ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Abutsu bo
 

Actuellement, le corps entier d'Abutsu Shonin est composé des cinq éléments universels, terre, eau, feu, air et ku. Ces cinq éléments sont aussi les cinq caractères de daimoku. Abutsu-bo est la Tour aux Trésors et la Tour aux Trésors est Abutsu-bo. Inutile d'en savoir davantage. C'est la Tour aux Trésors décorée des sept sortes de joyaux : écouter l'enseignement correct, avoir foi en lui, grader les préceptes, concentrer son esprit, pratiquer assidument, se dévouer sans égoïsme, et chercher constamment à s'améliorer. Vous pensez sans doute avoir fait des offrandes à la Tour aux Trésors du bouddha Taho, mais il n'en est rien. C'est à vous-même qu'elles sont destinées. Vous êtes vous-même un bouddha authentique, doté des trois propriétés du Bouddha. C'est avec cette conviction que vous devriez réciter Namu Myoho Renge Kyo. Alors, le lieu où vous résidez et où vous récitez daimoku sera le lieu où se trouve la Tour aux Trésors.
[...] Une foi comme la vôtre est si rarissime que je vais inscrire la Tour aux Trésors précisément à votre intention. Ne la transmettez jamais à personne, sinon à votre fils ; ne la montrez jamais à d'autres à moins que leur foi ne soit très solide. Tel est le but de ma venue en ce monde.
Abutsu-bo, vous méritez le titre de dirigeant de cette province du nord. Peut-être est-ce le bodhisattva Jyogyo, né à nouveau en ce monde sous la forme d'Abutsu-bo, qui vient me rendre visite, à moi, Nichiren. Comme c'est merveilleux ! Il n'est pas en mon pouvoir de comprendre ce qui rend votre foi si pure, mais je confierai cela au bodhisattva Jogyo lorsqu'il apparaîtra. Je ne dis pas cela sans bonnes raisons. Vous et votre femme devriez vénérer en privé cette Tour aux Trésors.
La Tour aux Trésors (
Sado, mars 1272 à Abutsu-bo)

J'ai reçu trois cents mon de la part de la femme d'Abutsu-bo. Puisque vous avez toutes deux le même coeur, faites-vous lire cette lettre et écoutez-la ensemble.
Lettre à Ko-no ama Gozen (
Minobu le 16 juin 1275 à Ko-no ama Gozen)

Au 6e jour du 7e mois, sous le signe cyclique tsuchinoe-tora, dans la 1re année de Koan [1278], une personne du nom de Sennichi-ama, de la province de Sado, m'a fait parvenir une lettre ici, en ce lieu écarté de montagne, au Mont Minobu, dans le village d'Hakiri de la province de Kai, au Japon, par l'intermédiaire d'Abutsu-bo son mari.
Dans cette lettre elle dit qu'elle s'était auparavant préoccupée des fautes et des entraves interdisant la bodhéité aux femmes (note) mais que, puisque Nichiren enseigne que le Sutra du Lotus accorde la plus haute importance à l'atteinte de la bodhéité par les femmes, elle fait pleinement confiance à ce Sutra.
[...] En raison des épidémies qui se sont déclarées il y a deux ans, l'année dernière et cette année, je m'inquiétais, ne sachant trop dans quelle situation vous étiez. J'ai adressé de tout cœur au Sutra du Lotus des prières pour votre santé, mais je restais encore préoccupé. C'est alors, le 27e jour du 7e mois, à l'heure du Singe [de 15h à 17h], qu'Abutsu-bo est apparu. Je lui ai immédiatement demandé des nouvelles de votre santé ainsi que de Ko nyudo. Il m'a dit qu'aucun de vous n'était tombé malade ; que Ko nyudo s'était mis en route avec lui, mais que, parce que le riz de la première récolte était presque mûr et qu'il n'avait pas de fils pour l'aider à la récolte, il avait dû rebrousser chemin et rentrer chez lui.
Le sutra permettant véritablement d'honorer sa dette (Minobu, le 28 juillet 1278 à Sennichi-ama)

Certains se demandent peut-être où se trouve désormais l'esprit du défunt Abutsu-bo. Mais en cherchant le reflet de son image dans le clair miroir du Sutra du Lotus, moi, Nichiren, je le vois dans l'Assemblée du Pic du Vautour, assis et tourné vers l'est, à l'intérieur de la Tour aux Trésors du bouddha Taho.
Le défunt Abutsu-bo était l'habitant d'une île sauvage de la mer du Nord, au Japon. Mais craignant pour sa vie future, il se fit moine et pria pour son bonheur dans la vie prochaine. En me rencontrant, moi, Nichiren, exilé [sur l'île de Sado], il adopta la pratique du Sutra du Lotus et, au printemps dernier, il est devenu bouddha. Après avoir rencontré le Dharma bouddhique, le renard du Mont Shita n'éprouva plus aucun goût pour la vie et souhaita mourir. Il renaquit par la suite sous la forme du dieu Taishaku. De même, Abutsu Shonin se lassa de vivre en cette époque impure et ainsi devint bouddha.
Son fils, Tokuro Moritsuna, a suivi les traces de son père. Il est devenu un pratiquant sincère du Sutra du Lotus. L'année dernière, le 2e jour du 7e mois, je l'ai vu arriver ici, au Mont Minobu, à Hakiri, dans la province de Kai. Il avait parcouru mille ri (note) par-delà mers et montagnes. Il portait les cendres de son père attachées autour du cou et les a déposées dans la salle consacrée à la pratique du Sutra du Lotus. Cette année encore, le 1er jour du 7e mois, il est revenu au Mont Minobu pour s'incliner sur la tombe de son père bienveillant. Indubitablement, il n'y a pas de plus grand trésor qu'un enfant, pas de plus grand trésor qu'un enfant ! Le trésor d'un enfant dévoué à ses parents (
Minobu, été 1280 à Sennichi-ama)

 

 

haut de la page
Retour au dictionnaire