ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Daito Saiiki Ki
 

Un ouvrage d'un Maître du Tripitaka, Xuanzang, le Daito Saiiki Ki, décrit abondamment plusieurs royaumes d'Inde aux caractéristiques très différentes : dans certaines contrées, les habitants ne respectent pas les règles de la piété filiale, alors que dans d'autres ils les observent. Dans certains pays, l'état de colère domine, alors que dans d'autres, c'est l'ignorance qui prévaut. On trouve des pays où sont pratiqués uniquement les enseignements du Hinayana, d'autres, exclusivement ceux du Mahayana, d'autres encore où l'on passe indifféremment des pratiques du Mahayana à celles du Hinayana. Dans certains pays, les meurtres sont fréquents, ailleurs, le vol est courant ; certains pays produisent principalement du riz, et d'autres, du millet. Telle est la grande diversité des pays en Inde.
Encouragements à une personne malade (13e décembre 1264, à Nanjo Hyoe Shichiro)

Ce Gohonzon ne fut jamais mentionné dans les sutras, les préceptes et les traités apportés par les nombreux maîtres bouddhistes qui allèrent d'Inde en Chine, non plus que par les moines qui firent le voyage de Chine en Inde. Tous les objets de vénération sans exception enchâssés dans les temples de toutes les provinces de l'Inde sont mentionnés et décrits dans le Daito Saiiki Ki, le Jion Den et le Dento Roku. Je ne l'ai pas trouvé mentionné non plus dans les écrits des sages venus de Chine au Japon, ni dans ceux des personnes méritoires qui se rendirent du Japon en Chine.
Réponse à Nii-ama (
Minobu, 16 février 1275 à Nii-ama)

Notre pays, le Japon, est supérieur à 80 000 pays dans le monde, y compris l’Inde et la Chine. La raison de ce que j’avance est que le bouddhisme en Inde ne se répandit que dans 70 régions environ, conformément aux documents tels que le Daito Saiiki Ki de Xuanzang. Les autres parties de l’Inde sont non bouddhistes. Il y a 108.040 temples bouddhistes en Chine, alors qu’ils sont 171.037 au Japon. Comparer la taille du Japon à celle de l’Inde ou de la Chine équivaut à placer l’île d’Oshima (Izu) à côté du Japon entier, mais toute la différence réside dans le nombre de temples bouddhistes au Japon par rapport à celui de la Chine ou de l’Inde. De plus, en Inde et en Chine, certaines régions croient dans le Hinayana alors que d’autres dans le Mahayana, même si c'est le Mahayana provisoire*.
Shinkoku-o (Minobu, février 1275)

Notre Terre est d'une épaisseur de 168.000 yojana. Cela lui permet de supporter l'eau des quatre grands océans, la terre et les rochers des neuf montagnes, une infinité de plantes et d'arbres, et toutes les créatures vivantes, sans jamais s'effondrer, basculer ou se briser. Et pourtant, il suffit que Devadatta, un être humain guère plus haut que cinq pieds, commette trois des cinq forfaits pour que la terre immense s'ouvre sous ses pieds et pour qu'il tombe en enfer. La crevasse dans laquelle il fut précipité est encore visible en Inde. Le Maître du Tripitaka Xuanzang affirme dans le Saiiki ki (Voyage dans les pays de l'Ouest), que lorsqu'il se rendit de Chine en Inde pour approfondir sa connaissance du bouddhisme, il vit ce gouffre de ses propres yeux.
Lettre à Horen (
Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)

voir également : Xuanzang

Retour au dictionnaire

haut de la page