ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Garuda

Pendant huit ans, Liu Bang et Xiang Yu se disputèrent l'empire de Chine  ; pendant sept ans, Minamoto no Yoritomo et Taira no Munemori se battirent pour les îles du Japon  ; Taishaku lutta contre les asuras, et les rois-dragons contre les oiseaux garuda au lac de Glace. La lutte pour déterminer quel sutra est supérieur aux autres est encore plus violente.
[...] Ceux qui n'ont pas commis l'erreur de s'opposer au Sutra du Lotus dans leurs existences passées et qui pratiquent le Sutra du Lotus dans leur vie présente, s'ils sont accusés à tort de crimes qu'ils n'ont pas commis, leurs persécuteurs subiront immédiatement une rétribution négative. Ils [ces persécuteurs] seront comparables aux asuras qui lancent des flèches à Taishaku ou aux oiseaux garuda qui veulent dévorer les Rois-dragons du lac de Glace, mais ne font en définitive que se détruire eux-mêmes.
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Un dragon ne manquera jamais de protéger un religieux portant la robe de moine. La raison en est qu'un dragon reçut un jour un vêtement semblable des mains du Bouddha. Le dragon enveloppa dans cette robe un enfant qu'il chérissait et, au palais des dragons, ce dernier fut protégé des garuda. Les garuda ne manqueront jamais de protéger ceux qui s'acquittent de leur devoir de piété filiale. Les dragons, en secouant le Mont Sumeru pour les en faire tomber, dévoraient les petits des garuda. Mais le Bouddha donna pour instruction à ces garuda de prendre les offrandes de riz faites par piété filiale et laissées de côté par les moines, et de les déposer au sommet du Mont Sumeru. C'est ainsi que les garuda mirent leurs petits à l'abri des attaques des dragons. (réf.) Le ciel protège immanquablement ceux qui observent les préceptes et pratiquent le bien.
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)

Réfléchissons aux phénomènes qui viennent récemment de se produire, tremblements de terre, apparition de comètes et autres calamités telles qu'on n'en vit jamais aux époques du Dharma correct et du Dharma formel. Ils ne peuvent pas être l'œuvre des garuda, asuras ou dragons ; ce sont seulement des présages qui annoncent l'apparition des Quatre grands bodhisattvas.
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Le démon asura qui voulut décocher une flèche au dieu Taishaku vit sa flèche rebondir et c'est l'œil de celui qui l'avait lancée qu'elle revint crever. Quand les oiseaux garuda s'efforcèrent de cracher des flammes sur le Roi-dragon Anavatapta, ils furent consumés par les flammes qui émanaient de leurs propres corps. Le pratiquant du Sutra du Lotus est-il inférieur à Taishaku ou au Roi-dragon Anavatapta ?
Réfuter l'opposition au Dharma bouddhique pour se libérer de ses fautes passées (Sado, 1273 à Shijo Kingo

Il est dit [dans le Sutra du Lotus]  : "A ce moment-là, répondant à une question du bodhisattva Yakuo, l'Honoré du monde s'adressa aux quatre-vingt mille grands bodhisattvas désireux d'entendre le Dharma : "Yakuo, au sein de cette multitude de divinités, rois-dragons, yaksha, gandharva, garuda, kimnara, mahoraga, parmi ces innombrables êtres, humains comme non humains, moines et nonnes, laïcs, hommes et femmes, distingues-tu ceux qui recherchent l'état d'auditeur, ceux qui recherchent l'état de pratyekabuddha, et ceux qui recherchent la voie du Bouddha  ? A ceux d'entre eux qui, en présence du Bouddha, se réjouiront, même un bref instant, d'entendre ne serait-ce qu'une phrase ou une stance du Sutra du Lotus, je prédis solennellement qu'ils parviendront, tous, sans exception, à l'Eveil suprême."(réf.)
Comparaison du Sutra du Lotus avec les autres Sutra (
Minobu, le 26 mai 1280 à Toki Jonin)

 
 

Retour au dictionnaire

haut de la page