Fleur du Dharma

Ryuei Michael McCormick


Introduction


Le but de ce livre est de proposer une initiation au Dharma (Enseignement) du Bouddha tel qu'il est pratiqué par la Nichiren Shu, lignée fondée il y a 750 ans.

Nichiren est le nom du fondateur. "Shu" signifie "école". La Nichiren Shu est une des plus grandes écoles bouddhiques du Japon. C'est une confédération des différents linéages qui ont pris la succession des Six grands disciples (Moines aînés) et des temples principaux, historiquement reliés à la vie de Nichiren.

Nichiren Shonin (1222-1282) était un moine de l'école Tendai mais qui a rompu avec cette tradition. Son nom, "Nichi Ren" signifie "Soleil Lotus" et l’on lui ajoute le titre Shonin qui signifie "Prêtre Vénérable". Nichiren était un grand enseignant et un réformateur qui a consacré sa vie à soulager les souffrances des gens ordinaires. A cette fin, il préconisait de condenser l'essence des enseignements bouddhiques les plus élevés en une pratique simple et néanmoins profonde, de sorte que tous puissent parvenir à la Libération. Parallèlement à cela, il devait mettre en évidence les erreurs des écoles élitistes décadentes qui dégradaient l'esprit du véritable Dharma - Enseignement. Nichiren Shonin a fondé ses enseignements sur le Sutra de la Fleur de Lotus Merveilleuse du Dharma, plus connu comme Sutra du Lotus.

Après de nombreuses années d'études, Nichiren Shonin était parvenu à la conclusion que ce Sutra était le point culminant de l'enseignement du Bouddha Shakyamuni où celui-ci exposait de façon claire la Réalité ultime du bouddhisme.

Nichiren préconisait la pratique simple et pourtant profonde de la récitation-mantraïque du grand Titre (Daimoku) du Sutra du Lotus, Namu Myoho Renge Kyo. C'est une pratique commode et accessible à tous qui permet d'atteindre la vérité la plus profonde du bouddhisme.

De même que le simple nom d'une personne aimée fait surgir dans l'esprit toutes les qualités et caractéristiques que nous lui associons, le grand Titre ou Daimoku du Sutra du Lotus peut activer en nous les multiples qualités et caractéristiques de l'Éveil du Bouddha.

Beaucoup pensent que pour atteindre l'Éveil, il faut maîtriser des concepts philosophiques ardus et passer de longs moments en méditation assise (zazen) ou faire des retraites, ou même adopter un mode de vie monastique.

L'Éveil cependant est une révolution intérieure du cœur et de l'esprit qui dépasse de très loin de telles méthodes. La pratique de la récitation-mantraïque de Namu Myoho Renge Kyo est le catalyseur qui instaure la révolution intérieure. Namu Myoho Renge Kyo est l'expression verbale de l'Éveil du Bouddha. C'est en même temps la source première et le but de tous les enseignements et méthodes bouddhiques.

La récitation de Namu Myoho Renge Kyo pourrait sembler sans rapport avec les Quatre nobles vérités et l'Octuple chemin enseignés par le Bouddha Shakyamuni, mais de fait, le Bouddha lui-même parvint à l'Éveil par la méditation et l'illumination intérieure.

De plus, pendant plusieurs siècles après la mort du Bouddha, il n'existait pas de sutras écrits. Les sutras mahayana, et en particulier le Sutra du Lotus, ne sont pas des comptes rendus mot à mot des enseignements du Bouddha historique. Au regard de cela, comment le bouddhisme de Nichiren peut-il affirmer que la récitation du Titre du Sutra du Lotus est la Voie pour l'atteinte de la bodhéité ?

Il convient ici de rappeler une parabole bouddhique. Il y eut un jour un homme riche dont le voisin fit construire une magnifique tour à trois étages. L'homme riche voulut avoir également une tour comme celle-là. Il commanda à un architecte de lui faire des plans et engagea des hommes pour sa construction. Cependant, lorsque l'équipe a commencé à creuser le sol pour les soubassements, l'homme riche se plaignit, voulant qu'ils commencent par le pinacle et ne gaspillent pas leur temps en fondations. L'architecte stupéfait dit à l'homme riche qu'il était impossible de construire une tour sans fondations sur lesquelles elle puisse reposer et encore plus impossible de construire un pinacle qui ne reposerait que sur l'air.

De la même manière, il est impossible de comprendre comment Namu Myoho Renge Kyo peut être le pinacle de l'enseignement et de la pratique bouddhiques sans ces fondations solides que sont les enseignements de base du Bouddha Shakyamuni, ainsi que leur évolution théorique et pratique au cours des âges. Cela ne signifie pas que Namu Myoho Renge Kyo ne peut pas être correctement compris tant qu'on n'a pas maîtrisé toutes les nuances de la pensée bouddhique, mais seulement que l'on ne peut apprécier ce que cela représente. C'est comme pour la formule E=MC2 qui a une signification profonde, mais qui est sans valeur pour quelqu'un qui n'a jamais entendu parler d'Einstein et de la théorie de la relativité.

Je nourris l'espoir de pouvoir fournir les soubassements des enseignements bouddhiques et montrer comment ils rejoignent, tels de puissants fleuves, le grand océan de Namu Myoho Renge Kyo. Comme le dit Nichiren Shonin lui-même, Namu Myoho Renge Kyo peut paraître petit, mais en vérité il est très profond. Si j'arrive à montrer de quelle façon Namu Myoho Renge Kyo est en même temps la graine et le fruit ultime de toute la myriade d'enseignements du Bouddha Shakyamuni, ce livre aura alors atteint son but.

SUITE
Retour au menu
"Fleur du Dharma" est en vente sur ce site
haut de la page