ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
trois grands ennemis (trois sortes d'ennemis)
 

Dans le chapitre Kanji* (XIII) du Sutra du Lotus, on lit que, au cours de la cinquième période de cinq cents ans, deux mille et quelques années après la disparition du Bouddha, apparaîtront trois sortes de grands ennemis du Sutra du Lotus. Notre époque actuelle correspond bien à cette cinquième période de cinq cents ans. Et moi, Nichiren, en m'interrogeant sur la véracité des paroles du Bouddha, je vois bien que ces trois sortes d'ennemis sont déjà présents. Si je ne les fais pas apparaître, je ne suis pas le Pratiquant du Sutra du Lotus. Si je les fais apparaître, j'attire inévitablement sur moi la mort et la destruction. Il est dit dans le quatrième volume du Sutra du Lotus : "Puisque haines et jalousies abondent déjà du vivant du Bouddha, ne seront-elles pas pires encore dans le monde après son trépas  ? "(réf.) Et dans le cinquième volume : "Il y aura beaucoup d'hostilité dans le monde et il sera difficile de croire."(réf.) Il est dit aussi : "Nous ne sommes pas avares de notre vie. Nous lui préférons la Voie suprême."(réf.) Et dans le sixième volume : "Ils ne donnent pas leur vie à contrecœur."(réf.)
[...] Lorsque je relis ces passages, je comprends que, si je ne fais pas apparaître les trois grands ennemis, je ne suis pas le Pratiquant du Sutra du Lotus. C'est seulement en les faisant apparaître que je peux être un véritable Pratiquant du Sutra du Lotus. Et pourtant, si je le fais, je suis presque assuré de perdre la vie. Je serai comme le vénérable Aryasimha ou le bodhisattva Aryadeva.
L'enseignement, les capacités, le temps et le pays (Izu, 10 février 1262  ? )

La raison pour laquelle ils tiennent ce langage est que, si une personne, sans se préoccuper de ce qu'en diront les autres, n'hésite pas à propager les principes du bouddhisme exactement comme ils sont énoncés dans les sutras, à une époque où ceux qui s'opposent au Dharma seront nombreux, les trois sortes d'ennemis ne manqueront pas d'apparaître et, dans bien des cas, de lui ôter la vie. Mais, comme nous le disent les sutras, si nous voyons des déformations de l'enseignement bouddhique et manquons de les condamner, ou de faire appel au dirigeant pour lui demander de les interdire, alors, nous ne sommes pas fidèles aux enseignements, et ne sommes pas dignes d'être considérés comme des disciples du Bouddha.
Conversation entre un sage et un ignorant (1265 ? à un samouraï ? )

