ACCUEIL

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Kakutoku

Après la mort de ce bouddha, le Dharma correct qu'il avait enseignée demeura dans le monde pendant d'innombrables millions d'années. Puis, finalement, il ne resta plus que quarante années avant que le Dharma soit voué à disparaître. En ce temps-là, vivait un moine du nom de Kakutoku qui observait les préceptes. Il y avait alors de nombreux moines qui les transgressaient, et lorsqu'ils entendirent prêcher Kakutoku, tous conçurent de mauvais desseins dans leur coeur, et, s'armant de sabres et de gourdins, ils attaquèrent ce Maître du Dharma(§70) A cette époque, le souverain du royaume avait pour nom Utoku. Dès qu'il apprit ce qui se passait, désireux de défendre le Dharma, il se rendit sur le lieu où le moine prêchait l'enseignement correct et combattit de toutes ses forces contre les mauvais moines qui n'observaient pas les préceptes. Grâce à cela, le moine qui prêchait le Dharma put échapper au danger. Mais le roi reçut tant de coups de couteaux, de sabres, de piques et de lances, qu'il n'y eut pas une seule partie de son corps, même de la taille d'une graine de pavot, qui ne fut blessée.
(§71) Le moine Kakutoku rendit alors hommage au roi en ces termes : ‘C’est merveilleux  ! Vous êtes, o roi, un authentique défenseur du Dharma correct. Dans les âges à venir, ce corps qui est le vôtre deviendra à coup sûr un réceptacle illimité du Dharma.’A ce moment-là, le roi qui avait déjà entendu les enseignements du Dharma, ressentit une grande joie en son coeur. Sa vie parvint alors à son terme, et il renaquit sur la Terre du bouddha Akshobhya (Ashuku) où il devint le premier disciple de ce bouddha. De plus, tous les généraux, sujets et alliés du roi qui avaient combattu à ses côtés ou l'avaient rejoint dans la bataille furent emplis d'une détermination inébranlable d'atteindre l'Eveil et, après leur mort, ils renaquirent tous sur la Terre du bouddha Akshobhya.
(§72) Par la suite, le moine Kakutoku mourut à son tour, renaquit également sur la Terre du bouddha Akshobhya et devint le second disciple à recevoir directement les enseignements du bouddha. Par conséquent, si le Dharma correct est sur le point de disparaître, voici comment il faut le soutenir et la défendre.
(§73) Kasho, le roi qui vivait en ce temps-là, n'était autre que moi-même, et le moine qui prêchait le Dharma était le bouddha Kasho. Kasho, ceux qui défendent le Dharma correct obtiennent des bienfaits illimités de cette sorte. C'est pourquoi j'ai pu obtenir les traits qui sont mes caractéristiques aujourd'hui, m'en parer, et revêtir le Corps du Dharma* indestructible."
Rissho Ankoku ron (Kamakura-Matsubagayatsu, juillet 1260)

Quiconque saisit ce principe devrait savoir qu'il est de la plus haute importance de réfléchir à l'existence à venir. Aux Derniers jours du Dharma du bouddha Kangi, le moine Kakutoku propageait le Dharma correct. D'innombrables moines, coupables d'avoir transgressé les préceptes, éprouvaient un profond ressentiment à l'encontre de ce dévot et l'attaquèrent, mais le roi Utoku, décidé à protéger le Dharma correct, lutta contre ces opposants. Pour finir, il perdit la vie et renaquit sur la terre du bouddha Akshobhya où il devint le principal disciple de ce bouddha. (réf.) De la même manière, le roi Senyo, parce qu'il respectait les enseignements du Mahayana et punit l'offense de cinq cents brahmanes, parvint à l'étape de non-régression. (réf.) Comme il est rassurant de voir que ceux qui respectent les moines dévoués au Dharma correct, et admonestent ceux qui sont dans le mal et dans l'erreur, reçoivent de tels bienfaits !
Conversation entre un sage et un ignorant (1265 ? à un samouraï ? )

