ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
esprits maléfiques - akki
 

Les hommes d'aujourd'hui se détournent tous du Dharma correct, et tous, jusqu'au dernier, se soumettent au mal. C'est pourquoi les divinités bienveillantes ont abandonné le pays, et les sages partent pour ne plus revenir. Ils sont remplacés par des démons et des esprits maléfiques, des désastres et des fléaux qui surgissent les uns après les autres.
[...] On peut lire dans le Sutra Ninno : "Quand un pays connaît des désordres, ce sont les esprits maléfiques qui montrent d'abord des signes d'agitation. Parce que ces esprits maléfiques s'agitent, tous les hommes du pays sombrent dans la discorde. Les envahisseurs viennent piller le pays, et les gens du peuple sont anéantis. Le souverain, les principaux ministres, l'héritier présomptif ainsi que les autres princes et officiels du gouvernement se querellent, chacun prétendant avoir raison.
[...] Si les hommes rejettent les doctrines parfaites au profit de celles qui sont incomplètes, le monde peut-il échapper aux manigances des esprits maléfiques  ? Plutôt que d'offrir dix mille prières en guise de remède, il suffirait de bannir cette doctrine, source de tous les maux ! "
[...] En examinant attentivement la situation présente à la lumière de ce passage, nous constatons que les divers esprits maléfiques se déchaînent depuis quelque temps, et que bien des gens ont péri. Si le premier désastre prédit dans le sutra s'est déjà produit, et il est évident que c'est le cas, comment pouvons-nous douter de la venue des autres désastres  ? Si, en rétribution des doctrines mauvaises actuellement respectées, les désastres qui ne sont pas encore apparus nous accablent l'un après l'autre, ne sera-t-il pas trop tard pour réagir  ?
Rissho Ankoku ron
(
Kamakura, juillet 1260)

Bien que sans femme ni enfant, je passe dans le pays entier pour un moine qui transgresse les règles de bonne conduite, et, alors que je n'ai même pas tué une fourmi ou un grillon, j'ai la réputation d'un malfaiteur dans le pays entier. Cela pourrait se comparer à la situation du Bouddha Shakyamuni qui, toute sa vie durant, fut calomnié par de nombreux brahmanes. On dirait - uniquement parce que ma foi est un peu plus conforme aux enseignements du Sutra du Lotus que celle des autres - que des esprits maléfiques ont pénétré leur corps et les poussent à me haïr.
Les quatre sortes de reconnaissance (
Izu, le 16 janvier 1262 à Kudo Yoshitaka)

Tant qu’un homme qui a pénétré l'esprit du Sutra du Lotus ne procède pas à la cérémonie d'ouverture des yeux d’une image sculptée ou peinte, cette image sera comme une maison sans maître visitée par un voleur ou comme un esprit maléfique pénétrant le corps d’une personne au moment de sa mort. Or, de nos jours, l’ouverture des yeux des bouddhas du Japon est effectuée par le rite shingon. Aussi, les esprits maléfiques y pénètrent et s’approprient la vie des êtres. Les esprits maléfiques sont appelés "ceux qui dérobent la vie". Les démons y pénètrent, privant les êtres des bienfaits bouddhiques. Les démons sont appelés "ceux qui dérobent les bienfaits bouddhiques". Or, c’est parce que les hommes vénèrent des esprits maléfiques que la nation sera détruite dans la vie présente. Parce qu’ils respectent des démons, ils tomberont dans l'enfer avici dans la vie suivante..
Lorsque l'esprit d'un homme quitte le corps après la mort, un esprit maléfique peut s'en emparer et détruire sa descendance. C'est ce que l'on entend en parlant des esprits faméliques* qui se dévorent eux-mêmes. A l'inverse, si une personne avisée loue le Sutra du Lotus et en recouvre le défunt, alors, bien que sa dépouille demeure, son esprit devient le Corps du Dharma*. Cela est conforme au principe de shojin tokunin (obtention de l'acceptation patiente dès cette vie)
L’ouverture des yeux des images sculptées ou peintes (Kamakura 1264)

