DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


Vie de Shakyamuni


Si l'historicité du personnage n'est plus contestée, tous les indianistes ne s'accordent pas sur les dates de son existence. Selon la tradition chinoise et japonaise, ses dates seraient de -1061 à -949 avant notre ère. Selon le Theravada, Shakyamuni serait né en -566 et mort en -486. Cette opinion était généralement acceptée par l'Occident avant des publications récentes. Les indianistes français (Fillioza et Renou en particulier) donnent -559 à -478 et les recherches sur Ashoka donneraient -463 à -382.

Le futur Bouddha est né dans la petite tribu des Shakya dont la principale ville était Kapilavastu (actuellement village de Piprahwa) près de la frontière indo-népalaise, à 225 km de Varanasi (actuelle Bénarès). Lumbini, où certains textes placent sa naissance était, sans doute, une des résidences du clan.

Sa famille appartenait à la caste des ksatriya, celle dles guerriers et des princes. D'après la tradition, son père était le roi Shuddhodana et sa mère, la reine Maya. Elle serait morte peu de temps après la naissance de l'enfant qui fut élevé par sa tante maternelle, Mahaprajapati. Le nom de l'enfant était Siddharta (celui qui a atteint son but). Mais il est probable que ce nom lui fut donné tardivement. Siddharta a été marié vers l'âge de 16 ans à Yashodhara dont il eut un fils, Rahula. Selon la tradition de sa caste, il avait ainsi accompli son devoir familial et pouvait désormais se consacrer à la vie spirituelle.

A cette époque, la religion prédominante en Inde était le brahmanisme avec, au centre, la théorie de la transmigration qui enfermait l'individu dans un cycle sans fin de renaissances et de souffrances. Peu satisfait des ces explications des douleurs de la vie, Siddharta décida de devenir un ascète errant pour chercher un sens à la vie.

Il espérait qu'une existence de renoncement à soi et de discipline sévère lui donnerait la clé de son questionnement. Toutefois, au bout de six ans, son corps était affaibli au point de frôler la mort, sans qu'il se soit le moins du monde approché de son but. Siddhartha comprit alors que le déni de soi était, tout autant que l'indulgence pour soi, un obstacle à l'Eveil. Providentiellement, une fille du village, appelée Sujata, lui sauva la vie en lui offrant du riz bouilli. Il découvrit alors la valeur de la Voie du milieu. De même que les cordes d'un instrument de musique ne doivent être ni trop tendues, ni trop lâches, pour produire un son, la pratique spirituelle ne doit être ni trop laxiste ni trop sévère pour être efficace. Le temps était enfin venu pour Siddhartha de réaliser son but. Ayant recouvré sa santé, il partit s'asseoir au pied d'un pippal et entra en méditation.

Libéré de ses doutes, distractions et inhibitions inconscientes, Siddhartha eut une vision de plus en plus claire de la condition humaine, en commençant par sa propre vie. Il retrouva tous les événements de ses existences passées et put voir les causes et les conditions qui l'ont amené à l'arbre bodhi sous lequel il atteignit la bodhéité (bodhi signifie Eveil). Sa conscience s'est alors portée sur tous les êtres sensitifs et il a vu également comment leurs vies étaient régies par les causes et les conditions mises en marche par ces êtres aux-mêmes. Finalement il a contemplé la chaîne causale qui fait que toute chose existe et par laquelle les êtres sensitifs forgent leur propre destin. Il a compris que tous ces êtres qui souffrent dans le cycle de la vie et de la mort sont pris au piège de leur ignorance qui les pousse à la poursuite de désirs égoïstes. Siddharta sut alors que toute douleur était due à la mésinterprétation de la véritable nature de la réalité. Alors que la nuit s'achevait et que le ciel montrait les premiers signes de l'aube, Siddhartha s'éveilla à la vraie nature de la vie. A partir de cet instant il fut connu comme le Bouddha Shakyamuni, le Sage du clan Shakya.

Il résolut de transmettre ce qu'il avait découvert pour le salut de tous les êtres vivants. Pendant quarante ans, le Bouddha a sillonné l'Inde enseignant les hommes, selon leurs aptitudes à comprendre. Progressivement il parvint à développer la sagesse et la perspicacité de ses disciples jusqu'à ce qu'ils soient prêts à recevoir son enseignement le plus élevé, le Dharma Merveilleux du Sutra de la Fleur de Lotus. Il mourut à 80 ans dans le bosquet de sala, entouré de nombreux disciples.

En savoir plus sur les neuf épreuves du Bouddha

Voir le livre d'André Bareau "En suivant le Bouddha". Ed. Philippe Lebaud. 2001

et sur http ://catetmic.canalblog.com/ le film de Christophe Boula et Pascal Zabus tourné en Inde et au Népal

Retour au dictionnaire

haut de la page