ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
faute de complicité
 

Question : Est-ce une faute de cesser de faire des dons aux détracteurs du Vrai Dharma, et de les harceler ?Réponse : Le Sutra du Nirvana nous dit : "Ce Dharma suprême est confié aux rois, ministres, guerriers, bhiksus et bhiksunis dans diverses contrées. (…) Si quelqu’un calomnie le vrai Dharma, le roi et ses ministres, ainsi que les quatre congrégations devraient s’unir pour les châtier. (…) Cela ne constitue en aucun cas une faute." Tous les êtres sensitifs, même les criquets, les fourmis, les moustiques et les taons, ont indubitablement en eux la bodhéité, mais ceux qui calomnient le vrai Dharma ne l’ont pas. Par conséquent, refuser de faire des dons à ces personnes et les harceler ne constitue pas une faute. Question : Vous, un moine bouddhiste, dénoncez les fautes des prêtres bouddhistes. N’est-ce pas une violation de deux préceptes bouddhiques : celui qui défend de dire du mal des quatre congrégations bouddhistes, et celui qui défend de calomnier les Trois trésors  ? Réponse : Le Bouddha nous avertit dans le Sutra du Nirvana : "Supposez qu’il y ait un bon bhiksu qui, alors qu’il voit un homme calomnier et transgresser le vrai Dharma, ne le réprimande pas, ne le chasse pas, et ne le corrige pas ; ce bhiksu est un ennemi du bouddhisme. Si le bhiksu chasse, réprimande et corrige cet homme, il est de fait un vrai disciple du Bouddha." Tout en adhérant à cette avertissement du Bouddha, je prédis que les détracteurs du vrai Dharma tomberont tous dans l'enfer avici.
Sainan Koki Yurai - La cause des désastres (Kamakura, février 1260)

Voir le mal et omettre de le condamner, être conscient d'une offense et ne pas la combattre, c'est aller à l'encontre du texte des sutras, et désobéir aux maîtres fondateurs du bouddhisme. La rétribution négative d'une telle faute est extrêmement sévère.
Conversation entre un sage et un ignorant (1265  ? à un samouraï  ? )

Toutefois, il y a différentes sortes de meurtres, et ceux qui sont tués ont commis des fautes de divers degrés de gravité. Ceux qui tuent les assassins de leurs parents, de leur souverain ou de leur maître commettent bien un meurtre, mais la gravité de leur crime, de ce fait, est allégée. Les lettrés non bouddhistes de nos jours en conviennent. Des bodhisattvas d'une grande bienveillance, s'ils font des dons aux ennemis du Sutra du Lotus, tomberont inévitablement dans l'enfer avici. Mais, à l'inverse, même des personnes ayant commis les cinq forfaits, si elle haïssent ces ennemis du Sutra du Lotus, renaîtront immanquablement dans les mondes-états des hommes ou du ciel.
Faire connaître cet enseignement à votre seigneur (Minobu, 9e mois de 1274 à Shijo Kingo)

En étudiant le texte du Sutra, je découvre que quiconque déclare qu'il existe un sutra supérieur au Sutra du Lotus ne peut échapper au crime d'opposition au Dharma. Par conséquent, d'après le Sutra, une personne de ce genre [telle que Cheng-guan et tous les autres] doit être considérée comme l'ennemi du Bouddha. Et si, par peur, j'omets de souligner ce point, les distinctions établies entre les divers sutras en fonction de leurs mérites respectifs n'auront servi à rien. Si, impressionné par ces Grands-maîtres du passé, je me contentais de dénoncer leurs disciples d'aujourd'hui comme ennemis du Bouddha, les adeptes actuels de leurs différentes écoles auraient beau jeu de dire : "Lorsque nous affirmons que le Sutra Vairocana* est supérieur au Sutra du Lotus, ce n'est pas invention de notre part. C'est la doctrine enseignée par les patriarches de notre école. Peut-être ne les égalons-nous pas dans l'observance rigoureuse des préceptes, ni en sagesse, en intelligence ou par notre position sociale, mais nous ne nous écartons jamais, si peu que ce soit, des principes qu'ils nous ont enseignés." Et dans ce cas, il faudrait bien admettre qu'ils ne seraient coupables d'aucune faute.
Traité sur la dette de reconnaissance (Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

voir également : fautes les cinq forfaits, opposition au Dharma, offense au Dharma, enfer avici

Retour au dictionnaire

haut de la page