Plus tard, à l'époque de l'empereur retiré Go-Toba, à l'ère Kennin [1201-1204], deux hommes apparurent, Honen et Dainichi, qui eurent l'arrogance de se croire plus sages que tous les autres. Leurs corps étaient possédés par les esprits maléfiques, et ils allèrent dans tout le pays égarer les hommes de haute comme de basse condition, jusqu'à ce que tout le monde pratique le Nembutsu ou rejoigne en toute hâte l'école Zen.
Il en résulta que Tensho Daijin*, Hachiman, et les esprits des sept sanctuaires du Sanno, qui gardent et protègent le Mont Hiei, ainsi que les diverses autres divinités bienveillantes qui protègent l'ensemble du pays, ne purent plus goûter la saveur du Dharma. Leur pouvoir et leur éclat pâlirent, et ils abandonnèrent le pays. Ainsi, les esprits maléfiques purent y pénétrer et provoquer désastres et fléaux. Comme je l'ai indiqué dans le Rissho Ankoku Ron, de tels désastres étaient des présages annonçant que notre pays serait finalement détruit par une nation étrangère.
Genèse du Rissho Ankoku Ron
(
Kamakura, le 5 avril 1268, à un homme du nom de Hokan-bo)

Non seulement l'école Tendai, mais aussi l'école Shingon et les Six écoles de Nara furent contraintes de céder leurs terres et leurs domaines aux nouvelles écoles erronées, et le Dharma correct ne fut plus propagé. Il en résulta que la déesse de la Lumière solaire, le dieu Hachiman, la divinité de la montagne du Mont Hiei, et les autres divinités bienveillantes qui protègent le pays, ne pouvant plus désormais goûter la saveur du Dharma correct, abandonnèrent le pays. Des esprits maléfiques apparurent pour prendre leur place, et il devint évident que le pays était condamné.
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Lorsque j'observe la situation du Japon, je constate que le Roi-Démon du sixième Ciel a pénétré le corps des personnes de sagesse, transformant les maîtres de l'enseignement correct en maîtres des enseignements erronés, les maîtres bienveillants en maîtres malveillants. Tel est le sens des mots du Sutra : "Des démons maléfiques (akki) s'empareront des autres."
Réponse à Sairen-bo (
Sado, le 13 avril 1272, à Sairenbo Nichijo)

Il est dit dans le Sutra : "Les démons, les gens sous leur influence, les esprits du ciel et de la mer, des démons maléfiques appelés yaksha, des démons qui sapent la vitalité humaine et d'autres encore prendront l'avantage."(réf.) Un autre sutra énumère ces autres démons  : "Les yaksha, des démons subtils, des démons affamés, des démons de la saleté, des démons vengeurs, rouges, oranges, noirs et bleus, etc."(réf.) Ces passages expliquent que ceux qui, dans des vies précédentes, ont suivi les enseignements des quatre saveurs ou les Trois doctrines, le brahmanisme, ou les doctrines du monde des hommes et du ciel (note) apparaissent dans cette vie sous forme de démons, d'esprits ou d'êtres humains qui persécutent le Pratiquant de l'enseignement véritable et parfait quand ils le voient ou l'entendent.
Sur les prédictions du Bouddha (
Sado, 11 mai 1273 aux croyants)

Mais, comme l'hostilité à mon encontre n'a fait que grandir, le ciel, dans sa sagesse, a demandé aux sages d'un pays voisin de renforcer la punition (note) et a provoqué l'invasion du pays par de grands esprits maléfiques qui égarent l'esprit du peuple et le poussent à se rebeller contre ses propres gouvernants (note).
Le choix en fonction du temps 
(Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

L'Ainsi-Venu se servit de sa mort comme d'un moyen pour enseigner l'éternité de la vie, et de la maladie, pour illustrer le pouvoir du bouddhisme." Il y dit ainsi que "Il y a six causes de maladie : 1. Le déséquilibre des quatre éléments, 2. La consommation immodérée de nourriture et de boisson. 3. Une mauvaise posture corporelle. 4. L'attaque d'esprits maléfiques [de l'extérieur]. 5. L'action de démons [de l'intérieur]. 6. Les effets du karma."
La Guérison des Maladies Karmiques (Minobu, 3 novembre 1275, à Ota Jomyo)

