Bouddhisme de Tien-Tai


Sila

Deuxième pratique de la vertu,
bienfaits abondants des êtres vivants

Peter Johnson

http : //www.tientai.net/teachings/dharma/bodhisattva/practices/practice2.htm

Pratique menant les êtres vivants à d’abondants bienfaits (grâce aux préceptes de pureté morale).

Le Sutra de la Guirlande de Fleurs (Avatamsaka) dit :

Enfants du Bouddha, quelle est la pratique des bodhisattvas-mahasattvas pour les abondants bienfaits ?

Les bodhisattvas adoptent et protègent les préceptes de la pureté morale. Leur esprit n’est pas attaché aux images, voix, odeurs, goûts ou contacts. Et c’est ce qu’ils enseignent aux êtres vivants. Ils ne recherchent pas les pouvoirs majestueux, le statut social, la richesse, l’apparence, le rang royal. Ils ne s’attachent pas à ce genre de choses. Ils adoptent fermement les préceptes de la pureté morale et formulent cette pensée :

"J’adopte les préceptes de la pureté morale et prends la résolution d’éliminer toutes les entraves et les troubles qui naissent des désirs dévorants, des détresses, des oppressions, des calomnies, des égarements et des défilement de l’esprit. Je prends la décision d’atteindre la sérénité du Véritable Dharma loué par le Bouddha."

Enfants de Bouddha, lorsque les bodhisattvas adoptent les préceptes de la pureté morale telle que celle-ci, d’innombrables centaines, milliers, millions de démons furieux viennent tous les jours assaillir les bodhisattvas, chacun d’eux étant assisté d’innombrables centaines, milliers, millions de magnifiques déesses expertes dans l’art des cinq désirs et en toute sorte de divertissements. Elles essaient de détourner les bodhisattvas de la Voie de l’Eveil. Alors les bodhisattvas auront cette pensée :

"Les cinq désirs sont des obstacles sur la Voie de l’Eveil. Ils bloquent la suprême bodhéité et se superposent à elle."

Ainsi ils n’accorderont pas la moindre pensée aux désirs sensoriels. Avec un esprit aussi pur que celui du Bouddha, ils ne dérogeront que pour les désirs de trouver les chemins et les moyens appopriés* afin d’instruire les êtres vivants, sans jamais abandonner le vœu d’une sagesse pour tous.

Enfants du Bouddha, les bodhisattvas ne cherchent pas à provoquer chez le moindre être vivant la détresse émotionnelle qui naît du désir. Ils préféreraient plutôt mourir. En contemplant le Bouddha, les bodhisattvas n’auront pas la moindre pensée de désir dévorant et n’agiront pas sous son impulsion. Les bodhisattvas n’auront alors qu’une seule pensée :

"Au cours de la nuit profonde, les êtres vivants ont des pensées des cinq désirs, courent après les cinq désirs et sont attachés de façon dévorante aux cinq désirs. Leur esprit est bloqué et totalement soumis à ces désirs ; ils suivent les écoulements et n’ont aucun contrôle. A tous ces démons, ces déesses, ces êtres vivants je dois maintenant apprendre le respect des suprêmes préceptes moraux."

En respectant les préceptes de la pureté morale, ils ne vont pas reculer et renoncer à la sagesse pour tous, ils vont atteindre l’Eveil complet et suprême et entrer dans le nirvana sans reliquat. Pourquoi cela ? C’est la tâche qui incombe à ceux qui suivent le Bouddha et qui s’entraînent et progressent dans cette Voie. Avec l’entraînement on élimine tous les mauvais agissements et les raisonnements basés sur l’égocentrisme et le manque de sagesse. Avec la sagesse on entre dans toutes les illuminations du Bouddha et on enseigne cela aux êtres vivants, leur faisant éliminer toutes les distorsions de la réalité en comprenant que :

- Les distorsions sont inséparables des êtres vivants et les êtres vivants sont inséparables des distorsions.
- Il n’y pas d’être vivant sans illusions et il n’y a pas d’illusions sans être vivant.
- Les êtres vivants ne sont pas des illusions et les illusions ne sont pas des êtres vivants.

Les illusions ne sont ni en dedans ni en dehors de la spiritualité et les êtres vivants sont ni en dedans ni en dehors de la spiritualité. Ces entités n’ont ni existence ni réalité substantielle. Elles surgissent et disparaissent en un instant et n’ont aucune consistance, aucune certitude. Elles sont comme un rêve, comme un reflet, une hallucination, un mirage, qui trompent le sot. Ceux qui comprennent cela sont capables de s’éveiller profondément à toutes les pratiques, d’appréhender les vies/morts ainsi que le nirvana et de parvenir à l’Eveil du Bouddha.

- La spiritualité les élevant, ils élèvent les autres.
- En se libérant, ils libèrent les autres.
- Atteignant le contrôle et la maîtrise de soi, ils apportent le contrôle et la maîtrise de soi aux autres.
- Atteignant calme et sérénité pour eux-mêmes ils apportent calme et sérénité aux autres.
- Atteignant paix et sécurité pour eux-mêmes, ils apportent paix et sécurité aux autres.
- Libres de défilements mentaux eux-mêmes, ils libèrent des défilements les autres.
- Purs eux-mêmes, ils rendent purs les autres.
- Atteignant le nirvana pour eux-mêmes, ils font atteindre le nirvana aux autres.
- Remplis de joie et de contentement, ils apportent joie et contentement aux autres.

Enfants du Bouddha, ces bodhisattvas conçurent cette pensée :

"Je dois suivre et obéir à tous les ainsi-venus, me libérer de tous les agissements du monde et pénétrer tous les enseignements du Bouddha. M’établissant fermement dans le domaine suprême de la sérénité et observant avec équanimité tous les êtres vivants, je vais pénétrer dans la sphère du royaume spirituel. Désaliéné des erreurs, détaché des discriminations et ayant renoncé à tous les attachements, je vais atteindre sans heurts la libération. Dans les profondeurs de la sagesse inexprimable, indépendante, calme, illimitée, infinie, inépuisable et au-delà de tous les aspects, l’esprit reste toujours paisible."

Enfants du Bouddha, cela s’appelle deuxième pratique des bodhisattva-mahasattva, celle d’abondants bienfaits.

Page précédente

SUITE

Retour au menu Tien-Tai

haut de la page