ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Asura
 

Concevrait-on qu'un asura ait du mal à traverser l'océan  ? [...] Désormais, si vous voulez atteindre la bodhéité, il vous suffira d'abaisser la bannière de votre arrogance, de jeter le bâton de votre colère, et de vous consacrer totalement au Véhicule unique du Sutra du Lotus. La gloire et le profit en ce monde ne sont que de simples hochets de votre existence présente, et la vanité et les préjugés sont les cordes que vous ligoteront dans la prochaine vie.
Questions et réponses sur la pratique du Sutra du Lotus
(Kamakura, mars 1263   ? )

Nous ne distinguons pas mieux les couleurs et les formes que l'oeil d'un mouton. Nos états d'avidité, d'asura d'ignorance sont si profonds que nous commettons chaque jour les dix mauvaises actions et, même sans commettre les cinq forfaits, nous nous rendons quotidiennement coupables de fautes similaires.
Encouragements à une personne malade (13 décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)

Tantôt nous éprouvons la souffrance d'être blessés et tués dans le monde-état de l'animalité, nous subissons les blessures et les meurtres qui sont le lot d'un monde où les petits sont avalés par les grands, où les courts sont engloutis par les longs. Tantôt nous sommes confrontés aux querelles et aux conflits du monde-état des asuras.
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ?à un samouraï   ? )

Lorsque le vénérable Shakyamuni enseigna le chapitre Juryo*, il déclara, en faisant allusion à ce que tous les êtres vivants avaient entendu dans les enseignements antérieurs au Sutra du Lotus et dans l'enseignement théorique* du Sutra du Lotus : "Tous les êtres dans les mondes-états du ciel et des hommes et tous les asuras pensent que Shakyamuni atteignit l'Eveil suprême après avoir quitté le palais des Shakya et s'être assis sur le lieu de méditation, non loin de la ville de Gaya."(réf.)
Le coeur du chapitre Juryo (
17 avril 1271 ou 1272)

Le Bouddha enseigna alors le chapitre Juryo* (XVI). Se référant tout d'abord à la version des événements présentée dans les sutras antérieurs et dans l'enseignement théorique du Sutra du Lotus, il dit : "Tous les dieux, hommes et asuras de ce monde croient qu'après avoir quitté le palais des Shakya, Shakyamuni s'assit à l'endroit de la révélation non loin de la ville de Gaya et atteignit là l'Eveil suprême."(réf.)
[...] Pendant huit ans, Liu Bang et Xiang Yu se disputèrent l'empire de Chine  ; pendant sept ans, Minamoto no Yoritomo et Taira no Munemori se battirent pour les îles du Japon ; Taishaku lutta contre les asuras, et les rois-dragons contre les oiseaux garuda au lac de Glace. La lutte pour déterminer quel sutra est supérieur aux autres est encore plus violente.
[...] Ceux qui n'ont pas commis l'erreur de s'opposer au Sutra du Lotus dans leurs existences passées et qui pratiquent le Sutra du Lotus dans leur vie présente, s'ils sont accusés à tort de crimes qu'ils n'ont pas commis, leurs persécuteurs subiront immédiatement une rétribution négative. Ils [ces persécuteurs] seront comparables aux asuras qui lancent des flèches à Taishaku ou aux oiseaux garuda qui veulent dévorer les Rois-dragons du lac de Glace, mais ne font en définitive que se détruire eux-mêmes.
[...] Question : Vous affirmez que les adeptes du Nembutsu et du Zen tomberont dans l'enfer avici. C'est la marque d'un esprit batailleur. Vous-même, vous risquez de tomber dans la voie des asuras. De plus, il est dit dans le chapitre Anrakugyo* (XIV) du Sutra du Lotus : "Il n'est pas souhaitable de parler des fautes d'autrui ou des défauts des sutras ; il n'est pas bon non plus de mépriser d'autres moines qui enseignent le Dharma." N'est-ce pas parce que vous allez à l'encontre de ce passage du Sutra que le ciel vous a abandonné  ? [...]  Quand le Sutra dit (réf.)   : "Balin et les autres rois des asuras obtiendront l'Eveil en entendant juste une phrase ou un vers du Sutra" ; il démontre que le monde de l'orgueil possède en puissance les dix mondes-états.
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Un homme arrogant est terrassé par la peur lorsqu'il est confronté à un puissant ennemi, exactement comme cet asura orgueilleux qui rapetissa pour se cacher dans une fleur de lotus, sur le lac Munetchi, lorsque Taishaku lui fit des remontrances.
Asura prétendit que le Bouddha n'avait que dix-huit fonctions sensorielles alors que lui en possédait dix-neuf.
La Lettre de Sado
(
Sado, 20 mars 1272, à Toki Jonin)

