ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Cérémonie dans les Airs
 

Laissons de côté pour l'instant la deuxième partie du Sutra, la révélation. Dans la partie suivante, celle de la transmission, avec les trois déclarations du chapitre Hoto* (XI), le Bouddha confie la tâche de la propagation à l'Assemblée réunie au Pic du Vautour, présente à la Cérémonie dans les Airs. Quant au voeu [de propager le Dharma] formulé dans le chapitre Kanji* (XIII) par vingt mille, quatre-vingt mille, quatre-vingts myriades de millions de nayuta de grands bodhisattvas, un homme comme moi, d'une sagesse superficielle, a du mal à le comprendre.
La lettre de Teradomari (
Teradomari, le 22 octobre 1271, à Toki Jonin)

Parmi ces innombrables grands bodhisattvas se trouvaient quatre grands sages appelés Jogyo, Muhengyo, Jyogyo et Anryugyo. Les autres bodhisattvas, présents dans les Airs ou assis au Pic du Vautour, n'auraient pas eu l'audace de les regarder en face ni de prétendre les égaler même en pensée.
[...] L'apparition de la Tour aux Trésors eut d'abord pour fonction de confirmer la véracité de l'enseignement théorique* [dans la première partie du Sutra du Lotus] ; ensuite, de préparer la voie à la révélation de l'enseignement essentiel*. Les bouddhas des dix directions se rassemblèrent, et le Bouddha Shakyamuni annonça qu'ils étaient tous des parcelles de son Corps fractionné. La Tour aux Trésors resta suspendue dans les Airs, avec à l'intérieur Shakyamuni et Taho assis côte à côte, comme la lune et le soleil apparaissant ensemble dans un ciel bleu. La grande Assemblée des êtres humains et célestes emplissait le ciel comme autant d'étoiles, et les bouddhas, émanations du Bouddha Shakyamuni, étaient sur le sol, assis sur leurs trônes de rois-lions sous des arbres précieux.
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Pendant plus de quarante années ils ont conservé ce doute, qui ne s'est dissipé qu'avec le début de l'enseignement du Sutra du Lotus. Mais ensuite, au cours des huit années pendant lesquelles l'enseignement fut exposé au Pic du Vautour, la Tour aux Trésors apparut et s'éleva dans les Airs, avec les deux bouddhas siégeant côte à côte à l'intérieur, comme le soleil et la lune apparaissant ensemble. Les divers autres bouddhas se sont mis en rang sur le sol comme autant de grandes montagnes rassemblées ; les bodhisattvas Surgis de Terre, aussi nombreux que les particules de mille mondes réduits en poussière se sont disposés dans les Airs, comme autant d'étoiles, et le Bouddha révéla alors les bienfaits dont jouissent les divers bouddhas, bienfaits qui sont le fruit de leur Eveil. Ce fut comme si un dépôt regorgeant de trésors s'ouvrait, son contenu étant offert aux pauvres, ou comme si, d'un seul coup, les monts Kunlun livraient tous leurs joyaux.
Sur la prière (
Sado, 1272 à Sairen-bo)

Le véritable objet de vénération est décrit dans la cérémonie de transfert de la manière suivante : Suspendue dans les Airs, au dessus du monde Saha apparaît la Tour aux Trésors ; Namu Myoho Renge Kyo se trouve au centre de cette Tour, avec les bouddhas Shakyamuni et Taho assis à droite et à gauche, et à leur côté les quatre bodhisattvas Surgis de Terre, conduits par Jogyo. Autour d'eux se trouvent Manjushri, Maitreya et les autres disciples des quatre bodhisattva. Tous les autres bodhisattvas, qu'ils soient disciples du bouddha de l'enseignement théorique* ou de bouddhas venus des autres mondes, sont assis plus bas, comme un peuple à genoux en présence de nobles et de ministres de haut rang. Les bouddhas venus des dix directions de l'univers restent tous au sol, indication qu'ils sont seulement des manifestations du bouddha éternel et que leurs terres sont éphémères, et non éternelles et immuables.
Le véritable objet de vénération (
Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Pour le moment, faites-vous respecter en tant que pratiquant du Sutra du Lotus et consacrez-lui votre vie. Les bouddhas Shakyamuni et Taho, assis dans la Tour aux Trésors, lors de la Cérémonie dans les Airs, entourés de tous le autres bouddhas et bodhisattva, hochèrent la tête pour exprimer leur accord. Et ce qu'il décidèrent alors fut uniquement de faire prospérer le Dharma à l'époque des Derniers Jours. Le bouddha Taho offrit à Shakyamuni de partager son siège et, déroulant la bannière de Myoho Renge Kyo, c'est ensemble que les deux guides de cette multitude prirent leur décision. Pourraient-ils s'être trompés si peu que ce soit   ? Leur but ultime, en se réunissant, était de nous permettre à nous, simples mortels, d'atteindre la bodhéité. Même si je n'étais pas dans l'assistance, si l'on se réfère aux phrases du Sutra, c'est d'une clarté limpide. D'ailleurs, je me trouvais peut-être à cette cérémonie, mais, comme je ne suis qu'un simple mortel, il n'est pas en mon pouvoir de connaître le passé. Cependant, je suis sans aucun doute le Pratiquant du Sutra du Lotus dans cette vie-ci ; je pourrai donc de façon certaine atteindre le siège de l'Eveil à l'avenir. Jugeant le passé de ce point de vue, je dois avoir été présent à la Cérémonie dans les Airs. Il ne peut y avoir de rupture entre le passé, le présent et le futur.
La véritable réalité de la vie (Sado, mai 1273 à Sairen-bo)

