ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Aizen et Fudo

Dans la 3e année de l'ère Jokyu [1221], sous le signe cyclique kanoto-mi, le 19e jour du 4e mois - à peu près au moment où éclatèrent les troubles entre la cour [de Kyoto] et les guerriers barbares (59) - sur l'ordre de l'Empereur retiré d'Oki, des autels furent élevés et quarante et un moines, versés dans les pratiques occultes, conduisirent pour la première fois quinze sortes de cérémonies ésotériques, afin de vaincre le gouvernement de Kanto par le pouvoir de leurs incantations. Au nombre de ces cérémonies il y eut : La prière du Seul-Caractère-de-la-Roue-d'or [ichiji konrin] (conduite par un Supérieur du Tendai, l'Administrateur des moines Jien, assisté de douze moines, à la demande du Régent impérial Motomichi). La prière des quatre Rois du Ciel (conduite par l'Administrateur impérial des moines du temple Joko-ji [Shinsho] assisté de huit moines, au Palais Hirose, à la demande de Dame Shumeimon'in). La prière à Fudo-Myo-o (conduite par l'Administrateur des moines Kangon, à la demande du Seigneur Kazan'in Zemmon [Fujiwara Tadatsune]) [...] Des objets de culte furent même établis spécialement pour la circonstance, autour desquels furent organisées des cérémonies secrètes. Parmi celles-ci, la prière adressée à Aizen'o selon un rituel précis (conduite par les supérieurs du temple Ninna-ji, au palais Shishiden, cette prière commença le 3e jour du 5e mois et se poursuivit pendant les quatorze jours suivants).
La prière adressée à l' Œil du Bouddha, conduite par 1'Administrateur des moines, (daijo) et qui dura vingt et un jours).
La prière des Six Caractères (conduite par le Supérieur des moines Kaiga).
La prière adressée à Aizen'o(conduite par l'Administrateur des moines Kangon et qui dura sept jours).
La prière adressée à Fudo (conduite par l'Administrateur des moines du temple Kanju-ji avec huit moines de haut rang).
Sur la prière (
Sado, 1272 à Sairen-bo)

Il est écrit que ceux qui gardent le Titre du Sutra du Lotus seront protégés par Kishimojin et ses dix filles. Ils bénéficieront du bonheur d'Aizen et de la bonne fortune de Bishamon.
Réponse à Kyo'o (Sado, août 1273, à Kyo'o, fille de Shijo Kingo)

Zhiyi dit : "La Grande Assemblée fut témoin du fait que seuls les bodhisattvas Surgis de Terre firent ce serment"(réf.). Daoxian fait remarquer  : "Le Bouddha transmit ce Sutra uniquement aux bodhisattvas Surgis de Terre. Parce que le Dharma fut exposé par le Bouddha originel, il fut confié à ses disciples atemporels"(réf.). Le bodhisattva Manjushri est un disciple du bouddha Fudo, qui réside dans un monde doré, à l'Est. Le bodhisattava Kannon est un disciple du bouddha Amida, à l'ouest. Le bodhisattva Yakuo, un disciple du bouddha Nichigatsu Jomyotoku. Le bodhisattva Fugen est un disciple du bouddha Hoi. Ils vinrent en ce monde pour aider le Bouddha Shakyamuni à transmettre la doctrine aux hommes de son époque.
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Lors de l’incident de Jokyu, la Maison impériale convoqua à nouveau les Grands-prêtres, tels que l’administrateur général (sojo) des moines, Jien de l’école Tendai, le Prince Omuro du temple Ninna-ji et le Grand-prêtre d’Onjo-ji, afin qu’ils effectuent un rituel comprenant toutes les sortes de grands dharmas secrets connus au Japon. Tout cela afin d’obliger le bakufu de Kamakura à abdiquer. Le 19e jour du 4e mois, de la 3e année de Jokyn (1221), un rituel fut tenu au Palais Impérial où furent employés 15 autels, et où l’Administrateur général, Jien, mena le rituel du dharma d’ichiji konrin. Le 2e jour du 5e mois, le Grand-prêtre du temple de Ninna-ji présida le rituel du dharma nyoho Aizen (note) dans le Shishinden. Le 8e jour du 6e mois, il dirigea également le service du dharma du Sutra Shugo [Sutra de la protection du souverain de la nation]. Ainsi, ces 41 prêtres, un par un, accomplirent des rituels de prières, utilisant au total les 15 autels. C'était alors la seconde fois au Japon que des rituels d’une telle importance avaient lieu.
[...] Ainsi, 3000 moines du Mont Hiei, à commencer par le Grand-prêtre Myoun, accomplirent le grand rituel de prières sur cinq autels, tandis que les familles des ministres et d’autres dignitaires récitaient tous le Sutra Sonsho Darani [Shugo kokkaiishu daranikyo - Sutra de la protection du souverain de la nation] et adressaient une prière à l’esprit guerrier de Fudo, faisant des dons à divers temples. Ils priaient ainsi en vain pour l’assujettissement de Minamoto Yoritomo en usant de tous les grands dharmas secrets disponibles, mais finalement Antoku se noya dans la mer de l’Ouest.
Souverains de notre pays (Minobu, février 1275)

Ce mandala n'est en rien une invention de Nichiren. C'est l'objet de vénération qui dépeint parfaitement le vénérable Shakyamuni et tous les autres bouddhas dans la Tour aux Trésors, aussi fidèlement que l'estampe correspond à la planche à graver. Les cinq caractères du Titre du Sutra du Lotus sont inscrits au centre de la Tour aux Trésors, tandis que les quatre Rois du Ciel sont assis aux quatre coins. Les bouddhas Shakyamuni et Taho, ainsi que les quatre guides des bodhisattvas Surgis de Terre, sont en haut sur le même rang. Assis au-dessous d'eux, se trouvent les bodhisattvas Fugen et Manjushri, ainsi que des auditeurs-shravakas parmi lesquels Shariputra et Maudgalyayana. A côté d'eux, se tiennent les divinités Nitten et Gatten, le Démon du sixième Ciel, le Roi-dragon et Ashura  ; Fudo et Aizen sont respectivement postés au Sud et au Nord.
Le Véritable Aspect du Gohonzon (
Minobu, 23 août 1277, à Dame Nichinyo)

Les prières secrètes de l’école Shingon étaient les suivantes : 1) Ichiji Konrin ho (dharani du cercle d'or). Un culte à ce mandala est rendu pour empêcher l’empoisonnement, éviter les mauvais esprits et écarter les désastres. [...] 7) Aizen-o ho (Rituel dédié à Aizen, le dieu de l’Amour).
HonzonmondoshoMinobu,  septembre 1278
à Joken-bo)

Ces mots du Sutra Muryogi "Au cours des plus de quarante ans écoulés..", sont le sabre et la corde du roi Fudo ou l'arc et les flèches du roi Aizen. Quand le défunt Nanjo Goro a traversé la montagne de la mort et la rivière aux Trois Passages, il fut escorté par des soldats qui repoussèrent les bandits de la montagne des désirs terrestres et les pirates de l'océan des mauvaises actions passées, lui permettant ainsi d'arriver sain et sauf au Pic du Vautour. Ces soldats correspondaient aux mots  : "Au cours des plus de quarante ans écoulés, je n'ai pas encore révélé la vérité."(réf.)
Réponse à la mère du seigneur d'Ueno (Minobu, octobre 1280 à la mère de Nanjo Tokimitsu)

 

Retour

haut de la page