Si ceux qui se trouvent dans le monde-état des hommes n'observent pas les préceptes et ne pratiquent pas le bien, après leur mort, ils renaîtront pour la plupart dans le monde des asuras. Et si les personnes dans le monde-état des asuras sont très nombreuses, leur orgueil ne cessera de croître et, inévitablement, elles se lanceront à l'attaque du Ciel.
Mais si les personnes nées dans le monde-état des hommes observent les préceptes et pratiquent le bien, après leur mort, elles renaîtront immanquablement dans le monde-état du Ciel. Si les personnes dans le monde-état du Ciel sont très nombreuses, les asuras auront peur d'elles et n'oseront pas s'attaquer au Ciel. Voilà pourquoi le Ciel protège immanquablement les personnes qui observent les préceptes et pratiquent le bien.
[...] Nanda et les innombrables autres rois-dragons et rois asura qui vivent au fond des mers (...) les divinités des fleuves et des cours d'eau, et les divinités de la montagne : tous faisaient partie de l'honorable assemblée quand fut exposé le Sutra du Lotus.
Sur la prière (
Sado, 1272 à Sairen-bo)

Quand nous regardons le visage des autres, il nous paraît tantôt joyeux, tantôt furieux, tantôt calme. Parfois ce visage exprime l'avidité, parfois la stupidité, parfois la méchanceté. La fureur est le monde de l'enfer ; la convoitise, le monde des esprits affamés ; la bêtise, le monde de l'animalité ; la méchanceté, le monde des asuras ; la joie, le monde du ciel et le calme, le monde de l'humanité. Ces mondes, les Six Voies, s'expriment tous physiquement sur le visage d'une personne. Les autres Quatre Nobles Mondes sont cachés et latents.
[...]  Réfléchissons aux phénomènes qui viennent récemment de se produire, tremblements de terre, apparition de comètes et autres calamités telles qu'on n'en vit jamais aux époques du Dharma correct et du Dharma formel. Ils ne peuvent pas être l'œuvre des garuda, asuras ou dragons ; ce sont seulement des présages qui annoncent l'apparition des Quatre grands bodhisattvas.
Le véritable objet de vénération (
Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Le démon Asura qui voulut décocher une flèche au dieu Taishaku vit sa flèche rebondir et c'est l'œil de celui qui l'avait lancée qu'elle revint crever. Quand les oiseaux garuda s'efforcèrent de cracher des flammes sur le Roi-dragon Anavatapta, ils furent consumés par les flammes qui émanaient de leurs propres corps. Le pratiquant du Sutra du Lotus est-il inférieur à Taishaku ou au Roi-dragon Anavatapta  ? Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (Sado, 1273 à Shijo Kingo)

On dit qu'un asura qui avait essayé de tuer d'une flèche le soleil et la lune, tira cette flèche dans son propre oeil, et qu'un chien qui aboya après le roi des lions s'explosa le ventre.
[...] Ma tristesse est d'être né dans une époque de querelles et de conflits qui transforment ce pays un royaume d'asuras.
Shinkoku-o (Minobu, février 1275)

On dit que si un chien aboie après un lion, ses entrailles pourriront. L'asura qui décocha une flèche au soleil eut la tête brisée en sept morceaux. Les divers maîtres du Shingon, sont comme le chien ou l'asura, et les pratiquants du Sutra du Lotus sont comme le soleil ou le lion.
La suprématie du Dharma (
Minobu, 4 août 1275, à Oto, fille de Nichimyo)

C'est à une époque aussi reculée, dans le lointain passé de sanzen-jintengo, que les trois groupes de disciples de Shakyamuni, comprenant, Mahakashyapa, Ananda et Rahula, eurent connaissance du Sutra du Lotus par la bouche d'un bodhisattva, seizième fils du bouddha Daitsu. Pourtant, trompés par des personnes mauvaises, ils finirent par abandonner le Sutra du Lotus. (...) Poursuivant leur régression, ils traversèrent les états relativement heureux de bonheur céleste et d'humanité pour échouer finalement dans les voies mauvaises. Pendant cette période de sanzen-jintengo, ils naquirent le plus souvent dans l'enfer avici. Quelquefois, ils se trouvèrent dans les sept enfers principaux, ou moins fréquemment dans les cent et quelques autres enfers. En de très rares occasions, ils obtinrent des vies dominées par l'avidité, l'animalité ou asura, et durent attendre des myriades de kalpa pour pouvoir renaître en tant qu'êtres humains dans des vies dominées par les états des Hommes et du Ciel.
[...]
Un chien peut aboyer après une biche sans avoir le crâne brisé, mais s'il aboie après un lion, il se fera éventrer et l'on verra ses entrailles pourrir. L'asura essaya d'avaler le soleil et la lune, et eut la ête brisée en sept morceaux... La gravité d'une offense dépend de la qualité de celui qu'elle touche.
[...]
Quel ne dut pas être le désespoir des soldats partis à la rencontre des envahisseurs ! Ils avaient dû laisser derrière eu des parents âgés, des enfants en bas-âge, de jeunes épouses et des foyers qu'ils aimaient pour aller défendre la côte face à une mer inconnue et effrayante. Lorsqu'ils voyaient des nuages à l'horizon, ils les prenaient pour les drapeaux de l'ennemi. A la vue de simples bateaux de pêche, qu'ils prirent pour des bateaux de guerre mongols, ils furent paralysés par la peur. Une ou deux fois par jour, ils montaient sur les collines pour scruter la mer. Trois ou quatre fois au milieu de la nuit, ils sellaient et dessellaient leurs chevaux. Ils ressentirent l'absolue réalité du monde asura dans leur propre vie. Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275, aux frères Ikegami)

