x
ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
le chapitre XII (Daibadatta - Devadatta) du Sutra du Lotus
 

Il est vrai que les chapitres Yakuo (XXIII) et Daibadatta* (XII) traitent tout particulièrement de l'atteinte de la bodhéité par les femmes ou de leur renaissance sur la Terre pure. Mais le chapitre Daibadatta* (XII) est une branche et une feuille du chapitre Hoben (II)
Sur la récitation des chapitres Hoben et Juryo (Kamakura - 1264, à la femme de Hiki Daigaku Saburo Yoshimoto)

Les cinq chapitres suivants - Hosshi* (X), Hoto* (XI), Daibadatta* (XII), Kanji* (XIII) et Anraku (réf.) - indiquent de quelle manière les enseignements des huit chapitres précédents [du II au IX] doivent être mis en pratique par les personnes ordinaires à l'époque des Derniers jours du Dharma.
L'essentiel du chapitre Yakuo (1265-  ? peut-être à la mère de Nanjo Tokimitsu)

Comme sont donc stupéfiantes, dans le chapitre Daibadatta* (XII) du Sutra du Lotus, la révélation, par le vénéré Shakya, fondateur de la doctrine, que Devadatta était son maître dans une existence passée et la prédiction qu'il atteindrait l'Eveil à l'avenir sous le nom du bouddha Roi-céleste !
Le Daimoku du Sutra du Lotus (1266 à une femme d'Amatsu)

Le Bouddha se comportait avec une grande bienveillance depuis d'innombrables kalpas. Mais, le fait qu'il ait été lié à un grand malfaiteur [comme Devadatta] conduisait à se demander s'il était réellement Bouddha. Le Bouddha ne répondit cependant pas à la question [de dame Vaidehi]. Et, si l'on se contente de lire le Sutra Kammuryoju sans étudier le chapitre Daibadatta* (XII) du Sutra du Lotus, la question reste sans réponse (note).
[...] Telle est la troisième exhortation du Bouddha. La quatrième et la cinquième se trouvent dans le chapitre Daibadatta* (XII) et j'y reviendrai ultérieurement.
[...] En plus des trois exhortations du chapitre Hoto* (XI), le chapitre Daibadatta* (XII) contient deux révélations surprenantes. [La première est que Devadatta atteindra la bodhéité]. Devadatta était un icchantika, et pourtant il est prédit qu'il deviendra à l'avenir le bouddha "Roi-du-ciel".
[...] La possibilité existe en théorie mais elle n'est illustrée par aucun exemple concret. Ce n'est qu'avec l'enseignement du Sutra du Lotus, qui décrit l'atteinte de la bodhéité par la fille du Roi-Dragon, qu'est donnée la preuve que toutes les mères du monde peuvent devenir bouddha. Et lorsqu'il fut révélé que même un homme mauvais comme Devadatta pouvait atteindre la bodhéité, il devint évident que tous les pères du monde pouvaient devenir bouddha. [Le Classique de la piété filiale est un texte de base du confucianisme, mais] le Sutra du Lotus est le Classique de la piété filiale du bouddhisme. Voilà tout ce que je dirai sur les deux révélations [du chapitre Daibadatta* (XII)].
[...] Impressionnés par les Cinq révélations faites par le Bouddha dans les chapitres Hoto* (XI) et Daibadatta* (XII), les innombrables bodhisattvas promirent au Bouddha de propager le Sutra du Lotus, comme cela est décrit dans le chapitre Kanji* (XIII).
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Et pourtant, contre toute attente, grâce à l'enseignement de Manjushri, dans le bref intervalle qui sépare les chapitres Hosshi* (X) et Daibadatta (XII), lorsque le Bouddha enseigna le chapitre Hoto* (XI), elle atteignit la bodhéité au milieu de l'océan.
Sur la prière (Sado, 1272 à Sairen-bo)

Le chapitre Daibadatta* (XII) enseigne que Devadatta était le maître de Shakyamuni dans une existence passée. Celui qui était autrefois le maître est maintenant le disciple, et celui qui est aujourd'hui le disciple fut le maître. [En méditant sur ce chapitre, moi, Nichiren, j'ai réalisé qu'] il révèle un profond principe du Sutra du Lotus, celui de l'inséparabilité du maître et du disciple [éternellement liés] par le passé comme au présent.
La persécution par le sabre et le bâton (
Minobu, 20 avril 1279 à Nanjo Tokimitsu)

Il est dit dans le Sutra du Lotus : "A l'avenir, s'il se trouve des hommes et des femmes de foi sincère qui, à l'écoute du chapitre Daibadatta* (XII) du Sutra du Lotus, y croient et le respectent avec un coeur pur et libre de toute hésitation ou doute, ils ne tomberont ni en enfer ni dans les voies de l'avidité ou de l'animalité, mais ils renaîtront en présence des bouddhas des dix directions. Où qu'ils naissent, ils entendront toujours ce Sutra. S'ils renaissent dans les mondes des hommes ou du ciel, ils éprouveront le bonheur suprême, et, s'ils naissent en présence d'un bouddha, ils renaîtront par transformation (note) en sortant d'une fleur de lotus."(réf.) Retenez-bien les mots "femmes de foi sincère". S'ils ne désignent pas Myoho, votre mère défunte, à qui donc pourraient-ils bien s'appliquer  ? Il est dit aussi, dans le Sutra  : "Il est difficile de garder ce Sutra. Si quelqu'un le pratique, ne serait-ce qu'un moment, je [Shakyamuni] m'en réjouis et les autres bouddhas également. Ceux qui le font s'attirent l'admiration de tous les bouddhas". (réf.) Nichiren n'est pas seul à faire l'éloge de votre mère, ce qui n'aurait qu'une valeur limitée, mais il est dit "s'attirent l'admiration de tous les bouddhas".
Sur les cérémonies d'urabon (Minobu, le 13 juillet 1279  ? (1277 ou 1280)

On lit, dans les commentaires du Grand-maître* Saicho*  : "Il faut bien comprendre que la question, de savoir si certains ont atteint ou non la bodhéité, a pour but de montrer le grand pouvoir et l'autorité de ce Sutra." Cette citation renvoie à un autre passage, mentionné plus tôt dans ce commentaire, du chapitre Daibadatta* (XII) du Sutra du Lotus.
Le principe de l'atteinte de la bodhéité sans changer d'apparence (Minobu, en 1280? , à Myoichinyo)

 
voir également : : les citations du chapitre XII dans les goshos

Retour au dictionnaire

haut de la page