ACCUEIL
 

LEXIQUE

Extraits de gosho sur

MENU - LEXIQUE
DICTIONNAIRE
 
six identités - six stades de la pratique
 

Au mois d’avril du printemps de ses cinquante-sept ans, dans le temple Yuquan si* dans la province de Jing, il enseigna un livre en dix fascicules appelé Maka Shika (Grand arrêt et introspection) à son disciple, le Grand-maître Zhanlan.* Là, encore, au cours des quatre premiers fascicules, il ne parla pas de cette doctrine, enseignant uniquement les six identités (soku) et les quatre formes de concentration. Parvenu au cinquième fascicule, il établit les dix objets de méditation (jikkyo), les dix méthodes (jujo-kampo) et, enfin, ichinen sanzen. Il dit : « Cela est présent dans un cœur-esprit (jin) ». Deux cents ans plus tard, le Grand- maître Zhanlan.* disait : « Il faut le savoir : le corps et la terre sont trois mille manifestations d'ichinen (une pensée). Aussi, au moment de la réalisation de la Voie, conformément à ce principe fondamental, le corps et la pensée englobent le monde des dharmas ».
La doctrine d’Ichinen Sanzen, 1258

Ainsi, le Sutra prédit que Devadatta, bien qu'il ait commis les cinq forfaits, deviendra à l'avenir un bouddha appelé "Roi céleste", et relate la manière dont la fille du Roi-Dragon, bien que femme, prisonnière des cinq entraves et considérée comme incapable de parvenir à la bodhéité, obtint immédiatement l'Eveil dans un royaume du Sud. Ainsi, même un bousier peut s'élever par les six stades de la pratique, et n'est en aucune manière incapable de parvenir à la bodhéité." En fait, les affirmations de Shandao et les passages du Sutra du Lotus sont aussi éloignés que le ciel de la terre, aussi différents que les nuages de la boue.
Conversation entre un sage et un ignorant (1265 ? à un samouraï ? )

Nous sommes maintenant au début de l'époque des Derniers jours du Dharma et dans un pays très éloigné de l'Inde. Je m'attendais à ce que de telles persécutions se produisent et je m'y suis longuement préparé. C'est un principe que j'ai enseigné il y a longtemps et rien de tout cela ne devrait vous surprendre. Kangyo-soku* est l'un des six stades de la pratique dans l'enseignement parfait*. Cela consiste à faire ce que l'on dit et à dire ce que l'on fait. Ceux qui sont au stade de ri-soku* et au stade de myoji-soku* croient à l'enseignement parfait*, mais même lorsqu'ils en chantent les louanges, leurs paroles ne se traduisent pas en actes.
L'Allègement de la Rétribution Karmique (octobre 1271, à Ota Saemon)

Même si l’on objecte que c’est dans le sutra, les bienfaits* attestant de la pratique de la joie (note) sont déterminés en fonction de la condition (des bodhisattvas). Il s’agit uniquement de la pratique de la cause par les bodhisattvas des dix degrés. Les bodhisattvas à partir des dix développements* jusqu’à l’Eveil d’indifférenciation* ignorent les effets. Si j’en parle de façon strictement rigoureuse, avec l’esprit de l'enseignement parfait*, sokushin (sans changer d'apparence) est semblable à la Une pensée (ichinen) des identités de dénomination* et de contemplation* au sein des six identités. Et si l’on en parle avec moins de rigueur, il s’agit alors de la fusion harmonieuse du factuel et du principiel* de l’identité de contemplation*, et non pas de la contemplation du principe par la sagesse*. Même en se référant au Bodaishin ron ou aux trois sutras de Vairocana, ce n’est nullement l’Eveil dès ce corps. C’est une doctrine largement inférieure à l’obtention du degré de l’endurance de son corps vivant.
Réponse à Dame Myoichi (Minobu, mai 1275 à Myoichi)

 

 

 

haut de la page
retour