Le général Tigre-de-pierre

Lettres et traités de Nichiren Daishonin. ACEP - vol. 1, p. 253 ; SG* p. 962.
Gosho Zenshu p. 1185 - Shijio Kingo Dono Gohenji (Sekko Shogun Gosho)

Minobu, 22 octobre 1278 à Shijo Kingo

 

Le vingt-deux de ce mois, j'ai reçu tout ce que vous m'avez envoyé de Shinano : trois kan de pièces de monnaie, un sac de riz, cinquante gâteaux de riz, un grand et un petit récipient de bambou contenant du saké, cinq paquets de kakis séchés et dix grenades, ainsi que la liste jointe à ces présents.

Un souverain est soutenu par le peuple qui, en retour, vit sous sa protection. Les vêtements nous protègent du froid et la nourriture nous donne des forces, tout comme l'huile alimente le feu et l'eau fait vivre les poissons. Les oiseaux construisent leur nid à la cime des arbres par crainte des hommes, pourtant ils en descendent pour se nourrir et ainsi se laissent piéger. Les poissons vivant au fond d'un étang craignent qu'il ne soit pas assez profond et creusent des trous pour s'y cacher mais, attirés par l'appât, ils mordent à l'hameçon. De tous les trésors que l'homme possède, aucun n'est plus précieux que la nourriture et la boisson, les vêtements et les médicaments.

Moi, Nichiren, ne suis pas en aussi bonne santé que d'autres et, de plus, je vis dans cette lointaine forêt de montagne. Cette année a été particulièrement difficile : les grandes épidémies et la famine qui s'étaient déclarées au printemps et en été, ont empiré en automne et en hiver. En outre, ma maladie s'est encore aggravée, mais vous m'avez prescrit divers médicaments que vous m'avez fait parvenir avec des vêtements doublés de soie. Grâce à vos remèdes, ma santé s'est régulièrement améliorée ; je suis guéri à présent et me sens beaucoup mieux qu'auparavant. Le Yuga Ron de Maitreya et le Dai Ron du bodhisattva Nagarjuna disent que, si la maladie d'une personne est due à son karma immuable, même le meilleur médicament se transformera en poison, mais que, si cette personne croit au Sutra du Lotus, le poison se changera en élixir. Bien qu'il n'en soit pas digne, Nichiren propage le Sutra du Lotus  ; c'est pourquoi les démons ont bataillé pour le priver de nourriture. Convaincu de cela, je ne me plains pas, mais je crois que je n'ai pu survivre, cette fois-ci, que parce que le Bouddha Shakyamuni vous a envoyé pour m'aider.

Changeons à présent de sujet. J'étais très préoccupé par votre voyage de retour la dernière fois et suis très heureux d'apprendre que vous êtes arrivé sain et sauf à Kamakura. Mon inquiétude était telle que j'ai demandé de vos nouvelles à tous ceux qui venaient de Kamakura. Une personne m'a dit vous avoir rencontré à Yumoto, une autre un peu plus loin à Kozu, et, lorsqu'une troisième m'a rapporté vous avoir vu à Kamakura, je me suis senti grandement soulagé. Désormais, il ne faut plus venir me voir en personne, sauf en cas d'absolue nécessité. Lorsque vous avez quelque chose d'urgent à me dire, envoyez-moi un messager. J'étais vraiment très inquiet lors de votre dernier voyage. Un ennemi peut essayer d'endormir votre vigilance pour mieux vous attaquer. Si vous devez voyager, n'hésitez pas à payer le prix d'un bon cheval. Faites-vous accompagner par vos meilleurs soldats pour vous défendre contre une embuscade et montez un cheval capable de vous porter facilement en armure.

Il est écrit, dans le huitième volume du Maka Shikan et dans le huitième volume du Guketsu de Zhanlan* : "Plus la foi d'une personne est forte, plus la protection des divinités est grande." Ceci signifie que la protection des divinités dépend de la force de notre foi. Le Sutra du Lotus est une épée tranchante, mais sa puissance dépend de celui qui la manie.

Parmi ceux qui propagent ce Sutra dans les Derniers jours du Dharma, qui peut se comparer à Shariputra, Mahakashyapa, Kannon, Myoon*, Manjushri et Yakuo  ? Shariputra et Mahakashyapa, personnes des deux véhicules, avaient détruit toutes les illusions de la pensée et du désir, se libérant ainsi des six voies. Les autres, tous bodhisattvas, avaient vaincu les quarante et une illusions. Ils étaient aussi près de la perfection que la lune, à la saison des moissons, la veille de la pleine lune. Néanmoins, le Bouddha Shakyamuni ne voulut confier la mission de propagation à aucune de ces personnes, préférant en donner la responsabilité aux bodhisattvas Surgis de Terre. Ces bodhisattvas Surgis de Terre sont donc ceux qui s'étaient forgé une foi inaltérable.

La mère du valeureux général Liguang fut dévorée par un tigre féroce. Lorsqu'il vit la bête, il lui décocha une flèche, puis se rendit compte que ce qu'il avait pris pour un tigre n'était en réalité qu'un rocher dans lequel sa flèche s'était profondément enfoncée. Surpris, il essaya de renouveler son exploit mais la flèche ne put traverser le rocher une seconde fois. Plus tard, on le surnomma le "Général Tigre-de-pierre". La force de votre détermination est comparable à la sienne. Même si vos ennemis vous guettent dans l'ombre, votre foi résolue dans le Sutra du Lotus vous a permis d'anticiper sur les persécutions. Comprenant cela, vous devez renforcer votre foi plus que jamais. Il m'est impossible d'écrire tout ce que je veux en une seule lettre.

Avec mon profond respect,
Nichiren.

Le vingt-deuxième jour du dixième mois de la première année de Koan (1278)

ARRIÈRE-PLAN - Cette lettre a été écrite au mois (intercalaire) d'octobre 1278 alors que Nichiren Daishonin était malade. Il apparaît que Shijo Kingo s'était rendu à son chevet pour le soigner. A l'automne 1277, une virulente épidémie balaya le Japon et juste au moment où les choses semblaient être au pire pour Shijo Kingo, le seigneur Ema contracta la maladie et fut près de mourir. Il avait auparavant retiré son domaine à Shijo Kingo ; se trouvant maintenant dans une situation critique, il n'eut d'autre recours que de faire appeler Shijo Kingo pour qu'il le soigne. Le seigneur Ema guérit rapidement et l'année suivante, il récompensa largement Shijo Kingo en lui rendant les terres qu'il lui avait confisquées. Il fit de nouveau montre d'une grande confiance envers lui en lui attribuant trois autres domaines. Néanmoins, la vie de Shijo Kingo était toujours en danger, car les autres samouraï étaient alors profondément jaloux des faveurs qu'il avait reçues. (Commentaire ACEP)

En anglais : General Stone Tiger

- http : //www.sgilibrary.org/view.php?page=952&m=1&q=Stone%20Tiger
- commentaires : http : //nichiren.info/gosho/bk_GeneralStoneTiger.htm

Retour
haut de la page