DICTIONNAIRE des TERMES BOUDDHIQUES

français, japonais, chinois, sanscrit, pali


Quatre enseignements selon la doctrine d'après Zhiyi

Quatre doctrines


 

Enseignement des trois corbeilles   ou Doctrine tripitaka (sanzo kyo, sanzang jiao, tripitaka). Il s’agit des doctrines du Theravada dont les textes étaient rassemblés dans trois (tri) corbeilles (pitaka), celle des sutras (suttapitaka), celle des préceptes (vinayapitaka) et celle des exégèses ou commentaires (abhidhamapitaka). La Doctrine tripitaka explique la causalité, c’est-à-dire le karma (bonnes et mauvaises actions) et la rétribution (ho), et la délivrance de l’arhat du cycle sans fin des vies/morts (samsara) dans l’extinction dans le nirvana. C’est la doctrine des deux Véhicules (nijo : auditeurs-shravakas et pratyekabuddhas). Ceci est le niveau de compréhension le plus simple du Dharma ; le royaume de la Vie-Mort est le moi et l’existence, alors que le Nirvana est absence de moi et non-existence. Ces questions sont vues en blanc et noir, sans nuances. Cette doctrine est aussi appelée Doctrine de la Naissance (samasara) et de l’Extinction (nirvana)

Enseignement commun (tsukyo, tongjiao). Le terme "commun" peut être compris de différentes façons. Tout d’abord, il s’agit d’un enseignement dont la pratique est commune (tong) aux trois véhicules (sanjo, sansheng), c’est à dire aux auditeurs-shravakas, aux pratyekabuddhas et aux bodhisattvas. Il désigne également le contenu de cet enseignement, c’est à dire les thèses générales du Mahayana ainsi qu’une approche des théories de Nagarjuna sur la vacuité (shunyata). On transcende la dualité vie/mort et nirvana, la dualité de moi et absence de moi, d’existence et non-existence, ainsi que toutes les apparentes dualités et contradictions. Tous les aspects de la réalité (dharmas) sont vides d’existence propre, c’est-à-dire qu’ils sont sans naissance ou extinction et, par conséquent, on est sans attachement à aucun d’entre eux. Toutes les choses matérielles, toutes les sensations, toutes les pensées, et tous les éléments de réalité n’existent que de façon temporaire comme résultat de la chaine causale  de la procuction conditionnée, et leur existence indépendante "propre" n’est qu’une illusion.
Seuls les bodhisattvas de hautes capacités peuvent appréhender cette pensée dans une conception qui ne soit pas limitative. Cette doctrine sur la vacuité est aussi appelée la Doctrine sans Naissance (ou Extinction).

Enseignement distinct ou Doctrine Spécifique (bekkyo, biejiao). Pour Zhiyi, cet enseignement est distinct des autres pour huit raisons. Citons les principales : - la distinction quant à l’enseignement (kyobetsu, jiaobie) : il n’est accessible qu’aux seuls bodhisattvas et non comme l’enseignement commun aux êtres des trois véhicules.
- la distinction quant au principe fondamental (ribetsi, libie) : les concepts de l’aspect provisoire (ke, jie) des dharmas et leur vacuité (ku, kong) sont abordés mais sans relation d’influence de même pour leur point central (chu, zhong). Ces concepts sont traités distinctement les uns des autres. Dans l’enseignement global (le suivant), ces concepts ne sont plus appréhendés de façon " distincte" mais dans leur interdépendance.
- la distinction quant à l’effet (kabetsu, guobie) : dans l’enseignement distinct, le plus haut degré où parvient le bodhisattva est l’Eveil merveilleux (myokaku, miaojue). Mais, sous cet éclairage, cet Eveil merveilleux est totalement différent des autres états de perception et de ce fait on marque une différence fondamentale entre le bouddha et les hommes.

C’est la doctrine où il ne s’agit pas de transcender simplement les dualités, mais de comprendre la relation correcte entre eux les termes opposés. Les notions de non-substantialité (ku) et d’existence (ke), de moi et d’absence de moi, de samsara et de nirvana, et tous les différents aspects de la réalité (dharmas, phénomènes) sont ce qui est temporaire et provisoire. La fait d’être "provisoires" signifie qu’elles doivent être utilisées puis abandonnées. En d’autres termes, ce sont les "hoben" provisoires" du Bouddha, ceux que le Bouddha utilise et abandonne dans le travail d’Eveil. Avec une compréhension de la vacuité, le bodhisattva entre dans le royaume samsarique temporaire avec compassion pour apporter la joie, la délivranceet l’Eveil aux êtres vivants qui souffrent, avec des sentiments d’attachement nés de l'obscurité fondamentale. Le bodhisattva doit comprendre les différents désirs, natures et capacités innombrables des êtres vivants, pour adapter l'enseignement du Dharma à chacun. Ceci est un niveau plus élevé du processus dialectique que le simple fait de transcender les dualités. C’est pourquoi cette doctrine est aussi appelée la Doctrine Illimitée.

Enseignement global ou Doctrine Parfaite(enkyo, yuanjiao). Il est appelé ainsi parce qu’en lui n'existe plus aucune opposition. Il contient tout à la fois les différents stades que sont les trois autres enseignements mais il amène à une compréhension dont chaque fait vient corroborer la justesse. Pour Zhiyi, c’est l’enseignement du Lotus qui reprend dans ces différentes parties les enseignements précédents mais qui en plus résout les contradictions internes à ces doctrines et ainsi les harmonise. Cette harmonisation n’est possible que par l’apport de nouveaux concepts souvent décrits d’une façon métaphorique dans le Sutra du Lotus. C’est le but final de la venue du Bouddha dans ce monde. Il révèle l’absolu dans le contingent (mundane), le divin dans l’ordinaire. Le Véhicule Unique apporte cet Eveil à tous les êtres vivants. C’est pourquoi cet enseignement est aussi appelé Doctrine primordiale.

Retour à la définition
haut de la page