ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Dainichikyo Gishaku
 

Venons-en maintenant à l'école Shingon. Elle fut introduite [en Chine] par Shubhakarasimha* sous le règne du 44e souverain, l'impératrice Gensho. Il amena le Sutra Vairocana* au Japon mais retourna en Chine sans le propager. Gembo rapporta de Chine le Dainichikyo Gishaku (Commentaire sur la signification du Sutra Vairocana) en quatorze volumes et le précepteur Tokusei, du Todai-ji, fit de même.
[...] Il y avait en Chine plusieurs théories sur la supériorité relative de ces deux enseignements, shikan et shingon. De plus, le Dainichikyo Gishaku affirme que, bien qu'ils soient équivalents en théorie, le shingon est supérieur en terme de pratique.
Traité sur la dette de reconnaissance (
Minobu, le 21 juillet 1276, à Joken-bo et Gijo-bo)

En 838 (5e année de l’ère de Jowa), lors du règne du 54e souverain, l’empereur Nimmei, le Vénérable Ennin* se rendit en Chine pour une étude plus approfondie des enseignements du Tian-tai et du Shingon. Il revint au Japon en 847 (14e année de Jowa). Au cours des ères successives de Ninju et Saiko (851-857), alors que le 55e souverain, l’empereur Montoku, était au pouvoir, Ennin* écrivit les commentaires du Sutra Kongosho et du Sutra Soshitsuji, formant un total de 14 fascicules. Y ajoutant son Dainichi-kyo gishaku (Commentaire sur la signification du Sutra Vairocana), il les nomma "triple ouvrage de l’école Shingon".
Shinkoku-o (Minobu, février 1275)

 

Retour au dictionnaire

haut de la page