Dans le chapitre Kanji* (XIII), on lit  : "Il sera attaqué à coups d'épées et de bâtons. Il sera exilé plus d'une fois". Et dans le chapitre Anrakugyo* (XIV)  : "Dans un monde empli de haine, il sera extrêmement difficile de croire". Ce sont des citations du Sutra, mais il est impossible de savoir quand ces prophéties se réaliseront. Par le passé, le bodhisattva Fukyo* et le moine Kakutoku ont lu ces passages et les ont vécus. Mais, en dehors des périodes du Dharma correct et du Dharma formel, à l'époque des Derniers jours du Dharma, dans tout le Japon, seul Nichiren semble avoir fait de même. En considérant ma situation actuelle, j'imagine aisément la souffrance des proches, des familles, et des disciples moines et laïques, de tous les saints persécutés dans les temps anciens, à l'époque des rois mauvais.
L'Allègement de la Rétribution Karmique (octobre 1271, à Ota Saemon)

Mais, à l'inverse, même des personnes ayant commis les cinq forfaits, si elle haïssent ces ennemis du Sutra du Lotus, renaîtront immanquablement dans les mondes-états des hommes ou du ciel. Le roi Sen'yo et le roi Utoku, qui combattirent l'un, cinq cents, et l'autre, d'innombrables ennemis du Sutra du Lotus, renaquirent en ce monde sous la forme du Bouddha Shakyamuni. Certains de ses disciples comme Mahakashyapa, Ananda, Shariputra, Maudgalyayana, et d'innombrables autres se battirent en première ligne, du vivant du Bouddha, mettant les ennemis en fuite, les tuant, les blessant, ou éprouvant du plaisir à se battre. Le moine Kakutoku renaquit sous la forme du bouddha Kasho. C'était un pratiquant du Sutra du Lotus qui, en son temps, incita le roi Utoku à lutter contre les ennemis du Sutra comme contre des gens qui, vie après vie, auraient attaqués ses propres parents. Kakutoku faisait ainsi preuve de la plus grande bienveillance.
Faire connaître cet enseignement à votre seigneur (Minobu, 9e mois de 1274 à Shijo Kingo)

Mes persécutions étaient bien plus graves que celles de Fuji-biku dans le lointain passé des Derniers jours du Dharma du bouddha Daishogon, alors que ce moine défendait le Véritable Dharma et était persécuté par les quatre mauvais moines et leurs innombrables disciples. Mes persécutionsétaient bien plus insupportables que celles de Kikon-biku alors qu'il était insulté par Shoi-biku et ses disciples durant les Derniers jours du Dharma du bouddha Shishionno*. La persécution du moine Kakutoku par les détracteurs du Vrai Dharma prêché dans le Sutra du Nirvana et les difficultés du bodhisattva Fukyo frappé par des gourdins et des bâtons, lapidé par des pierres et des tessons, comme cela est relaté dans le Sutra du Lotus, n'égalent pas ce que moi, j'ai dû subir. Mais s'il se trouve que je sois le Pratiquant du Sutra du Lotus, le peuple japonais dans sa prochaine existence va tomber dans l'enfer avici pour m'avoir persécuté.
Souverains de notre pays (Minobu, février 1275)

S'il était vrai que les Dharma les plus élevés sont enseignés à ceux qui ont un lien particulier avec le Bouddha, pourquoi Shakyamuni aurait-il exposé le Sutra Kambutsu Zammai au roi Shuddhodana, son père, et le Sutra Maya à la reine Maya, sa mère, et non le Sutra du Lotus  ? Et, à l'inverse si les doctrines secrètes ne devaient jamais être enseignées aux personnes mauvaises qui n'ont aucun lien avec le Bouddha ni à celles qui s'opposent au Dharma, pourquoi le moine Kakutoku aurait-il transmis le Sutra du Nirvana à d'innombrables moines ayant transgressé les préceptes  ? Pourquoi le bodhisattva Fukyo se serait-il adressé aux quatre congrégations qui dénigraient le Sutra et aurait-il propagé parmi eux le Sutra du Lotus ?
[...]2 Mes difficultés sont plus graves encore que les coups de canne et de bâton infligés au bodhisattva Fukyo, et elles dépassent en violence les attaques meurtrières à l'encontre du moine Kakutoku.
Le choix en fonction du temps (Minobu, 10 juin 1275 ; adressé à Yui)