Mais aussi bien dans le Sho-Hokekyo* que dans le Myoho-Renge-Kyo* le Bouddha a très précisement décrit le moment pour la propagation de ce Sutra comme étant "une époque effrayante et mauvaise","l'époque du Dharma dégénéré", "l'époque où le Dharma correct disparaîtra" et "la dernière des cinq périodes de cinq cents ans". Si, à une telle époque, les trois grands ennemis annoncés dans le Sutra du Lotus n'apparaissaient pas, qui pourrait avoir foi dans les paroles du Bouddha ? S'il n'y avait pas Nichiren, quel pratiquant du Sutra du Lotus* pourrait aider les prophéties du Bouddha à se réaliser ? Les trois écols du Sud, les Sept écoles du Nord*, ainsi que les sept grands temples*, furent les ennemis du Sutra du Lotus à l'époque du Dharma formel. Par conséquent, comment les moines du Zen, du Ritsu et du Nembutsu à notre époque pourraient-ils être différents ?
[...] 2 A l'époque de Zhiyi* et de Saicho*, les trois sortes d'ennemis [dont il était question plus tôt] n'étaient pas encore apparus. [Mais il faut se rappeler que], lorsque le Bouddha Shakyamuni et le bouddha Taho s'assirent côte à côte dans la Tour aux Trésors, comme le soleil et la lune, et que les bouddhas, émanations de Shakyamuni, en provenance des dix directions, vinrent s'aligner sous les arbres comme autant d'étoiles, il fut dit que, après le millénaire du Dharma correct et le millénaire du Dharma formel, au début des Derniers jours du Dharma, le Sutra du Lotus susciterait trois sortes d'ennemis. Comment cette déclaration attestée par quatre-vingts myriades de millions de nayuta de bodhisattvas pourrait-elle être pur mensonge ?
[...] 2 Cela fait maintenant environ deux mille deux cent ans que le Bouddha a disparu. Même s'il était possible de viser [avec une flèche] la terre et de la manquer, ou même si les fleurs arrêtaient de fleurir au printemps, je suis certain que ces trois grands ennemis apparaîtraient nécessairement sur la terre du Japon. Dans ce cas, qui faut-il donc compter parmi ces trois ennemis  ? Et qui faut-il considérer comme Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] 2 Devons-nous [moi et mes disciples] être rangés au nombre des trois grands ennemis  ? Ou faisons-nous partie des pratiquants du Sutra du Lotus  ? La question est difficile.
faut-il considérer comme Pratiquant du Sutra du Lotus  ?
[...] 2 Le Bouddha et Devadatta sont comme un corps et son ombre, vie après vie, ils ne sont jamais séparés. Le prince Shotoku et [son ennemi juré] Mononobe no Moriya apparurent en même temps, comme la fleur et la graine de lotus. S'il existe un Pratiquant du Sutra du Lotus, les trois grands ennemis existent aussi, immanquablement. Les trois grands ennemis sont déjà apparus. Qui, alors, est le Pratiquant du Sutra du Lotus  ? Recherchons-le pour en faire notre maître. [Comme le dit le Sutra du Lotus], trouver une telle personne est extrêmement rare, aussi rare que la chance, pour une tortue borgne, de découvrir un morceau de bois santal flottant creusé d'un trou à la taille exacte de son ventre. Question : Certains diront que les trois grands ennemis sont bien présents aujourd'hui mais qu'il n'y a pas de Pratiquant du Sutra du Lotus. Si je vous reconnaissais cette qualité de Pratiquant du Sutra du Lotus, alors, de sérieuses contradictions demeureraient.
[...] 2 Moi, Nichiren, je suis le souverain, le maître, le père et la mère de tous les habitants du Japon. Mais les adeptes de l'école Tendai [qui ne réfutent pas les écoles erronées] sont tous de grands ennemis du peuple. Comme le disait Guanding* : "Celui qui libère de son erreur la personne qui offense le Dharma agit comme un parent à son égard."
[...] 2 De nature bien différente est la prédiction [dont j'ai parlé précédemment] faite par les divers bodhisattvas en présence des bouddhas Shakyamuni et Taho et des bouddhas des dix directions, émanations du Bouddha Shakyamuni. [Au regard de cette prédiction, ] comment les trois sortes d'ennemis du Sutra du Lotus pourraient-ils ne pas être présents dans le Japon d'aujourd'hui ?
[...] 2 Ceux qui n'ont pas d'yeux, ceux qui sont borgnes, et ceux dont la vision est déformée, ne peuvent pas voir les trois sortes d'ennemis du Sutra du Lotus [qui sont apparus] au début des Derniers jours du Dharma. Mais ceux qui s'approchent, si peu que ce soit, de la vision du Bouddha, peuvent les reconnaître. "Ils s'adresseront aux souverains, aux hauts dignitaires, aux brahmanes et aux grands bienfaiteurs du bouddhisme", est-il dit dans le chapitre Kanji* (XIII). Et le moine Zhi-du* fait dans le Toshun le commentaire suivant : "Ces gens enverront des dénonciations au gouvernement, en s'opposant au Dharma et en diffamant ses pratiquants."
[...] 2 Parce que les prédictions du Bouddha ne peuvent être mensongères, le pays est déjà empli des trois sortes d'ennemis du Sutra du Lotus. Et pourtant, comme pour démentir les paroles d'or du Bouddha, il ne semble pas y avoir de Pratiquant du Sutra du Lotus [comme il l'avait prédit].
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Quant à moi, Nichiren, né au Japon dans les cinq cents premières années de l'époque des Derniers jours du Dharma, j'ai rencontré les trois grands ennemis et subi toutes sortes d'épreuves et de calamités, exactement comme le Bouddha l'avait prédit. Mais, sans ménager ni mon corps ni ma vie, je récite Namu Myoho Renge Kyo. Interrogez-vous avec la plus grande attention : Nichiren doit-il être considéré comme un maître de l'enseignement correct ou un maître des enseignements erronés ?
Réponse à Sairen-bo (Sado, le 13 avril 1272, à Sairenbo Nichijo)