Shakyamuni fit appel à ces Quatre bodhisattva pour leur confier les cinq caractères de Myoho Renge Kyo. Cette transmission ne se passa pas non plus de manière ordinaire car le Bouddha fit d'abord usage de ses dix pouvoirs supranaturels. Shakyamuni tira sa longue et large langue jusqu'au sommet du monde de la forme, et tous les autres bouddhas firent de même, de sorte que des langues de bouddha s'élevèrent dans les Airs couvrant plus de quatre cents milliards nayuta de mondes, comme cent, mille, dix mille, cent mille arcs-en-ciel rougeoyants emplissant le ciel. Ce fut en vérité une vision bien stupéfiante !
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (
Sado, 1273 à Shijo Kingo)

Ce mandala n'est en rien une invention de Nichiren. C'est l'objet de vénération qui dépeint parfaitement le vénérable Shakyamuni et tous les autres bouddhas dans la Tour aux Trésors, aussi fidèlement que l'estampe correspond à la planche à graver. Les cinq caractères du Titre du Sutra du Lotus sont inscrits au centre de la Tour aux Trésors, tandis que les quatre Rois du Ciel sont assis aux quatre coins. Les bouddhas Shakyamuni et Taho, ainsi que les quatre guides des bodhisattvas Surgis-de-Terre, sont en haut sur le même rang. Assis au-dessous d'eux, se trouvent les bodhisattvas Fugen et Manjushri, ainsi que des auditeurs-shravakas parmi lesquels Shariputra et Maudgalyayana. A côté d'eux, se tiennent les divinités Nitten et Gatten, le Démon du sixième Ciel, le Roi-dragon et Ashura  ; Fudo et Aizen sont respectivement postés au Sud et au Nord. Le traître et cruel Devadatta et la fille du Roi-Dragon sont également présents. L'ogresse Kishimojin apparaît avec ses dix Filles qui sapent la vie des êtres dans tout l'univers. Sont également présentes les divinités tutélaires du Japon  : Tensho Daijin* et le bodhisattva Hachiman représentant les sept catégories de divinités célestes, les cinq catégories de divinités terrestres et toutes les divinités majeures et mineures en général. Puisque s'y trouvent toutes les divinités dans leur essence, elles doivent apparaître aussi dans leurs manifestations. Il est dit dans le chapitre Hoto* (XI) : "Toute l'Assemblée s'éleva et se retrouva dans les Airs." Tous les bouddhas, bodhisattvas et grands sages, ainsi que les huit groupes d'êtres sensibles des deux mondes cités dans le premier chapitre du Sutra du Lotus, tous sans exception résident dans ce Gohonzon.
Le Véritable Aspect du Gohonzon (
Minobu, 23 août 1277, à Dame Nichinyo)

Du chapitre Jo* (I) au chapitre Hosshi* (X) nombreux sont ceux qui apparaissent : les êtres humains, les divinités célestes, les quatre sortes de croyants et les huit sortes d'êtres non humains en dessous de l'étape de togaku, mais le seul Bouddha présent est Shakyamuni. Ainsi ces chapitres sont importants [plus importants que les enseignements précédant le Sutra du Lotus] mais peu importants [moins importants que les chapitres du Sutra du Lotus décrivant la Cérémonie dans les Airs]. Les douze chapitres [suivants], du chapitre Hoto* (XI) au chapitre Zokurui (XXII) sont les plus importants de tous. Car devant le Bouddha Shakyamuni apparut une tour ornée de nombreux trésors. Ce fut comme si le soleil s'était levé devant la lune. Tous les bouddhas de l'univers étaient assis sous les arbres, et l'herbe et les arbres de tout l'univers brillaient, comme éclairés par un feu. C'est dans ces circonstances que ce passage du Sutra fut exposé.
Les Trois Obstacles et les Quatre Démons (
Minobu, le 20 novembre 1277 à Hyoe no Sakan Munenaga)

 
voir également : Tour aux trésors

Retour au dictionnaire

haut de la page