Qui est qui sur le Shutei Gohonzon


Ryuei Michael McCormick

http://nichirenscoffeehouse.net/ShuteiMandala/

5 - Les Vidya-rajas

 
  1. Myo-o   -  Les Rois des Lumières

Ces divinités ésotériques sont les rois de la connaissance mystique qui représentent le pouvoir des bouddhas pour vaincre le désir-dévorant aveugle. Ils sont connus en tant que rois de la connaissance  mystique car ils récitent  les mantras qui sont des transpositions de syllabes sanskrites dotées du pouvoir de protéger les pratiquants du Dharma des influences mauvaises et démoniaques. Les vidya-rajas apparaissent sous des formes terrifiantes et colériques parce qu’ils incarnent l’énergie indomptable de la compassion qui brise tous les obstacles sur le chemin de la sagesse et de la délivrance.

Il existe deux groupes bien connus de vidya-raja. Le plus important est celui des cinq vidya-rajas dirigé par Fudo-Myoo. Ces cinq sont des émanations des bouddhas des quatre points cardinaux et du centre qui figurent dans la pratique des bouddhismes ésotériques. Et il y a le groupe des huit vidya-rajas avec Aizen Myoo, qui sont des émanations de bodhisattvas. Les deux vidya-rajas qui apparaissent sur le grand Mandala sont Achalanatha et Ragaraja, (en japonais  respectivement Fudo-Myoo et Aizen Myoo). Ils sont représentés par des ‘‘bijas’’, des syllabes-graines qui incarnent leur essence. Sur le Gohonzon ces bijas sont inscrits en siddham, une variante du sanskrit. Ce sont les seules inscriptions du Gohonzon que l’on trouve sous cette forme.  Selon Jacqueline Stone, Fudo-Myoo et Aizen Myooreprésentent respectivement la doctrine de ‘‘samsara mène au nirvana’’ (shoji soku nehan)  et ‘‘les désirs mènent à la bodhéité’’ (bonno soku bodai).» (réf.)

Le premier principe signifie que le nirvana n’est pas un monde différent mais la Véritable réalité du monde des naissances/morts. Le second principe signifie que bodhi ou Éveil n’est pas l’éradication des désirs, mais la délivrance et la transmutation en énergie et esprit éveillé.

Fudo Myoo et Aizen-Myoo sont souvent identifiés avec Ni-o , les Deux-Rois, la forme duelle de l’Ainsi-Venu Mahavairochana (Dainichi Nyorai), la personnification du Dharmakaya  (Corps du Dharma*) ou Corps universel du Bouddha. En tant que tel, Fudo-Myoo représente l’esprit, le Mandala du Monde du Diamant* et la sagesse subjective ; alors que  Aizen-Myoo représente les cinq éléments: terre, air, feu, eau, espace, ainsi que le Mandala du Monde de la Matrice* et également la réalité objective. L’ensemble des deux représente tous les phénomènes unis dans la vie universelle du Bouddha – corps et esprit, sagesse et réalité, l’unité des deux mandalas.  On trouve souvent les deux rois sous forme de féroces guerriers géants  gardant les portes principales des temples et des monastères.

Vam

Le bija d’Achala natha Vidya-raja (Fudo Myo-o)

Le Guide iconographique dit :

« Surtout représenté au Japon, Fudo Myoo, de son nom mystique Joju Kongo, ‘‘le diamant éternel et immuable’’ est le chef des cinq grands rois de Science magique, correspondant à la forme sanskrite d'Achalanatha, le Vidya-raja au corps vert foncé ou noir, ‘‘l'Immuable’’. C'est le destructeur des passions. Dans les doctrines de l'ésotérisme, il est considéré comme un ‘‘corps de métamorphose’’ (Nirmanakaya) de Vairocana dont il personnifie la fermeté d'esprit et la volonté de détruire le mal. Il a pour symbole un glaive tenu verticalement et autour duquel s'enroule un dragon (kurikara) entouré de flammes. Son halo de flammes est censé consumer les passions. Il est décrit dans nombre de sutras et particulièrement dans le Mahavairocana-sutra (Dainichikyo). Il assumerait, ‘‘à l'encontre des obstacles, l'énergie de l'adepte lui-même’’, montrant ainsi la puissance de compassion de Vairocana. Son glaive lui sert à combattre les ‘‘trois poisons’’: avidité, colère et ignorance. De la main gauche il tient une corde (pasha) pour attraper et lier les forces mauvaises et les empêcher de nuire. Fudo Myoo ayant fait le voeu de prolonger de six mois la vie des fidèles et de leur donner une inébranlable résolution de vaincre les forces du mal, il est parfois, à ce titre, invoqué comme ‘‘prolongateur de la vie’’.» (réf.)