De plus, ceux qui deviennent les disciples du véritable Pratiquant du Sutra du Lotus tel que le Bouddha l'enseigne seront immanquablement confrontés aux trois grands ennemis. Par conséquent, du jour même où vous croyez en ce Sutra vous devez être prêt à rencontrer ces trois sortes de persécutions qui seront à coup sur plus terribles encore après la mort du Bouddha. Bien que mes disciples aient déjà entendu cela, certains, lorsque des persécutions, grandes ou petites, s'abattent sur nous, en sont terrifiés au point de trahir leur foi. Ne les avais-je pourtant pas prévenus  ? Je leur ai enseigné jour et nuit en me fondant précisément sur le Sutra qui dit : "Puisque haine et jalousie abondent déjà du vivant du Bouddha, ne seront-elles pas pires encore dans le monde après son trépas  ? "(réf.) Vous n'avez nulle raison de prendre peur tout à coup alors que vous me voyez expulsé, blessé ou officiellement condamné et exilé - cette fois-ci en une province lointaine.
[...] Question. - Celui qui pratique comme le Bouddha l'enseigne devrait connaître une vie paisible en ce monde. (réf.) Pourquoi alors êtes-vous attaqué avec tant de force par les trois grands ennemis ?
Réponse. - Shakyamuni rencontra les Neuf grandes épreuves parce qu'il enseigna le Sutra du Lotus. Dans un lointain passé, le bodhisattva Fukyo fut attaqué à coups de bâton et de pierres. Zhu Daosheng fut exilé dans une montagne du Su-thou, le moine Fadao eut le visage marqué au fer rouge, et Aryasinha fut décapité. Le Grand-maître* Zhiyi* fut en butte à l'hostilité des trois écoles du Sud et des sept écoles du Nord. Quant au Grand-maître Saicho*, il fut dénigré par les six écoles de l'ancienne capitale Nara. Le Bouddha, ces bodhisattvas et grands sains étaient tous des adeptes du Sutra du Lotus, et malgré cela, ils subirent de grandes persécutions. Si vous niez qu'ils aient pratiqué comme le Bouddha l'enseigne, où donc trouverez-vous des personnes qui l'aient fait  ? Nous sommes à l'époque des conflits, celle où le Dharma pur a disparu. De plus, dans ce mauvais pays, le dirigeant, ses ministres, et le peuple dans son ensemble, tous calomnient le Dharma correct. Ils se sont opposés au véritable enseignement du Bouddha et révèrent des mauvais moines et des doctrines erronées. C'est pourquoi les démons ont furieusement envahi le pays, provoquant un déchaînement constant des trois calamités et des sept désastres.
[...] Imaginez qu'une personne, peu importe qui, proclame haut et fort que seul le Sutra du Lotus peut mener les hommes à la bodhéité et que tous les autres sutras, loin de leur permettre d'atteindre l'Eveil, ne peuvent que les précipiter en enfer. Observez alors ce qui se passera si cette personne essaye de réfuter les maîtres et les doctrines de toutes les autres écoles. Les trois grands ennemis ne manqueront pas d'apparaître.
[...] Comprenez donc que la personne qui pratique le Sutra du Lotus, exactement comme le Bouddha l'enseigne, sera immanquablement attaquée par les trois grands ennemis.
[...] Il est bien regrettable que tous les Japonais se réjouissent de voir Nichiren et ses disciples souffrir en proie aux trois grands ennemis ! Ce qu'il est advenu hier à l'un peut arriver aujourd'hui à l'autre. Nichiren et ses disciples ne souffriront pas longtemps, à peine plus longtemps qu'il n'en faut au givre ou à la rosée pour s'évaporer sous le soleil du matin. Quand nos prières pour atteindre la bodhéité seront réalisées et que nous résiderons dans la Terre de l'Eveil éternel où nous connaîtrons la joie sans limite du Dharma, quelle pitié nous éprouverons pour ceux qui souffrent sans répit dans les profondeurs de l'enfer  ! Et alors, comme ils nous envieront !
La Pratique telle que le Bouddha l'Enseigne (mai 1273 à plusieurs de ses disciples)