C'est de cette manière que le Grand-maître Zhiyi* les admonesta. On aurait dit la lumière éclatante du soleil et de la lune frappant les yeux des asuras, ou l'épée du roi de Han, posée sur le cou de ses barons, si bien que ses opposants fermèrent les yeux et baissèrent la tête. Par son comportement, Zhiyi* ressemblait au roi des animaux, à un lion dont le rugissement fait fuir les renards et les lapins, à un faucon ou à un aigle fondant sur des pigeons ou des faisans.
[...] Le temple Onjo-ji, représentant les disciples de Enchin* dans l'école Tendai, se battait sans arrêt avec le temple Enryaku-ji du Mont Hiei qui représentait les disciples d'Ennin* à l'intérieur de la même école (note) et ils s'affrontaient avec autant de violence que des asuras et des dragons. malfaisants.
[...] Mais la situation aujourd'hui est bien plus grave. Ceux qui s'opposent au Dharma emplissent le pays, et moi, Nichiren, je les attaque, fermement décidé à défendre ce qui est juste et correct.
C'est un combat sans merci, aussi féroce que celui des démons asura contre le dieu Taishaku, ou du Bouddha contre le Roi-Démon.
[...] De même, en ce qui concerne le rêve d'Ennin* : dans les cinq mille ou sept mille volumes des écrits bouddhiques, aussi bien que dans plus de trois mille volumes de littérature non bouddhique, où est-il écrit que le rêve de transpercer le soleil d'une flèche est un rêve de bon augure  ? Le roi des asuras, par haine envers le dieu Taishaku, décocha une flèche au soleil mais cette flèche revint se planter dans son oeil.
Cela vaut donc aussi pour le Sutra du Lotus. Les cinq caractères Myo Ho Ren Ge Kyo (...) représentent le Dharma correct qui régit tous les bouddhas et bodhisattvas, les personnes des deux véhicules et toutes les divinités du ciel, les êtres humains, les asuras et les dieux-dragons.
[...] A tout moment désormais, le bouddhisme peut disparaître et le pays être détruit ! "
Effrayées, les personnes ordinaires ont donc claqué des mains et fait courir leur langue, en disant : "Dès que les moines de ces deux formes de bouddhisme, le Mahayana et le Hinayana, apparaissent ensemble, leurs adeptes se battent comme Taishaku et les asuras, ou comme Xiang Yu et Gaozu se disputant la possession du royaume ! "
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Par conséquent, quand on a récité une fois Myoho Renge Kyo, par ce seul son, on fait jaillir et apparaître l'état de bouddha de tous les bouddha, de tous les dharma, de tous les bodhisattvas, de tous les auditeurs-shravakas ; de toutes les divinités telles que Bonten, Taishaku, et le roi Yama, Nitten, Gatten, des myriades d'étoiles, des divinités célestes aussi bien que terrestres, et de tous les êtres humains dans les mondes-états d'enfer, d'avidité, d'animalité, d'asura, d'humanité et de bonheur divin aussi bien que l'état de bouddha de tous les autres êtres vivants.
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, le mars 1277  ?à Myoho-ama)

Il semble que ces calamités se produisent parce qu'il y a, dans le pays, un sage que le peuple hait. C'est le même principe qui fait dire qu'un chien qui aboie contre un lion aura les entrailles arrachées, et qu'un asura qui essaie d'avaler le soleil et la lune aura la tête brisée. Les deux tiers de la population du Japon ont déjà été touchés par les épidémies, et, parmi eux, une personne sur deux a péri. Les gens du dernier tiers ne sont peut-être pas corporellement affectés, mais ils sont mentalement perturbés. De manière visible ou invisible, il est certain qu'ils ont eu la tête brisée.
Grandes lignes du chapitre Zokurui et d'autres (
Minobu, le sixième mois de 1278, à Dame Nichinyo)

L'enfer est une effroyable demeure en flammes et l'avidité un état misérable dans lequel les esprits affamés dévorent leurs propres enfants. Le monde-état d'asura est une guerre perpétuelle et l'animalité consiste à s'entretuer.
Lettre à Niike (
Minobu, février 1280 à Niike Saemon no jo)

Le Pratiquant du Sutra du Lotus est peut être de condition modeste, mais les divinités célestes qui le protègent sont d'une force terrifiante. Si un démon asura tente de dévorer le soleil ou la lune, il a la ête brisée en sept morceaux. Si un chien aboie sur le passage d'un lion, ses entrailles iront pourrir au soleil. Je vois le même phénomène se produire actuellement au Japon.
Le corps et l'esprit des simples mortels (Minobu, à un disciple. Fragment)

 
Voir également : arrogance
 

Retour à asura

haut de la page