ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Sadato
 

Sadato a combattu douze ans mais fut vaincu, Masakado lutta huit ans mais s’effondra. Le Roi-Démon du sixième Ciel et son armée de dix régiments ont mené une bataille contre le Pratiquant du Sutra du Lotus sur la mer de la vie et de la mort, en ce monde souillé de Saha, où résident à la fois les sages et les simples mortels. Comme je me battais pour les vaincre, ils essayèrent de me forcer à abandonner ma vie en tant que Pratiquant du Sutra du Lotus. Nichiren a été aux prises avec ces forces pendant plus de vingt ans, mais il n’a jamais battu en retraite une seule fois. Cependant, la lâcheté et le désir de renoncer à la foi dans le Sutra du Lotus sont largement répandus parmi nombre de mes disciples et partisans.
Ben Dono et Ama Gozen (Sado, le 19 septembre1274)

Mononobe no Moriya fit incendier des temples et des pagodes, et le nyudo Kiyomori fit détruire les temples Todai-ji et Kofuku-ji, mais les gens de leur clan n'ont pas nourri de haine à leur égard. Masakado et Sadato se rebellèrent contre l'empereur et le Grand-maître* Saicho* fut détesté par les moines des sept temples de Nara, mais il ne fut pas en butte à la haine des moines, des nonnes, des croyants et croyantes laïques du Japon tout entier.
Lettre à Ko-no ama Gozen (Minobu le 16 juin 1275 à Ko-no ama Gozen)

Vous devez serrer les dents et ne jamais faiblir dans votre foi (note). N'ayez pas plus de crainte que Nichiren face à Hei no Saemon. Bien qu'ils n'aient pas choisi la voie de l'Eveil, les fils des seigneurs Wada et Wakasa, tout comme les guerriers commandés par Masadako et Sadato combattirent jusqu'à la mort pour préserver leur honneur. La mort survient pour tous, même lorsque rien de malencontreux ne se produit. Vous ne devriez donc jamais être lâches ni vous exposer au ridicule.
Lettre aux Frères (Minobu, 16 décembre 1275 aux frères Ikegami)

J'ai fait alors cette prédiction : "Notre pays subira deux effroyables désastres, la guerre civile et l'invasion étrangère. La première aura lieu à Kamakura, et prendra la forme de luttes intestines (note) parmi les descendants de Hojo Yoshitoki. La seconde peut venir de partout, mais la plus violente proviendra de l'ouest. Elle ne se produira que pour une seule raison : parce que toutes les écoles bouddhiques du Japon sont erronées, et, par conséquent, Bonten et Taishaku ordonneront à des pays étrangers de nous attaquer. Tant que le pays refusera de tenir compte de mes avis, il sera certainement vaincu, même s'il y a cent, mille, ou même dix mille généraux aussi braves que Masakado, Sumitomo, Sadato, Toshihito ou Tamura. Si mes prédictions se révélaient fausses, je serais prêt à adopter les conceptions déformées des écoles Shingon, Nembutsu et autres." Voilà ce que j'ai proclamé partout.
Lettre aux moines du Seicho-ji (Minobu, le 11 janvier 1276 aux moines du temple Seicho-ji)

Pourtant, des moines comme Shubhakarasimha* de l'école Shingon et les maîtres du Zen ont trahi cette règle et dénigré le Sutra du Lotus. La nation japonaise tout entière s'est convertie à leurs enseignements, s'égarant dans des voies erronées de la même manière qu'elle s'était laissé tromper par Masakado et Sadato. Le pays se trouve maintenant au bord de la ruine parce qu'il est devenu, depuis des années, l'ennemi juré du Bouddha Shakyamuni, du bouddha Taho et des bouddhas des dix directions. De plus, il persécute celui qui réfute ces enseignements erronés. Parce que de telles offenses s'accumulent, notre pays encourra bientot la punition du ciel.
L'enseignement pour l'époque des Derniers Jours du Dharma (Minobu, le 1er avril 1278, à Nanjo Tokimitu)