Lorsque quelqu'un reçoit de grands compliments, rien ne lui semble trop difficile à accomplir. Tel est le pouvoir des mots d'encouragement. Le pratiquant né à l'époque des Derniers jours du Dharma qui propage le Sutra du Lotus rencontrera les trois grands ennemis, qui provoqueront son exil et même sa condamnation à mort. Pourtant, le Bouddha Shakyamuni couvrira du manteau de sa bienveillance ceux qui persévéreront dans la propagation. Toutes les divinités leur feront des offrandes, les épauleront et les porteront sur leur dos. Ils possèdent la bonne fortune suprême et pourront servir de guides à tous les êtres humains. Ainsi, soutenu par les bouddhas Shakyamuni et Taho, tous les autres bouddhas et bodhisattvas, les sept catégories de divinités bénéfiques célestes et les cinq catégories de divinités terrestres, Kishimojin et ses dix Filles, les quatre Rois du Ciel, Bonten, Taishaku, le roi Yama, les divinités de l'eau et du vent, celles des mers et des montagnes, le bouddha Vairocana* les bodhisattvas Fugen et Manjushri et les divinités Nitten et Gatten, Nichiren a pu endurer d'innombrables et cruelles épreuves. Celui dont on vante les qualités n'hésite pas à prendre tous les risques mais quand il est critiqué, il peut courir inconsidérément à sa propre perte.
La véritable réalité de la vie (Sado - Ichinosawa, mai 1273 à Sairen-bo)

Mais il est vrai aussi que l'on brise les pierres pour le joyau qu'elles contiennent. Les daims sont tués pour leur chair et leur peau, les poissons pour leur saveur, le martin-pêcheur pour ses plumes splendides. Et une femme de grande beauté suscite invariablement l'envie. Nichiren se trouve dans une situation analogue. Etant le Pratiquant du Sutra du Lotus, il a subi toutes sortes de persécutions de la part des trois grands ennemis. Comme il est merveilleux que vous soyez malgré tout devenu le disciple d'un tel homme  ! Un lien semblable au nôtre est sûrement motivé par une raison profonde. Faites tous les efforts possibles pour approfondir votre foi, et pour atteindre la Terre pure du Pic du Vautour.
Les Sabres du Bien et du Mal (Sado, 21 février 1274, à Hojo Yagenta)

Moi, Nichiren, je ne suis pas le bodhisattva Jogyo mais, sans doute grâce à son aide, je comprends tout cela et je l'enseigne depuis plus de vingt ans. Une personne décidée à propager cet enseignement rencontrera inévitablement des difficultés, comme il est dit dans le Sutra  : "Haines et jalousies abondent déjà du vivant du Bouddha. Ne seront-elles pas pires encore en ce monde après son trépas  ? "(réf.) "Les gens seront pleins de haine et il sera difficile de croire."(réf.) [Parmi les trois sortes de grands ennemis dont l'apparition est prédite dans le Sutra, la première sorte d'ennemi comprend le souverain du pays, les gouverneurs des provinces et les intendants d'un domaine aussi bien que les gens du peuple. Croyant les accusations portées par les deuxième et troisième sortes d'ennemis, qui sont des moines, ils dénigrent ou calomnient le Pratiquant du Sutra du Lotus ou l'attaquent à coups de sabre et de bâton.
Réponse à Nii-ama (Minobu, 16 février 1275 à Nii-ama)

