ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
quatre aînés aux cheveux blancs
 

Considérant que le corps a moins d'importance que le Dharma qui est suprême, l'ignorant escalada les montagnes, poussé par l'inquiétude, allant d'un temple à l'autre aussi longtemps que ses pieds pouvaient le porter. A un moment donné, il arriva devant une caverne rocheuse, creusée dans une montagne dont les pentes verdoyantes s'élevaient à pic derrière elle. Le vent, dans les pins, jouait la mélodie de l'éternité, du bonheur, de la véritable nature, et de la pureté, et le flot du ruisseau émeraude qui longeait la montagne, en ricochant sur les pierres de la rive, faisait comme un écho à la perfection de ces quatre vertus. Les fleurs qui tapissaient la vallée profonde s'épanouissaient dans les couleurs du véritable aspect de la Voie du milieu, et, des fleurs de pruniers, à peine écloses dans la vaste prairie, s'échappait le parfum des trois mille conditions. En vérité, c'était au-delà de ce que les mots peuvent décrire, au-delà de ce que l'esprit peut imaginer. On aurait pu se croire dans le lieu où vécurent les quatre ermites aux cheveux blancs du Mont Heng, ou sur le site où un bouddha des temps anciens se serait promené au sortir de sa méditation. Des nuages de bon augure apparaissaient à l'aube, une lumière mystérieuse rayonnait dans la soirée. Ah  ! c'était une impression que l'esprit ne pouvait saisir ni les mots expliquer !
Conversation entre un sage et un ignorant (1265 ? à un samouraï ? )

Parmi ces innombrables grands bodhisattvas se trouvaient quatre grands sages appelés Jogyo, Muhengyo, Jyogyo et Anryugyo. Les autres bodhisattvas, présents dans les airs ou assis au Pic du Vautour, n'auraient pas eu l'audace de les regarder en face ni de prétendre les égaler même en pensée. Devant ces quatre personnages, même les quatre bodhisattva du Sutra Kegon*, les quatre bodhisattva du Sutra Vairocana* (note) ou les seize grands bodhisattvas du Sutra Kongocho (note) étaient comme des hommes éblouis s'efforçant de fixer le soleil, ou comme de simples pêcheurs en présence de l'empereur. Ils ressemblaient au sage Taigong et aux trois autres des quatre sages de la Chine antique, que leurs qualités plaçaient très au-dessus de la multitude. Ils étaient comparables aux quatre ermites aux cheveux blancs du Mont Shang (note) qui conseillèrent l'empereur Hui Di de la dynastie Han. C'étaient des êtres majestueux, pleins de dignité, de grandeur et de noblesse. Après le Bouddha Shakyamuni, le bouddha Taho, et les émanations du Bouddha Shakyamuni des dix directions, ils étaient les meilleurs amis bouddhiques de tous les êtres humains.
Traité pour ouvrir les yeux (Sado, février 1272 à Shijo Kingo)

Zhanlan* dit : "Les sages savent reconnaître les présages et comprendre ce qu'ils annoncent, tout comme les serpents connaissent les mœurs des serpents." Quand le ciel est clair, la terre est visible. De même, celui qui connaît le Sutra du Lotus comprend aussi le sens de tous les événements de la vie quotidienne. Avec une compassion profonde pour ceux qui ignorent le joyau d'ichinen sanzen, le bouddha fondamental l'enveloppa dans la seule phrase Namu Myoho Renge Kyo, et en orna le cou de ceux qui vivent à l'époque des Derniers jours du Dharma. Les Quatre grands bodhisattvas protégeront quiconque pratique le Dharma merveilleux aussi fidèlement que le sage Taikong et le Duc de Zhou protégèrent le roi Zhou Wen, et aussi fidèlement que les quatre aînés aux cheveux blancs servirent l'empereur Hui.
Le véritable objet de vénération (Sado, avril 1273 à Toki Jonin)

Ici, les fleurs de printemps s'épanouissent en été et les arbres, qui d'ordinaire donnent des fruits en automne, les produisent en hiver. La seule rencontre que l'on puisse faire est celle d'un bûcheron ramassant du bois et les seuls visiteurs que je reçoive sont des amis de longue date. Le Mont Shang (note) où vivaient retirés du monde les quatre ermites aux cheveux blancs, ou la région peu accessible de montagne où vécurent les sept sages du bois des Bambous furent probablement des lieux du même genre. On monte vers le sommet en croyant y voir pousser des algues, mais ce ne sont que des champs de fougères. On descend dans la vallée, persuadé d'avoir vu des plantes comestibles, et, en regardant mieux, on n'y trouve que des herbes aux racines vénéneuses.
Réponse à Nii-ama (Minobu, 16 février 1275 à Nii-ama)

 

 

haut de la page
retour