DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanskrit, pali


Représentation de Aizen par Nichiren


Dans l'une des toutes premières œuvres (1254) Fudo Aizen kankenki (Relation de la Vision de Fudo et Aizen) Nichiren décrit sa vision de deux Rois de Lumières. Le texte est très court et écrit essentiellement en chinois avec des formules en siddham (un dérivé du sanskrit). Au centre, chacun dans un médaillon, nous trouvons les deux Rois de Lumières. Aizen est monté sur un cheval, il a plusieurs bras. Le dessin est très stylisé et différent de celui de Fudo (l’Immuable) qui est représenté d’une façon presque caricaturale.

Bien des années plus tard, Nichiren représente à nouveau ces deux personnages sur le gohonzon. Mais tandis que tous les autres noms sont inscrits en chinois, les leurs sont écrits en siddham alphabet dérivé du sanskrit et utilisé dans les cérémonies sacrées. Aizen (Ho) et Fudo (Ham) forment ensemble le son sacré OM (AUM), matrice de tous les autres sons.

Aizen apparaît sur la colonne de bord à gauche. Outre ses caractéristiques propres, il symbolise le principe "les désirs s’identifient à l’Eveil " (bonno soku bodai). Il fait pendant à Fudo qui symbolise le principe "vies et morts s’identifient au nirvana" (shoji soku nehan)

Un passage du Sutra du Lotus (réf.) dit :

Les êtres, dès lors soumis à la foi,
deviennent droits, doux et dociles en esprit,
ils désirent de tout coeur voir l'Éveillé
et n'épargnent pas pour cela leur propre vie.
C'est à ce moment que moi-même et la multitude des moines
nous apparaissons ensemble sur le Mont sacré des Aigles. (réf.)

Aizen représente "ils désirent de tout coeur voir l'Éveillé" et Fudo représente : "n'épargnent pas pour cela leur propre vie"

.illustration par Nichiren de sa vision de Aizen, le 25°jour du 6° mois 1254

Aizen sur un Gohonzon, inscrit par Nichiren

...voir Fudo (l'Immuable)

retour à la définition
haut de la page