Bouddhisme de Tien-Tai


Le monde saha
Les six mondes-états du bien et du mal

Peter Johnson

http : //www.tientai.net/teachings/dharma/6realms/fa2.htm

 

Les six premiers mondes-états de l’esprit sont connus sous différentes appellations :
- monde saha : monde qui doit être « enduré » ;
- samsara : la transmigration ;
- vies et morts (ou naissances et morts) : monde de l’existence mortelle du moi ;
- roue du bien et du mal : cycle karmique de rétributions ;
- 25 modes d’existence.

Ce sont les mondes-états dans lesquels l’existence humaine est vue comme transitant par des cycles incalculables de vies et de morts, depuis le monde-état de l’enfer (avici*) jusqu’au ciel le plus élevé (akanishtha*) Lorsqu’on les étudie du point de vue de mondes-états, on appelle les trois premiers "mondes du mal" et les trois suivants "mondes du bien".

Les Trois Mauvais Mondes-états

Le Maka Shikan* dit : "L’état d’esprit qui brise les préceptes de moralité précipite dans l’enfer, l’état d’esprit avare et égoïste précipite dans le monde-état de faim démoniaque* et l’état d’esprit dévoyé entraîne la bestialité*

1. Enfer (naraka-gati). L’enfer c’est la souffrance. C’est la douleur, l’emprisonnement sans l’espoir d’une issue. L’enfer est le résultat des trois poisons : avidité, colère, ignorance. L’enfer désigne principalement les souffrances morales provoquées par les causes karmiques du mal et l’infraction aux préceptes. L’enseignement sur les huit enfers (note) décrit les différentes souffrances morales en rapport avec la violation de prescriptions morales.

2. La bestialité (tiryagyoni-gati). C’est le monde animal. C’est l’agressivité brutale sans retenue, la cruauté, la loi du plus fort, celle de la jungle. C’est l’aire du darwinisme où le plus fort survit au dépens du plus faible. On n’y connaît ni honte ni remords lorsqu’on inflige une douleur à l’autre. C’est l’égoïsme pur du moi et du mien, l’ego et la possessivité.

3. L’avidité (preta-gati) Le monde des esprits faméliques, des errances fantomatiques. C’est le monde des désirs insatiables, des passions, des pulsions et des addictions. Ces pulsions sont souvent dissimulées ou refoulées, si bien que le mensonge et la rouerie sont des composants de ce monde qui est également associé à l’obsession et la compulsion."

Les Trois Bons Mondes-états

Le Maka Shikan* dit : "D'abord on prend refuge dans les préceptes de moralité, rejetant le mensonge et assumant la vérité. On apaise le feu, le sang et l’épée (note) pour atteindre les trois sentiers du bien."

4. Asuras (asura-gati) Les forces démoniaques personnelles. Forces de compétitivité et d’affirmation de soi en lutte permanente pour s’imposer aux autres. On y reconnaît l’ambition, la jalousie, l’envie, le manque de confiance en soi et le besoin d’être "mieux que les autres".

Le Maka Shikan* dit :
"Celui qui désire toujours être supérieur aux autres, n'a aucune patience pour les inférieurs et rabaisse les étrangers  ; celui qui, tel un faucon dans les hautes sphères regarde de haut les autres, tout en faisant preuve extérieurement de justice, de vénération, de sagesse et de foi – celui-là entre dans la voie d’asura, le plus bas des mondes-états du bien."

5. L’humanité (manusya-gati). Le monde-état des êtres humains. Affabilité, sens de l’humour, indulgence pour les petites vanités. Capacité bienveillante de donner-recevoir des choses matérielles et de ne rien prendre qui ne soit librement offert. Celui qui en fait partie est souple et sensible à la bienveillance et la droiture. Il se laisse apprivoiser et gouverner par des chefs, les chakravartins*, par ceux qui édictent et font appliquer les lois.

Le Maka Shikan* dit : "Jouissance de plaisirs temporels, bien-être sensuel du corps et contentement d’un esprit stupide – voilà qu’apparaît le niveau intermédiaire des mondes du bien, celui des êtres humains."

6. Les divinités (deva-gati) Le Ciel. Maîtrise des désirs et maîtrise de soi, joie et satisfaction, ainsi qu’un degré de plus en plus profond dans la méditation.

Le Maka Shikan* dit :
" Reconnaître que tant de souffrances proviennent des trois mauvaises voies, que douleur et plaisir se mêlent dans le monde des humains et que le niveau supérieur ne procure qu’un bonheur provisoire, comprendre que pour bénéficier du monde céleste il faut poster des gardes aux portes des six sens afin de barrer le passage aux poussières des cinq sensations (note), c’est aborder le niveau supérieur des trois bons mondes et cheminer sur la voie des divinités."

En fait, il y a plus de six mondes-états, mais six est un nombre commode qui permet de subdiviser et analyser les états psycho-mentaux. Ainsi il y a différents degrés du monde du ciel et de celui de l’enfer, tant sur le plan vertical, tenant compte de l’élévation du bien et du la profondeur du mal, que sur le plan horizontal, en englobant les différents expressions d’un même "monde" psycho-mental. Plutôt que de restreindre ces six mondes-états à des entités définies, il serait plus juste de considérer leur ensemble comme un vortex* qui serait verticalement un spectre de Campbell* et horizontalement, un roue. Bien entendu, les mondes-états n’ont pas de forme, ils n’occupent aucun espace.

En fait, le nombre de mondes-états du monde saha est sans limites. Il existe d’innombrables états psycho-mentaux dans chaque être vivant et tant et plus dans le genre humain à travers le monde. Il est écrit dans le chapitre XVI du Sutra du Lotus :
Cela est comparable à un homme qui réduirait en particules infimes 500 (note), 1000, 10000, 1000000 (note) , 10 puissance 12, d'infinités de 3000 de grands 1000 mondes (note) . Après quoi il se dirige vers l'est (note) et une fois qu'il a franchi 500, 1000, 10000, 1000000, 10 puissance 12, d'infinités de contrées il laisse tomber une particule (note) ; puis il repart vers l'est jusqu'à épuisement de toutes les particules (note).

Pour comprendre ces mondes psycho-mentaux il faut se pencher sur le principe de leur inclusion mutuelle (ou implication réciproque ou possession mutuelle, jikkai gogu)

Bien que ces "mondes" puissent être abordés en tant que domaines spirituels distincts et identifiables, dans la réalité individuelle et collective ils s’interpénètrent toujours mutuellement.

Individuellement, chaque créature vivante a la capacité de vivre chacune de ces conditions psycho-mentales à prédominance fluctuante selon le caractère de chacun. On peut dire, en simplifiant, que le karma (les causes que l’on a créées) détermine la force et la faiblesse de chacune de ces conditions psycho-mentales qui définissent sa personnalité, et qui sont sa rétribution positive ou négative.

Mais nul n’est une île et nous faisons tous partie de la réalité psycho-mentale collective. Tout être vivant subit l’influence de son environnement au sens large, et interagit avec lui. La puissance psycho-mentale d’une seule personne peut entraîner des foules dans un monde céleste ou infernal, de même que la puissance d’une foule peut influencer un individu.

SUITE : Triple monde

En savoir plus sur :

Les huit enfers

Les cinq agrégats

Retour au menu Tien-Tai

haut de la page

Copyright © Peter Johnson 2001 - All rights reserved