Et plus loin : 

« La force combative de Fudo le fait invoquer par les gens du peuple en maintes circonstances, principalement contre les attaques de la maladie, non pas que Fudo soit considéré comme un guérisseur, mais comme une force efficace pour lutter contre les impuretés et les démons qui provoquent les maladies. On l'invoque aussi pour se protéger des gens réputés méchants et contre les sorts dont on pourrait être victime de la part des sorciers. Enfin Fudo est souvent considéré comme le défenseur du Japon contre une éventuelle attaque d'ennemis venus de l'extérieur. Il doit à tous ces titres d'être l'une des divinités bouddhiques les plus invoquées au Japon, et aussi l'une des plus populaires. Les temples et sanctuaires qui lui sont consacrés se rencontrent dans toutes les campagnes et les villes, parfois dans les endroits les plus inattendus, et aux carrefours des routes. La plupart de ces temples appartiennent aux sectes Shingon ou Tendai. Les adeptes de Nichiren lui rendent aussi un culte, surtout en tant que ‘‘protecteur de l'Etat’’.» (réf.)

Illustration : Un monstre courroucé bleu foncé, fortement musclé, avec deux crocs, assis en posture de lotus sur un roc et entouré de flammes. Dans sa main droite,  il tient verticalement une épée dont la poignée  est en forme d’un vajra à trois pointes et dans sa main gauche un lasso avec des crochets. Il porte des vêtements vert et rouge.

Hum

Le bija de Ragaraja VidyarajaAizen Myoo

Le Guide iconographique dit :

« Ce Vidya-raja, pratiquement vénéré seulement au Japon, où il se nomme Aizen (Myo-o).
Myo-o, est une divinité de l'imprégnation ; c'est le roi de Science magique d'attraction  ou de l'Amour. Aizen Myooreprésente en effet la passion amoureuse telle qu'elle apparaît sublimée dans la perspective de l'ésotérisme : victorieuse d'elle-même, non point par suppression ainsi qu'on l'enseigne d'ordinaire, mais par une plus grande exaltation transmuée en désir de l'Éveil. Il est parfois identifié à une forme terrible de Vairocana, bien qu'il ne fasse pas partie des cinq grands Vidya-raja(réf.)

et plus loin :

« Il est représenté avec un aspect terrible, et de couleur rouge (symbolisant les sueurs de sang de la compassion), avec une tête de lion (symbole de force et des Cinq grands bouddhas) dans sa coiffure. Il a trois yeux (pour voir les ‘‘trois mondes’’) et tient un lotus à la main (symbole, entre autres, de l'apaisement des sens). Ses autres attributs sont (comme ceux de l'Eros grec) un arc et des flèches. Il possède deux halos ronds inclus dans une grande ‘‘roue ardente’’ de couleur rouge. Sa bouche entrouverte montre des crocs. […] Aizen Myoo est toujours vénéré par le peuple japonais, et il est souvent invoqué en rapport avec des demandes concernant l'amour. En dehors de cela, c'est une divinité peu populaire, sauf parmi les artistes, les geishas et toutes les personnes ayant un métier en relation avec les choses de l'amour.» (réf.)

 

Illustration : un monstre rouge courroucé, très musclé, avec des dents pointues, trois yeux, et six bras, assis sur une fleur de lotus. Une roue de feu forme une auréole autour de sa tête, et une auréole plus grande entoure son corps. Il tient un arc et des flèches ainsi qu’un vajra et une cloche (ghanta), une fleur de lotus et une perle. Il y a un lion dans sa coiffure.

 
Voir Fudo et Aizen dessinés par Nichiren

SUITE : Les Grands disciples shravakas

Début

Retour au menu-articles
haut de la page