fin des souffrances de la vie et la mort.
[...] Un disciple doit abandonner même son maître, si celui-ci s'égare. Pourtant, cela n'est pas nécessaire. Il doit prendre sa décision en tenant compte à la fois des lois de la société et du bouddhisme. Ignorants du Dharma bouddhique, la plupart des moines dans les Derniers jours du Dharma deviennent si prétentieux qu'ils méprisent le maître originel et flattent de nouveaux protecteurs.
[...] Par-dessus tout, ne suivez personne d'autre que votre maître initial et persévérez jusqu'à atteindre la bodhéité. Shakyamuni est le maître originel de tous les êtres humains, ainsi que leur souverain et leur parent.
Mise en Garde contre l'Offense au Dharma (Minobu, août 1276, au nyudo Horen)

Ces dix modalités opèrent immanquablement dans les dix mondes-états et les dix mondes-états caractérisent immanquablement à la fois le sujet et son environnement."(réf.) Zhiyi* déclare  : "Le principe profond de l'"aspect réel" est le Dharma originel de Myoho Renge Kyo." Le Grand-maître* Saicho* écrivit  : "La réalité d'ichinen sanzen est le Bouddha qui a obtenu l'Eveil par lui-même et ce Bouddha n'est doté d'aucun attribut extraordinaire."(réf.)

Maintenant que nous sommes entrés dans l'époque des Derniers jours du Dharma, si nous voulons vérifier la justesse des paroles d'or du Bouddha, le temps est venu de prendre pour objet de vénération le Bouddha atemporel et ses compagnons.
[...] Même si c'est l'époque de l'enseignement essentiel*, il n'est pas pour autant nécessaire de rejeter l'enseignement théorique*. Aucun passage, dans le Sutra du Lotus, ne stipule qu'il faut rejeter les quatorze premiers chapitres qui constituent l'enseignement théorique*. Si l'on examine l'enseignement théorique* et l'enseignement essentiel* du Sutra du Lotus en utilisant la classification en trois périodes couvrant l'ensemble des enseignements sacrés du Bouddha, on comprend que les enseignements provisoires, antérieurs au Sutra du Lotus doivent se propager à l'époque du Dharma correct  ; que l'enseignement théorique* doit se propager à l'époque du Dharma formel  ; et que l'enseignement essentiel* du Sutra du Lotus doit se répandre à l'époque des Derniers jours du Dharma. De nos jours, la pratique de honmon est primordiale et la pratique de shakumon, secondaire. Toutefois, ceux qui, pour cette raison, rejettent l'enseignement shakumon en disant qu'il ne permet pas l'Éveil et croient exclusivement à l'enseignement honmon n'ont pas compris le véritable enseignement de Nichiren. Leur vision est totalement faussée.

Cette conception des enseignements théorique* et essentiel* n'est pas de mon invention mais fut explicitée par le Bouddha. Ceux qui dénaturent ce principe important ne peuvent qu'être possédés par le Démon du sixième Ciel et précipiteront les autres avec eux dans la grande citadelle de l'enfer avici.
Sur l'établissement des Quatre Bodhisattvas (Minobu, 17 mai 1279 à Toki Jonin)

Le Grand-maître* Kukai* s'appuie encore sur les passages  : "Moi [Vairocana], j'ai réalisé qu'originellement je suis non-né."(réf.) et "Tous les phénomènes sont sans origine, fondamentalement non-nés."(réf.)
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280? , à Myoichinyo)

C'est pourquoi le lieu au moment où les Trois grands Dharmas sont énoncées est différent de celui où fut révélée la doctrine transitoire des 14 premiers chapitres du Sutra du Lotus. En fait, le lieu de la révélation des Trois grands Dharmas est la Terre originelle de la lumière toujours paisible et le Maître qui a révélé cela est le Bouddha Atemporel des trois Corps, non-soumis à la production conditionnée* (musa sanjin). Ceux qui ont reçu cet enseignement étaient eux-aussi différents, c'étaient les disciples primordiaux, qui glorifiaient le Bouddha Atemporel, les quatre bodhisattvas conduits par Jogyo. Le Bouddha les a appelés depuis la Terre de la lumière paisible pour leur transmettre son enseignement.
[...] Question : Je comprends maintenant clairement que, après la mort du Bouddha, la doctrine à enseigner fut confiée, aux disciples de l’enseignement essentiel (honmon) et à ceux de l’Enseignement transitoire (shakumon), conformément aux trois périodes du Dharma correct, du Dharma formel et des Derniers jours du Dharma. Mais je ne vois pas encore clairement sur quelle écriture est fondée votre déclaration, selon laquelle seule la doctrine contenue dans le chapitre Longévité de la Vie peut sauver les êtres vivants de cet âge impur et mauvais des Derniers jours du Dharma
Trois grands Dharmas cachés (Minobu, le 27  ? avril 1281 à Ota Kingo)

 
voir également :

Retour au dictionnaire

haut de la page