En Chine et au Japon, sont apparus par le passé des hommes dotés d'une sagesse et de capacités exceptionnelles. Mais, en défendant le Sutra du Lotus, aucun d'eux n'a suscité plus que moi l'apparition des grands ennemis dans son pays. Devant cette évidence, chacun devrait comprendre que Nichiren est le plus grand sage du monde entier. Au cours de plus de sept cents ans écoulés depuis l'introduction du bouddhisme au Japon, cinq mille ou sept mille volumes de sutra ont été lus, et l'enseignement de huit ou dix écoles a été professé. Les personnes de sagesse ont été aussi nombreuses que les tiges de riz et de chanvre et ceux qui ont propagé l'enseignement à l'étranger sont aussi innombrables que les tiges de bambous et de roseaux.
[...] Au sujet de la troisième catégorie de grands ennemis, il est dit dans le Sutra du Lotus : "...ou l'on verra des moines habiter la forêt, vêtus de haillons et vivre retirés et ils seront respectés et révérés de par le monde comme s'ils étaient des arhats dotés de six pouvoirs mystiques.". Et il est dit dans le Sutra Hatsunaion : " Il y a aussi des icchantika ayant l'apparence d'arhat mais qui commettent de mauvaises actions." Tous ces passages des sutras parlent des grands ennemis du Dharma correct. Et ce n'est pas parmi les mauvais rois, les mauvais ministres, les non bouddhistes, les démons du ciel ou parmi les moines qui transgressent les préceptes qu'on les trouve principalement. Ceux qui commettent les plus graves oppositions au Dharma se trouvent plutôt parmi les moines éminents, qui paraissent observer les préceptes et passent pour des hommes de grande sagesse.
[...] Cela correspond tout à fait à la situation à laquelle je suis aujourd'hui confronté. N'être qu'une personne ordinaire et dire, comme le fait Nichiren, que les Grands-maîtres Kukai*, Ennin*, Shubhakarasimha*, Vajrabodhi*, Amoghavajra* et leurs semblables sont les grands ennemis du Sutra du Lotus, et affirmer que, si le Sutra est véridique, ils sont sans aucun doute tombés dans l'enfer avici, est un acte extrêmement difficile.
[...] Avant qu'apparaissent dans le Sutra les mots "sans ménager sa vie", sont décrits trois sortes d'ennemis qui dénigreront et attaqueront à coups de sabre et de bâton, et mettront la vie des pratiquants en danger. Il faut lire les passages du Sutra du Nirvana qui parlent de faire son devoir "au risque de perdre la vie" et qui disent plus loin : "Il y a des personnes appelées icchantika qui se donnent l'apparence d'arhat, vivent dans des lieux reculés, et dénigrent les sutras du Mahayana. Ils passent pour de véritables arhats aux yeux de nombreux hommes ordinaires ou pour de grands bodhisattvas."
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

A ces persécutions qui se produisirent longtemps avant que le Bouddha n'enseigne le Sutra du Lotus s'en ajoutèrent d'autres plus tard, lorsqu'il exposa le Sutra lui-même. [Ce furent les doutes (note) qui s'élevèrent lorsque Shakyamuni révéla que] pendant quarante et quelques années, Shariputra, Maudgalyayana et les grands bodhisattvas avaient été en fait de grands ennemis s'opposant à la propagation du Sutra du Lotus (note).
[...] Ennin* et Enchin, comme nous l'avons vu, contredisent le passage du Sutra [du lotus] qui parle de tous les sutras que le Bouddha "a enseignés, enseigne et enseignera"(réf.). Et, ayant contredit ce passage des écritures, ne doivent-ils pas être considérés comme les grands ennemis de Shakyamuni, de Taho et des autres bouddhas des dix directions  ? On aurait pu penser que Kukai* fut celui qui commit la plus grande offense au Dharma, mais Ennin* et Enchin enseignèrent des erreurs encore plus graves que celles de Kukai*.
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

En voyant un moine qui lit et pratique le Sutra du Lotus tel qu'il fut enseigné, ils éprouveront haine et jalousie à son égard, le traiteront d'ignare ou qualifieront ses conceptions de gravement erronées ; ils le diront totalement dénué de bienveillance, et prétendront qu'il enseigne une doctrine non bouddhique. Et comme ces moines bénéficieront de la considération et de la confiance du souverain, tous, jusqu'aux personnes des plus basses conditions, leur feront des offrandes comme s'ils étaient des bouddhas. Ainsi le Bouddha a-t-il enseigné que ceux qui récitent et pratiquent le Sutra du Lotus en suivant fidèlement son enseignement s'attireront immanquablement la haine de ces trois sortes d'ennemis.
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277 ? à Myoho-ama)

