ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
Utoku
 

A cette époque, le souverain du royaume avait pour nom Utoku. Dès qu'il apprit ce qui se passait, désireux de défendre le Dharma, il se rendit sur le lieu où le moine prêchait l'enseignement correct et combattit de toutes ses forces contre les mauvais moines qui n'observaient pas les préceptes. Grâce à cela, le moine qui prêchait le Dharma put échapper au danger. Mais le roi reçut tant de coups de couteaux, de sabres, de piques et de lances, qu'il n'y eut pas une seule partie de son corps, même de la taille d'une graine de pavot, qui ne fut blessée.Le moine Kakutoku rendit alors hommage au roi en ces termes : ‘C’est merveilleux  ! Vous êtes, o roi, un authentique défenseur du Dharma correct. Dans les âges à venir, ce corps qui est le vôtre deviendra à coup sûr un réceptacle illimité du Dharma.’A ce moment-là, le roi qui avait déjà entendu les enseignements du Dharma, ressentit une grande joie en son coeur. Sa vie parvint alors à son terme, et il renaquit sur la Terre du bouddha Akshobhya (Ashuku) où il devint le premier disciple de ce bouddha. De plus, tous les généraux, sujets et alliés du roi qui avaient combattu à ses côtés ou l'avaient rejoint dans la bataille furent emplis d'une détermination inébranlable d'atteindre l'Eveil et, après leur mort, ils renaquirent tous sur la Terre du bouddha Akshobhya.
[...] Le sens de ces passages de sutra est parfaitement clair. Quel besoin aurais-je d'y ajouter des interprétations  ? D'après le Sutra du Lotus, ceux qui calomnient les écrits du Mahayana commettent une faute plus grave que les cinq forfaits. C'est pourquoi ils tomberont dans la grande forteresse de l'enfer avici et ne pourront espérer en sortir avant d'innombrables kalpas. Selon le Sutra du Nirvana, il est autorisé de faire des dons à quelqu'un qui a commis une des cinq forfaits, mais pas à ceux qui s'opposent au Dharma, celui qui tue, ne serait-ce qu'une fourmi, tombera dans l'une des trois mauvaises voies, mais celui qui contribue à empêcher l'opposition au Dharma atteindra l'état de non régression. Ainsi, le moine Kakutoku renaquit sous la forme du bouddha Kasho, et le roi Utoku devint le Bouddha Shakyamuni.
Rissho Ankoku ron (Kamakura-Matsubagayatsu, juillet 1260)

Quiconque saisit ce principe devrait savoir qu'il est de la plus haute importance de réfléchir à l'existence à venir. Aux Derniers jours du Dharma du bouddha Kangi, le moine Kakutoku propageait le Dharma correct. D'innombrables moines, coupables d'avoir transgressé les préceptes, éprouvaient un profond ressentiment à l'encontre de ce dévot et l'attaquèrent, mais le roi Utoku, décidé à protéger le Dharma correct, lutta contre ces opposants. Pour finir, il perdit la vie et renaquit sur la terre du bouddha Akshobhya où il devint le principal disciple de ce bouddha. (réf.) De la même manière, le roi Senyo, parce qu'il respectait les enseignements du Mahayana et punit l'offense de cinq cents brahmanes, parvint à l'étape de non-régression. (réf.)
Conversation entre un sage et un ignorant (1265 ? à un samouraï ? )

J’ai maintenant presque 50 ans et ne sais combien d’années je pourrais vivre encore. Je prie pour pouvoir faire offrande au Sutra du Lotus du Véhicule Unique de mon corps, qui de toute façon serait jeté dans un champ en friche ; de pouvoir suivre les exemples de Sessen Doji des Montagnes neigeuses, «prêt à sacrifier sa vie à la recherche du Dharma», et du bodhisattva Yakuo «qui a brûlé son propre coude afin d’en offrir la lumière au Sutra du Lotus» ; et que je devrais mener une vie à la hauteur des les rois Sen'yo et Utoku, les défenseurs du Dharma correct, en laissant mon nom aux générations à venir pour que le futur bouddha puisse le mentionner lorsqu’il enseignera les sutras du Nirvana et du Lotus.
Réponse au seigneur Ota Kingo (1269 ou 1270 à Ota Kingo (Jomyo)

Toutefois, il y a différentes sortes de meurtres, et ceux qui sont tués ont commis des fautes de divers degrés de gravité. Ceux qui tuent les assassins de leurs parents, de leur souverain ou de leur maître commettent bien un meurtre, mais la gravité de leur crime, de ce fait, est allégée. Les lettrés non bouddhistes de nos jours en conviennent. Des bodhisattvas d'une grande bienveillance, s'ils font des dons aux ennemis du Sutra du Lotus, tomberont inévitablement dans l'enfer avici. Mais, à l'inverse, même des personnes ayant commis les cinq forfaits, si elle haïssent ces ennemis du Sutra du Lotus, renaîtront immanquablement dans les mondes-états des hommes ou du ciel. Le roi Sen'yo et le roi Utoku, qui combattirent l'un, cinq cents, et l'autre, d'innombrables ennemis du Sutra du Lotus, renaquirent en ce monde sous la forme du Bouddha Shakyamuni. Certains de ses disciples comme Mahakashyapa, Ananda, Shariputra, Maudgalyayana, et d'innombrables autres se battirent en première ligne, du vivant du Bouddha, mettant les ennemis en fuite, les tuant, les blessant, ou éprouvant du plaisir à se battre. Le moine Kakutoku renaquit sous la forme du bouddha Kasho. C'était un pratiquant du Sutra du Lotus qui, en son temps, incita le roi Utoku à lutter contre les ennemis du Sutra comme contre des gens qui, vie après vie, auraient attaqués ses propres parents. Kakutoku faisait ainsi preuve de la plus grande bienveillance. Notre époque correspond à la leur [celle des rois Sen'yo et Utoku]. Si les gouvernants tenaient compte des propos de Nichiren, ils seraient comparables à ces deux rois. Or, non seulement ils refusent de m'entendre, mais ils s'allient avec les ennemis du Sutra du Lotus, si bien que le pays entier attaque Nichiren.
Faire connaître cet enseignement à votre seigneur (Minobu, 9e mois de 1274 à Shijo Kingo)

Il est non moins certain que vous atteindrez la bodhéité. Quelle que soit la gravité des fautes que vous ayez pu commettre, parce que vous ne vous êtes pas opposé au Sutra du Lotus mais avez, au contraire, fait preuve, en m'accompagnant, de la plus grande fidélité, il ne fait aucun doute que vous deviendrez bouddha. Vous êtes comparable au roi Utoku qui sacrifia sa propre vie pour sauver le moine Kakutoku et qui devint [dans une vie ultérieure] le Bouddha Shakyamuni.
L'octroi d'un nouveau domaine (Minobu, octobre 1278, à Shijo Kingo)

Quant à l’Estrade d’Ordination (Kaidan), [elle sera établie] quand la loi du souverain et le Dharma du Bouddha seront unis et deviendront Un, et que souverain et sujets deviendront Un dans leur foi dans la doctrine des Trois grands Dharmas cachés [de sorte que] le même lien qui existait dans le temps entre le roi Utoku et le moine Kakutoku existera aussi dans le monde futur de l’Age impur et mauvais des Derniers jours du Dharma.
Trois grands Dharmas cachés (Minobu, le 27 ? avril 1281 à Ota Kingo)

 

 

haut de la page
Retour