A ce moment précis, de grands démons, venus de tous les mondes des dix directions, empliront le Jambudvipa et s'empareront des Quatre sortes de croyants, les incitant à blesser leurs parents ou à tuer leurs propres frères et soeurs. Ces esprits maléfiques pénétreront tout particulièrement le coeur de moines et de nonnes partout considérés comme des sages, apparemment rigoureux dans l'observance des préceptes. Et par l'intermédiaire de ces faux sages, les démons tromperont le souverain du pays et ses ministres.
Réponse au nyudo Takahashi (
Minobu, 1275 au nyudu Takahashi Rokuru Hyoe)

Dans le Sutra Kegon*, il est dit : "Les femmes sont des messagers de l'enfer qui peuvent détruire les graines de la bodhéité. Elles peuvent revêtir l'apparence de bodhisattva mais en réalité leur coeur est comparable à celui des démons yaksha." Et dans le Sutra Gonjikinyo, on lit que même si les yeux des bouddhas des trois phases de la vie sortaient de leurs orbites pour tomber au sol, aucune femme dans l'univers ne pourrait jamais devenir bouddha. Dans un autre sutra il est écrit : "Les femmes sont de grands esprits maléfiques qui dévorent tous les êtres humains."
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)

Je dois, avec le plus grand respect, vous faire remarquer que, lorsqu'il se trouvait à Kyoto, le moine Ryuzo mangeait soir et matin de la chair humaine ; et, lorsque le fait fut connu, les moines du temple Enrakyu-ji, sur le Mont Hiei, se liguèrent contre lui, en disant : "Le monde est entré dans l'époque des Derniers jours du Dharma et les esprits maléfiques se répandent à travers tout le pays. Nous devons les vaincre par le pouvoir du Roi de la montagne." Ils incendièrent la résidence de Ryuzo et voulurent le punir, mais il prit rapidement la fuite et personne ne savait plus où il se trouvait.
Lettre de pétition de Yorimoto (
Minobu, le 25 juin 1277, requête au seigneur Ema au nom de Shijo Kingo)

Quant à Daishin-bo, comme je vous l'ai déjà dit, envoyez-lui une lettre réfutant point par point ses arguments. Il est possible que les Dix Filles-démones l'aient ramené à notre foi. Peut-être l'envoyé du Roi-démon qui l'a possédé un moment l'a-t-il maintenant quitté. Le Sutra dans lequel il est écrit  : "Des démons maléfiques posséderont les autres"(réf.) ne peut mentir.
Le troisième enseignement (
Minobu, 1er octobre 1277, à Toki Jonin)

Depuis quelques années, au Japon, la famine s'aggrave, les réserves de nourriture et de vêtements sont épuisées. Tous les animaux domestiques ayant été mangés, on voit apparaître des gens qui se nourrissent de chair humaine. Certains arrachent la chair des cadavres, des enfants et des malades, la mélangent avec du poisson ou de la viande de daim, et la vendent. Les gens achètent cette mixture et la mangent. Ainsi, ce pays est devenu à son insu la demeure des démons maléfiques (akki).
Pas de sécurité dans le Monde des trois plans (
Minobu, 13 février 1278 à Matsuno Rokuro Zaemon)

Est-il vrai que quelqu'un soit malade dans votre famille  ? En ce cas, il ne peut s'agir que de l'œuvre de démons maléfiques. Les dix Filles-démones veulent sans doute tester la force de votre foi. Aucun des démons [mentionnés dans le Sutra du Lotus] ne risquerait d'avoir la tête brisée [en guise de châtiment] en faisant souffrir un pratiquant du Sutra du Lotus. Ayez la ferme conviction que le Bouddha Shakyamuni et le Sutra du Lotus ne peuvent mentir.
Les deux sortes de croyance (Minobu, 25 février 1278 à Nanjo Tokimitsu)