Dans la période qui suivit, les trois Grands-maîtres Kukai*, Ennin* et Enchin, en prétendant s'appuyer sur des enseignements faisant autorité en Chine, soutinrent l'idée que le Sutra Vairocana* et les deux autres principaux sutras du Shingon étaient supérieurs au Sutra du Lotus. De plus, ils qualifièrent d'"école" les enseignements Shingon, terme que le Grand-maître* Saicho* n'avait délibérément jamais utilisé. Le Shingon fut donc reconnu comme la huitième école bouddhique du Japon. Chacun de ces trois hommes obtint de l'empereur qu'il promulgue un édit [en faveur des enseignements du Shingon] et ils propagèrent leur doctrine dans tout le Japon, de sorte que tous les temples s'opposèrent ensemble au Sutra du Lotus. Ainsi, ils rejetèrent totalement le passage [établissant que le Sutra du Lotus est le plus élevé de tous les sutras] "que j'ai enseignés, que j'enseigne et que j'enseignerai." Ils devinrent les grands ennemis de Shakyamuni, de Taho et des autres bouddhas des dix directions.
Les Quatre Etapes de la foi (Minobu ; 10 avril 1277 (  ? ) à Toki Jonin)

Ce que vous dites à propos du seigneur Niida (note) est sans doute exact. J'ai aussi entendu parler des gens d'Okitsu. Si l'occasion s'en présente, vous devriez vous conduire exactement de la même manière. Si des personnes de haut rang vous reprochent votre foi, considérez-les comme les grands ennemis du Sutra du Lotus et pensez que c'est une grande chance de les rencontrer, un événement aussi rare que la floraison de l'udumbara ou que le fait, pour la tortue borgne de trouver un morceau de bois de santal flottant. Répondez-leur avec calme et résolution.
La protection de Bonten et de Taishaku (Minobu, 15 mai 1277 à Nanjo Tokimitsu)

Ce qui se passe dans le domaine du bouddhisme, de nos jours, au Japon, est de même nature. C'est une autre forme de rébellion. Le Sutra du Lotus équivaut au souverain suprême, tandis que le Shingon, l'école Jodo, le Zen et les moines Ritsu, avec leurs petits sutras Vairocana* et Kammuryoju, sont devenus les grands ennemis du Sutra du Lotus. Pourtant, les femmes du Japon, sans avoir conscience de leur ignorance, considèrent Nichiren, qui vient à leur secours, comme leur ennemi. Et, bien à tort, elles prennent les adeptes du Nembutsu et les moines du Zen, du Ritsu et du Shingon, qui sont en réalité leurs plus grands ennemis, pour de bons amis et des maîtres bouddhiques. En considérant Nichiren, qui s'efforce de les secourir, comme leur pire ennemi, ces femmes se sont liguées pour me calomnier auprès du gouvernement, et ont obtenu par le passé de me faire exiler d'abord dans la province d'Izu, puis encore, sur l'île de Sado.
Le sutra permettant véritablement d'honorer sa dette (Minobu, le 28 juillet 1278 à Sennichi-ama)

Tout au long des sept règnes des divinités célestes, des cinq règnes des divinités terrestres, et du règne des plus de quatre-vingt-dix souverains humains du Japon, personne n'a jamais été plus haï que moi, Nichiren, par les trois grands ennemis pour sa fidélité au Sutra du Lotus. Notre lien ne peut donc pas être un lien ordinaire qui vous pousse à venir rendre visite à un homme que tous, du plus haut placé au plus bas, détestent à ce point.
Enseignement correspondant à l'esprit du Bouddha (Minobu, le 2 mai 1279, à Niike Saemon-no-jo)

Les moines des écoles Kegon, Shingon et Nembutsu, comme ceux des écoles Ritsu et Zen, se vantent de respecter rigoureusement les préceptes, d'avoir une conduite honnête et de posséder une grande sagesse. Mais, en réalité, ils sont dans la situation de personnes nées dans des familles fomentant la rébellion d'inférieurs contre leur supérieur. En ce sens, ils sont les grands ennemis du Sutra du Lotus. Comment pourraient-ils éviter de tomber dans la grande citadelle de l'enfer avici   ? Parmi les adeptes des quatre-vingt quinze sortes d'écoles non bouddhiques (note) beaucoup étaient certainement honnêtes et sages. Mais parce qu'ils croyaient en des enseignements erronés, légués par les deux divinités et les trois ascètes, ils furent condamnés à renaître dans les voies mauvaises de l'existence.
Chevaux blancs et cygnes blancs (Minobu, 14 août.1280, à la dame d'Utsubusa)

 

 

haut de la page
retour