ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Ashoka
 

Ce qui s'est passé correspond aux prédictions de cet ouvrage, aussi précisément que les deux moitiés d'un même sceau. Le Bouddha fit la prédiction suivante : "Plus d'un siècle après mon trépas, un grand roi, nommé Ashoka, apparaîtra dans le monde et répandra très loin mes enseignements."
Genèse du Rissho Ankoku Ron (
Kamakura, le 5 avril 1268, à un homme du nom de Hokan-bo)

Parmi les autres exemples [de prédictions réalisées], on trouve dans le Sutra Fuhozo ces paroles de l'Honoré du monde : "Cent ans après mon trépas apparaîtra un souverain que l'on appellera le grand roi Ashoka."
Traité pour ouvrir les yeux (
Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Le Bouddha fit une autre prédiction, en disant : "Cent ans après ma disparition, un grand roi du nom d'Ashoka apparaîtra. Il règnera sur un tiers du continent Jambudvipa et fera ériger 84000 stupas pour honorer mes reliques." Cette affirmation suscita également des doutes mais elle se révéla exacte ; et dès lors, les gens se mirent à avoir foi.
Lettre à Horen (
Minobu, avril 1275 à Soya Kyoshin)

Le roi Ajatashatru et le roi Ashoka furent d'abord de mauvais souverains. Mais ils tinrent compte, le premier des conseils de son premier ministre Jivaka, le second, des suggestions du vénérable Yasha. Et tous deux passèrent à la postérité comme des souverains sages.
Parvenir directement à la bodhéité grâce au Sutra du Lotus (
Minobu, mars 1277   ? à Myoho-ama)

Il y eu autrefois en Inde un roi du nom d'Ashoka le Grand. Il régnait sur un quart du monde et, secondé par les rois-dragons, faisait pleuvoir à sa guise (note). Il utilisait même des démons pour exécuter ses ordres. Il fut d'abord un mauvais roi, mais par la suite, il se convertit au bouddhisme. Il fit chaque jour des offrandes à soixante mille moines et fit ériger quatre-vingt-quatre mille stupas. Si nous nous interrogeons sur le passé de ce grand souverain, nous découvrons qu'à l'époque du Bouddha Shakyamuni vivaient deux jeunes garçons du nom de Tokusho Doji et Musho Doji, qui offrirent un jour au Bouddha un pâté d'argile. Parce que cet acte était d'une grande sincérité, l'aîné, Tokusho, renaquit sous la forme d'un grand roi Ashoka cent ans plus tard.
Les deux sortes de croyance (
Minobu, 25 février 1278 à Nanjo Tokimitsu)

Tokusho Doji, pour avoir offert un pâté d'argile au Bouddha, renaquit sous la forme du roi Ashoka,
Le tambour à la porte du Tonnerre (
Minobu, 19e jour du 10 mois (intercalaire) 1278, à Sennichi-ama)

Cent ans après la mort du Bouddha, vécut en Inde un roi connu sous le nom d'Ashoka. Son autorité s'étendait sur un quart des 84000 états qui composent le continent Jambudvipa. Il avait le soutien des rois-dragons et le pouvoir de convoquer les esprits pour les mettre à son service. Avec soixante mille arhats pour maîtres, il fit vœu d'ériger 84000 stupa de pierre, et s'engagea à faire don de dix milliards de pièces d'or au Bouddha. Telle était la grandeur de ce roi. Mais si nous voulons savoir quelles actions méritoires il avait accomplies dans ses vies antérieures afin d'obtenir d'aussi grands bienfaits, nous voyons qu'il n'avait rien fait de plus que d'offrir un simple pâté d'argile au Bouddha Shakyamuni (voir Tokusho Doji).
L'enseignement selon l'esprit du Bouddha (
Minobu, le 2 mai 1279, à Niike Saemon-no-jo)

Toutefois, alors que ces préceptes font du meurtre un crime d'une extrême gravité, il est dit que mettre à mort un ennemi du Sutra du Lotus est un acte extrêmement méritoire. Et si tel est le cas, comment pourrait-on faire des dons et offrir son soutien à une personne de ce genre  ? C'est pour cela que le roi Sen'yo fit exécuter cinq cents maîtres brahmanes, que le moine Kakutoku fit mettre à mort d'innombrables opposants au Dharma correct, et que le grand roi Ashoka condamna à mort 108000 non bouddhistes. Ces rois étaient considérés comme les plus valeureux de tout le Jambudvipa, et ce moine comme le plus sage parmi ceux observant les préceptes. Le roi Sen'yo renaquit par la suite sous la forme du Bouddha Shakyamuni ; le moine Kakutoku sous celle du bouddha Kashyapa, et le grand roi Ashoka fut reconnu comme ayant atteint la Voie.
Lettre à Akimoto (Minobu, le 27 janvier 1280, adressé à Akimoto)

Le Bouddha, étant véritablement respectable, ne mesure pas la sincérité en fonction de l'importance des dons. Par le passé, un garçonnet, du nom de Tokusho Doji, fit don d'un pâté d'argile au Bouddha et renaquit sous la forme du roi Ashoka qui régna sur la totalité du Jambudvipa.
Réponse à la dame Onichi (
Minobu, 1280, à Onichi-nyo)

Comme vous le savez, un des sutras relate l'histoire de Tokusho Doji qui offrit un pâté de sable au Bouddha et renaquit ensuite sous la forme du roi Ashoka qui gouverna une grande partie de l'Inde. Parce que le Bouddha est digne de respect, l'enfant obtint cette grande récompense pour un simple pâté de sable. Pourtant, le Bouddha Shakyamuni enseigne que celui qui fait, ne serait-ce qu'un seul jour, des offrandes au Pratiquant du Sutra du Lotus à l'époque des Dernier Jours du Dharma, obtiendra une bonne fortune incomparablement plus grande que s'il avait offert d'innombrables trésors au Bouddha pendant cent mille kalpas.
La personne et le Dharma (
Minobu, 11 septembre 1281 à Nanjo Tokimitsu)

 

Retour au dictionnaire

haut de la page