DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanskrit, pali

Écoles nichiréniennes actuelles

 

Écoles bouddhiques se réclamant actuellement de Nichiren (liste non exhaustive en construction)

Nichiren Shu ou école Minobu. Lignée de Mimbu Ajari Niko, supérieur du temple Kuon-ji. Son école rejeta la pratique de shakubuku et adopta celle de shoju. Pendant la période Edo (1600-1867), l'école Minobu bénéficia du soutien du gouvernement Tokugawa et étendit son influence. Avant la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses petites écoles Nichiren furent absorbées par cette école à la suite des efforts du gouvernement pour unifier les groupes religieux. Pratique shoretsu (récitation des chapitres II et XVI du Sutra du Lotus)

Nichiren Shoshu Séparée de la Honmonshu en 1900 l'école a pris en 1912 le nom d'école Fuji (Nichiren Shu Fuji Ha). Fondée par Nikko qui établit le temple Taiseki-ji au pied du Mont Fuji. Il y a enchâssé le Dai-Gohonzon inscrit le 12 octobre 1279. Pratique shoretsu (récitation des chapitres II et XVI du Sutra du Lotus). Et abréviation de Namu en Nam. Nichiren considéré comme Bouddha Originel (Honbutsu). N.B. la Soka Gakkai n'est pas une école religieuse mais un mouvement laïc lié à l'origine à la Nichiren Shoshu mais dont elle s'est séparée officiellement en 1991.

Kempon Hokkeshu appelation datant de 1876 ; branche Jumon de l'école de Nichiren crée par Nichiju (temple Myoman-ji). école rattachée par le gouvernement en 1941 à la Nichiren Shu. Site officiel http://www.kempon.net/kempon%20international.htm

Hokkeshu Honmon-ryu (affilié au Honmon Butsuryu Shu). Fondé en 1420 par Nichiryu (1385-1464). Actuellement à Amagasaki ( Prefecture de Hyogo). Honmon-ryu (Honno-ji) et sa section Honmon Hokkeshu (Utsugizan Myoren-ji) peuvent facilement être confondus en raison de leurs dénominations proches et de leurs origines communes. Les temples Honko-ji et le Honno-ji à Kyoto ont été établis tous les deux par Nichiryu. Certains des premiers supérieurs du Honno-ji étaient des femmes. Initialement, il était destiné à être un lieu d'étude et de formation des prêtres, tandis que Honno-ji servait de base à la propagation. En fait, ils étaient considérés comme un seul temple jusqu'en 1909.

Lignée Nichiro, fondée par Nichiro et ses disciples. A l'origine, elle était basée au temple Honmon-ji à Ikegami et au temple Myohon-ji à Kamakura. Vers la fin de la période Kamakura (1185-1333), le disciple de Nichiro, Nichizo, se rendit à Kyoto pour y propager les enseignements. Bien qu'expulsé à diverses reprises en raison des pressions exercées par les autres écoles, il finit par obtenir gain de cause et par construire le temple Myoken-ji. D'autres branches de l'école Nichiro comprennent les écoles Happonha*, Butsuryu shu, Hokke Shu Shimmon, Fuju Fuse Komon, Hokkeshu Jinmon Ryu établi par Nichiin (1264 - 1329).

Lignée Nakayama, à l'origine centrée autour de trois temples à Shimosa, le Marna Guho-ji, le Nakayama Hommyo-ji et le Wakamiya Hokke-ji. Le Nakayama Hommyo-ji fut la résidence de Ota Jomyo, le Wakamiya Hokke-ji, le temple familial de Toki Jonin. Le fils de Ota, Nikko (à ne pas confondre avec le second patriarche de la Nichiren Shoshu) exerça les fonctions de supérieur dans les deux lieux. Le Marna Guho-ji fut d'abord un temple Tendai ; quand Toki Jonin le convertit, son fils adoptif Nitcho, qui était également l'un des six disciples aînés de Nichiren, en devint le principal. Mais Toki Jonin et lui tombèrent en disgrâce. Nichiju, fils légitime du seigneur Toki, en devint alors le principal. Bien plus tard, Nitchu et son disciple, Nichigen, propagèrent la doctrine de l'école Nakayama à Kyoto. Selon certains, Nichiju, le fondateur de l'école Jumon, aurait tout d'abord étudié la doctrine Nakayama.

école Hama, ou école Nissho, provenant de Nissho et de ses disciples. A l'origine, elle fut centrée autour des temples Hamado Hokke-ji et Myoho-ji à Kamakura. Plus tard, elle fut affiliée à l'école Minobu et prit le nom de Nichiren Shu, branche de Minobu.

Nipponzan-Myohoji-Daisanga (日本山妙法寺大僧伽) Mouvement nichirénien fondé en 1917 par Nichidatsu Fujii. Le mouvement qui compte environ 1500 personnes comprend des moines et des laïcs qui récitent daimoku en marchant et s'accompagnant de tambours. Ils prêchent la non-violence et la paix lors de processions à travers le monde.

Voir différentes lignées nichireniennes.

  • Nichiren Shu: Sozan Minobuzan Kuon-ji
  • Nichiren Shoshu: Sohonzan Taiseki-ji
  • Honmon Butsuryu Shu
  • Kempon Hokke Shu: Sohonzan Myoman-ji
  • Hokkeshu, Honmon Ryu
  • Hokkeshu, Jinmon Ryu
  • Hokkeshu, Shinmon Ryu
  • Honmon Hokke Shu: Daihonzan Myoren-ji
  • Nichiren Honshu: Honzan Yobo-ji
  • Nichiren Shu , Fuju fuse-ha: Sozan Myokaku-ji
  • Nichiren Shu Hokke
  • Hokke Nichiren Shu
  • Hompa Nichiren Shu
  • Honke Nichiren Shu (Hyogo)
  • Fuju fuse Nichiren Shu Komon
  • Honke Nichiren Shu (Kyoto)
  • Shobo Hokke Shu
  • Honmon Kyoo Shu
  • Nichiren Shu Komon
  • Nipponzan Myohoji

 



haut de la page
Retour