Comment être bouddhiste ?


Efficacité du Daimoku

Ryuei Michael McCormick


J’aimerais partager avec vous quelques réflexions sur la pratique. Le bouddhisme enseigne le Véhicule Unique du Sutra du Lotus, le Véhicule du Bouddha. C’est en même temps le but de notre pratique et son fondement. C’est parce que nous possédons la nature de bouddha que nous pouvons aspirer à la bodhéité. Namu Myoho Renge Kyo est l’expression de la nature de bouddha, c’est la voix du Bouddha atemporel en tant que notre voix en même temps que l’offrande de notre voix en tant que voix du Bouddha atemporel. Namu Myoho Renge Kyo c’est, à mon sens l’ouverture de nos vies au Dharma Merveilleux, instant après instant. Namu Myoho Renge Kyo est prononcé par la bouche mais il est également vécu par notre cœur et notre esprit et si le Sutra est effectivement lu par la bouche, le cœur et l’esprit alors il devient un continuum qui imprègne nos paroles, nos pensées, nos sentiments et nos actions. On ne peut pas parler de réalisation du Dharma bouddhique en dehors de cela. Le simple fait de taper sur un clavier, de jeter un coup d’œil à sa montre, de penser à ceux qui vont lire ce texte, ou tout autre moment-pensée contenant trois mille mondes, c’est entrer dans le Lieu du Dharma immensément vaste et infiniment profond. S’il fallait quelque chose de plus on ne pourrait jamais le faire, s’il fallait quelque chose de moins ce serait un simulacre de bodhéité masquant une immense illusion. Sans ces éveils d’instant à instant d’une dévotion continuellement renouvelée au Dharma Merveilleux aucune paramita de bodhisattva ne pourrait être réalisée. En consacrant chaque instant au Dharma toutes les paramitas sont englobées. 

Selon le Bouddha Sakyamuni, la Voie unique de la pratique est la pleine conscience du moment présent ce qui inclut toutes les formes, les sentiments, les états mentaux et tous les phénomènes tels qu’ils sont. C'est Véhicule Unique dans la vie quotidienne. La pratique de la Voie unique dépasse tous les vœux, espoirs, rêves, craintes, anxiétés et toutes les autres anticipations et expérimente directement la réalité de la vie que seuls les bouddhas partagent. La  réalité de toutes les formes, de tous les sentiments, de tous les états mentaux et de tous les phénomènes que seuls les bouddhas peuvent partager avec d’autres bouddhas est le Sutra du  Dharma Merveilleux de la Fleur du Lotus enseigné là où nous sommes,  là  où nous pouvons l'entendre directement de la bouche du  Bouddha. Ces formes, sentiments, états mentaux et phénomènes sont la Grande assemblée et la pleine conscience du moment  présent est notre ascension « dans les Airs » au dessus du monde de la matière, aux côtés du Bouddha atemporel Sakyamuni. Pour témoigner, dans cette Assemblée, de la  foi dans la non-substantialité  sans fin ni commencement il faut s’exclamer  "Namu!" Alors toutes les formes, les sentiments, les états mentaux et les phénomènes sont dépassés et sont restitués dans la Terre Pure de la Lumière Tranquille avec l’exclamation de retour du Bouddha : "Myoho Renge Kyo!" A chaque instant nous nous éveillons dans pleine conscience que toutes les formes, tous les sentiments, tous états mentaux et tous les phénomènes sont Namu Myoho Renge Kyo. Nous ressentons cela dans la terre sous nos pieds, l'air dans nos poumons, notre chair, notre sang, nos soucis, nos espoirs, nos rêves, nos frustrations, nos préoccupations pour la famille et les amis, nos nerfs usés, notre deuxième souffle, notre épuisement, nos exultations,   nos écrans d’ordinateurs, nos concepts, nos doctrines, nos claviers, nos fax, souvenirs,  tout ce qui forme la trame de notre vie. C’est tout cela le Véhicule Unique, la Voie Unique ; tout cela c'est Namu Myoho Renge Kyo.

Sans Namu Myoho Renge Kyo comme but et fondement de la réalité il n'y a aucune pratique aucune réalisation. Avec Namu Myoho Renge Kyo tout est pratique et réalisation. En dehors  il n'y a rien, à l’intérieur il y a tout et ce tout ne peut pas être ni perdu ni saisi ni donné ni pris. Comprendre cela c’est comprendre l'efficacité sans égale de Namu Myoho Renge Kyo.

SUITE : Le rôle du clergé
Retour
haut de la page