Articles


Les disciples laïcs de Nichiren

3. Les frères Ikegami, Munenaka et Munenaga

par le Rev. Kanji Tamura, Associate Professor, Rissho University

http : //www.nichiren-shu.org/


Parmi les disciples importants de Nichiren, les frères Ikegami Munenaka ( ? –1293 ? ) et Munenaga (? -1283 ?) sont connus pour la constance de leur foi dans le Sutra du Lotus.

Munenaka, de son vrai nom Uemon no Tayusakan, était intendant-résidant à Ikegami, une section de la province Musashi (actuelle Tokyo). En tant que haut fonctionnaire à la construction auprès du shogunat de Kamakura, Munenaka était affecté à l’édification du temple de Tsurugaoka dédié à Hachiman, divinité titulaire du bakufu. Son frère, Munenaga, également appelé Hyoe sakan, était un homme doux qui s'entendait merveilleusement avec son frère aîné.

C'est à Kamakura que les frères Ikegami auraient rencontré Nichiren et seraient devenus ses disciples.
La foi dans le Sutra du Lotus de Munenaka était particulièrement forte. Leur père, Ikegami Saemonnojo Yasumitsu, était un disciple de Ryokan-bo Ninsho du temple Gokuraku-ji, grand-prêtre de l'école Shingon-Ritsu. Ryokan officiait en s'appuyant sur les pouvoirs mystiques qu'il prétendait avoir acquis par la stricte observance des préceptes bouddhiques. Il se consacrait également à des œuvres philanthropiques, telles que la construction de ponts et jouissait d'une grande influence auprès du gouvernement militaire, le bakufu. Pourtant Nichiren critiqua sévèrement Ryokan en qualifiant le Shingon-Ritsu de "traître de la nation". Nichiren affirmait qu'à l'époque des Derniers Jours du Dharma (2000 ans après la mort du Bouddha) la société était trop troublée et les hommes trop faibles pour observer les préceptes, si bien que c'était de l'imposture et de l'hypocrisie que de se proclamer "conforme aux préceptes".

Ikegami Yasumitsu qui, par ses enfants, connaissait la position critique de Nichiren à l'égard de Ryokan, en voulait à ses fils pour leur dévotion à Nichiren. Au printemps de la 12ème année de Bun'ei (1275), il leur demanda de renoncer à leur foi dans le Sutra du Lotus. Comme les deux frères refusèrent, leur père déshérita son fils aîné.

Encouragement pour garder la foi dans le Sutra du Lotus.

Lorsqu'il apprit cet incident, Nichiren écrivit, le 16ème jour du 4ème mois, une lettre aux frères Ikegami et leurs épouses. Dans cette longue lettre, connue sous l'appellation Kyodai-sho, Nichiren déclare que le Sutra du Lotus est la quintessence de tous les écris bouddhiques, et que c'est grâce à ce Sutra que tous les bouddhas du passé, du présent et de l'avenir parviennent à la bodhéité et guident tous les êtres vivants. Citant des exemples de ceux qui avaient noué un lien avec le Sutra du Lotus mais l'abandonnèrent ensuite du fait de leur mauvais karma tombant ainsi en enfer, Nichiren met en garde les frères contre l'abandon ne serait-ce que d'un mot ou d'un caractère du Sutra du Lotus. Puis, il écrit à quel point il est difficile de rencontrer une personne qui explique le Sutra du Lotus sans le déformer et que, dans le passé, plusieurs grands-prêtres ont dénigré le Sutra du Lotus et sont morts prématurément, tombant en enfer, proies de Yama, le Roi de l'Enfer.

Roi-Démon du Sixième Ciel

Nichiren poursuit sa lettre en disant que les pratiquants du Sutra du Lotus doivent se méfier du Roi-Démon du Sixième Ciel qui essaie d'égarer les êtres vivants et de leur faire abandonner le Sutra du Lotus, pour qu'ils tombent dans les mauvaises voies. Nichiren affirme que le Roi-Démon du Sixième Ciel s'est emparé des grands-prêtres et trouble le peuple innocent. Parfois il s'empare de l'épouse et des enfants pour égarer époux et parents. Ou alors il entre dans le corps du dirigeant d'un pays pour menacer le pratiquant du Sutra du Lotus  ; ou bien il s'empare des parents les faisant punir leurs enfants dévoués. Pourquoi rencontrons-nous de telles difficultés dans cette vie ? D'après Nichiren, c'est pour atténuer ou expier les fautes que nous avons commises dans le passé en dénigrant le Dharma. Ensuite Nichiren explique que les malheurs de l'invasion mongole sont imputables aux dirigeants du Japon qui ont protégé des enseignements erronés du bouddhisme, tels le Shingon et le Nembutsu, devenant ainsi des ennemis du Sutra du Lotus, le Véritable Dharma.

Nichiren encourage les épouses des deux frères leur disant : "Les femmes sont parfois craintives. Je crains que vous ayez abandonné. Quoi qu'il advienne, vous devez serrer les dents et ne jamais faiblir dans votre foi."

Véritable piété filiale

Enumérant différents exemples historiques de dévouement à l'égard du souverain ou des parents, Nichiren conclut que même si l'on obéit en tout point à ses parents, la piété filiale, pour ce qui est de la bodhéité, consiste indubitablement à ne pas les suivre. Le chapitre XXVII du Sutra du Lotus, Conduite originelle du roi Myoshogon, raconte comment les deux fils de ce roi, Jogen et Jozo, convertirent au bouddhisme leur père brahmane grâce au Sutra du Lotus. Il loue les deux frères Ikegami en les comparant aux princes Jogen et Jozo et aux bodhisattvas Yakuo* et Yakujo.