En restant attaché au peu de bien que procure la récitation du nom d'Amida, on se prive du bien suprême qu'est la pratique du Sutra du Lotus. Ainsi, ce bien mineur du Nembutsu a des conséquences encore plus graves que les cinq forfaits. C'est comparable à Masakado qui, à l'ère Shohei, prit le contrôle de huit provinces de la région de Kanto, ou à Sadato qui, à l'ère Tenki, s'empara de la région d'Oshu. Ayant soulevé les habitants de leur région contre le souverain, ces hommes furent déclarés ennemis de la cour et furent finalement vaincus. Leurs complots et rebellions eurent des effets pires encore que les Cinq fofaits.
Le sutra permettant véritablement d'honorer sa dette (Minobu, le 28 juillet 1278 à Sennichi-ama)

Si un simple sujet se proclame roi, cela lui coûtera immanquablement la vie. De même, quand les pratiquants des autres sutras se prétendent supérieurs au Pratiquant du Sutra du Lotus, le pays court inévitablement à la ruine ; et ces personnes ne peuvent manquer de tomber en enfer. Tant que l'on ne rencontre aucun adversaire, on est libre de parler et d'agir de façon aussi fallacieuse et insensée qu'on le veut. Par exemple, avant que Sadamori et Yoriyoshi ne se manifestent, on dit que Masakado et Sadato parvenaient à gouverner leurs domaines, et que leurs épouses et enfants vivaient en sécurité. Si rien ne fait obstacle, la rosée s'évapore vers le ciel et la pluie tombe sur la terre. Mais un vent contraire peut renvoyer la pluie vers le ciel et, lorsque le soleil se lève, la rosée peut retomber à terre.
La bonne fortune inégalée (Minobu, 1l mai 1280, au seigneur Nishiyama)

Le Sutra du Lotus a un prologue appelé Sutra Muryogi. On pourrait le comparer à des généraux détachés en avant-garde qui précèdent le passage du cortège d'un grand roi pour assurer sa sécurité. Il est dit dans ce sutra Sutra Muryogi : "Au cours des plus de quarante ans écoulés, je n'ai toujours pas révélé la vérité." Cela ressemble à ces grands arcs que portent les généraux pour lancer leurs flèches contre les ennemis du roi, ou aux sabres avec lesquels ils les tuent. C'est une déclaration royale, tranchante comme une épée, dirigée contre les adeptes du Kegon qui ne récitent que le Sutra Kegon*  ; contre les adeptes du Ritsu et leurs sutras Agama*  ; contre les adeptes du Nembutsu qui n'ont foi que dans le Sutra Kammuryoju ; et contre les adeptes du Shingon qui s'appuient sur le Sutra Vairocana*, afin de les punir de ne pas obéir au Sutra du Lotus et de les soumettre. Ces déclarations sont comparables à l'attaque d'Abe-no Sadato par Yoshiie, ou à la victoire de Yoritomo sur les forces de Kiyomori.
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (Minobu, octobre 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Déjà, vous ressemblez au Pratiquant du Sutra du Lotus, autant qu'un singe ressemble à un homme ou un gâteau de riz à la lune. Parce que vous avez si vigoureusement protégé les paysans d'Atsuhara, les gens de ce pays vous considèrent comme un traître, comme Masakado à l'ère Shohei (931-938) ou comme Sadato à l'ère Tengi (1053-1058). Tout cela ne vous arrive que parce que vous avez consacré votre vie au Sutra du Lotus. Le ciel ne vous regarde en aucune manière comme un homme qui a trahi son seigneur. De plus, votre petit village a été soumis à des taxes très lourdes, et ses habitants ont été contraints à plusieurs reprises à des travaux forcés, jusqu'à ce que vous n'ayez même plus vous-même de cheval à monter, et que votre femme et vos enfants manquent de vêtements.
Le riche Sudatta (Minobu, hiver 1280 à Nanjo Tokimitsu)

 

 

haut de la page
retour