Est-il vrai que quelqu'un soit malade dans votre famille  ? En ce cas, il ne peut s'agir que de l'œuvre de démons maléfiques (akki). Les dix Filles-démones veulent sans doute tester la force de votre foi. Aucun des démons [mentionnés dans le Sutra du Lotus] ne risquerait d'avoir la tête brisée [en guise de châtiment] en faisant souffrir un pratiquant du Sutra du Lotus.
Les deux sortes de croyance (Minobu, 25 février 1278 à Nanjo Tokimitsu)

Il y a deux sortes de démons, les bons et les mauvais. Les bons démons se nourrissent des ennemis du Sutra du Lotus, tandis que les mauvais démons se nourrissent des pratiquants du Sutra du Lotus. Comment devrions-nous interpréter les grandes épidémies qui ont sévi au Japon l'année dernière et cette année  ? Dans certains cas, elle sont l'œuvre de bons démons qui dévorent les ennemis du Sutra du Lotus avec l'approbation de Bonten, de Taishaku, des divinités Nitten, Gatten et les quatre Rois du Ciel. Mais, dans d'autres cas, elles sont l'œuvre de démons maléfiques qui se nourrissent des pratiquants du Sutra du Lotus sur l'ordre du Démon du sixième Ciel. Les bons démons dévorant les ennemis du Sutra du Lotus sont comparables aux soldats du gouvernement punissant les ennemis du dirigeant. Mais les démons maléfiques (akki) qui dévorent les pratiquants du Sutra du Lotus sont comparables à des voleurs et des maraudeurs de nuit assassinant les soldats du gouvernement.
[...] Vous devriez réfléchir, à la lumière de ces exemples, aux deux sortes de démons mentionnés plus haut, aussi bien qu'aux raisons pour lesquelles les épidémies se répandent parmi les gens, de nos jours, et pour lesquelles aussi certains de mes disciples tombent malades et meurent. Vous verrez que, dans certains cas, ceux qui consacrent leur vie au Dharma ne tomberont pas malades, ou que, même s'ils tombent malades, ils guériront. Dans d'autres cas, s'ils rencontrent de grands démons maléfiques (akki), ils perdront peut-être la vie.
[...] Tous les maîtres Shingon au Japon sont possédés par les esprits maléfiques, et, parce que les moines du Zen et du Nembutsu s'opposent tous à Nichiren, ces démons se déchaînent partout dans le pays. De plus, les serviteurs de Bonten, de Taishaku, des divinités Nitten, Gatten et des Jurasetsu ont, eux aussi, essaimé dans le Japon entier, et chacun des deux camps lutte farouchement pour obtenir la défaite de l'autre.
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (
Minobu, juin 1278, à Dame Nichinyo)

Si bien qu'aucune représentation du Bouddha dans les temples et les pagodes du Japon, même offrant l'apparence d'un bouddha, n'est véritablement habitée par l'esprit du Bouddha. Ces images n'incarnent que l'esprit de personnes ordinaires vivant dans les neuf états inférieurs. C'est ainsi que s'est instaurée la coutume de révérer des maîtres ignorants comme s'ils étaient des sages.
[...] Toutes ces pratiques ne font que dilapider le budget de l'Etat ; ce ne sont pas des prières efficaces. Au contraire, elles transforment les bouddhas en esprits maléfiques et en démons. C'est là l'origine des troubles des gouvernants aussi bien que du peuple.
[...] Sous le règne de l'empereur Kimmei, trentième souverain de forme humaine, les vertus liées à l'observance des préceptes dans des vies antérieures avaient presque entièrement disparu du pays. Et un nombre toujours croissant de personnes, à l'esprit entièrement dominé par le mal, apparurent. Les esprits bienveillants, de plus en plus faibles, étaient de moins en moins capables de résister aux esprits maléfiques. Les enseignements confucéens étaient trop légers pour contrebalancer les fautes des gens, devenues très lourdes.
Le roi Rinda (
Minobu, le 17 août 1279 à Soya Doso, fils de Soya Kyoshin)

Voir également : démons

 

haut de la page
retour au dictionnaire