Trois obstacles et quatre démons

Nichiren cite également un passage du Maka Shikan du grand-maître Zhiyi qui dit que lorsque la pratique d'ichinen sanzen progresse, inévitablement, les trois obstacles et les quatre démons se manifestent. Pour Nichiren pratiquer ichinen sanzen c'est réciter daimoku. Les trois obstacles sont 1) les obstacles dus aux désirs terrestres (bonno-sho) 2) les obstacles dus au conjoint et aux enfants 3) les obstacles dus à l'opposition du souverain, de ses parents, etc. Les quatre démons sont : 1) l'entrave des désirs égocentriques (bonno-ma) 2) l'entrave des cinq agrégats (on-ma), source de toute sorte de souffrance 3) l'entrave de la mort (shi-ma) (4) l'entrave du Roi-Démon du Sixième Ciel (tenji-ma) qui empêche l'action juste.

Nichiren critique les autres écoles

Pourquoi est-ce que Nichiren critique toutes les écoles qui ne sont pas basées sur le Sutra du Lotus ? Si nous comparons toutes les écritures bouddhiques à des aliments qui auraient été préparés par le Bouddha, chaque plat a une date de péremption. Or à l'exception du Sutra du Lotus, les autres sutras sont périmés lorsqu'on arrive à la période des Derniers jours du Dharma. Ils ne sont donc plus bons à être consommés. Au contraire, le Sutra du Lotus se bonifie avec le temps, devenant plus savoureux et nourrissant. C'est comme un plat de riz au curry qui a plus de goût quelques jours après la cuisson. Certains vins doivent être bus lorsqu'ils sont jeunes, alors que d'autres se bonifient avec les années. Nichiren a critiqué les autres écoles parce qu'elles n'étaient plus opérantes à son époque, celle du Dharma dégénéré.

2ème partie

Alors que Munenaka a été déshérité par Yasumitsu, en 1275, Nichiren n'a jamais cessé d'encourager les deux frères à garder leur foi dans le Sutra du Lotus. Finalement Yasumitsu pardonna à son fils et devint même un adepte du Sutra du Lotus. Voici ce que Nichiren écrit au frère cadet, Munenaga, le 9ème mois de 1277 : "Ryokan et d'autres moines, poussés par les démons, ont trompé votre père et tenté de vous détruire tous deux en vous faisant abandonner la foi, mais vous avez fait preuve de sagesse et tenu compte de mes mises en garde. Aussi, […] vos efforts à tous deux ont conduit votre père à la pratique du Sutra du Lotus." (La conversion d'un père)

Munenaka est déshérité pour la seconde fois

Cependant, la foi de Yasumitsu était vacillante. Sous l'influence de la campagne pour 1 million de Nembutsu initiée par Ryokan, il redevint son disciple et déshérita de nouveau Munenaka, lui préférant son fils cadet, Munenaga.
Deux mois plus tard, Nichiren écrivit à Munenaga : "Votre père semble maintenant être devenu l'ennemi du Sutra du Lotus et avoir abandonné votre frère, véritable pratiquant du Véhicule Unique. Décidez de vous engager totalement dans la voie du bouddhisme comme le fait votre frère." Ensuite Nichiren se réfère au comportement du prince Siddhartha qui a renoncé au monde contre la volonté de sa famille et a mené plus tard ses proches jusqu'à l'Eveil, pour dire que même si Munenaga abandonnait son frère pour prendre sa place auprès de son père, il ne connaîtrait jamais "aucune prospérité en dix millions d'années". "Par conséquent, vous devriez uniquement vous préoccuper de votre prochaine existence."

Retour à la foi dans le Sutra du Lotus

Yasumitsu fut convaincu par son plus jeune fils de revenir à la foi dans le Sutra du Lotus. Se réjouissant de ce retournement, Nichiren écrivit à Munenaga en parlant des relations mesquines entre frères relatées dans les sutras ainsi que de la malheureuse relation entre Minamoto Yoritomo, fondateur du bakufu de Kamakura et son jeune frère, Yoshitsune. Nichiren loue Munenaga car, alors que l'envie et la jalousie sèment la discorde entre frères, Munenaga a agi avec sagesse et générosité, créant ainsi la cause de la bodhéité pour lui-même, son frère et son père et garantissant la prospérité à ses descendants.

Funérailles de Nichiren et les deux Frères Ikegami

Nichiren quitta le Mont Minobu le 8ème jour du 9ème mois de 1282 pour Hitachi, afin d'y être soigné pour sa maladie. Il arriva à la résidence de Munenaka le 18 du même mois et y décéda le 13ème jour du 10ème mois. Les funérailles eurent lieu le même jour à minuit. Le frère aîné, Munenaka, se tint en tête du cortège portant, avec Shijo Kingo, le cercueil et les bannières funéraires. Munenaga suivait, en tenant l'épée de Nichiren. Le temple Honmon-ji d'Ikegami s'élève actuellement à l'emplacement de la maison familiale des deux frères. Une statue de Nichiren, sculptée à l'occasion du septième service commémoratif a été érigée dans ce temple  ; elle renferme un tube en bronze avec des cendres de Nichiren portant l'inscription "Don de Munenaka".

SUITE : Famille Nanjo

Retour

haut de la page