ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Aryasimha
 

"Pour propager le Dharma, il faut être prêt à donner sa vie."(réf.) Lorsque je relis ces passages, je comprends que, si je ne fais pas apparaître les Trois grands Ennemis, je ne suis pas le Pratiquant du Sutra du Lotus. C'est seulement en les faisant apparaître que je peux être un véritable pratiquant du Sutra du Lotus. Et pourtant, si je le fais, je suis presque assuré de perdre la vie. Je serai comme le vénérable Aryasimha ou le bodhisattva Aryadeva.
L'enseignement, les capacités, le temps et le pays (
Izu, 10 février 1262   ? )

En Inde, un homme qu'on appelait le vénérable Aryasimha fut décapité par le roi Dammira, et le bodhisattva Aryadeva fut assassiné par un brahmane. En Chine, une personne du nom de Zhu Daosheng fut exilée au Mont Su-thou, et le savant maître Fadao fut marqué au visage et exilé au sud de la rivière Yangzi. Tous ces hommes furent persécutés pour avoir défendu les mérites du Sutra du Lotus et la cause du Dharma bouddhique (note).
L'exil de Sado (
Echi, octobre 1271, à un moine nommé Enjo-bo du temple Seicho-ji)

Même les lettrés et les maîtres qui ont compris le sens profond du bouddhisme ne peuvent pas s'élever contre l'autorité du dirigeant. Ceux qui, éventuellement, essayèrent de le faire furent en butte à de grandes persécutions. Le vénérable Aryasimha fut décapité par le roi Dammira, le bodhisattva Aryadeva fut tué par un brahmane, Zhu Daosheng fut contraint de se retirer dans les montagnes du Su-thou, et le savant maître Fadao fut marqué au visage et exilé au sud du Yangzi.
La voix pure et portant loin (
Sado, septembre 1272, à Shijo Kingo)

Après la disparition du Bouddha Shakyamuni, les quatre rangs de saints sont apparus pendant [les mille ans de] l'époque du Dharma correct et [les mille ans de] l'époque du Dharma formel. Mais, même à ces époques, lorsqu'ils se sont efforcés de propager le Sutra du Lotus, ils se sont heurtés à de multiples difficultés. Dans la lignée des successeurs de Shakyamuni, le vingtième, le bodhisattva Aryadeva, fut tué [par un non bouddhiste], et le vingt-cinquième, le vénérable Aryasimha, fut décapité.
Réponse au seigneur Hakiri Saburo (
Sado, 3 août 1273 à Hakiri Sanenaga)

Dans la seconde partie de l'époque le Dharma correct, de six cents ans jusqu'à mille ans après la disparition de Shakyamuni, apparurent des personnes telles qu'Ashvaghosha, Kapimala, Nagarjuna, Aryadeva, Rahulata, Samghanandi, Samghayashas, Kumarata, Jayata, Vasubandhu, Manorhita, Haklena et Aryasimha. Il y eut là plus de dix maîtres qui commencèrent par étudier les enseignements non bouddhiques, étudièrent ensuite en profondeur les sutras du Hinayana, et, pour finir, se tournèrent vers les sutras du Mahayana et les utilisèrent pour réfuter et détruire les principes des sutras du Hinayana.
Le choix en fonction du temps (
Minobu, 10 juin 1275 ; à Yui)

Les successeurs du Bouddha appartenaient aux Quatre rangs de saints ; ils étaient les envoyés du Bouddha. Pourtant, le bodhisattva Aryadeva fut tué par un brahmane, le vénérable Aryasimha fut décapité par le roi Dammira  ; Buddhamitra dut se tenir pendant douze ans sous un drapeau rouge avant d'attirer l'attention de son souverain, et le bodhisattva Nagarjuna resta de même pendant sept ans sous un drapeau semblable.
[...] On peut lire dans le Sutra : "Puisque haines et jalousies abondent déjà du vivant du Bouddha, cela ne sera-t-il pas pire encore après son trépas  ? "(réf.) En pensant à l'époque qui fut celle d'Ashvaghosha et de Nagarjuna, on commence à comprendre ce que signifie réellement ce passage du Sutra. De plus, le bodhisattva Aryadeva fut tué par un brahmane, et le vénérable Aryasimha fut décapité. Ces événements aussi donnent à réfléchir.
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

 

Retour

haut de la page