Les maladies seront trop graves et ces médicaments trop faibles. Ce sera l'époque où le bodhisattva Jogyo fera son apparition dans le monde pour révéler à tous les êtres vivants du Jambudvipa, les cinq caractères de Myoho Renge Kyo. Au moment où cela se produira, tous les simples mortels considéreront ce bodhisattva comme leur ennemi. Ils seront devant lui comme des singes devant un chien, ou comme des démons emplis de malveillance devant des êtres humains. Il sera traité comme le bodhisattva Fukyo du temps passé qui fut non seulement insulté et haï par tous mais attaqué à coups de canne et de bâton, de pierres et de tuiles, ou comme le moine Kakutoku qui faillit être mis à mort. Alors Mahakashyapa, Ananda et d'autres, se cacheront au Pic du Vautour ou disparaîtront dans le Gange. Maitreya, Manjushri, et d'autres se réfugieront dans la cour intérieure du ciel Tushita ou se retireront sur le Mont des Parfums ;
Réponse au nyudo Takahashi (
Minobu, 1275 au nyudo Takahashi Rokuru Hyoe)

Dès lors, de plus en plus déterminé à atteindre l'Eveil, j'ai continué à parler franchement. Par conséquent, j'ai inévitablement rencontré des difficultés de plus en plus graves, comme une succession de vagues énormes soulevées par une tempête. J'ai dû faire l'expérience dans mon propre corps des mêmes coups de canne et de bâton qui furent infligés au bodhisattva Fukyo par le passé. Même les persécutions subies par le moine Kakutoku à l'époque des Derniers jours du Dharma du bouddha Kangi Zoyaku (Bouddha de la joie croissante) ne peuvent se comparer à mes épreuves. Dans les soixante-six provinces et les deux îles du Japon, il n'est pas un seul lieu où je puisse vivre en sécurité, pas un seul jour, pas même une heure.
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

Il est non moins certain que vous atteindrez la bodhéité. Quelle que soit la gravité des fautes que vous ayez pu commettre, parce que vous ne vous êtes pas opposé au Sutra du Lotus mais avez, au contraire, fait preuve, en m'accompagnant, de la plus grande fidélité, il ne fait aucun doute que vous deviendrez bouddha. Vous êtes comparable au roi Utoku qui sacrifia sa propre vie pour sauver le moine Kakutoku et qui devint [dans une vie ultérieure] le Bouddha Shakyamuni.
L'octroi d'un nouveau domaine (Minobu, octobre 1278, à Shijo Kingo)

Toutefois, alors que ces préceptes font du meurtre un crime d'une extrême gravité, il est dit que mettre à mort un ennemi du Sutra du Lotus est un acte extrêmement méritoire. Et si tel est le cas, comment pourrait-on faire des dons et offrir son soutien à une personne de ce genre  ? C'est pour cela que le roi Sen'yo* fit exécuter cinq cents maîtres brahmanes, que le moine Kakutoku fit mettre à mort d'innombrables opposants au Dharma correct, et que le grand roi Ashoka condamna à mort 108000 non bouddhistes. Ces rois étaient considérés comme les plus valeureux de tout le Jambudvipa, et ce moine comme le plus sage parmi ceux observant les préceptes. Le roi Sen'yo renaquit par la suite sous la forme du Bouddha Shakyamuni ; le moine Kakutoku sous celle du bouddha Kashyapa, et le grand roi Ashoka fut reconnu comme ayant atteint la Voie.
Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, à Akimo to)

Quant à l’Estrade d’Ordination (Kaidan), [elle sera établie] quand la loi du souverain et le Dharma du Bouddha seront unis et deviendront Un, et que souverain et sujets deviendront Un dans leur foi dans la doctrine des Trois grands Dharmas cachés [de sorte que] le même lien qui existait dans le temps entre le roi Utoku et le moine Kakutoku existera aussi dans le monde futur de l’Age impur et mauvais des Derniers jours du Dharma.
Trois grands Dharmas cachés (Minobu, le 27  ? avril 1281 à Ota Kingo)

 

 

 

haut de la page
Retour